Partagez | 
 

 something about you ☆ sara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Confide in me
Love in stereoϟ Letters : 302
ϟ ID Card : foolish blondie ⊹ tica

MessageSujet: something about you ☆ sara   Ven 11 Mar - 8:16

- Sara Adrianna Solano  -
you think she's innocence, but you should think twice about that
PRÉNOM(S) + Cette jeune fille ne porte pas un prénom anodin ... En effet, si ses parents l'ont prénommé Sara, c'est parce qu'elle était la petite dernière de la famille. Ils ont toujours su qu'ils n'auraient pas plus de quatre enfants, et si les jumelles ont accélérés les choses, Sara elle est venu finir la boucle. Son prénom à des origines hébraïques, il vient de Saray qui signifie en réalité princesse, reine, ce qu'elle à toujours un peu été au fond. Car en effet quand on est la petite dernière de la famille, on à le droit à des faveurs que les autres n'ont pas avant. Dès qu'elle est née elle à su charmer tout le monde par son regard déjà plus qu'envoutant alors qu'elle n'avait que quelques heures. Et si ses frères et soeurs s'amusent parfois à l'appeler princesse, il faut bien avouer que cela lui plaît plus qu'elle ne veux bien le dire. Elle porte ensuite le nom de sa grand mère paternelle, Adrianna. Malgré le fait qu'il en parle très peu, elle sait que son père l'aimait énormément et il ce laisse parfois aller, en lui disant qu'elle lui ressemble énormément. C'est un honneur pour la jeune forme de porter le prénom d'une femme si inspirante même si elle n'a jamais eu la chance de la connaître. Elle envie d'ailleurs son frère et ses soeurs, d'avoir eu la chance de la connaître.  NOM(S) + Ce n'est un secret pour personne, Sara est une Solano. Une famille qu'il est difficile d'ignorer à bien des égards. C'est une fierté pour elle d'en faire partit et de la représenté, elle c'est toujours mis un point d'honneur à rendre sa famille fière et ne risque pas d'y déroger. Si sa famille est reconnue en Angleterre depuis plusieurs années maintenant, elle l'est tout autant en Colombie qui est leur pays d'origine. Il est impossible de mettre un pied dans le pays sans ce faire remarquer lorsque l'on est un descendant des Solano ... Ici, à Londres, ils sont connus pour avoir réussit tous ce qu'ils ont toujours entreprit, allant de la création de leurs hôtels. Mais ce que l'on retient le plus, c'est qu'ils sont connus pour être à la tête d'un immense cartel de drogue, qui approvisionne non seulement le Royaume-Uni mais aussi les autres pays alentours. Diego Solano, son père, à fait en sorte de laisser un héritage à ses enfants et pas n'importe lequel ...  ÂGE + L'on croit parfois qu'elle est plus âgée que la réalité, peut être à cause de sa maturité toute particulière. Impossible de faire autrement lorsqu'on est la petite dernière d'une famille composée de fortes tête ... Si Sara, n'à que vingt-cinq ans, elle ne souhaite pas que l'on s'arrête sur son âge mais plutôt sur son expérience. Après tout ses soeurs n'ont que deux ans de plus qu'elle, alors selon elle son jeune âge ne devrait pas poser de problèmes. Elle n'a pas peur de vieillir, tout comme elle ne regrette absolument rien du chemin qu'elle à parcouru aujourd'hui. Si elle n'a pas toujours su la vérité sur les activités de sa famille, elle à su le comprendre assez rapidement lorsqu'elle n'était alors âgée que d'une quinzaine d'années. Un peu trop tôt selon son frère, à point nommé selon son père plutôt fière de la rapidité d'esprit dont à toujours été doté sa fille. DATE ET LIEU DE NAISSANCE + C'est presque une tradition, Sara à vu le jour au St Thomas Hospital, à Londres. Tout comme Roan, Camilla et Malaya avant elle. Seulement voilà, elle n'à pas voulu faire complètement comme les autres si bien qu'elle est arrivée à minuit pile le 31 Décembre 1990 . Ses parents ont alors pu choisir sa date de naissance officielle, et plutôt que de choisir le 1er Janvier ont eu la bonne idée de garder le 31. De ce fait chaque années, la jeune femme ne fête pas seulement la nouvelle année comme tout le monde, non elle ajoute à cela son anniversaire. ORIGINES ET NATIONALITÉ + Si la jeune femme est anglaise, ce sont ses origines que l'on remarque le plus facilement sur elle. L'époque ou les anglais étaient roux et blanc comme un cachet d'aspirine est terminée, il suffit de regarder les Solano pour le comprendre. Si elle fière d'être anglaise, elle est surtout plus fière encore de ses origines colombienne. Un pays qu'elle aime énormément, et qui sera toujours à ses yeux le pays de sa famille, plus que l'Angleterre. STATUT CIVIL + Si il y'a bien une personne qu'il est impossible de caser, c'est la petite dernière, et pour plusieurs raisons évidentes. Première parce qu'il faut savoir que Roan est toujours dans les parages, si au début cela la dérangeait que son frère ai son mot à dire sur toutes les personnes qu'elle pouvait fréquenter, aujourd'hui elle sait et comprend qu'il fait ça pour la protéger, et pour protéger la famille. Tout les petits copains qu'elle à pu avoir dans sa vie, les plus sérieux d'entre eux en tout cas, sont passés sous le radar de son frère, et aucuns d'entre eux n'est encore là pour le dire. Enfin, de son point de vue Sara n'a absolument pas le temps de ce poser des questions là dessus. Elle à apprit au fil des années à ne pas trop s'attacher aux gens, à ne pas trop faire confiance. Si c'est une façon parfois un peu solitaire d'agir, elle fait ça pour ce protéger. Ce qui explique aujourd'hui qu'elle soit encore, célibataire. Parce qu'elle préfère ce faire plaisir, quand elle le souhaite sans pour autant impliquer qu'importe sentiments. Elle c'est toujours dit que c'était mieux de cette façon, plus facile, moins douloureux. Mais malheureusement rien n'est jamais simple, et c'est bien connu que l'on ne tombe jamais amoureux de la bonne personne. Si elle ne veux pas vraiment ce l'avouer, c'est la vérité, il c'est immiscé dans sa vie Alec Oswald. Il est le meilleur ami de son frère, l'un des hommes de confiance de son père et autrement dit le seul homme pour lequel elle ne devrait jamais avoir d'autres sentiments qu'un profond respect. Et pourtant, c'est bien plus compliqué que ça, bien plus explosif aussi que ça ne devrait l'être. ÉTUDES/MÉTIER + Tout comme le reste de sa fratrie avant elle, Sara à toujours été brillante à l'école. Ce n'était d'ailleurs pas un choix, mais plus un devoir qu'autre chose. Car chez les Solano, tout les enfants font preuve d'une intelligence hors du commun, et pas si simple que ça à acquérir. Toute sa vie elle à voulu rendre sa famille fière, ce n'est pas parce qu'elle était la dernière qu'elle avait droit à un traitement de faveur sur ce plan là ... Par ailleurs il ne fut pas simple pour elle de choisir sa voix, car ce n'était pas la vie banale qu'on lui proposait qu'elle voulait dans sa vie, mais celle qui ce cachait au delà des faux semblants. Après plusieurs disputes, et de longues discussions son père à su lui faire entendre raison. Elle ne pouvait pas rejoindre le business familial si elle n'avait pas son diplôme, si elle n'avait pas ce qu'elle aime appeler un job de couverture. Si son intelligence à toujours été reconnue, elle n'a jamais voulu suivre des études ennuyantes comme le droit. En tant que personne qui ne respecte pas la loi, impossible pour elle d'en apprendre les fondement ... C'est pour cette raison qu'elle c'est retrouvée en double licence, et qu'elle à obtenu il y'a peu son diplôme en psychologie mais aussi en finance. Si elle à choisit ses deux matière c'est avec une raison évidente en tête, la première afin de savoir analyser les gens et apporter son savoir lors de nouvelles transactions. Et la seconde pour pouvoir montrer à son père qu'elle lui était indispensable. Aujourd'hui elle occupe comme sa soeur, un poste au sein de l'entreprise familial, et ce dernier n'a absolument aucun lien avec ses études puisqu'elle est celle qui s'occupe de l'événementiel de l'hôtel, allant de réunions des plus sérieuses, aux soirées que tout le monde s'arrache. Il faut l'avouer elle à une petite réputation dans le milieu qui la rend bien souvent un peu trop sûre d'elle même.  TRAITS DE CARACTÈRE + Selon bien des accords, Sara est une jeune femme des plus sympathique. En effet, lorsque l'on entend parler d'elle, la première chose qui marque souvent les esprits c'est son sourire, la façon qu'elle à de toujours mettre les personnes qui se trouvent autour d'elle à l'aise. Elle est complètement en harmonie avec son corps, si bien qu'il est rare de la voir de mauvaise humeur, rare aussi de ne pas la voir en train de rire à quelque chose, ou en train de sourire. Elle apporte à qui le souhaite de la fraicheur, et un peu de bonheur. C'est un très qui la caractérise particulièrement, tout comme un trait qui est aux antipodes de sa personnalité profonde. Car si Sara apparaît comme une personne complètement ouverte, facile d'approche ce n'est en réalité pas du tout le cas. En effet, elle est plus réservée qu'on ne pourrait le croire, encore plus lorsque cela touche à sa vie privée. Finalement ce qu'elle partage avec les gens n'est rien de vrai, mais que de la comédie, une façon pour elle de vendre un personnage agréable et à qui l'ont fait rapidement confiance. Parce que c'est ce qu'elle préfère faire, avoir la confiance des gens en un claquement des doigts pour pouvoir plus facilement les étudier. Seuls les proches de la jeune femme savent lorsqu'elle arbore son faux visage, quand elle devient une autre personne que celle qu'elle est vraiment. Comme la plupart des Solano, Sara n'exprime que très rarement ses sentiments. Si elle ne cesse de démontrer son amour pour sa famille, lorsqu'il s'agit des hommes ou bien de fortes amitiés elle ne le dit jamais par des mots, toujours par des actes et des gestes. Le fait est qu'elle n'à jamais dit je t'aime, à qui que ce soit ... Si dans le boulot elle apparaît souvent assez rigide ou hautaine, c'est parce qu'elle sait qu'en ce comportant autrement on la penserait facile à duper. Et elle ne laisserait pas ça arriver, jamais. Son frère lui à apprit à ne pas ce faire marcher sur les pieds, et Malaya lui à souvent répéter qu'en étant une femme sa vie serait toujours plus compliqué que si elle était née comme un homme Solano. Elle doit toujours réaffirmer sa place, montrer qu'elle n'est pas faible, montrer qu'elle à la tête sur les épaules. Ce qui n'est finalement pas si compliqué que cela pour la jeune femme, qui à rapidement appris à ce comporte de la sorte. Seulement voilà, elle déteste être seule, elle s'épanouie bien plus lorsqu'elle est entourée, lorsqu'elle peux charmer les gens, et en jouer. La vie est son terrain de jeu favoris, c'est indéniable. Si elle monte rapidement en pression, si elle à envie de crever les yeux de la première personne qui oserait faire du mal à une personne à qui elle tient, elle n'agira jamais de façon impulsive, au contraire elle est celle qui préfère tout calculer, avant d'agir contrairement à sa grande soeur. Sara est une jeune femme loyale et dévouée, que ce soit auprès de sa famille ou auprès de son entourage proche. Elle serait capable de mourir pour eux, sans pour autant y réfléchir par deux fois allant contre tout ses principes. Manipulatrice au plus haut point, elle ne ce permet pas d'être jalouse, parce qu'elle ne trouve pas d'intérêt à l'être, parce qu'elle est sûr d'elle. GROUPE + Hyde Park.

