Partagez | 
 

 noam + in three words i can sum up everything i've learned about life: it goes on.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Confide in me
Love in stereoϟ Letters : 14
ϟ ID Card : keep smiling (alexandra)

MessageSujet: noam + in three words i can sum up everything i've learned about life: it goes on.    Mar 22 Mar - 7:53

- Noam Kensington -
in three words i can sum up everything i've learned about life: it goes on.
PRÉNOM(S) + Noam NOM(S) + Kensington ÂGE + 32 ans DATE ET LIEU DE NAISSANCE + le 9 octobre 1983 à Londres ORIGINES ET NATIONALITÉ + anglaises STATUT CIVIL + en couple ÉTUDES/MÉTIER + avocat TRAITS DE CARACTÈRE + amusant + séducteur + impulsif + mystérieux + direct + jaloux + sensible + sympathique + têtu GROUPE + hyde park

Wreck of the day

20 CHOSES À SAVOIR SUR MOI + J'ai deux petites soeurs que j'adore plus que tout au monde. Même si parfois on a des petits désaccords, je ne pourrais pas vivre sans elles. Nous sommes tous les trois francs et parfois ça donne des résultats assez catastrophiques, mais au fond on s'aime + Je suis d'ailleurs très protecteur envers elles, comme je peux l'être avec n'importe quelle fille qui compte pour moi d'ailleurs + Au lycée, j'ai totalement merdé. J'avais trouvé la femme parfaite, mais j'ai décidé de faire ce pari débile avec mes potes et j'ai tout gâché avec elle. + Durant de longues années je n'ai fait qu'enchaîner les relations d'un soir, ne trouvant pas de femme qui pourrait me plaire autant qu'Adrianna. + J'ai fait la rencontre d'Evan il y a une année, la seule fille qui a réussi à me faire presque oublier Adrianna + Dernièrement mon ex est revenue dans ma vie et j'ai fait l'erreur de coucher avec elle. Pour le moment Evan n'est au courant de rien. + J'ai toujours été passionné par le droit et aujourd'hui je suis très content de mon travail. J'y passe d'ailleurs de longues journées, je n'hésite jamais à faire un peu plus que demander tellement j'adore ce que je fais + J'adore prendre une douche dès que je rentre le soir, ça m'apaise + Le matin j'aime boire une bonne tasse de café + Je suis un grand fan de sport et je suis un peu tous les matchs à la télévision, sans trop abuser non plus je sais bien que ça dérange Evan parfois + Je suis également moi-même très sportif. J'aime aller courir le matin ou aller faire un petit tennis ou autre. Ca me défoule et j'adore ça. + Je suis assez impulsif et parfois il m'arrive de totalement péter les plombs pour pas grand chose. Heureusement j'arrive également à me calmer assez vite + J'ai le don pour me mettre dans des situations très embarrassantes + Je suis fou amoureux de deux femmes en même temps + J'aime passer du temps avec mes potes, boire une bonne bière et regarder un bon match à la télévision.

We all want a happy ending

PSEUDO/PRÉNOM + alexandra, keep smiling ÂGE + 24 ans COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? + en le fondant. FRÉQUENCE DE CONNEXION + 7/7 TON DERNIER MOT + ce forum déchire tout I love you


Dernière édition par Noam Kensington le Ven 8 Avr - 10:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
Love in stereoϟ Letters : 14
ϟ ID Card : keep smiling (alexandra)

MessageSujet: Re: noam + in three words i can sum up everything i've learned about life: it goes on.    Mar 22 Mar - 7:53

Once upon a time


« ZOOEY, NORA ! Dépêchez-vous, on va encore être en retard. » J’attendais sur le pas de la porte mes deux petites sœurs. Nous devions nous rendre à l’école tous les trois et elles traînaient à se préparer, comme à leur habitude. J’attendais dans l’entrée, les bras croisés et les yeux levés vers les escaliers d’où mes sœurs devraient descendre d’une minute à l’autre. « Oh c’est bon Noam, on arrive. On a encore le temps. » Je poussais un soupir alors que Nora descendait tranquillement les escaliers suivie de Zooey. Elles arrivaient enfin vers moi dans l’entrée et elles affichaient toutes deux un petit sourire en coin. « Vous avez mis tout ce temps pour simplement ressembler à ça ? Franchement je ne comprendrais vraiment jamais les femmes je crois. » Je roulais des yeux tout en ouvrant la porte d’entrée. J’adorais mes petites sœurs bien évidemment, mais j’adorais les taquiner. Je dirais même que c’était mon passe-temps favori. Elles aussi ne manquaient pas une occasion de le faire. En même temps ça fait un peu partie du caractère de la famille Kensington. « T’en fais pas Noam, ça ne va pas aller en s’arrangeant. Les filles c’est compliqué, c’est bien connu ! Je te conseille de ne même plus essayer à nous comprendre. » Elle posait sa main sur mon épaule tout en me faisant un petit sourire en coin. Comme tous les jours on se rendait à l’école à pied, en même temps ce n’était pas bien loin. « Ouais t’as sans doute raison. Mais dis-moi c’est qui que tu vas draguer aujourd’hui pour avoir pris autant de temps à te faire belle ? » Zooey laissa échapper un petit rire avant de me répondre. De mon côté je ne voyais pas vraiment ce qu’il y avait de drôle. J’étais très sérieux en lui posant cette question. « Quand je dis que tu ne comprends vraiment rien aux femmes… » Ma sœur n’ajouta rien et je fronçais les sourcils. Je voulais bien avouer que je ne comprenais pas grand-chose aux femmes, mais le silence de ma sœur me paraissait plutôt suspect. Au fond je devais certainement avoir raison, elle essayait d’impressionner quelqu’un. Je sais bien que les femmes sont compliquées et avec le temps je m’en rendrais encore plus compte, mais j’ai tout de même deux petites sœurs que je connais par cœur. Elles ne pouvaient pas me cacher quelque chose comme ça. « Allez Zooey, arrêtes de mentir maintenant. Tu veux impressionner quelqu’un dans ton école, ça se voit comme le nez au milieu de la figure. » Je vis ma sœur légèrement rougir et je laissais échapper un petit rire. « Oh c’est bon Noam. Je peux encore faire ce que je veux ou bien ? » J’haussais des épaules tout en continuant mon chemin. J’étais tout fier d’avoir vu juste en réalité et je n’hésitais pas à le montrer. Mais je finis tout de même par me tourner vers ma petite sœur pour lui dire avec un immense sourire. « Bon si ça peut te rassurer, je te trouve vraiment très jolie aujourd’hui et je ne doute pas une seconde que tu feras des ravages. Mais fais attention à toi quand même. Et je veux avoir mon mot à dire sur tous les hommes qui tournent autour de toi ! » C’était comme ça dans la famille Kensington. Zooey. Nora et moi on s’entend à merveille. Depuis toujours je me montre très protecteur envers elles. Je ne supporterais pas que quelqu’un leur fasse du mal. Alors je leur demande toujours de faire bien attention à elles et je surveille de près tous les hommes qui pourraient tourner autour d’elles.

« Allez Noam, tu n’arrêtes pas de dire que tu peux avoir toutes les filles du lycée, mais je suis persuadé qu’il y en a une que tu ne voudrais jamais avoir. » J’étais au lycée à présent et je traînais dans la cour du lycée avec une bande de copains. Depuis que j’étais au lycée, j’étais devenu populaire et je n’hésitais pas à utiliser ça afin de pouvoir obtenir toutes les filles que je voulais en un simple claquement de doigts. Mais depuis quelques temps, mes potes s’amusaient à dire qu’il y aurait bien une fille qui finirait par me résister ou une fille que je ne voudrais pas approcher. « Je t’écoute Parker, dis-moi quelle fille je ne voudrais pas approcher. » Mon pote croisa ses bras et me fit un signe de tête en direction d’une fille qui était installée tranquillement à sa table et semblait concentrée sur un livre. « La petite Adrianna, l’intello de l’école ! Je suis persuadé que tu n’arriverais pas à tenir une relation avec cette fille. » En réalité, Adrianna était une fille vraiment très jolie, elle n’avait vraiment rien à envier à qui que ce soit. Le seul problème c’est qu’elle était une intello et que ça ne correspondait pas vraiment à mon style de sortir avec une fille de ce genre-là. A l’époque on pouvait bien dire que j’étais un abruti fini et que je ne comprenais vraiment rien aux femmes, comme me l’avait dit ma sœur à maintes reprises. « Très bien, je lance le pari que je resterais en couple avec cette fille pour en tout cas trois mois et surtout que j’arriverais à la mettre dans mon lit. » Parker me tapa dans la main tout en rigolant. « Très bien marché conclu. Je me réjouis de voir ce que ça va donner. Tu peux déjà aller lui dire bonjour. » Il me regardait toujours avec un air de défi et je rigolais tout en lui faisant une petite tape pour l’épaule. C’était clair que j’allais lui parler, ça ne me faisait pas peur et j’étais même prêt à relever ce défi haut la main. « Tu peux déjà préparer tes 100 balles Parker, parce que je vais le réussir ce pari, sans aucun problème. » J’arrivais vers Adrianna de ma démarche assurée. « Tu sais que tu me plais Adrianna… » Mes paroles sortaient naturellement, je n’avais même pas besoin d’y réfléchir. De toute façon depuis le temps que je draguais des filles, tout devenait très facile. « Qu’est-ce que tu lis ? » Je me penchais légèrement pour découvrir le livre qu’elle avait sous les yeux. Evidemment il s’agissait de livre de cours. « Un livre de droit. Droit pénal. » Je ne saurais dire si c’était depuis ce jour-là que j’avais commencé à m’intéresser au droit et qui m’avait mené à devenir avocat plus tard. Peut-être bien, mais quoi qu’il en soit pour le moment tout ce qui m’intéressait c’était Adrianna et ce fameux pari. Je l’invitais ensuite au bal de l’hiver, persuadé qu’elle allait me répondre oui. Mais celle-ci me répondit qu’elle allait y réfléchir. Ce n’était certainement pas une fille facile, pas une fille comme toutes celles que j’avais l’habitude de draguer. Et au fond j’étais entrain de me dire que ça me plaisait. Adrianna était loin d’être une fille affreuse. Bien au contraire. Je dirais même que c’est la plus jolie fille que j’ai pu draguer depuis que je suis ici, mais elle était aussi celle que j’aurais le plus de peine à avoir évidemment. Mais je savais qu’elle finirait par craquer un jour ou l’autre. Je ne comptais certainement pas baisser les bras aussi facilement.