Wreck of the day

20 CHOSES À SAVOIR SUR MOI +  si elle ce montre comme une fille indépendante, il faut savoir que sa famille est tout ce qui compte à ses yeux. Ils sont sa raison d'être, et jamais elle ne pourrait être qui elle est aujourd'hui sans eux si son père l'a salement puni il y'a de cela six ans quand elle à fait son premier tatouage, elle ne c'est jamais arrêté. Aujourd'hui elle compte près de six tatouages sur son corps, et chacun d'entre eux ont une signification particulière à ses yeux. Les plus voyants d'entre eux, reste tout de même son premier tatouage joy, souvenir d'une soirée remarquablement alcoolisée passée avec Camilla et Malaya   aussi étonnant que cela puisse paraître, Sara ne ce drogue pas. Sa réputation n'est plus à refaire et la vérité c'est qu'elle n'a jamais touché ne serait-ce qu'une seule fois à la drogue que vend sa famille. Adepte du mojo "un esprit sain, dans un corps sain" elle est plutôt le genre de femme à faire attention à ce qu'elle mange, et à faire du sport. Sa seule et unique faiblesse reste l'alcool qu'elle à beaucoup trop côtoyée quand elle était plus jeune, et qu'elle côtoie encore aujourd'hui dès son plus jeune âge, ses parents ont appris qu'elle avait un QI plus développé que la moyenne, mais ne lui ont jamais dit pour ne pas l'influencer dans ses choix de vie. Si aujourd'hui elle est consciente de cela et que le secret est levé, cela ne change absolument rien à sa façon d'être la jeune femme est polyglotte comme la plupart des autres membres de sa famille, une habilité plus que nécessaire dans leur domaine. Elle parle couramment l'anglais et l'espagnol bien entendu, puisque ce sont les deux langues maternelles. Elle à premièrement appris le Russe, parce que c'était selon elle la langue la plus difficile à apprendre et que pouvoir la maitriser était un challenge à ses yeux. Elle parle couramment le Portugais, le Mandarin et apprend toujours le Français qu'elle ne maîtrise toujours pas à la perfection. Récemment elle a commencé à prendre des cours de Suédois, afin de pouvoir communiquer aisément avec certains de leurs fournisseurs. Roan n'a pas eu d'autre choix que de lui apprendre à utiliser une arme il y'a de cela quelques années déjà. En effet, si elle ne voulait pas qu'elle s'en serve en voyant sa persévérance il à préféré prendre les devants et lui apprendre à s'en servir comme il faut avant qu'elle ne ce blesse. Elle est d'ailleurs toujours plus à l'aise, quand elle sent le poids d'un calibre 21 dans sa main Malaya est la seconde moitié de Sara, malgré leur différence d'âge et le fait que normalement deux soeurs passent leurs temps à ce disputer, la jeune femme pourrait difficilement passer deux jours consécutifs sans sa soeur ! La vérité c'est que pendant des années, et encore aujourd'hui, elle a été sa seule et unique confidente. La seule personne en qui elle avait pleinement conscience, et si cette complicité à quelque fois été mise à rude épreuve elle c'est toujours relevé. Le fait est que Sara et Malaya forment un tout, et qu'elles sont inséparables. depuis toujours, Sara montre une intolérance particulière au lait de vache. Cela l'a rendue bien malade lorsqu'elle n'était encore qu'un bébé, au point de lui faire passer plusieurs jours à l'hôpital sans savoir ce qui était en train de lui arriver. Ses parents ont eu peur de la perdre à l'époque ... Aujourd'hui il lui est impossible de boire du lait sans faire une anémie foudroyante, assez paradoxale d'ailleurs puisque cela pourrait la tuer. Elle sait ce battre au corps à corps, ce servir d'une arme mais il suffit d'une goutte de lait pour la faire tomber Sara est une fille très connectée, active sur tous les réseaux sociaux elle arbore fièrement plus de 900 000 abonnées sur son Instagram. Mais si elle utilise tout les réseaux, elle est une accroc de Snapchat et filme littéralement chaque instant de sa journée. Ce qu'elle aime par dessus tout, c'est de faire de Roan le sujet principal de ses Snaps, parce qu'elle sait qu'il déteste ça ! si son frère et sa soeur ont tourné le dos à Camilla lorsque celle-ci à quitté le business familial, Sara elle n'a pas pris cette décision. Car si elle à toujours voulu faire partit de ce cercle familial, cela n'a jamais été la souhait de sa grande soeur et elle comprend parfaitement qu'elle ai eu besoin de s'en détacher. D'autant plus qu'elle à toujours été une grande fan de ses pâtisseries, elle passe d'ailleurs tout les jours dans sa boutique pour gouter les merveilles qu'elle prépare spécialement pour elle elle à toujours été très sélective dans ses choix de petits copains, elle à toujours fait en sorte que ce soit des hommes qui n'auraient pas de grande importance dans sa vie, pour lesquels elle ne pourrait pas développer de sentiments trop importants. Cela n'est arrivé qu'une fois, avec Hunter et elle à comprit que dans son monde de vie cela était impossible si elle ne vend pas officiellement de la drogue, et qu'elle laisse cette activité à Malaya, il lui arrive cependant de fournir quelques personnes qu'elle considère comme des clients et qui croient être son amie loin d'être la plus grande fan des grandes et belles amitiés comme à la télévision, les choses ont quelques peu changer lorsqu'elle à rencontré Sofia. Cette dernière est devenue une personne importante dans sa vie, presque autant que sa famille. elle n'aime pas qu'on la touche sans qu'on ai son accord avant, elle déteste qu'on la frôle dans la rue, que quelqu'un pose sa main sur son bras sans y avoir été invité, elle sent toujours cela comme une attaque. Sauf quand il s'agit d'Alec ... elle à toujours admiré son grand frère plus que les autres, il à toujours été à ses yeux un modèle et il serait être aveugle de ne pas le voir, elle cherche jours après jours à le rendre fier elle adore danser, c'est un fait indiscutable, dès qu'il y'à un peu de musique elle est la première à danser si Malaya a toujours excellé en boxe et au corps à corps, ce n'est pas le cas de Sara qui préfère largement les armes. C'est Alec qui c'est pendant longtemps chargé de l'entrainer, mais elle à mis fin à ses derniers il y'a peu de temps, demandant à sa soeur de prendre la relève elle à toujours été plus proche des garçons que des filles, parce que les filles montrent rapidement leur jalousie et leur venin et qu'elle n'aime pas ça. Avant elle passait beaucoup de temps avec Hunter, et Jay mais depuis qu'elle participe au business familial elle à mis des distances avec ses derniers. Plus avec Jay qu'avec Hunter d'ailleurs elle aime bien la petite nouvelle de l'hôtel, Arianna, elle la fait sourire et lui fait parfois penser à elle. Qui plus est, elle est la meilleure amie de Faye et sympathiser avec la jolie brune lui permet de garder un oeil sur la seconde elle est accroc au thé, puisqu'elle déteste la caféine. Elle à cependant une préférence particulière pour le thé noir la vue du sang ne la fait plus tourner de l'oeil, c'est presque devenu quelque chose de normal dans sa vie si elle aime beaucoup voyager, elle ne part jamais longtemps parce qu'elle préfère retrouver le confort de son chez soi depuis plusieurs mois déjà une tension est palpable à chaque fois qu'elle ce retrouve dans la même pièce qu'Alec. Ils ont pendant longtemps tenté d'en faire abstraction, avant d'y succomber il y'a quelques semaines de ça ... Depuis tout est embrouillé dans la tête de la jeune femme.



We all want a happy ending

PSEUDO/PRÉNOM + écrire ici. ÂGE + écrire ici. COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? + écrire ici. FRÉQUENCE DE CONNEXION + écrire ici. TON DERNIER MOT + écrire ici.

_________________

    don't even pretend you know me
    --------------------
    ‹ if i showed you my flaws, if i couldn't be strong tell me honestly would you still love me the same. ›


Dernière édition par Sara Solano le Ven 18 Mar - 21:36, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foolish-blondie.tumblr.com
avatar


Confide in me
Love in stereoϟ Letters : 302
ϟ ID Card : foolish blondie ⊹ tica

MessageSujet: Re: something about you ☆ sara   Ven 11 Mar - 8:17

There’s nothing in this world I wouldn’t do.

Le visage plissé, les yeux rivés sous son ouvrage loin d’être achevé, Sara ce concentre plus que jamais. Elle soupire à de plusieurs reprises, parce qu’elle n’y arrive pas. Elle déteste ne pas réussir à faire quelque chose, si bien qu’elle sait qu’elle restera là jusqu’à ce qu’elle est terminé, quoi qu’il arrive. Il pouvait y avoir une tempête à l’extérieur que ça ne l’empêcherait pas de terminer ce qu’elle était en train de faire. Sa mère lui répétait souvent qu’elle tenait ça de Diego, son père, cette capacité à ne pas pouvoir passer à autre chose avant que la première ne soit terminée. Et à chaque fois que Roza Solano trouvait des points communs entre la petite dernière de la famille, et son père, celle-ci souriait visiblement fière de partager quelque chose de nouveau avec son père.  « Et merde ! » trois heures qu’elle planche là dessus, et elle n’en peux plus ! De rage elle balance son stylo sur la table en verre qui vient rejoindre les coins sombres et abandonnés de son bureau, tandis qu’elle s’étire sur sa chaise et qu’elle passe les mains dans ses cheveux. Elle n’y arrivait pas, et visiblement le fait de s’acharner ne semblait pas être la meilleure idée. S’accordant une petite pause bien méritée, elle attrape son téléphone et survole les quelques messages qu’elle à reçu pendant qu’elle bossait. Elle n’aimait pas être dérangé, ce qui expliquait qu’à chaque fois qu’elle devait travailler sur un devoir, ou préparer un examen, elle mettait son téléphone en silencieux, silence radio. Après avoir rattrapé son retard, elle dépose son regard sur la baie vitrée de sa chambre … Cette dernière était dans un bazar monstre, comme elle n’avait plus été depuis longtemps. Même lorsqu’elle était enfant elle ne restait jamais aussi longtemps avec autant d’affaires éparpillées de partout. Mais cette semaine n’avait pas été facile, elle avait enchainé les examens écrits et oraux et n’avait pas trouvé le temps de ranger quoi que ce soit. D’ailleurs son sol n’était pas remplit de vêtements comme pouvait l’être celui de la plupart des adolescente de son âge, mais plutôt de bouquins ouverts à des pages importantes, portant des surlignements de plusieurs couleurs, accompagnés de feuilles de brouillons, maculés de l’écriture rapide de la jeune femme. Il fallait qu’elle sorte de là … D’un geste sec elle referme son cahier, laissant sa dissertation en suspend, et ce lève rapidement. Si elle y réfléchissait à deux fois, elle finirait par rester ici, et ce n’était pas ce qui lui ferait du bien. La raison reprendrait le dessus sur son choix prit sur l’instant, et plutôt que de ce vider la tête elle recommencerais à ce plonger dans ce devoir en littérature qui était franchement en train de la rendre folle. Enjambant rapidement les livres encombrants le sol, elle atteint finalement sa porte pour rejoindre le couloir principal. La demeure familiale des Solano était immense, si bien que chaque enfants avait la joie de ne pas partager de murs. C’était parfait ainsi, de cette façon elle n’avait pas à ce préoccuper de ce que pouvait bien faire Roan, ou bien Camilla. Parce qu’ils étaient les seuls à ne pas être dans ce couloir, par contre il lui fallut seulement faire quelques pas pour arriver devant la porte de la chambre de Malaya, et elle ne prit pas la peine de frapper avant d’entrer. « J’ai besoin de me changer les idées ! » entrant de façon tout à fait décontracter dans la chambre de sa grande soeur, elle pose les yeux sur cette dernière alors installée sur son lit visiblement occupée à ce faire les ongles. Malaya était toujours parfaite de la tête aux pieds, c’était une nécessité quand on était une femme dans cette famille et que l’on souhaitait ce faire respecter. Plus que sa grande soeur, elle était la seule personne dans ce monde à la comprendre sans qu’elle n’ai besoin de s’étendre sur le sujet qui pouvait la tracasser. La seule personne à l’écouter ce plaindre sans faire la grimace !! Malaya ne prit pas la peine de faire une quelconque remarque sur sa façon d’entrer puisqu’elle avait toujours fait ça elle aussi, elle avait cette manie parfois agaçante de s’inviter dans des endroits ou elle n’était pas attendu et ne pouvait donc rien dire lorsque c’était Sara qui le lui faisait. Si au début la cadette avait fait ça pour ennuyer son aînée, aujourd’hui elle ne réfléchissait même plus quand elle le faisait !! Elle ce laisse tomber dans l’un des fauteuils et sort son téléphone portable, avant de scruter la réaction de sa soeur. « Le Scala ? » peu importe le jour, peu importe l’heure, Malaya était toujours la première à répondre présente pour une soirée. A bien des égares, Sara était encore trop jeune pour rentrer dans les clubs de la ville puisqu’elle n’était pas encore majeur. Mais le fait d’être Sara Solano changeait la donne … Enfin, quand Roan n’était pas dans les parages. Parce qu’il ne voulait pas qu’elle traine là bas, il ne voulait pas qu’elle s’amuse en fait et si cela causait parfois des disputes entre eux elle avait maintenant bel et bien compris qu’elle ce devait d’omettre ses sorties nocturnes avec sa grande soeur ! Le Scala était l’endroit parfait pour ce détendre ce soir. Elle avait besoin de ce changer les idées, et au fond d’elle, elle était certaine que c’était la meilleure décision à prendre. Demain elle aurait la tête libérée, et serait certainement plus apte à ce remettre dans sa dissertation ! « Je préviens Cami ! » elle aurait pu sortir de la pièce, et ce rendre jusqu’à la chambre de Camilla mais elle n’en avait pas le courage. Elle était à cet instant précis habitée par une autre forme d’énergie, elle voulait ce préparer, s’habiller et partir danser !! Elle imaginait déjà le nouveau visage qu’elle allait arborer, parce que si il y’avait une chose que la jeune femme aimait faire pendant ses soirées, c’était de jouer avec les gens. Elle adorait laisser croire aux gens des choses qui n’étaient pas vraies, les voir courir comme des idiots dans des mensonges qu’elle inventait sur mesure. Personne ne ce rendait jamais compte qu’elle n’avait que 16 ans, on la croyait toujours plus âgée, parce qu’elle était plus mature que la plupart des filles de son âge. Elle aimait jouer, elle aimait s’amuser et c’était ce qu’elle allait faire ce soir là. Après avoir fini de pianoter son message, elle ce lève et ce dirige vers le dressing de sa soeur. « Sara t’a tes propres fringues ! » la voix de Malaya est froide et tranchante, elle détestait quand elle parlait comme ça et c’est pourquoi elle ne le faisait jamais avec elle. Levant les yeux aux ciel, Sara ce retourne vers la jeune femme qui à visiblement fini ses ongles et qui la fusille du regard, un sourire caché au coin de ses lèvres. « Juste la robe rouge Maia !!  » et voilà qu’elle ressort ses petits yeux d’enfant triste, cette technique elle l’avait apprit beaucoup plus jeune. Avec les avantages d’être la petite dernière, la technique marchait toujours à la perfection. Malaya ce met à rire, et ce lève avant de la rejoindre et de lui donner un coup de hanche. « Sers-toi, hermanita ! » s’exclame t-elle finalement tout en ouvrant les portes de la caserne d’alibaba ! Si elle possédait le même dressing dans sa propre chambre, Sara préférait toujours venir piquer des affaires à sa soeur. « Alors comme ça on sort ? »les deux jeunes filles ce retournent en même temps vers Camilla qui vient d’entrer, un sourire sur le visage elle à visiblement elle aussi besoin de ce changer les idées !! Une bonne soirée était en train de s’annoncer, et c’était exactement ce dont elle avait besoin.Elle laisse la musique effleurer sa peau, s’emparer de chaque parties de son âme. Certains ne supportent pas quand le son est si fort, si fort que leur tympans leur font mal. Mais Sara adore ça, elle ce sent revivre, elle ce sent libre et il n’y à rien de plus important que la liberté. Elle ne connaît personne d’autres ici que ses soeurs et c’est parfait, elle n’a pas à affronter le visage des filles de son école qui n’aspirent qu’à être son amie pour profiter de son nom, de la notoriété de sa famille. Ici on sait qu’elle est une Solano parce qu’il est impossible de ne pas le savoir, il est impossible de la regarder et de ne pas voir dans ses yeux, dans chaque parties de son visage les mêmes caractéristiques que l’on retrouve chez ses parents, ou bien sur Roan ou les filles. Il est impossible de mentir la dessus, et ce n’est pas ce qu’elle cherche à faire. Elle cherche seulement à vivre, et à profiter parce qu’elle sait que demain la vie reprendra. Elle sait que demain les problèmes aussi reviendront, et tout ce qui importe pour le moment c’est de profiter de l’instant présent. Comme souvent dans ce genre de soirées, elle c’était aborder par plusieurs hommes différents et elle n’a pas répondu à leurs avances. Chose peu commune pour la jeune femme qui est pourtant toujours la première à répondre, car charmer est un jeu dans lequel elle excelle, mais surtout son jeu favoris. Sara est toujours sérieuse quand il faut l’être, mais pas dans ce genre de soirées, elle ne l’est jamais parce qu’elle à une réputation à tenir. Alors oui elle à un passif soit disant plus que mouvementé, si on écoutait les gens on penserait qu’elle à perdu sa virginité à l’âge de 12 ans ! Mais c’est loin d’être le cas, parce qu’elle n’est pas idiote, parce qu’elle n’est pas folle mais surtout parce que malgré le monde dans lequel elle vit, dans lequel elle évolue elle espère pouvoir trouver une seule personne différente des autres. Elle croit toujours naïvement qu’elle pourra vivre quelque chose de beau, quelque chose de vrai … Alors elle ce cache, elle cache la personne qu’elle est vraiment, pour moins souffrir, pour ne pas faire les mauvais choix. Enfin c’était ce qu’elle faisait. Un regard vers la salle VIP et elle découvre Malaya assez bien occupée avec un beau brun, tandis que Camilla semble elle aussi prête à sauter le pas avec un homme qu’elle à déjà vu avec elle. C’est parfait, aucune de ses soeurs ne la regarde. Au milieu de la foule elle sort son téléphone, sourit et finit par ce frayer un chemin jusqu’à la porte arrière. Elle avait mentit. Enfin, elle avait partiellement mentit parce qu’elle avait vraiment eu besoin de passer la soirée avec ses soeurs, mais passé deux heures du matin l’une et l’autre étaient bien trop occupées pour surveiller ce qu’elle pouvait faire et c’était aussi ce qu’elle avait prévu. Après avoir pousser la lourde porte en fer, le vent frais de cette soirée de mai vient lui caresser le visage, affoler ses cheveux. Elle à eu si chaud à l’intérieur qu’elle à l’impression à l’instant de faire face à un froid glacial ! La rue est déserte, n’importe quel jeune femme un tant soit peu intelligente ne serait jamais venu là toute seule. Mais Sara n’était pas n’importe quel femme, elle n’avait pas peur de ce balader seule pour la seule ! Mais surtout, elle savait qu’elle n’était pas seule … Si elle commence à frissonner pendant une seconde, la seconde d’après elle sent un tissus léger et chaud posé sur ses épaules. Elle resserre la veste contre elle et ce retourne, à l’instant ou une main ce glisse sur ses reins « Salut … » la voix grave du jeune homme vient faire vibrer son corps de la même façon que la musique avait de le faire quelques minutes auparavant. Elle sourit avant de ce coller contre lui et de déposer sa main sur sa joue, ce piquant légèrement aux repousses de sa barbe. Elle n’attend pas plus longtemps pour venir retrouver la douceur de ses lèvres, elle sent une chaleur toute particulière ce déposer en elle avant qu’il ne rompe leurs retrouvailles, le front toujours collé contre le sien. « On devrait partir d’ici. » elle avait rencontré Hunter quelques semaines plus tôt, lors d’une soirée similaire à celle-ci à la différence qu’elle n’y était pas aller en s’attendant à le voir. Il s’agissait d’une soirée étudiante ou elle c’était incrusté avec Malaya. Si elle c’était mentalement préparée à boire plus que de raison, elle ne c’était en aucuns cas attendu à entrer dans un débat littéraire avec un étudiant. Hunter avait su trouver une manière plus originale de rentrer dans sa vie que la plupart des personnes qu’elle connaissait. « Tu n’imagine même pas à quel point j’en ai envie. » murmure t-elle avant de venir poser sa tête dans le cou du jeune homme qui continu d’embrasser son front. Lentement elle avait sentit que quelque chose ce passait entre eux, pas de la même façon que les choses avaient pourtant l’habitude de ce passer avec les autres hommes. Il était différent et elle l’avait compris assez rapidement. Ils sortaient ensembles depuis quelques semaines déjà, mais elle avait trouvé plus intelligent de n’en parler à personne. Car si elle l’avait fait, ce serait devenu officiel aux yeux de beaucoup trop de personnes et ce n’était pas ce qu’elle voulait. Elle ne voulait pas qu’il soit embarqué dans son monde, pire encore elle ne voulait pas le partager avec qui que ce soit d’autre … C’est pourquoi ils se retrouvaient souvent en secret, la plupart du temps chez lui puisqu’il était impossible de ce retrouver chez elle. Ou encore lorsqu’ils ce trouvaient à deux endroits relativement proches, et qu’ils pouvaient glaner quelques minutes ensembles. C’était le cas ce soir, à l’instant ou Malaya avait proposé de passer la soirée au Scala quelques heures plus tôt, Sara l’avait mentionné à Hunter dans l’espoir de pouvoir le retrouver quelques minutes. Ils n’avaient pas du tout prévus de ce voir ce week end puisqu’elle devait bosser, mais l’occasion était bien trop bonne. C’est pourquoi il avait quitté sa propre soirée l’espace de quelques minutes, pour la retrouver. « Mes soeurs sont à l’intérieur … » et elle ne pouvait pas partir comme ça. La raison pour laquelle elle ne ce laissait plus facilement aller au jeu de séduction avec les hommes qui l’entourait, était en train de la serrer dans ses bras tout en caressant son dos. Cinq années les séparaient, au début Hunter ne l’avait pas cru quand elle avait finalement décidé de lui avouer la vérité. Quand elle avait pris la décision de ne pas jouer avec lui comme elle avait jusqu’alors pourtant l’habitude de faire. Mais ce qu’elle ressentait pour lui était si nouveau, et si différent que les années ne comptaient plus. Ce mettant sur la pointe des pieds, elle passe sa main dans le cou du jeune homme avant de venir retrouver ses lèvres. Au bout de quelques secondes seulement la respiration lui manque, il avait un effet sur elle plus que magnétique. Quand elle passe une main sous son t-shirt, retrouvant la chaleur de sa peau elle sent autre chose ce déclencher en elle. S’arrachant avec difficulté il la regarde, le souffle coupé. « Je dois y aller ! » s’exclame t-elle, avant d’enlever sa veste et de la lui glisser dans les mains. Avec un dernier sourire, elle fait finalement demi-tour pour retrouver la musique de la boîte, ainsi que la chaleur causée par l’agglutinement de tout ses corps. Elle inspire, et ne peux détacher le sourire qui habite son visage, car la chaleur qu’elle ressent n’a absolument rien à avoir avec la musique.


Elle n’aurait pas ouvert les yeux, si elle n’avait pas sentit les rayons du soleil chauffer sa peau. Elle n’avait jusqu’alors aucunes raisons, ni envie d’ouvrir les yeux. Elle était bien ou elle était, elle était au chaud. Sentant une pression dans son dos, elle sourit avant même d’avoir ouvert les yeux, elle sent ses caresse créer de nouveaux points de chaleur et sourit de nouveau. Quand elle ouvre enfin les yeux, les yeux d’un bleu profond d’Hunter la fixe, un sourire fixé sur ses lèvres à lui aussi. « Bonjour. » murmure t-elle la voix encore enrouée, ce collant un peu plus contre lui de peur de tomber. Ce retrouver tout les deux, toute la nuit c’était sympa. Ce retrouver tout les deux dans un lit minuscule, ça l’était moins !! Elle ne pouvait pas bougée, complètement serré contre Hunter, ce dernier avait le dos appuyé contre le mur. Elle tente d’étirer ses jambes mais à peine tente t-elle de bouger d’un millimètre qu’elle manque de tomber sur le sol, avant qu’Hunter ne la rattrape et qu’ils ce mettent à rire. « Désolé ! » s’exclame t-il finalement, ils ne pouvaient ce retrouver qu’ici et le confort était à revoir. Mais la vérité était qu’elle ce fichait royalement qu’il s’agisse d’un lit une place, ou deux tant qu’ils étaient tout les deux. Elle passe son bras au dessus de lui, et recherche tout ses forces possibles et imaginables pour venir ce poster au dessus de lui. Ainsi installée, elle vient déposer, un, puis deux, puis trois baisers sur les lèvres du jeune homme. « C’est parfait pour moi !  » ils étaient dans ce qu’on pourrait appeler, la lune de miel de leur relation. Elle n’avait pas peur de dire qu’il était son petit ami, tant que sa famille ne le découvrait pas … Elle avait appris à connaître ses amis, et il avait rencontré certains des siens sans pour autant pouvoir entrer pleinement dans sa vie. Sa famille était la partie la plus importante de la vie de Sara, mais cette dernière n’était pas complètement folle, elle savait qu’il n’était pas franchement intelligent de le présenter comme son petit ami à Roan. Son grand frère, beaucoup trop protecteur, avait une façon particulière de réagir en apprenant que qui que ce soit venait d’entrer dans sa vie. Alors que dirait-il si il savait qu’elle fréquentait quelqu’un, et qu’elle ne lui faisait pas que des petits bisous … Les bruits du couloir les ramènent à la réalité, ils étaient sur le campus du jeune homme, et la vie autour d’eux ne c’était malheureusement pas arrêtée. Elle soupire et ce laisse tomber sur Hunter qui ne perd pas une seconde avant d’entourer son corps nu de ses bras. « C’est toujours bon pour toi demain soir ? » elle soupire dans son cou tandis qu’elle sent la respiration du jeune homme ce répand sur sa peau. Elle avait complètement oublié, elle avait complètement oublié qu’elle devait le rejoindre à cette soirée qui semblait importante à ses yeux. Assez importante en tout cas pour que toute la famille Rosen, au complet soit là ainsi que son meilleur ami. Elle connaissait très bien Sofia, avec qui elle c’était rapidement très bien entendu et commençait à lier une amitié qu’elle n’avait pas attendu. Mais en revanche, si elle connaissait très bien Ella, elle ne souhaitait pas forcément que cette dernière soit au courant de plus de choses qu’elle ne savait déjà. Parce qu’Ella était la meilleure amie de Malaya, et que Malaya ne savait absolument rien de ce qui était en train de ce passer dans sa vie. Normalement elle lui aurait absolument tout raconté, dans les moindres détails mais le fait est que sa soeur semblait débordée ses derniers temps et qu’elles n’avaient pas trouvé le temps de passer de temps ensembles ses derniers temps. Alors elle ne souhaitait franchement pas qu’Ella aille tout lui dire … Comme lisant dans ses pensées, elle sent Hunter ce crisper et tourner la tête vers elle « Tu ne lui à toujours pas dit ! » elle ferme les yeux, grimace et ce relève finalement, les mains sur les tempes laissant tomber le drap qui les protégeaient de la fraicheur matinale jusqu’à présent. « Je suis désolée, j’allais le faire mais je ne l’ai pas vu ! » ils en parlaient depuis plusieurs jours déjà. Elle devait en parler à Malaya. Elle détestait lui mentir, tandis que mentir aux autres ne semblait pas difficile … Hunter le savait, cela la rendait folle. Mais surtout cela devenait compliqué pour eux, beaucoup trop compliqué vis à vis de la petite soeur de ce dernier. Il secoue la tête, une barre venant marquer son front. Elle vient poser ses mains sur son torse « Je vais lui dire aujourd’hui, je te promet ! » Ce n’était pas la première fois qu’elle lui promettait cela, mais cette fois-ci elle était déterminée. Repas de famille ou non, elle allait coincer sa soeur une bonne fois pour toute et absolument tout lui dire. Elle plonge son regard dans celui de Hunter, « Je serais là demain soir ! » Elle voit son visage se radoucir, bien sûr qu’elle serait là. Il s’agissait de son premier article, c’était important, elle serait là. Elle vient retrouver son contact, ses lèvres, sa peau. « Je hais devoir faire ça, mais tu vas être en retard. » elle sourit contre ses lèvres, l’embrasse une nouvelle fois et fini par ce lever. Ramassant une à une ses affaires balancées sur le plancher la veille. Elle enfile son jean en ce tortillant, elle attrape sa chemise et vient attacher sa longue chevelure brune en queue de cheval. Hunter la regarde faire et ce lève à son tour quand elle attrape ses talons et s’attelle à les enfiler tout en tenant debout. Chose qu’elle n’arrive absolument pas à faire, s’arrêtant sur le torse dénudé de son petit ami « Si tu reste comme ça je serais incapable de partir. » Tandis qu’il ce met à rire, elle attrape son t-shirt et lui balance afin qu’il se rhabille à son tour. Chaussures enfin enfilées, elle prend son sac à main, récupère son téléphone et ses bijoux qu’elle a quittés dans la nuit. Une fois prête, Hunter attrape son visage dans ses deux mains avant de l’embrasser et tente de la retenir quand elle s’apprête à partir. Quinze minutes plus tard elle est à l’arrière d’un taxis en direction de la maison. Ce sourire indéniablement frais ne quitte toujours pas ses lèvres tandis qu’elle envoie un message de réponse à Sofia, lui indiquant que le café qu’elles devaient prendre le lendemain après-midi tenait toujours. Elle n’avait jamais autant apprécié les vacances que depuis qu’Hunter était entré dans sa vie. Après avoir payé son chauffeur de quelques minutes, elle ce dirige vers la porte de la maison familiale clefs en main. Elle était finalement en avance, et c’était tant mieux au moins elle aurait le temps de ce changer avant de rejoindre tout le monde dans la salle à manger. Ses talons claquent sur le carrelage, annonçant sans qu’elle n’y ai vraiment pensé son arrivée. Elle ce mord la lèvre, serre les dents tout en les enlevant et s’apprête à monter les marches en toute discrétion quand des éclats de voix lui parviennent aux oreilles. Il n’était pas inhabituel d’entendre les Solano ce prendre les têtes, que ce soit leurs parents, ou bien Roan et Malaya, ou encore Camilla et leur père. C’était monnaie courante dans toutes les familles, mais encore plus dans les familles nombreuses comme la sienne. Elle était donc habituée, et si elle sentit de la curiosité l’habitant, elle prit la décision de ne pas aller voir tout de suite qui était en train de ce disputer. Avec un peu de chance ce n’était qu’une énième dispute ridicule entre les jumelles. Elle ce retourne donc pour monter, mais est stoppée net « Alec ? » Comme souvent lorsqu’elle le voit sans pour autant s’y attendre, son coeur ce met à battre un peu plus vite. Le meilleur ami de son frère avait toujours plus ou moins eu cet effet sur elle, depuis qu’elle le connaissait et l’avait eu sur à peu près chacune des filles Solano. Et si Camilla et Malaya semblaient s’en être remise, ce n’était pas encore le cas de Sara. Elle est encore un peu sous la surprise avant de ce rendre compte que ce n’était pas normal qu’il soit ici. Si Alec avait l’habitude de passer du temps à la maison, personne ne venait jamais ici le dimanche. C’était sacré, c’était leur jour en famille et autant dire qu’auparavant elle n’avait jamais qui que ce soit brisé cette tradition. Elle fronce les sourcils avant de ce rendre compte qu’il n’est pas comme d’habitude « Désolé, j’ai oublié mon téléphone hier. » Ce n’était pas inhabituel comme excuse, c’était bien trouvé, après tout elle aurait pu y croire. Il lui sourit, peut être pour l’embrouiller - certainement pour l’embrouiller- mais avant qu’il n’ai pu ajouter quoi que ce soit, Sara fait demi-tour. Elle ne sait pas exactement ce qui en train de ce passer, mais elle sait que quelque chose ne tourne pas rond. Alec ne prend pas la peine de l’arrêter, mais il la suit marmonnant des injures. Elle ne tend pas l’oreille parce qu’elle est déjà en train de ce précipiter dans l’immense cuisine, d’ou elle avait entendu les cris. C’est là qu’elle les voient, absolument tous présents prêt à bondir les uns sur les autres. Quand elle entre, tout les regards convergent vers elle, et c’est Roan qui la lâche en premier pour fusiller Alec du regard. « Qu’est ce qui ce passe ? » sa voix est dur, sans appels. Ses yeux fixent d’abord sa mère, son père, Camilla, Roan et enfin Malaya qui la fuit carrément du regard. « Rien. Tu peux remonter, on ce rejoint tout à l’heure. » son frère avait l’habitude d’être directif, trop d’ailleurs mais il était comme ça parce que leur père l’était aussi. Elle s’y était habituée et ne lui tenait pas souvent tête. C’était plus fort qu’elle, parfois elle l’écoutait plus lui que leur géniteur. Mais pas cette fois, elle n’allait pas bouger d’un pouce. Elle savait que quelque chose n’allait pas, mais elle ne savait pas quoi, et il était hors de question qu’elle fasse demi-tour sans avoir eu de réponse à ses questions. Elle vit sa mère passer une main sur son visage, et après quelques seconde elle la vit quitter la pièce avec surprise. Jamais, absolument jamais sa mère ne fuyait … Elle avait un caractère bien à elle, un caractère que l’on pouvait retrouver dans chacune de ses filles. « Elle à le droit de savoir. » derechef, Sara ce tourne vers sa grande soeur qui ne la regarde toujours pas mais fixe son père des yeux. Ce dernier est encore rouge d’avoir crié - c’était bien sa voix qu’elle avait reconnu- tandis que Roan vient ce pincer le nez. Elle ne c’est même pas rendu compte qu’Alec n’était plus là, bien trop concentrée sur ce qui était en train de ce passer maintenant. « Lya ce n’est pas le bon moment … » elle tourne vivement sa tête vers Camilla, incapable elle aussi de la regarder mais fixant froidement sa jumelle. Elle ne comprenait absolument rien, et cela la rendait. « Me dire quoi ?  » elle sentait le sang lui monter à la tête. De toute sa fratrie elle était celle qui déraillait le moins facilement, elle était celle qui réfléchissait toujours aux conséquences avant d’agir mais là elle sentait que c’était différent. Elle était incapable de garder son calme quand tout le monde lui cachait quelque chose.Ils avaient tous cette habitude de la couver et de la surprotéger, sous prétexte qu’elle était la petite dernière mais personne ne semblait comprendre qu’elle n’était plus une enfant !! Cependant jamais elle n’avait vu son père aussi silencieux, chose impossible, surtout après l’avoir entendu crier quelques minutes auparavant. Finalement c’est sa soeur qui bouge la première, Malaya ce dirige vers le comptoir ou est déposé son sac à main, et y enfoui sa main. « Malaya. » la voix de fer de son père résonne dans la cuisine cette fois. Malaya s’arrête quelques secondes, le défis du regard et sans pour autant le quitter des yeux semble attraper quelque chose dans son sac. La chose qu’elle cherchait depuis le début, elle le garde dans son poing fermé, si bien que Sara ne sait pas tout de suite de quoi il s’agit.  Finalement elle le lâche, le laissant glisser sur le marbre. Ce pochon en plastique glisse et Sara le suit du regard, tandis que l’ambiance est toujours aussi pesante. Il faudrait être aveugle et idiot pour ne pas comprendre qu’il s’agit là d’un pochon de drogue, elle apprendrait plus tard qu’il s’agissait d’extasie. N’importe qui en revanche n’aurait pas comprit, n’importe qui aurait pu penser qu’il s’agissait là d’une possible consommation personnelle d’un des membres de la famille et que c’était la raison de cette tension pesante. Mais Sara n’était pas n’importe qui, elle avait entendu les rumeurs dans la rue, elle avait toujours su au fond qu’il s’agissait de plus. Et à cet instant elle comprit que le plus qu’elle avait toujours ignoré, qu’on lui avait toujours caché, était la drogue.