« Franchement Noam, je ne sais pas ce que tu fais exactement avec Adrianna, mais il faut arrêter de te foutre d’elle. » J’étais tranquillement installé dans le salon en compagnie de mes deux petites sœurs, c’était dimanche et on passait un moment entre frère et sœurs. Mais évidemment Zooey avait ressenti immédiatement le besoin de me faire la morale sur mon histoire avec Adrianna. Elle avait certainement dû entendre à plusieurs reprises des conversations avec mes potes et avait donc bien compris que mon histoire avec cette fille n’était pas aussi sérieuse que je ne le prétendais. « Je ne me fous pas du tout d’elle Zooey, je ne vois pas de quoi tu parles. » J’essayais d’abord de jouer la carte de l’ignorance tout en sachant pertinemment que ma sœur n’allait pas lâcher l’affaire aussi facilement. « C’est bon Noam, ça ne sert à rien d’essayer de nous mentir, je sais très bien que tu sors avec Adrianna uniquement à cause d’un pari et Nora aussi. Ca fait bientôt deux ans maintenant que tu es avec cette fille, tu n’as pas encore gagné le pari ? Tu vas lui briser le cœur quand tu vas rompre avec elle et qu’elle apprendra que c’est uniquement pour un pari. » Je savais que ma sœur avait tout à fait raison. Mais dans l’histoire il y avait quelque chose qu’elle ne savait pas. Que personne ne savait en fait. Depuis que j’étais avec Adrianna, je devais avouer que j’avais bien changé et surtout j’étais tombé amoureux. J’étais réellement amoureux de cette fille et à présent je regrettais toute cette histoire de pari. Je savais que j’avais totalement merdé dans l’histoire. « J’ai totalement merdé Zooey… » J’enfouissais ma tête dans mes mains tout en soupirant. Mes deux soeurs se rapprochèrent de moi et ce fut Nora qui prit la parole. « Comment ça ? » Je relevais doucement mon visage et regardais Nora droit dans les yeux. J’étais vraiment un parfait abruti. « Je suis un abruti Nora. Je suis tombé fou amoureux de cette fille, elle est parfaite, exactement le genre de filles avec qui je pourrais faire ma vie. Elle sait me fait rire, elle est loin d’être une idiote. Elle m’écoute quand ça ne va pas. Elle est parfaite. Et j’ai tout merdé en faisant ce pari stupide. Evidemment que j’ai gagné ce pari débile, mais je n’ai plus envie d’arrêter cette histoire. Je ne sais plus quoi faire. » Zooey parut étonnée par ma réponse, apparemment elle ne s’attendait vraiment pas à ce que je sois vraiment tombé amoureux de cette fille. Moi non plus je ne m’attendais pas du tout à ça et pourtant j’étais bien tombé amoureux d'Adrianna. « Ok Noam, je ne m’attendais pas du tout à ça. C’est… C’est effectivement la merde. Mais pourquoi tu n’essayes pas de lui dire la vérité. Que c’était un pari, mais qu’aujourd’hui tu es vraiment amoureux d’elle. » Ma réaction fut immédiate, je ne me suis pas vraiment contrôlé sur ce coup et je m’emportais légèrement. « NON ! Je ne peux pas lui dire, dès qu’elle saura pour le pari c’est certain qu’elle me quittera ! » J’étais vraiment fichu… « Je ne sais pas Noam, c’est comme tu le sens. Mais à mon avis si tu ne lui dis rien elle finira forcément par le savoir un jour ou l’autre. Tous tes potes sont au courant il y en a bien un qui finira par faire une connerie et tout avouer ! C’est vraiment toi qui sait, mais je pense que tu ferais mieux de lui dire la vérité toi avant qu’elle ne l’apprenne par quelqu’un d’autre. »