« Non. » la réponse de Roan est sans appel, il ne la regarde même pas reportant son attention sur le sandwich qu’il à fini de ce préparer. Cela fait quelques jours déjà qu’elle le suit à la trace, qu’elle le saoule complètement en attendant qu’il craque. Mais Roan n’est pas le genre de personne à ce laisser faire facilement, et elle déteste ce trait de caractère chez son frère. Il refuse de répondre positivement à sa demande, et cela la met hors d’elle … « Alors quoi ? Tu veux que je reste sagement dans mon coin c’est ça ? » c’est le seul moment ou il relève la tête vers, rivant ses yeux marrons qu’ils ont tous sur le visage de sa petite soeur visiblement dépassée par les événements. « Tu à tout compris. » elle serre les dents, s’énerver une énième fois n’était pas la solution, elle en était consciente mais c’était finalement plus fort qu’elle. Depuis qu’elle avait appris ce que faisait vraiment sa famille elle était passée par plusieurs étapes différentes, d’abord la colère. Parce que ses personnes à qui elle avait toujours fait confiance lui avait mentis pendant toutes ses années, et elle avait refusé d’entendre leur excuse bidon comme quoi ils avaient fait ça pour qu’elle profite de sa jeunesse, qu’elle reste innocente. Ce n’était qu’une excuse inventée pendant toutes ses années selon la jeune femme, et à chaque fois que l’un d’entre eux commençait à la formuler elle sortait de la pièce. Jamais ils ne l’avait vu ainsi, elle ne parlait plus à aucuns d’entre eux et passait le plus de temps possible en dehors de la maison. Elle c’était rapidement réfugié chez les Rosen, mais cela n’avait pas été la meilleure idée non plus. Au début ça lui avait fait du bien, de ce trouvée entourée de personne qu’elle aimait et qui pour lui coup ne lui mentait pas. Mais au fur et à mesure du temps elle c’est rendu compte qu’elle leur mentait elle aussi, que finalement elle faisait exactement la même chose que lui avait fait sa famille. Et les choses ont finies par dérailler … Devenant froide et distante, elle fut la raison principale de sa rupture avec Hunter. Une étape difficile à passer pour la jeune femme certes, mais qui à surtout permis de lui faire ouvrir les yeux. C’était mieux ainsi, avoir un petit ami n’était pas une bonne idée depuis le début mais encore moins depuis qu’elle avait comprit que ses parents détenaient un cartel de drogue. C’était un monde dangereux que sa famille côtoyait et mêler Hunter à tout cela n’était finalement pas du tout ce qu’elle souhaitait. Si elle était à présent complètement de retour dans la maison familiale, les choses n’étaient pas redevenues comme avant pour autant. Elle détestait cette ambiance, elle détestait devoir ignorer ses soeurs quand elles lui parlait, elle détestait ce qu’ils avaient consciemment mis en place mais en même temps elle comprenait. C’est pourquoi elle avait recommencé à parler à son frère avant les autres, elle comprenait leur choix maintenant qu’elle avait du le voir en face concernant Hunter. Car elle n’était pas capable de lui dire la vérité, elle n’était pas capable de lui parler de ce qui était en train de ce passer, consciente finalement cela n’apporterais rien de bon. Il en allait de même auprès de Sofia, cette dernière était entré dans sa vie d’une façon qu’elle n’aurait su imaginer. Si elle avait toujours pris l’habitude de s’entourer d’amies, de copines, aucunes d’entre elle n’avait eu autant d’importance que la jeune femme au fil des années. Alors elle lui mentait à elle aussi, et la distance qu’elle à mis entre elle à pour l’instant une normalité que Sofia n’a pas encore contesté. Elle met cela sur le compte de sa rupture avec Hunter, son frère quand c’est loin d’être à cause de ça. Si la vie Sara avait toujours été parsemée de mensonges c’était parce qu’elle l’avait toujours fait volontairement, elle mentait volontairement aux gens pour les manipuler plus facilement mais jamais encore elle n’avait été forcée de mentir de la sorte. « Je ne me contenterais pas de ça, tu le sais bien ! » elle était à bout, elle n’en pouvait plus de ce sentir mise à part de la sorte. Elle avait appris qu’ils auraient encore attendu des années avant de tout lui dire, que c’était la pression portée par Malaya qui avait fait que finalement elle avait tout découvert. La jeune femme n’en pouvait plus de mentir sans cesse à leur petite soeur, et cela avait engendré plusieurs éclats de voix avec les autres membres de la famille. Les mains posés sur le plan de travail en marbre, Roan reste silencieux le regard sur elle. Il attendait plus de sa part, parce qu’il savait qu’elle était loin d’avoir terminé son discours. « Je le ferais que tu le veuille ou non. Je le ferais et si je fais n’importe quoi, ce sera de ta faute parce que tu aura refusé de m’écouter. » Elle voulait en être. A quoi ça pouvait bien servir de savoir maintenant, de devoir remplir sa vie de secret si elle ne faisait pas partit du business familial. L’excuse était qu’elle était trop jeune, mais elle était loin d’être valable quand l’on connaissait la jeune fille. Elle avait toujours été plus que son âge, et finalement c’était peut être ce qui faisait que son frère avait fini par s’arrêter pour l’écouter. « Apprend moi. » doucement, et surtout discrètement elle c’était mise à espionner les moindres gestes de chaque membres de la famille. En commençant par son père d’ailleurs, mais elle avait rapidement baissé les bras ce focalisant sur Roan et ensuite sur Malaya. Camilla ne semblait pas du tout être investit là dedans, et cela ne l’étonnait pas, elle connaissait sa soeur pour comprendre que ce n’était pas un domaine dans lequel elle évoluait. Elle ne savait pas encore exactement d’ou ils opéraient, mais ce doutait aisément que l’hôtel était une bonne couverture, tout comme elle avait rapidement deviné que la marchandise venait tout droit de Colombien comprenant dorénavant d’avantage pourquoi son père s’y rendait si souvent. Ce qu’elle avait découvert en revanche, c’était les armes que son frère gardait dans sa chambre et elle comprenait mieux aussi pourquoi il avait fait du karaté toute sa vie. Tout comme elle comprenait mieux pourquoi il avait fréquemment rendez-vous avec Malaya, il lui apprenait ce qu’il savait et elle souhaitait qu’il en fasse de même avec elle. « Tu est trop jeune Sara. » elle n’en peux plus d’entendre cette excuse toute faite. Prise de rage, elle vient ce placer en face de lui, ses propres mains moites et chaudes venant ce poser sur le marbre froid du meuble. « Arrête. Tu sais très bien que c’est une excuse bidon. Ca change quoi franchement que ce soit maintenant ou dans deux ans ? Je veux en être Roan. » De l’avis de beaucoup le jeune homme ressemblait énormément à leur père, et c’était un fait que personne ne pouvait remettre en question. Après tout ce n’était pas pour rien qu’il était celui prêt à reprendre la suite du patriarche, personne d’autre que Roan n’en était capable. « Je pourrais lui apprendre. » la voix d’Alec vient mettre fin aux combat de regards que les deux Solano étaient en train de ce livrer. Adosser à l’embrasure de la porte, les bras serrés contre lui, il les regarde comme si ce qu’il venait de proposer était tout à fait normal. Alors que ça ne l’était pas … Roan refusait que sa soeur fasse quoi que soit qui ai un rapport avec le cartel, c’était évident à ses yeux qu’elle n’était pas prête. Quand la vérité était qu’il n’était pas prêt à la voir sur le terrain, il n’était pas prêt à l’imaginer en danger plus encore qu’il ne l’imaginait déjà. Et Alec Oswald, son meilleur ami, celui qui avait tout appris avec lui et celui qui deviendrait certainement son bras droit par la suite ce tenait là devant lui, venant clairement contrer ce qu’il s’évertuait à prouver depuis l’instant ou Sara avait commencé à le coller. Alec partageait toujours l’avis de Roan, ils étaient souvent une seule et même personne et aujourd’hui Alec faisait clairement n’importe quoi en nageant en contre courant. Roan le fixe, plisse les yeux et tout à coup Sara ce sent complètement hors jeu. Un combat silencieux ce passe entre eux, elle à l’habitude de faire ce genre de chose avec Malaya, mais le voir avec d’autres personnes ressemble plus à une scène irréel. « Okay, mais elle ne va nul part toute seule. » capitule finalement Roan au bout de quelques minutes sans pour autant jeter un oeil à sa soeur, donnant plutôt un avertissement à son ami. Sara met un certain temps à assimiler l’information et finalement un sourire nouveau naît sur ses lèvres quand elle ce retourne vers Alec, après que son frère ai quitté la pièce. « Ne te réjouis pas trop vite Solano, rendez-vous demain à 8h. » elle le regarde partir, tout à coup seule de nouveau. C’était irréel, elle ne ce rendait pas compte encore de ce qui était en train de ce passer, elle ne ce rendait pas compte encore que les choses sérieuses allaient commencer. Finalement elle ce décide à quitter la pièce, son verre d’eau dans une main, et sa pomme dans l’autre, montant les escaliers à une vitesse remarquable pour quiconque n’avait pas l’habitude de monter les escaliers principaux. Elle ne pense pas encore au fait que d’apprendre le corps à corps avec Alec va la mettre dans de beaux draps, elle ne pense pas encore au fait qu’elle va devoir s’endurcir pour réussir dans ce milieu, ni même que sa vie va définitivement prendre un tournant mais elle savoure sa victoire. Avant qu’elle n’ai atteint sa chambre elle est stoppée par Malaya, qui ce trouve là au milieu du couloir, l’attendant visiblement puisqu’en la voyant arriver elle ce relève. « Alors ? » les deux jeunes femmes ne ce parlaient plus depuis trop longtemps maintenant, jamais elles n’avaient tenu sans ce parler et c’était invivable pour Sara. Mais l’une comme l’autre était têtue, incroyablement bornées si bien qu’elles n’étaient pas prête de s’excuser. Sara était plus consciente que c’était sa soeur qui avait précipité cette révélation, que c’était elle qui avait déclaré que le secret ne pouvait plus être gardé. Mais elles avaient toujours étés si proches, qu’elle prenait cela comme une trahison qu’elle avait visiblement du mal à pardonner. Sara s’arrête net, la regarde quelques secondes pas certaine qu’elle ai envie de  lui répondre, pas certaine qu’elle ai envie de continuer de bouder. Mais elle lit dans son regard, elle sait. C’est elle qui à envoyé Alec … Pas la peine de le dire, elle est presque sur que le travail au corps qu’elle a effectué avec son grand frère, Malaya à fait la même chose avec le meilleur ami de ce dernier. Et Lya savait être convaincante, plus que ne pouvait l’être la cadette des Solano en tout cas. Après s’être rendu compte de cela elle n’a pas besoin d’en demander la confirmation à sa grande soeur, parce qu’elle sait déjà quel sera sa réponse … Elle sourit de nouveau, pas de ce sourire de victoire qu’elle arborait quelques secondes plus tôt non mais d’un sourire qui voulait dire qu’elle avait comprit. « Je commence demain. » Malaya sourit à son tour, hoche la tête et reste là à la regarder quelques secondes. Ensembles finalement elles étaient plus douées que séparées, et elles l’avaient toujours su. Cette querelle ridicule était inutile, mais ni une ni l’autre n’allait le dire, jamais. Finalement la jolie brune ce retourne, s’apprêtant à aller dans sa chambre et Sara approche de la sienne avant de finalement lancer dans le vide du couloir « Merci. » sa soeur s’arrête quelques secondes sans ce retourner, et finalement reprend son chemin. Sara ne le savait pas encore mais cette soirée qu’elle allait passer, la tête plongée dans ses examens finaux était en réalité la dernière soirée qu’elle allait passer dans un monde qualifié de : normal et sans danger.

_________________

    don't even pretend you know me
    --------------------
    ‹ if i showed you my flaws, if i couldn't be strong tell me honestly would you still love me the same. ›


Dernière édition par Sara Solano le Dim 20 Mar - 21:27, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foolish-blondie.tumblr.com
avatar


Confide in me
Love in stereoϟ Letters : 302
ϟ ID Card : foolish blondie ⊹ tica

MessageSujet: Re: something about you ☆ sara   Ven 11 Mar - 8:17

I fight to protect the people that I love.

De la concentration, c’est tout ce dont elle à besoin et tout ce en quoi elle à toujours excellé. Elle ne doit pas pensé à la soirée à laquelle elle doit encore ce rendre ce soir, ni même à l’heure à laquelle elle doit passer prendre Sofia, encore moins à l’échange qu’elle à quelques heures avant, et pas du tout à ce jeune James canon blond aux yeux bleus qui l’attire particulièrement ses derniers temps. Non, quand elle est dans cette pièce elle ne doit penser à rien d’autre qu’à la cible qui se trouve à quelques mètres d’elle. Tout ce qui devait compter à l’instant c’était l’espace qui la tenait éloignée de la silhouette en noir et blanc en face d’elle … Elle avait besoin de vider son esprit, de laisser le silence l’envahir. Et heureusement pour elle son casque est là pour ça, impossible pour elle d’entendre qui ce soit entrer, aucunes conversations même si la pièce est vide et qu’elle s’y trouve seule. Ses doigts ce resserrent sur le métal froid de l’arme, Malaya n’arrêtait pas de dire que c’était presque agressif cette froideur et cette raideur que pouvaient avoir les armes à feu. Sara elle trouvait que c’était doux, trouvait que c’était de l’art … Jamais elle n’aurait pensé avoir ce genre d’avis sur une arme, jamais elle n’aurait pensé en tenir une dans ses mains. Pourtant elle était là aujourd’hui, les bras devant son visage, en avant prêts à tirer. Ce concentrer était tout ce qu’il fallait. Elle savait que dans le feu de l’action, elle n’aurait jamais autant de temps pour viser, elle en était consciente mais la rapidité ce n’était pas encore son truc. Après quelques seconde de réflexion nouvelle, elle appuie sur la détente. Cette dernière n’est pas aussi maniable qu’on pourrait le croire, il y’à toujours cette arrêt dans le vide avant que l’on arrive au bout et ses bras tremblent … Au début elle ce laissait faire comme une débutante, lâchait son flingue à l’instant ou elle tirait parce que ça fait mal. Aujourd’hui ses bras étaient plus musclés, tout comme ses mains et ses doigts et les vibrations ne lui faisait plus rien. Malgré tout les efforts qu’elle y à mit, elle n’y arrive pas, elle rate. La balle ne touche même pas la silhouette, rien. Elle peste, de rage elle laisse son arme tomber sur la table en moquette, arrache ses lunettes de protection et son casque. « T’a besoin qu’on te rapproche la cible ? » la voix cinglante de Roan vient combler le vide qui l’entourait quelque seconde auparavant. Elle lui lance un regard noir, tandis que les bras croisés sur sa poitrine, son arme glissée dans son jean il s’approche d’elle. Son frère lui avait apprit à ce servir de cette arme, il lui avait appris à l’apprivoiser et cela avait pris une éternité selon la jeune femme. Au début elle avait rapidement perdu patience, avant qu’il ne lui explique que c’était plus que nécessaire si elle voulait pouvoir sauver sa peau dans ce milieu. Une fois qu’elle avait compris cela, qu’elle avait arrêté de faire son enfant capricieuse elle avait fini par réussir et jusqu’alors elle n’avait jamais raté une cible. Elle donne un coup de poing dans la table tandis que son frère s’appuie sur celle à ses côtés. « Comment tu veux que je te laisse venir si tu n’est pas capable de viser une feuille Sara ? » elle détestait le ton qu’il était en train d’utiliser. Elle ce mord les lèvres, tout en secouant la tête. Pourquoi était-il entré à cet instant précis ? Pourquoi c’était-il sentit obligé de venir la faire chier, maintenant ? Il s’apprête à lui dire une nouvelle phrase cinglante, comme il à l’habitude de le faire. Parfois il est difficile de penser qu’il est un être humain comme les autres, parfois elle ce demande comment il fait. Mais cette fois elle ne va pas le laisser faire. « Lâche moi Roan. » le jeune homme s’arrête quelques secondes, ne s’attendant visiblement pas à ce que sa petite soeur lui parle sur ce ton. Cette même petite soeur qui l’avait toujours admiré, qui avait toujours fait en sortes d’appliquer les ordres à la lettre. Il penche la tête, la regarde en silence toujours tandis qu’elle remet ses lunettes, son casque et qu’elle récupère l’arme entre ses mains. Ses choses là étaient dénuées de vie, et pourtant Sara sentait l’arme entre ses mains comme si elle faisait partit d’elle, comme si elles ne faisaient plus qu’une. Elle ce met en position, et sans qu’elle n’ai besoin de lui demander, Roan actionne les cibles. Elle vise la première en pleine tête, satisfaite elle s’attend à reposer l’arme et lancer un regard plein de sous entendus aux jeune homme, mais une deuxième cible débarque, suivis de près par plusieurs d’entre elles laissant la jeune fille sans voix, sans souffle tandis qu’elle tire dans chacune de cibles les unes après les autres quand elles s’arrêtent enfin, qu’elle les à toutes touchées elle soupire. Mais le regard de Roan l’arrête, il semble fier d’elle, jamais jusqu’alors elle n’avait effectué un record comme celui-ci. Jamais. Dans un geste rapide, il attrape son arme et la tend à sa jeune soeur  « Je pense que tu l’a méritée. » elle attrape l’arme, plus lourde que la précédente, dans ses mains comme émerveillée. Elle savait que ce n’était pas celle qu’il utilisait le plus souvent, parce qu’il en avait plusieurs et que lorsqu’elle avait fait en sorte de mener son enquête elle avait découvert certaines de ses habitudes. Mais toujours était-il que cette arme était la sienne, et le fait qu’il la lui donne était quelque chose … Elle la tourne sous tout ses sens, avant de finalement la glisser dans son jean et reporter son regard sur son aîné. « Aller, dit le que j’étais géniale. » sa voix est plus légère, moins appuyée par le stress et elle sourit. Elle lui fait un clin d’oeil, et un sourire apparaît à son tour sur le visage de Roan. Il ne souriait pas assez selon ses soeurs, et c’était toujours agréable de le voir faire. Elle lui donne un coup de coude dans les cotes tandis qu’il la pousse en avant, trêve de plaisanterie, ils avaient du pain sur la planche. L’endroit ou ils avaient rendez-vous ressemblais un peu trop à une scène d’un mauvais film aux yeux de Sara mais elle préféra taire sa réflexion tout en prêtant attention à ce qu’étaient en train de ce dire Alec et Roan.  Ils avaient rendez-vous avec des Russes, et si Sara avait voulu mettre en avait le fait qu’elle parlait très bien la langue, Roan lui avait rapidement fait comprendre qu’elle n’était là que pour observer. Elle qui c’était attendu à participer … Mais Sara l’avait prévenue, elle lui avait dit que Roan ne la laisserait pas agir toute seule avant d’avoir eu la certitude qu’elle était complètement prête. Elle savait et pourtant, elle ce sentait toujours aussi frustrée. Quand elle descende de la voiture ni l’un, ni l’autre ne posent un regard sur elle et elle ce retrouve aux côtés de James un autre homme de son père, visiblement là pour assurer sa protection puisque malgré le fait qu’elle lui avait montré être capable de ce débrouiller toute seule, Roan avait décrété que James devait les accompagner. C’est comme ça qu’ils ce sont retrouvés tout les quatre face à deux hommes, baraqués et roux tout les deux. Visiblement ce n’était pas la première fois qu’ils ce rencontraient et ce n’était pas la première fois que les Solano leur vendait de la drogue. Rapidement l’un d’entre eux pose son regard sur elle, il ne faut pas longtemps à Roan pour expliquer qu’elle n’est pas la raison de leur venu. Si ils parlent vite elle comprend au bout de quelques minutes que ses Russes doivent de l’argent à son père, et que si ils veulent être livrés dans trois semaines ils feraient mieux de payer leur dette rapidement. Diego Solano n’était pas un homme de coeur, elle le savait et l’avait toujours su mais ce qu’elle découvrait depuis quelques mois maintenant c’était qu’il n’était pas non plus qu’un homme d’affaire cruel. Car il était plus stratège qu’il ne voulait bien le laisser voir, et Sara comprenait mieux aujourd’hui la comparaison que faisait toujours sa mère entre elle et lui. Elle aimait jouer avec les gens, de la même façon qu’avait toujours fait Diego. Les yeux de Sara font des allers-retours permanents, d’abord sur Alec, ensuite sur Roan, et puis les deux Russes pour revenir sur James. La présence de son arme nouvellement acquise contre sa peau la rassure. Elle ce sait parfaitement en sécurité avec son frère et Alec, mais elle ne veux pas avoir besoin de ce sentir en sécurité parce qu’ils sont là. Elle veux pouvoir ce sentir en sécurité parce qu’elle est capable de ce défendre sans avoir à dépendre d’eux. La ton de la discussion monte, et si elle voit son frère ce crisper elle sent que quelque chose ne va pas. Ils étaient clairement en position de force puisqu’ils étaient quatre, et même si leur client ne devait pas voir Sara comme une menace, ils étaient toujours trois contre deux. D’après ce que Malaya lui avait dit Roan et Alec avaient leur réputation dans le milieu, tout comme Diego et tout comme Malaya elle même. Alors non, ce n’était pas normal que les Russes leur parle de la sorte. Ce n’était pas normal qu’ils ce sentent si à l’aise, qu’ils osent utiliser un ton si soutenu avec eux. Si elle avait eu pour ordre d’observer tout ce qui était en train de ce passer sans dire un mot, elle tourne sa tête vers la droite l’espace d’une seconde, prenant soin d’écarter ses cheveux pour dégager son oreille. Elle n’entendait rien. Absolument rien, alors qu’il était déjà tard et que la ville n’avait pas pour habitude d’être calme un Samedi soir. Ils avaient beau être dans un endroit abandonné elle ne comprenait pas qu’on n’entende absolument rien d’autre que l’échos de l’échange qui était en train de ce passer. La voyant bouger, ne suivant pas les ordres du boss, James la rappelle à l’ordre en un léger sifflement. Elle déteste ça, elle vire son regard noir et ce dernier ne fait tout à coup plus du tout la même tête. Elle pense un instant que c’est parce qu’elle vient de lui faire le regard fatidique des Solano comme elle l’a toujours appelé, celui qu’avait pour habitude de lui donner ses parents quand elle faisait une bêtise, ou encore celui que lui donnait beaucoup trop souvent son frère et ses soeurs quand elle les exaspéraient. Mais ce n’était pas ça, du tout. En quelques secondes elle voit le sang ce répandre sur lui, elle ne prend pas le temps de voir si Roan à vu ce qui était en train de ce passer, elle ne prend pas le temps de réfléchir à quoi que ce soit que le premier homme serre ses mains autour de son cou. L’air lui manque tout à coup, la panique la pousse, commente à l’envahir quand elle sent qu’elle ne peux plus respirer. Elle ne peux pas mourir comme ça idiotement. Elle ne peux pas … Elle lui écrase le pied, portant tout le poids qu’elle peux sur son talon et cela est assez pour déstabiliser l’homme, à l’instant ou elle le sent vaciller elle lui assène un cou dans les côtes attrape son arme et utiliser la crosse pour l’assommer.  L’homme tombe de tout son poids sur le sol, mais elle n’a pas le temps de réfléchir à ce qui vient de ce passer que des coups de feu détonnent derrière elle, elle fait tourner son arme entre ses mains pour pouvoir ce mettre en position de défense quand elle voit Roan abattre l’un des deux russes. Un autre homme s’avance vers elle, et avant qu’elle n’ai pu réfléchir elle tire, pas une fois, ni deux. Elle tire jusqu’à ce que la cartouche ce vide. Et reste là figée regardant ce nouveau corps s’affaisser, mais cette fois de façon complètement différente. Elle à tirer dans la tête, si bien qu’il ne reste plus grand chose à regarder. On ne pense jamais à la première personne que l’on va tuer, comment ça va ce passer. Naïvement on pense que ça n’arrivera pas, qu’on s’en sortira sans tuer qui que ce soit. « Sara! » la voix de Roan résonne dans le hangar alors qu’il s’approche d’elle, les premières mains qui la touche sont celles d’Alec. Il les posent sur les siennes toujours crispées sur l’arme, et quand elle s’en rend compte elle recule. Elle reprend vie, elle range son arme mordant toujours sa lèvre à présent en sang. Elle regard succinctement son frère et le meilleur ami de ce dernier avant de finalement déclaré   « C’était trop calme. » et avant qu’ils aient pu dire quoi que ce soit de plus elle tourne les talons, fait demi-tour contenant ses émotions. Parce que la vérité c’est que cela ne l’attriste pas, elle ne ce sent pas mal face à ce qui vient de ce passer, elle ce sent vivre, elle ce sent bien. Pour la première fois depuis longtemps, elle ce sent elle même.