Cette fois-ci ma décision était prise, il était temps pour moi d’avouer toute la vérité à Adrianna. La discussion avec ma sœur m’avait fait vraiment réaliser qu’il était temps pour moi d’arrêter de jouer avec elle. Il est évident que je suis tombé fou amoureux de cette fille et que je ne pourrais donc pas me passer d’elle. Si je ne lui disais pas la vérité maintenant, elle finirait forcément par l’apprendre de quelqu’un d’autre et je ne pourrais donc plus la retenir. Je savais bien que lui avouer la vérité allait également la faire fuir, mais peut-être qu’elle acceptera de me pardonner après coup ? Qui sait ? Je retrouvais donc Adrianna quelques minutes plus tard et m’apprêtais à lui dire toute la vérité, sans attendre une seule seconde de plus. Mais celle-ci me lança un regard noir dès mon arrivée. « Dégages Noam, je ne veux plus te voir ! » Surpris, je fronçais les sourcils tout en m’approchant encore un peu plus d’elle. Elle semblait vraiment hors d’elle et je ne comprenais vraiment pas pourquoi. Ou plutôt je m’en doutais, mais j’espérais avoir tort. « Comment ça tu ne veux plus me voir ? Qu’est-ce qu’il se passe Adrianna ? » Elle continuait de me lancer ce même regard noir qui me donnait presque les frissons dans le dos. Cette fois-ci c’était fini, elle ne voulait plus rien savoir. Je le sentais. « Ne fais pas comme si tu ne savais pas de quoi je veux te parler Noam ! Je t’ai entendu parler avec tes potes tout à l’heure. Je t’ai entendu parler de ce fameux pari. » Un silence s’installa entre nous. Elle savait tout, cette fois-ci c’était sûr. Je me sentais vraiment mal, j’avais fait une sacrée connerie, j’en étais bien conscient et je m’en voulais. Mais plus de retour en arrière possible. Je me grattais l’arrière du crâne, ne sachant plus vraiment ce qu’il fallait répondre. « Je… Je suis désolé Adrianna, je voulais t’en parler, je voulais te dire toute la vérité aujourd’hui, je t’assure. » Elle laissa échapper un petit rire jaune. « Tu avais deux ans. Deux longues années pour m’avouer la vérité. Tu me dégoûtes Noam. Je pensais vraiment que tu étais différent de tes potes. Mais je me trompais sur toute la ligne. » Elle commença à s’éloigner, apparemment pour elle la conversation était terminée, mais je ne voulais pas la laisser partir comme ça. Il fallait qu’elle sache que je l’aime, que j’ai changé. « Adrianna, attends. Laisse-moi t’expliquer ! » Mais elle ne prit même pas la peine de se retourner. Elle continua son chemin tout en me répondant. « Je n’ai plus envie de t’écouter Noam. C’est fini. » Ce sont les derniers mots que j’entendis de sa part. Tout était terminé. Deux ans de relation qui se terminait pour une raison aussi idiote. En même temps c’était entièrement ma faute, jamais je n’aurais dû faire ce pari au départ ou alors j’aurais dû dire la vérité à Adrianna directement et essayer d’obtenir son pardon pour qu’on puisse former un beau couple. Quel abruti je pouvais être parfois. Je la regardais s’éloigner, je n’allais certainement jamais la revoir. Elle était pourtant la femme de ma vie, exactement le genre de filles qui me correspondent. J’avais vraiment merdé sur ce coup-là. Je finis par faire demi-tour et rentrer chez moi les mains dans les poches et le visage triste.


Je passais une soirée tout à fait banale pour le moment. Avec quelques potes nous nous étions retrouvés dans le bar de la ville et nous buvions tranquillement une bière tous ensemble. Jusque-là rien de bien particulier. Le temps avait passé et j’étais devenu avocat, j’avais à présent 31 ans et j’essayais au mieux d’oublier Adrianna. C’était difficile, très difficile. Même après toutes ces années, elle restait dans mes pensées. Adrianna avait quitté la ville peu de temps après notre séparation et je n’avais plus du tout eu de nouvelles de sa part. J’avais donc continué mon petit train de vie, en essayant de trouver une autre femme parfaite. Mais personne ne s’était vraiment montré à l’horizon. Pour moi aucune fille ne pouvait égaler Adrianna Contini. Jusqu’à ce jour ! J’avais remarqué une jolie brune au coin du bar et j’avais passé une bonne partie de la soirée à l’observer, me demandant quand est-ce que je me déciderais à me jeter à l’eau et à l’accoster. L’occasion me fut donnée dans la soirée lorsque je remarquais un homme qui était un peu trop entreprenant avec elle et semblait la déranger. La voyant le repousser à plusieurs reprises, je décidais d’agir immédiatement. M’excusant auprès de mes amis, je me dirigeais vers elle rapidement. Je glissais un bras autour de sa taille et repoussais d’un simple geste cet homme qui ne voulait toujours pas la lâcher. « Il y a un problème ? » Je gardais mon regard fixé sur cet homme qui affichait un petit sourire en coin. « Non, je discutais juste avec la demoiselle. Si tu veux bien nous laisser ! » La demoiselle en question n’avait toujours rien prononcé. Elle regardait la scène alors que ma main restait toujours autour de sa taille. « La demoiselle en question, c’est ma petite amie. Alors à moins que tu ne veuilles te prendre un poing dans la figure, je te conseille de déguerpir, tout de suite ! » Je faisais de mon mieux pour avoir l’air imposant et fini par retirer mon bras autour de la taille de cette jeune fille dès que l’homme fut parti. Je tournais mon regard vers la demoiselle, elle affichait un petit sourire. « Merci. Je pensais qu’il n’allait jamais me laisser tranquille. » Oui j’avais bien remarqué qu’il n’était pas prêt à la laisser tranquille et je ne supportais pas vraiment les hommes un peu trop insistants. « Aucun problème, ça m’a fait plaisir. Est-ce que je peux vous offrir un verre ? » Elle accepta avec un immense sourire et je pris place à côté d’elle. Elle était vraiment très charmante comme fille et au fil de la soirée j’apprenais à faire sa connaissance. Elle s’appelait Evan, c’était la première chose que j’avais apprise sur elle. « Je vais devoir te laisser malheureusement, mes potes commencent à s’impatienter et je leur avais promis une soirée avec eux. C’est déjà plutôt raté. Mais j’aimerais beaucoup te revoir, très rapidement. On pourrait aller boire un verre tous les deux durant la semaine prochaine ? Et promis cette fois-ci je n’aurais pas besoin d’interrompre notre conversation. » Un sourire s’étira sur le coin de mes lèvres, je la regardais droit dans les yeux et remarquais qu’elle semblait tout aussi ravie que moi à l’idée de pouvoir me revoir. « Avec grand plaisir Noam. Voici mon numéro, appelle-moi dès que tu as un moment. » Elle me donna son numéro de téléphone que je m’empressais d’entrer dans mon portable. Je lui souhaitais ensuite une bonne suite de soirée et retournais auprès de mes potes, avec toujours ce même sourire accroché sur mes lèvres. Cette fille était vraiment parfaite.

Je nageais en plein bonheur. Cela faisait maintenant quelques mois qu'Evan et moi avions décidé d’officialiser notre relation. Nous nous étions revus plusieurs fois après notre fameuse rencontre dans ce bar et je devais bien avouer que j’étais totalement tombé sous le charme de cette fille. Elle était exactement le genre de filles que j’aime et qui pourrait tout à fait me faire oublier Adrianna. Ma sœur avait été super contente d’apprendre la nouvelle, elle qui espérait toujours que j’arrive à me trouver quelqu’une, cette fois-ci c’était bon. « Evan, tu sais que t’es vraiment parfaite aujourd’hui ? » Installé dans le salon, je regardais la télévision et fut attiré par les magnifiques fesses de ma petite amie qui passèrent près de moi dans un jean qui les mettait parfaitement bien en valeur. Elle était vraiment sublime. « Seulement aujourd’hui ? Bah merci. » Je laissais échapper un petit rire alors qu’elle venait de s’arrêter sur son chemin et qu’elle avait tourné son regard vers moi. Elle était vraiment parfaite, c’était incroyable. Je me levais légèrement du canapé pour pouvoir attraper les mains de ma petite amie et l’attirer tout contre moi sur le canapé. « Mais non, tu sais bien que tu es toujours parfaite ma chérie. » Je déposais un baiser sur ses lèvres et remis ensuite une mèche de cheveux derrière son oreille. « Qu’est-ce qu’il se passe Noam ? Tu es d’humeur à faire pleins de compliments ? » J’enfouis mon visage dans son cou et déposais plusieurs baisers qui la firent rigoler. « Je n’ai pas le droit de faire des compliments à la femme la plus extraordinaire ? » Evan continuait de rigoler sous mes nombreux baisers. « Oui évidemment, merci Noam. » J’arrêtais de lui faire des baisers dans le cou et levais mon regard vers elle. Son regard se plongea dans le mien et je me laissais envoûter par ses magnifiques yeux. « Je t’aime Evan. » C’était la première fois que je le disais, pour le moment aucun de nous deux n’avait osé prononcer ces mots. En même temps ce n’est pas le genre de choses que l’on dit au départ d’une relation. Mais j’avais fini par les dire, parce que je le pensais vraiment. J’étais amoureux de cette fille et grâce à elle, j’avais réussi à oublier Adrianna et j’étais vraiment bien. Un silence s’installa et Evan me regardait droit dans les yeux. Elle semblait étonnée par ce que je venais de lui dire, c’était tellement inattendu en même temps, je pensais bien que ça pouvait la surprendre. Un sourire finit par s’étirer sur le visage d'Evan qui s’approcha de moi pour déposer un baiser sur mes lèvres. « Moi aussi je t’aime Noam ! » Elle l’avait dit elle aussi. C’est vrai que de prononcer ces quelques mots ça peut faire peur. On ne sait jamais comment l’autre va réagir, on ne sait jamais ce qu’il va en penser. Mais lorsque l’autre les dit en retour, c’est tout simplement merveilleux. J’embrassais à nouveau Evan et la laissais ensuite s’asseoir comme il faut sur le canapé à côté de moi. « Finalement je suis bien content que ce mec soit venu t’embêter dans ce bar quand on s’est rencontré. Grâce à lui j’ai la chance d’être heureux aujourd’hui. » Oui il fallait quand même avouer que c’était grâce à cet abruti que j’avais pu rencontrer Evan et je crois que si je le recroisais aujourd’hui dans les rues de Londres, je lui dirais merci d’être un parfait idiot.