Trois coups contre le sol c’est tout ce qu’il suffit. A bout de souffle Sara lâche prise, lâche les bras d’Alec qu’elle tenait fermement entre ses mains et s’écarte. Elle ne sait plus depuis quand ils s’entrainent, et si en général elle ne tient pas vraiment compte des heures qu’ils passent ensembles, aujourd’hui c’était différent. Elle passe une main dans ses cheveux et le regrette directement quand elle sent la sueur ce déposer sur ses mains, elle était complètement en sueur. Elle attrape sa bouteille d’eau tandis que le jeune homme derrière elle ce relève « C’est la troisième fois cette semaine, pas mal Solano. » elle entendait dans sa voix qu’il était vraiment content qu’elle soit à présent capable de le mettre à terre, sa remarque la fait rire, amèrement « Arrête de faire comme si tu ne me facilitait pas la tâche Alec. » elle ne savait pas pourquoi, mais ses derniers temps il était devenu un peu plus clément avec qu’il ne l’avait jamais été jusqu’alors. Cela avait peut être un rapport avec la dernière dispute qui l’avait opposé à son frère. Personne n’était passé à côté du changement d’humeur radical de Sara, elle ne souriait pas vraiment ses derniers temps et ne ce prenait plus au jeu de jouer la comédie pour éloigner tout les soupçons. Elle n’en pouvait plus de faire comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes … Elle ce retourne finalement vers Alec, qui enlève son t-shirt avant d’attraper sa propre bouteille d’eau. Devait-il vraiment faire ça ? Devait-il vraiment enlever son t-shirt ? Elle avait chaud elle aussi, ce n’était pas pour autant qu’elle avait enlevé le sien ! Elle secoue la tête et la détourne pour ne pas qu’il la prenne en train de le mater. « Qu’est ce que ça m’apporterais de faire semblant avec toi ? » Il était parfois facile d’oublier qu’il était le meilleur ami de Roan, il était parfois aussi difficile de repenser au fait qu’il l’avait vu grandir, évoluée tout au long de ses dernières années. D’aussi loin qu’elle puisse s’en souvenir, elle avait toujours connu Alec et n’avait pas manqué plus d’une fois de ce faire remarquer de manière complètement lamentable lorsqu’il était dans les parages. A l’époque elle avait développé un béguin ridicule à son égard, un béguin si insignifiant que même son frère c’était pendant longtemps amusé à la titiller avec ça. Elle attrape l’élastique coincé à son poignet pour attacher ses cheveux en une queue de cheval, elle avait si chaud qu’elle devait absolument soulever cette tignasse brune qu’elle avait hérité de sa mère. « Malaya m’a encore battue la semaine dernière. » c’était un fait, sa soeur l’avait mise KO en quelques minutes seulement. Elle c’était sentie franchement en colère, et sincèrement humiliée. Elle savait qu’affronter la jeune femme n’était pas une chose qu’elle pouvait faire tranquillement, après tout c’était Roan qui l’entrainait et elle avait bien plus d’expérience qu’elle. Mais naïvement et au vu de ses derniers entrainements avec Alec, elle avait pensé pouvoir peut être un petit déstabiliser sa grande soeur. Chose qui n’était pas arrivé … Alec c’est arrêté, il ne la regarde pas tout de suite tandis qu’elle ne le lâche plus des yeux. Pas parce qu’elle trouve ses cheveux complètement attirant, pas parce qu’elle ne peux s’empêcher de remarquer le mouvement de ses muscles à chaque nouvelles respirations qu’il prend, mais parce qu’elle sent qu’elle à déclenché quelque chose. « Maya à beaucoup d’importance pour toi, tu à du retenir tes coups avec elle. Tu à largement les capacités de t’en prendre à elle. » Encore une fois il appelait sa soeur Maya, ce n’était pas quelque chose d’inhabituel par ici puisque toute la famille l’appelait ainsi. Non ce qui l’énervait à chaque fois, c’était qu’elle était la seule personne qu’il appelait par son nom de famille,  à chaque fois. Elle enregistre ce qu’il ai en train de lui dire, elle enregistre et ne dit rien tandis qu’il étire ses muscles. Parfois elle regrettait vraiment de ne pas s’entrainer avec son frère, même si aujourd’hui ils étaient dans une période ou ils ne s’adressait pas la parole, au moins s’entrainer avec Roan n’entrainerais pas de scène comme celle-ci. Elle ne serait pas en train de perdre le fil de ses pensées aussi facilement, elle ne serait pas en train d’imaginer des choses qui n’arriveraient jamais. Elle mordille sa lèvre inférieur et finalement semble revenir à la vie, « Tu sais ce que je pense ? » elle n’avait pas envie de lui dire. Elle n’avait pas envie de lui dire ce qu’elle pensait et en même temps elle en avait envie. C’était qui elle était, toujours partagée entre deux positions, toujours incapable de choisir entre le blanc et le noir. C’était un problème que beaucoup avaient appris à gérer avec le temps, mais qu’elle n’arriverait peut être jamais à gérer. Elle ce met à sourire quand il pose ses yeux sur elle, ses yeux d’un bleu étincelant d’un bleu si pur qu’il était parfois simple aussi d’oublier ce dont il était capable. Elle avait toute son attention, la salle privative des Solano était vide, ils n’étaient que tout les deux. « Je pense que tu retiens tes coups avec moi. » Elle ne le pensait pas seulement, elle le savait. Depuis quelques jours déjà elle s’en était rendu compte, elle c’était aperçu qu’il ne ce donnait pas autant qu’auparavant lors de leurs sessions. Plusieurs idées lui étaient passées en tête, plus d’une avait un sens tandis que la dernière semblait impossible, impensable. Roan lui avait demandé de l’entrainer, et elle connaissait assez bien son frère pour savoir qu’il n’avait pas du lui demander en souriant. Tout le monde savait que si l’on touchait à un seul des cheveux de ses soeurs, il était capable de tout. Tout comme l’inverse était tout aussi vrai. Alors Alec avait une mission particulière, faire en sorte qu’absolument rien ne lui arrive, jamais. Et pour cela il ne devait pas retenir sa force lorsqu’il était avec elle, lorsqu’il l’entrainait. Le regard du jeune homme ne bouge ni ne vacille. Alors elle sent une nouvelle force l’habitée, elle avance doucement vers lui tout en continuant « Je pense que tu ne veux pas y aller trop fort. Alors que c’est ce que tu devrais faire. » elle avait osé pensé qu’il aurait peut être eu du mal à vouloir lui faire du mal, à penser au simple fait de devoir vraiment la toucher pour lui apprendre. C’était la seule façon de faire pourtant, il devait tout donner pour lui apprendre de la meilleure des façons. Ce n’était pas ce qu’il faisait, et n’agissant pas de la sorte il la mettait plus en danger qu’il ne voulait bien le voir. Et puis elle avait compris. Elle avait compris que ce n’était pas ça, mais tout autre chose. Toute sa vie elle avait connu Alec, toute sa vie il avait été présent. Et c’était peut être ça, c’était peut être parce qu’il l’avait toujours connu qu’il retenait ses coups avec elle comme elle l’avait fait avec Malaya. Sara n’excellait pas au corps à corps, mais elle avait ses performances. Elle pouvait descendre n’importe qui, mais elle n’aimait pas ça. Elle préférait tenir une arme, elle préférait sentir le poids d’une arme dans ses mains plutôt que de devoir serrer les poings. Mais elle savait ce battre, elle aurais du être capable de s’en prendre à Malaya. C’était son amour pour sa soeur qui l’en avait empêché et dans un sens elle avait comprit. C’était l’affection que pouvait avoir Alec à son égard qui faisait qu’il ne lui donnait pas tout ce qu’il pouvait donner. Elle ce trouver à présent à quelques centimètres de lui, en dehors de lorsqu’ils s’affrontaient, jamais ils n’avaient été aussi proches. Il ne quitte pas son regard, et elle voit sa mâchoire ce crisper. Elle avait donc raison. Elle avait toujours raison. « Qu’est ce que tu fais ? » sa voix est froide de nouveau, il avait cette aptitude à masqué ses émotions qui la faisait souvent sourire. Parce qu’il pouvait dire ou faire ce qu’il voulait, elle avait passé tellement d’heures à l’espionner quand elle était plus jeune qu’elle le connaissait mieux qu’il ne voulait bien le croire. « Je veux que tu arrête. » répond t-elle simplement, parce que c’était vrai. Elle voulait qu’il arrête de la regarder de cette façon, il voulait qu’il arrête de la traiter comme il le faisait depuis toujours. « Je ne suis plus une enfant Alec, il faudrait que tu t’en rende compte. » sa remarque semble le piquer à vif, il tourne finalement la tête vers elle si rapidement qu’elle sursaute. Ils restent quelques secondes comme ça, en silence, ne faisant rien d’autre que ce fixer dans les yeux l’un et l’autre. Finalement il attrape sa main droite, et avant qu’elle n’ai pu monter la gauche pour ce défendre, il la pousse au milieu de la pièce. Déboussolée elle ne manque pas ses repères pour autant, elle ne savait pas ce qui venait de ce passer mais elle ne pouvait décemment pas le laisser faire ! Chaque mouvements qu’elle lui lance, il les arrête et elle voit dans ses yeux qu’il n’est pas près à la laisser gagner cette fois. Elle fini par lui donner un coup de poing dans les cotes qui ne le fait même pas plisser des yeux, quand il la plaque contre le mur, une main sur son cou. Il ne l’empêche pas de respirer mais il lui suffirait de resserre ses doigts pour en être capable. Ses yeux ne sont plus d’un bleu clair et pure, ils sont obscurcie par une nouvelle émotion qu’elle ne lui connaissait pas encore. Elle ne bouge pas, sentant la respiration saccadée d’Alec ce heurté à la peau dénudée de ses épaules. Ils ce fixent de nouveau, ce lançant dans un nouveau combat qui cette fois n’avait pas besoin de mots, ni de gestes. Il reste un instant interdit avant de finalement déclarer à voix basse « Je sais que tu n’est plus une enfant Sara. » Elle n’avait pas compris, elle n’avait pas comprit ce qui était réellement en train de ce passer jusqu’à présent. C’était pourtant clair, presque évident maintenant. Alors il la lâche, et la chaleur laissé par sa main est rapidement balayé par le froid que provoque son éloignement en elle. Elle inspire enfin, profondément tandis qu’il lui tourne le dos. Si elle avait déjà chaud avant c’était pire maintenant, elle le regarde sortir de la salle sans pour autant être capable de dire quoi que ce soit, complètement déboussolée.