Dernière édition par Noam Kensington le Ven 8 Avr - 10:26, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
Love in stereoϟ Letters : 14
ϟ ID Card : keep smiling (alexandra)

MessageSujet: Re: noam + in three words i can sum up everything i've learned about life: it goes on.    Mar 22 Mar - 7:53

Once upon a time


« Kensington, tu as un nouveau dossier à traiter, c’est un cas assez complexe et la police va nous aider sur plusieurs points. C’est une certaine Mme Contini qui va traiter le projet avec toi si je ne me trompe pas. Je te laisse aller au commissariat pour obtenir les informations. » Contini, évidemment ce nom de famille m’était plus que familier, mais c’était tout simplement impossible que ce soir Adrianna. Elle n’était plus à Londres depuis tellement d’années à présent. Non ce n’était vraiment pas possible que ce soit elle. Je chassais rapidement cette idée de mon esprit et relevais mon regard vers mon collègue. « Ok, merci pour l’info. » Mon collègue afficha ensuite un petit sourire en coin qui me fit froncer les sourcils. Apparemment il avait encore quelque chose à ajouter. « Tu feras attention Aaron, cette fille est super canon. » Il me fit un clin d’œil avant de s’éloigner. Je laissais échapper un petit rire et reportais mon regard sur le dossier qu’il venait de me déposer. J’y retrouvais à l’intérieur de celui-ci le détails sur l’équipe de police avec laquelle je devrais travailler et découvrit ce fameux nom : Adrianna Contini. Cette fois-ci ça ne faisait plus aucun doute, c’était bien de mon ex petite amie dont il s’agissait. Je sentis mon cœur s’arrêter quelques secondes à l’instant où mes yeux se posèrent sur son nom. Elle était de retour en ville ? Je restais quelques minutes à contempler ce dossier en me posant tout un tas de questions au sujet de cette fille, puis je finis par me décider à me rendre au commissariat. Je faisais de mon mieux pour montrer de l’assurance et surtout ne pas lui faire penser qu’elle m’a terriblement manqué malgré toutes les années qui ont passées. Surtout qu’il y a Evan à présent. J’arrivais sur les lieux quelques minutes plus tard et n’eut pas à attendre longtemps pour la repérer. Elle était encore plus parfaite que dans mes souvenirs, mais je gardais toute l’assurance dont je sais faire preuve. « Adrianna Contini, ça alors. Quand j’ai vu ton nom ce matin, j’ai cru que je me trompais, mais non. C’est bien toi. Bienvenue dans l’équipe ma belle ! » J’affichais un immense sourire, alors que de son côté Adrianna ne semblait pas du tout comprendre ce qui était entrain de se passer. « Tu es flic ? Toi ? » Je laissais échapper un petit rire face à sa réaction et m’empressais de lui répondre. « Avocat. C’est bizarre, à l’époque, j’aurais juré que tu serais avocate et moi flic. Comme quoi ? » La conversation dura encore un petit moment. Je lui expliquais que nous allions devoir travailler ensemble pour ce fameux dossier Maxter. Puis une chose en entraînait une autre, je finis par lui proposer d’aller boire un verre le soir même afin de fêter son retour en ville. Je n’avais pas vraiment réfléchis, c’était sorti tout seul. Quel idiot. J’en oubliais totalement Evan en cet instant précis. Pourtant, je suis heureux avec Evan, elle est vraiment parfaite. Mais elle ne pourra jamais égaler Adrianna. Cette fille a toujours pris une grande place dans mon cœur et je m’en suis bien mordu les doigts de l’avoir perdue pour une raison aussi idiote. Mais le temps à passer et je ne pouvais pas tout gâcher avec Evan simplement parce qu'Adrianna est de retour ! Pourtant ce soir-là je mentis à Evan en lui disant que je sortais avec quelques potes boire un verre et avais retrouvé Adrianna pour tenter de rattraper le temps perdu.