Une dernière touche sur ses lèvres c’est tout ce qu’il manque, Sara à toujours été une adepte inconditionnelle du rouge. Si elle ne porte pas de tenue rouge aujourd’hui, ses lèvres en sont parées. Elle n’avait pas besoin d’en porter de partout pour faire sensation, sa jupe laissait entrevoir ses longues jambes et le haut transparent qu’elle portait laissait apparaître plus de choses encore … « Fait passer ! » Sara, sans même regarder, lance son rouge à lèvres à sa meilleure amie installée sur le lit, miroir en main terminant son makeup. Ce soir n’était pas la soirée de l’année mais elle en avait besoin, elle avait besoin de ce changer les idées et pour une fois de profiter d’une vraie soirée entre filles. « Si Roan te vois comme ça … Evite le ! » Sara baisse les yeux vers son ordinateur, d’ou sort la voix de sa soeur. Cette dernière a quitté la maison familiale il y’a quelques semaines, et ne plus l’avoir dans sa vie au quotidien n’a pas forcement été simple pour la jeune femme. Elle qui à toujours été habituée à avoir sa soeur de son côté, tout le temps c’était finalement retrouvée toute seule avec Roan et Camilla et elle ne l’avait pas forcement bien vécu. Heureusement pour elles, la technologie de nos jours faisaient des choses merveilleuses et si elles passaient le plus clair de leur temps libre respectif au téléphone, elles en profitait aussi pour faire des appels vidéos le plus souvent possible. Sara recule, baisse ses yeux sur sa tenue et hausse les épaules « Il ne verra rien, il est sortit avec Alec ! » Et si elle c’était habillé de la sorte, c’est principalement parce qu’elle savait qu’il ne la verrait pas. Elle ne portait pas encore ses talons, mais le fait est qu’en la voyant comme ça, son frère aurait certainement pété un plomb. La réaction de sa grand soeur est celle qu’elle attend, cette dernière acquisse avant de finalement lancer « Ma jupe ne pouvait pas rester dans son dressing ? » Il fallait bien l’avouer, Sara avait ses propres tenues, elle les choisiraient et les aimaient tout particulièrement. Mais comment résister à un dressing offrant plusieurs nouvelles possibilités de l’autre côté du couloir ? Elle passe sa main sur le cuir noir de la jupe en question et sourit, malicieusement. « Elle aurait bien aimé voir le Mexique ! » elle était irrémédiablement jalouse de soeur. Si elle ne souhaitait pas quitter la ville, ou bien la famille du jour au lendemain, ses derniers temps elle n’aurait pas dit non à un peu de vacances au soleil il fallait bien l’avouer. L’absence de Malaya avait causé de nouvelles tensions à la maison, et si Sara n’avait pas récupéré ses clients comme elle l’aurait pourtant bien voulu, Camilla l’avait fait et n’appréciait pas ça du tout. Malaya ne répond rien à sa dernière réflexion, parce que malgré le fait que Sara l’ai rassuré plusieurs fois, lui expliquant qu’elle comprenait son choix, l’aînée s’en voulait toujours de l’avoir lâchement abandonnée. « Par contre, elle à bien fait attention de passer habillée comme ça devant Alec! » a peine à t-elle prononcé cette phrase que Sofia ce lève pour donner un coup de hanche à la jeune femme. Sara lève les yeux vers le ciel, tandis que Malaya semble ce réjouir de cette nouvelle. « N’importe quoi ! Je suis juste allé chercher à boire ! » c’était faux complètement faux, elle avait entendu la voix d’Alec et c’était empressée de passer dans le couloirs au moment ou il allait passer. C’était de bonne guerre, il n’avait pas arrêté de ce trimballer torse nu ses derniers temps, elle lui rendait l’appareil. Elle aussi était consciente de ses atouts, autant qu’il le sache !! Et avant que l’un ou l’autre n’ai eu le temps de dire quoi que ce soit, elle reprend « Il ne caftera pas à Roan. » Il n’avait plutôt pas intérêt de le faire, sinon c’était en fait avouer qu’il la regardait d’un oeil différent que celui qu’il devait avoir. Et avouer cela, revenait à signer son arrêt de mort tout simplement. Malaya ce met à rire, d’un rire qui résonne dans toute la chambre bientôt suivie par Sofia. Sara quand à elle reprend son téléphone portable pour répondre à ses copines de la fac, ses dernières sont déjà en route. « On doit y aller ma biche. Tu me manque ! » elle s’approche de l’ordinateur pour faire face à sa soeur et lui sourit. C’était la vérité, Malaya lui manquait un peu plus chaque jours. Cette dernière hoche la tête en souriant à son tour, et reprend d’une voix enjouée « Ne fais rien que je ne ferais pas ! » avant de finalement raccroché. C’était bien connu, Sara et Malaya étaient les mêmes sur bien des points et profiter d’une bonne soirée était l’un d’entre eux. Une fois le visage de Malaya disparu, Sara attrape ses chaussures les enfile et ce relève satisfaite par sa silhouette. Les Solano avaient tous et toutes hérités des meilleurs gènes il fallait être aveugle pour ne pas le voir, ni le savoir. Sara en était tout aussi consciente que le reste de sa fratrie et en faisait bon usage au grand damn de Roan. Et si ce dernier arrivait toujours d’une façon ou d’une autre à faire fuir ses prétendants, cela ne la dérangeait pas car elle n’avait en aucun cas l’envie de ce poser avec qui que ce soit, et préférait privilégier l’amusement contre tout le reste.  Arrivées devant la boîte, elles dépassent toute la fil d’attente sous les acclamations de certains idiots ne l’ayant apparement pas reconnue. Dès qu’elle aperçoit sa bande de copine Sara change du tout au tout, elle les prend chacune dans ses bras rit, sourit et laisse place à la Sara de comédie. Seulement Sofia est capable de voir la différence, parce que la jolie brune n’a jamais été comme ça avec elle, jamais elle n’a joué sur les apparences et c’est la seule façon de savoir que vous comptez vraiment dans la vie de Sara Solano.  Ensembles le groupe de jeune femme passe devant les videurs, qui ne les arrêtent pas puisqu’ils savent pertinemment qu’ils ne doivent pas le faire. Avoir un Solano entre ses murs est toujours de bonne augure pour un établissement de la ville, alors quand Sara débarque on la laisse toujours passé avec plaisir. L’endroit est bondé, la musique résonne dans toute la salle et il faut passé par la piste ou tout le monde danse pour rejoindre le carré VIP, le carré dans lequel elles vont passer leur soirée. Comme toujours l’alcool arrive presque en même temps qu’elle, comme toujours il y’en à plus qu’il n’en faut pour le groupe qu’elles sont et c’est tant mieux !!! Après quelques verres Sara ce lève, verre à la main « Let’s dance bitchiiiiiiiies ! » sa voix dépasse l’entendement, toutes acclament la jeune femme et après avoir vidé d’un trait leurs verres respectifs les voici toutes en train de ce diriger vers la foule en commençant à danser. Si elles dansent d’abord toutes en groupe, elles ce dispersent rapidement. Après quelques secondes seulement plusieurs hommes ce retrouvent à s’approcher d’elle, parce que c’est souvent ce que déclenche une jolie fille toute seule, en minijupe et en talons, et qu’elle aime ça. Elle danse avec chacun d’entre eux, rigole, les cherche et les rejettent quand ils s’approchent un peu trop. Elle s’amuse et c’était tout ce qu’elle avait envie de faire ce soir, profiter. Quand elle entre vraiment dans le jeu, quand elle ce dit qu’elle va peut être choisir ce petit blondinet qui ne la lâche pas des yeux depuis le début, une main vient ce poser sur son bras. Elle aurait du réagir tout de suite, contre attaquer la personne qui osait la toucher sans qu’elle ne lui ai donné un quelconque accord. Et si elle devait garder la face quand elle n’était que la fille de Diego Solano, l’homme à la tête d’un empire n’ayant absolument rien à voir avec la drogue, le fait de la toucher était une chose qu’elle ne supportait absolument pas. Elle aurait donc du réagir, mais elle ne le fit pas tout suite parce qu’en dehors de l’angoisse qui l’avait habitée l’espace de quelques secondes elle avait reconnu la personne qui venait de l’attraper avant même qu’elle ne ce tourne vers lui. D’un simple geste, il l’attire contre lui, si bien qu’elle ce retrouve à quelques centimètres seulement de son visage et qu’il passe sa main dans le creux de ses reins « Imagine ma surprise quand j’ai entendu qu’une Sara Solano était là ce soir.  » sa bouche près de l’oreille de Sara, Alec reste ainsi, laissant sa respiration chatouiller la peau de la jeune femme. Elle rejette sa tête en arrière et vient placer son visage en face de lui de nouveau, « Jaloux ? » Si Sara ne manquait jamais de tact, si elle n’avait en général pas peur d’affronter les gens il fallait bien avoué que sa réponse était en partit due à l’alcool, et le comportement d’Alec l’était certainement aussi. Elle pose une main sur son torse, venant caresser la douceur de son t-shirt tendit qu’il resserre l’emprise qu’il à sur elle. « Tu ne devrais pas être là. » le sérieux qu’elle reconnait à présent dans sa voix la fait complètement redescendre sur terre. Il n’était pas du tout joueur ce soir en fait, il était juste Alec. Elle recule et le dévisage ne comprenant pas à quoi il joue. Il soupire finalement, son visage est à peine éclairé par le peu de lumière présente dans la boîte mais elle le voit, il ne joue pas du tout en fait. Tout à coup vexée, elle attrape la main qu’il à possesivement placée sur elle et la dégage avant de lui tourner le dos. Sara n’aimait pas qu’on lui résiste, alcool ou pas d’ailleurs. Un peu loin de ce rendre compte de ce qui était vraiment en train de ce passer, elle souhaite juste sortir de là et trouver le premier mec qui passe pour oublier rapidement ce qui venait de ce passer. Quand elle passe la porte d’entrée, elle entend son prénom à de plusieurs reprises mais n’y prête absolument pas attention. Sa tête lui tourne mais pas assez pour qu’elle soit incapable de marcher, si bien qu’elle continue à avancer vers le parking ce  maudissant de ne pas avoir récupérer ses clefs de voiture. D’ailleurs ou était cette foutue voiture ? Elle fait un tour sur elle même, et ne reconnais pas du tout l’endroit ou elle était. Elle passe une main dans ses cheveux, sur son visage, elle avait froid maintenant, c’était gagné ! Elle ne c’est même pas demandé pourquoi Alec était là, et si il était là ou pouvait bien être Roan ? Heureusement pour elle il ne semblait pas être trop près sinon il l’aurait déjà sortie de là par la force, trainée jusqu’à la maison en lui répétant tout ce qu’il voulait pour la faire culpabiliser de vouloir s’amuser, de s’habiller de la sorte. Elle continue d’avancer, ses chaussures à la main cette fois parce qu’elle à mal au pieds, tandis que ses orteils flirtent maintenant avec le goudron mais qu’elle à trop bu pour y prêter attention. Peut être devrait-elle faire demi-tour, rejoindre les filles, c’était certain maintenant Alec ne devait plus y être. Elle s’arrête de nouveau soupire, et fait demi-tour consciente finalement que sa réaction avais été exagérée. Les idées un peu plus claires qu’auparavant elle ce rend compte qu’elle à marqué pendant longtemps. Elle ne sait pas depuis quand elle a quitté la boîte, elle n’a même pas pris son téléphone avec elle. Finalement quand elle pense arriver presque, elle sent que quelque chose cloche. Que quelque chose ne vas pas. Finalement dans cette ruelle relativement mal éclairée elle voit quelque chose d’anormal, elle ne distingue pas tout de suite de quoi il s’agit mais ce dirige droit dessus. Rapidement elle comprend qu’il s’agit d’un corps, elle avance plus vite avec l’espoir que la personne ne soit pas morte. C’était paradoxal, elle gérait avec sa famille un business qui tuait des gens et elle était là en train de prier pour que cette personne devant elle ne soit pas morte. Ses pas vont plus vite avant même que son cerveau ne comprenne, elle est maintenant là devant le corps et elle s’effondre à côté de lui avant de réellement accepter ce qui est en train de ce passer. Elle le retourne, le sang suinte de ses côtes, elle passe une main sur la blessure cherchant à savoir si elle est profonde mais chaque gestes qu’elle fait tremble. Elle passe sa main droite sur le visage pale du jeune homme tandis qu’elle cherche son téléphone portable, sans même vraiment s’en rendre compte elle tape le code et ne cherche pas à ce diriger vers les favoris, tapant le numéro de tête, automatiquement. « Alec t’es passé ou ? » la voix de son frère l’agresse, elle sanglote. Sara ne pleure jamais, ne sanglote jamais. C’est montrer une faiblesse, et les Solano ne sont pas faibles. « Roan c’est Alec ! » le jeune homme de l’autre côté reste un peu sonné que sa soeur l’appelle avec le téléphone de son meilleur ami. « Il saigne ! Roan Alec est blessé ! » sa voix est plus ferme maintenant, et avant même qu’elle ai eu à dire quoi que ce soit son frère lui demande ou elle est. Il ne faut pas longtemps avant qu’il n’arrive avec d’autres hommes, travaillant eux aussi pour les Solano. On lui demande de ce pousser, et on soulève Alec sous les yeux sans réaction de la jeune femme. Ce n’est qu’une fois que Roan l’attrape qu’elle semble revenir d’un monde parallèle, elle ce rend compte que ses mains, ses jambes, ses habits sont imbibés du sang d’Alec. « Qu’est ce qui c’est passé ? » toujours sous le choc, Sara regarde le sol, ses mains et finalement rive ses yeux sur son frère. « Je … » Est-ce qu’Alec l’avait suivie après qu’elle soit partie ? Comment c’était-il retrouvé dans cette situation. Elle secoue la tête lentement et finalement reprend d’une voix désemparée « Je ne sais pas ! » Visiblement peu habituée à voir sa petite soeur dans cet état second, Roan ne lui pose pas plus de question avant de venir la prendre dans ses bras. D’un geste protecteur il l’encercle de ses bras et la serre contre lui. Sara n’avait pas peur de voir du sang, Sara n’avait pas peur de tirer sur quelqu’un, Sara n’avait peur de rien comme elle aimait ce vanter plus d’une fois par jours. Mais cette fois, Sara n'était rien de tout ça.
.

_________________

    don't even pretend you know me
    --------------------
    ‹ if i showed you my flaws, if i couldn't be strong tell me honestly would you still love me the same. ›


Dernière édition par Sara Solano le Dim 27 Mar - 22:21, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foolish-blondie.tumblr.com
avatar