« Tu ne devineras jamais qui est de retour en ville ? » Je prenais un café en compagnie de ma sœur. Depuis hier maintenant j’avais appris que je devais travailler avec Adrianna sur un dossier très important et très délicat. Je me réjouissais du coup d’annoncer la nouvelle à ma sœur qui serait certainement tout aussi surprise que moi d’apprendre cette nouvelle. J’étais tout excité à l’idée de parler d'Adrianna, ce n’était pas normal au fond. La veille j’avais été boire un verre avec elle d’ailleurs et j’avais mentis pour la première fois à Evan. Ce n’était vraiment pas bien, mais c’était trop tard à présent. Evan ne devait pas savoir qu'Adrianna était de retour et surtout que je devais travailler avec elle. « Je ne sais pas Aaron non, mais tu vas me le dire ! » Elle afficha un immense sourire et attendit que je lui annonce cette nouvelle qui me rendait aussi excité. « Adrianna. Mon ex. » La réaction de Zooey ne fut pas vraiment celle à laquelle je m’attendais. Elle fronça les sourcils et me regardait sourire bêtement, sans vraiment comprendre ce qu’il se passait. « Ok et c’est une nouvelle qui te réjouit pour quoi exactement ? » Elle continuait de me regarder droit dans les yeux et semblait comprendre ce qu’il se passait au fond de moi sans que je n’aie besoin de lui expliquer quoi que ce soit. « Je n’ai pas dit que c’était une bonne nouvelle, simplement qu’elle est de retour en ville. » Zooey laissa échapper un petit rire. « Tu as vu la tête que tu tires Aaron, tu as l’air vraiment heureux de savoir qu’elle à nouveau là ! Alors que tu n’as vraiment aucune raison de t’en réjouir ! Est-ce que je dois te rappeler que t’es avec Evan maintenant ? » Ma sœur avait toujours le don pour mettre le doigt sur les choses qu’il ne fallait pas. Elle remarquait évidemment tout chez moi, je ne pouvais vraiment rien lui cacher. « Mais non Zooey, je sais très bien qu’il y a Evan et je suis très heureux avec elle ! » Oui c’était certain, je suis heureux avec Evan. Cela fait une année environ que nous sommes ensemble et je ne peux vraiment pas me plaindre. Nous formons un beau couple tous les deux et il était clair qu’il serait idiot de tout gâcher maintenant. « Mais ? » Je levais les yeux vers ma sœur qui s’attendait de toute évidence à une suite à ma phrase. Effectivement j’aurais pu lui dire qu'Adrianna reste Adrianna et que je l’aimerais sans doute jusqu’à la fin de ma vie. « Mais rien du tout. J’aime Evan un point c’est tout. » Zooey haussa les épaules et attrapa sa tasse de café. Elle ne semblait pas totalement convaincue par ce que j’étais entrain de lui dire. « Si tu le dis Aaron. En tout cas j’espère vraiment pour toi que tu ne feras pas tout merder avec Evan. Souviens-toi comme tu t’en es mordu les doigts avec Adrianna, ne refais pas les mêmes erreurs avec Evan. » Ma sœur avait tout à fait raison, comme toujours d’ailleurs. Je ne pouvais pas faire souffrir Evan également, j’avais déjà fait assez de ravage comme ça. En plus je ne savais même pas ce qu’il se passait en ce moment dans la vie d'Adrianna. Peut-être qu’elle était en couple elle aussi ! Après tout je n’avais pas posé la question jusqu’à présent.