Confide in me
Love in stereoϟ Letters : 302
ϟ ID Card : foolish blondie ⊹ tica

MessageSujet: Re: something about you ☆ sara   Ven 11 Mar - 8:17

She wanted everything, but settled for nothing

Depuis plusieurs minutes déjà elle arpente le couloir sans rien dire, continuant de repasser dans sa tête ce que son frère lui a expliqué. Si ils étaient là ce soir là, Alec et lui, c’était parce qu’une transaction avait lieu. Elle lui avait rapidement reproché de ne pas l’avoir tenu au courant, elle c’était habituée à tout savoir et il lui avait caché cette information. Alors qu’elle aurais pu être présente plutôt que de foutre le bordel comme elle l’avait fait. Mais Roan l’avait rapidement stoppé, ils ne l’avaient pas prévenue parce que cette transaction était supposée être plus houleuse que les autres et que ni l’un, ni l’autre n’avait voulu qu’elle soit présente, en fait c’est même leur père qui avait demandé à ce que Sara ne soit pas au courant, tout comme Camilla. Il n’y avais plus tellement de secrets familiaux aujourd’hui, et si l’ambiance en était plus qu’agréable, si Diego Solano demandait quelque chose c’était toujours fait. Après les explications de son frère, Sara avait finalement reconstitué le puzzle toute seule … Quand Alec l’avait vu en train de danser alors qu’ils s’apprêtaient à rencontrer leurs clients, il était venu la mettre en garde. Il avait certainement fait ça en pensant bien faire mais s’y était pris comme un pieds, vraiment. Il ne c’était peut être pas attendu non plus à ce qu’elle réagisse de la sorte et en la voyant partir tout à coup il l’avait suivie. Les premières heures après qu’ils l’aient ramené chez lui, Sara n’avait pas vu Alec. Tout simplement parce que son comportement lorsqu’elle l’avait trouvé était inexplicable, et encore moins acceptable. Elle ne supportait pas d’avoir fait preuve d’autant de faiblesse, encore moins devant son frère qui avait pris cette faiblesse pour autre chose que ce n’était vraiment. Pour la plupart d’entre eux, Alec était un membre de la famille, après tout ils le connaissaient tous depuis assez longtemps pour le considérer ainsi, et tous lui faisait une confiance aveugle, leur père compris. Alors Roan n’avait pas eu besoin de lui demander ce qui ce passait, il avait cru comprendre que c’était la réaction qu’elle aurais eu si n’importe lequel d’entre eux c’était retrouvé à la place de son meilleur ami. Mais ce n’était pas du tout ça, et Sara avait longuement eu le temps de méditer sur la chose quand elle avait appris qu’Alec était tiré d’affaire. Cela faisait maintenant plus de huit jours qu’il était cloué au lit, avec l’interdiction formelle d’exercer quelque activé que ce soit et d’après Roan cela le rendait fou. Pendant tout ce temps elle avait soigneusement évité d’aller le voir, tentant de repousser tant bien que mal le moment ou elle ce retrouverait devant lui, pour ce préservé de ce qu’elle sentait arriver. Et puis aujourd’hui elle avait pris son courage à deux mains, elle ne pouvait pas continuer à ce cacher ainsi, ce n’était pas digne d’elle. Alors elle avait pris sa voiture après une rapide réunion à l’hotel pour rencontrer de nouvelles employées, et c’était rendu chez Alec. Elle savait que Roan ne s’y trouvait pas puisqu’elle l’avait laissé à l’hôtel, c’était le meilleur moment donc pour s’y rendre et ainsi ne pas ce donner en spectacle comme une idiote devant son frère. Elle avait rapidement monté les escaliers, et à l’instant ou elle c’était trouvé devant la porte d’entrée elle avait été incapable de frapper. Ce retrouvant donc là à faire les cents pas, sur le point presque d’abandonner. Mais un Solano n’abandonne jamais, c’est pour ça qu’elle n’à pas fait demi tour en courant, mais aussi pour ça qu’elle attend avant d’annoncer sa présence pas bien certaine de ce qu’elle vas dire. Elle entame un nouveau retour, ses talons s’enfoncent dans la moquette du couloir quand la porte s’ouvre et laisse apparaitre une jeune femme. Toute deux ce regarde quelques secondes, un peu confuses … Le fait de la voir sortir de l’appartement ne plaisait franchement pas à Sara, et il suffisait de voir son regard noir pour le comprendre. « Vous venez voir Alec ? » sa voix aiguë vient agresser ses oreilles, tandis qu’elle crispe les dents en l’entendant l’appeler par son prénom. Son regard le foudroie plus encore, et Sara ne répond pas parce qu’elle est déjà en train de s’imaginer l’étranglant, la maintenant, tout de suite. « Allez-y entrez, il est dans sa chambre. » cette nouvelle phrase lui plaît encore moins que la précédente, et elle s’apprête à lui faire comprendre quand la blonde attrape une valisette et sort pour la laisser entrer. Il y’avait malentendu, la blondasse était certainement son infirmière. Retrouvant finalement l’usage de la parole Sara hoche la tête pour la remercier, et passe la porte, attendant que l’infirmière soit partie pour refermer la porte d’entrée derrière elle. Si elle était déjà venu dans l’appartement d’Alec, elle n’y étais jamais venu seule aussi ce retrouva t-elle là toute seule, dans l’entrée ne sachant pas trop quoi faire. Elle savait ou ce trouvait la chambre, comme elle savait ou ce trouvaient toutes les pièces sans pour autant n’avoir jamais vu que le salon. Finalement elle inspire, et avance jusqu’au fond, atteignant la porte de la chambre entrouverte. Incapable d’entrer sans frapper comme elle avait pourtant l’habitude de le faire partout ou elle pouvait aller, elle cogne doucement contre le bois brut et entendant la voix d’Alec demander de qui il s’agit. Avant qu’elle n’ai pu dire que c’était elle, la porte s’ouvre et elle ce retrouve nez à nez avec le jeune homme. Un instant ses yeux ce portent sur la blessure d’Alec, parfaitement bandée par le pansement neuf que vient de lui poser l’infirmière qu’elle à croisé et quand il s’apprête à lui dire quelque chose, elle le devance « Qu’est ce que tu fais debout ? » La question semble le surprendre, et puisqu’elle avance il n’a pas d’autre choix que de reculer. Le fait de le voir debout la rassurait bien plus qu’elle ne voulait bien lui montrer, mais ce n’était pas pour autant que c’était quelque chose de bien au contraire. Elle entre dans la chambre d’Alec sans y’avoir été invitée cette fois et l’observe rapidement. Rien de bien fou en soit, à peu près le même style de chambre que celle de Roan sauf que le lit était complètement défait puisque c’était certainement là qu’il ce trouvait encore quelques minutes auparavant. « Ne t’y met pas. » répond Alec en ce tournant vers elle, la main posé sur son bandage, bloquant une grimace de douleur. Elle le regarde à nouveau, détaille chaque traits de son visage, et une fois encore ils restent là en face l’un de l’autre sans rien dire. Leurs silences étaient fréquent et pas aussi géant qu’ils n’auraient du l’être. La plupart du temps il n’était pas nécessaire qu’ils parlent, parce que ni l’un ni l’autre n’était le genre de personne à vouloir exprimer quoi que ce soit et que c’était pour eux la meilleure façon de communiquer. Elle soupire, laisse tomber son sac sur le sol et brise le silence qui les entoure « Pourquoi tu n’est pas resté avec Roan ? » Si il l’avait fait, rien de tout ça ne ce serait passé. Ils seraient probablement encore en train de s’entrainer à ce moment même, et il ne serait pas blessé. Il pince ses lèvres, lâche la poignée de la porte qu’il tenait encore entre ses mains et s’avance comme il peut. « J’allais pas te laisser partir. » c’était la réponse qu’elle c’était attendu à avoir, elle savait ce qu’il allait dire avant même qu’il ne le dise. Alors pourquoi s’acharner à venir le voir ? Pourquoi s’acharner à lui poser la question ? Finalement il était comme tout les autres, prévisible. Elle secoue la tête, en désaccord total avec lui une fois de plus « Je n’ai pas besoin que tu me protège sans arrêt Alec. Je sais que Roan t’a demandé de le faire, mais je suis une grande fille je ne risquais rien et toi tu … » elle s’arrête, comme si son filtre venait de ce mettre en place. Ce filtre qui l’empêchait de complètement s’ouvrir aux autres, ce filtre qui avait un peu trop tendance à s’effacer quand elle était avec Alec et qu’elle devait ce forcer à reprendre. Si il ne l’avait pas suivit il ne ce serait pas retrouvé tout seul avec ses types, il ne ce serait pas fait tabassé comme il l’aurait fait parce qu’il n’aurais pas été déconcentré. Elle pose son regard sur la commode à côté d’elle, les boites de médicaments s’y accumulent et elle en prend une entre les mains pour simplement ne pas regarder Alec. « C’était idiot. » murmure t-elle finalement, tournant la boîte entre ses doigts, ne semblant ce préoccuper d’elle. Elle lit la prescription sans la lire, sentant la pression qui avait occupé la pièce depuis l’instant ou elle était entrée. Elle ne devait pas être là, elle ne savait pas pourquoi elle c’était obstinée à venir tout en sachant pertinemment que ce n’était pas une bonne idée. Elle ce mord la lèvre, comme à chaque fois qu’elle ne ce sent pas à l’aise, allant presque à ce faire saigner pour ce rappeler à l’ordre. Et tandis qu’elle tourne de nouveau la boite entre ses doigts, les mains d’Alec viennent ce refermer sur les siennes. Elle relève la tête vers lui de nouveau, elle oublie facilement parfois qu’il est plus grand qu’elle quand elle n’a pas ses talons mais aujourd’hui elle est en face de lui, complètement. « Ce n’est pas de ta faute. » un rire amer l’habitude, plus par défense que par réelle amertume « Je n’ai pas dit que ça l’était ! » Elle ne ce sentait pas responsable, il ne comprenait pas … Ou comprenait-il mieux qu’elle ne voulait le faire ? Il attrape les médicaments et les reposent sur la commode en bois. Elle passe une main dans ses cheveux et il attrape sa main. « Je ne t’ai pas suivi parce que ton frère m’a demandé de le faire. Je t’ai suivi parce que tu ne m’avais pas compris. » elle fronce les sourcils, finit par le regarder tandis qu’il ne semble pas l’avoir lâchée des yeux une seule seconde. « Tu ne pouvais pas être là pour des raisons évidentes et que tu sais maintenant. » elle acquise, elle avait donc bien compris ce qu’il avait voulu lui dire ce soir là. Ses médicaments devaient venir lui dérangé le cerveau vraiment, est-ce que c’était vraiment en train de lui faire du bien ? « Mais j’étais aussi jaloux. » Elle arrête de bouger la tête, et le regarde comme si il venait de dire une débilité, encore une. Il est horriblement sérieux, plus sérieux qu’elle n’a jamais vu Alec être sérieux, et c’était peu dire. « Qu’est ce que tu raconte ? » il divaguait. Clairement les médicaments qu’il prenait n’étaient pas les bons. Il n’étais pas jaloux, il le lui avait bien fait comprendre, il le lui avait dit. Et aujourd’hui il disait le contraire … Elle ne comprenait plus ce qui était en train de ce passer. Elle cherche la vérité dans ses yeux, elle cherche ce qu’il cache ce qu’il ne lui dit pas, mais apparement il n’y à rien à trouver. Il appui son regard et de nouveau ils ce regardent sans rien dire. Elle inspire, s’apprête à lui dire qu’il délire, mais au moment ou elle ouvre la bouche il vient retrouver ses lèvres. Surprise d’abord elle reste de marbre, le repousse et quand elle retrouve le contact de ses yeux elle comprend. Elle comprend qu’elle ne comprenait rien du tout. Alors elle passe ses mains au tour du coup d’Alec avant de le ramener vers elle, venant retrouver le contact doux et chaud de ses lèvres. Le baiser ce faisant de plus en plus pressant, elle entrevue ses lèvres en même temps que lui pour que leurs langues ce retrouvent. Elle ce presse contre lui tandis qu’il est déjà en train de passer ses mains sous son haut, rencontrant la peau encore chaude de Sara. En quelques secondes elle ce retrouve plaquée contre le mur, elle tire sur son cou pour qu’il ce retrouve encore plus proche d’elle. Et pendant quelque seconde il coupe le contact de leurs lèvres, une grimace sur le visage « Ca va ? » murmure t-elle à bout de souffle, il hoche la tête dépose ses lèvres sur sa joue, sur son front, au coin de ses lèvres « Très bien. Ne t’arrête pas ! » répond-il d’une voix rauque avant de venir retrouver ses lèvres. Les mains agiles d'Alec viennent déboutonner son chemisier, laissant les boutons tomber sur le sol tandis qu'elle ce presse encore plus contre lui. A cet instant présent, elle ne pensait rien d’autre qu’au fait de le sentir plus proche d’elle, à chaque secondes.


Un verre de champagne à la main, Sara observe toute la pièce. Ce n’était pas la première soirée qu’elle organisait dans l’hôtel et surement pas la dernière depuis qu’elle avait officiellement intégré le staff. Perfectionniste sur les bords, elle était incapable de profiter pleinement de la soirée qu’elle venait d’organiser, elle devait avoir un oeil sur absolument tout ce qui était en train de ce passer. « Bravo Princesse. » la voix de son père la sort de son inspection, tandis qu’il vient couper son champs de vision. Si Diego Solano n’était pas l’homme le plus tendre de toute la planète, il avait toujours appelé sa fille cadette de la sorte. C’était de ce surnom qu’il lui donnait déjà quand elle n’était encore qu’un foetus qu’était née son prénom. Il vient presser son bras dans un sourire qui était aussi rare que de voir son frère sourire. « Tu à pu parler avec les espagnols ? » demande t-elle le plus naturellement possible. Personne n’étais assez proche pour entendre leur discussion bien trop occupé par les conversations qu’ils avaient les uns avec les autres. La soirée touchait à sa fin et chacun d’entre eux commençait à être plus alcoolisé que nécessaire. Son père hoche la tête « Comme on s’y attendait, ils veulent négocier. Mais c’est parfait. » il ne le disait jamais mais Diego adorait s’occuper des négociations en personne. Si c’est Roan qui reprenait de plus en plus la main, leur père aimait continuer de charmer ceux qui allait finalement payer. C’était un don naturel chez lui qui en faisait un parfait orateur. Sara sourit à sa remarque, il était satisfait et c’était le but même de cette soirée. Elle dépose sa coupe sur l’un des plateaux derrière elle, « Dans ce cas, je pense que je vais rentrer. » déclare t-elle finalement. La soirée touchait de toute façon à sa fin, certains prévoyaient de ce rendre en ville, d’autres avaient leur chambre dans l’hôtel et irait certainement ce coucher. Mais elle, elle en avait terminé pour la soirée. Elle souhaite une bonne nuit à son père et fait demi-tour, passant d’abord par les vestiaires pour récupérer son sac et principalement son téléphone. Avant même d’avoir pu lire les messages qui l’attende, elle pianote un message et n’attend pas de retour avant de rejoindre la sortie de l’hôtel. Si l’air c’est réchauffé depuis quelques temps, elle frissonne un instant elle passe sa veste sur ses épaules venant recouvrir la robe de soirée qu’elle portait pour l’occasion, attendant que le voiturier lui ramène sa voiture. Son téléphone vibre et la réponse qu’elle reçoit la fait sourire, de bonne humeur elle sort une billet de sa pochette et la tend au jeune homme qui lui tend ses clefs. Max la remercie, peu habitué à ce qu’elle ne lui donne de l’argent. Enfin au chaud dans sa voiture, elle balance ses affaires sur le siège passager et remet la musique qu’elle écoutait avant d’arriver ici quelques heures plus tôt. Le chemin qu’elle prend lui est familier, elle ne le prend pas tout les jours mais bien assez pour en connaître tout les recoins. Il est un peu tard pour qu’elle s’y rende, mais elle en avait eu besoin ce soir … Elle trouve rapidement une place vu l’heure avancé de la nuit, ou du matin selon les points de vus. Finalement elle remet sa veste et sors de sa voiture rapidement, avant de rejoindre la porte arrière de l’enseigne. Ce servant de sa clefs elle entre dans la pièce déjà allumée et ce réjouit de retrouver la chaleur des cuisines. « Je sais que c’est tard, désolée ! » s’exclame t-elle en enlevant sa veste pour l’accrocher au porte manteau et s’avancer vers sa soeur pour la prendre dans ses bras. « Qu’est ce que je ne ferais pas pour toi ? » Camilla la sert contre elle, avant de finalement la regarder de haut en bas « Canon ! » déclare t-elle finalement avant d’attraper son saladier et de reprendre ce qu’elle était en train de faire. Sara ne voyait que trop peu sa soeur ses derniers temps et la raison en lui plaisait pas vraiment. Camilla n’avait jamais vraiment trouvé son compte dans ce que faisait la famille, et si elle avait toujours agis selon les désirs de leur père jusqu’à présent, elle avait fini par ouvrir les yeux et refusé de continuer de vivre ainsi. Si Sara ne comprenait pas son choix de vie, puisque le sien était à son opposé elle n’avait pu ce résoudre à lui en vouloir au contraire de Roan et Malaya qui ne lui adressait plus la parole. Rapidement elle attrape un tabouret et le glisse jusqu’à l’ilot centrale prenant enfin place en face de Camilla. Le fait est que l’implication de Sara était devenue de plus en plus grande dans le business, et du coup elle voyait de moins en moins sa soeur. Qui plus est Malaya était de retour, et elle s’entrainait avec elle maintenant puisqu’elle évitait au possible de ce retrouver seule dans une pièce avec Alec. Du coup le temps lui manquait, mais si elle était là ce soir c’était parce que sa soeur lui manquait. « Je me suis surpassée ce soir ! » la fierté pointe dans les propos de la jolie brune. Quand elles vivaient encore sous le toit de leurs parents, Camilla avait pris l’habitude de cuisiner pour Sara. Elle qui ne pouvait pas avaler quoi que ce soit avec du lait de vache