Cela faisait un petit moment maintenant qu'Adrianna et moi travaillions sur le même dossier. Un dossier pour le moins compliqué qui nous demandait énormément de travail. Le procès aurait lieu demain et il fallait absolument trouver le plus de documents possibles avant ça afin de pouvoir défendre comme il se doit ce client. Adrianna avait été désignée pour m’aider à fouiller dans les nombreux dossiers qui concernaient ce cas. Au fond je devais bien avouer que ça ne m’avait absolument pas déplu que ce soit elle qui m’aide à faire cette tâche. Depuis quelques jours du coup on se voyait beaucoup plus souvent. On passait nos journées dans mon bureau à éplucher tous les dossiers à la recherche d’une information importante qui aurait pu nous échapper. Finalement ce jour-là, la veille du procès, tout bascula entre Adrianna et moi. Installé confortablement dans mon bureau je regardais un dossier, lorsqu’une coupure de courant arriva dans le bureau. Je fronçais les sourcils alors que de son côté Adrianna commençait légèrement à paniquer. « Merde, qu’est-ce qu’il se passe ? » Je n’attendis pas plus longtemps pour m’approcher d'Adrianna afin de la protéger. La lumière clignota, puis s'éteignit à nouveau. « Aaron, qu’est-ce qu’il se passe ? » Je m'approchais de la porte du cabinet qui était sécurisée et évidemment sans électricité, elle ne s'ouvrait plus. Je n’en avais pas la moindre idée de la raison de cette coupure de courant, mais il était certain que nous étions coincé ici. Je revenais vers Adrianna et m'approchais doucement d'elle. « Tu vas bien Adrianna ? » Je la vis hocher de la tête et pensais qu’elle allait s’écarter de moi aussitôt. Après tout ce n'était qu'une coupure de courant, rien de très grave. Du moins c’était ce que j’espérais. « On va peut-être devoir passer la nuit ici. La porte d'entrée ne s'ouvre plus et je ne sais pas quand il y aura à nouveau de l'électricité. » J'espérais tout de même que les choses rentrent vite dans l'ordre, je commençais à trouver cette situation bien particulière. Sentir Adrianna collée tout contre moi me faisait un effet particulier et incroyable. Je n’avais plus envie de m'éloigner d'elle. Je glissais doucement une main dans ses cheveux, tentant de la rassurer et en même temps de profiter de l’avoir près de moi. Ce n’était plus arrivé depuis tellement d’années et elle m’a tellement manquée. Ma respiration s’accélérait doucement et je commençais à avoir chaud. Soudain je sentis ses lèvres s’approcher des miennes et je me laissais totalement aller sous ce doux baiser. Quel bien ça faisait. Elle est si parfaite cette fille. Je finis par prendre les choses en main, ne pouvant plus attendre une seule seconde de plus. Je la faisais s'asseoir sur mon bureau et m’emparais de ses lèvres de manière plus passionnée. Ce soir-là nos retrouvailles furent pour le moins torrides. Je retrouvais chaque courbe de son corps sous mes doigts qui la caressait avec passion. Cette fille était clairement la femme de ma vie, je n’avais pas changé d’avis à ce niveau-là c’était une évidence. (…) Le soleil éclairait le bureau dans lequel nous étions tous les deux allongés. On échangea un petit regard, gêné et puis finalement on découvrit que le courant était revenu. Nous pouvions sortir d'ici. Sans un mot on sortit tous les deux du cabinet.


Dernière édition par Noam Kensington le Ven 8 Avr - 10:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 346
ϟ ID Card : the mad hatter

MessageSujet: Re: noam + in three words i can sum up everything i've learned about life: it goes on.    Mar 22 Mar - 9:13

encore un canon

_________________

won't lose you again
You and I walk a fragile line, I have known it all this time, but I never thought I'd live to see it break. It's getting dark and it's all too quiet and I can't trust anything now and it's coming over you like it's all a big mistake. Stood there and watched you walk away from everything we had, but I still mean every word I said to you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 232
ϟ ID Card : benzorris (anouchka)

MessageSujet: Re: noam + in three words i can sum up everything i've learned about life: it goes on.    Mar 22 Mar - 9:14


_________________


    Love isn’t soft, like those poets say. Love has teeth which bite and the wounds never close ϟ ϟ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
Love in stereoϟ Letters : 29
ϟ ID Card : Luxette

MessageSujet: Re: noam + in three words i can sum up everything i've learned about life: it goes on.    Mar 22 Mar - 11:35

Le plus beauuuu

_________________

   
love

   
When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
Love in stereoϟ Letters : 302
ϟ ID Card : foolish blondie ⊹ tica

MessageSujet: Re: noam + in three words i can sum up everything i've learned about life: it goes on.    Ven 25 Mar - 19:25


_________________

    don't even pretend you know me
    --------------------
    ‹ if i showed you my flaws, if i couldn't be strong tell me honestly would you still love me the same. ›
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foolish-blondie.tumblr.com
Contenu sponsorisé


Confide in me
Love in stereo

MessageSujet: Re: noam + in three words i can sum up everything i've learned about life: it goes on.    

Revenir en haut Aller en bas
 
noam + in three words i can sum up everything i've learned about life: it goes on.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (Asmae) “In three words I can sum up everything I've learned about life: it goes on.”
» What are words if you really don't mean them when you say them!
» Kotonoha no Niwa (The Garden of Words)
» lee noam || Ублюдок.
» JANG KI YONG ▬ armani noam

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LONDON BABY :: BEGIN A NEW LIFE :: tell me your story :: london is mine-
Sauter vers: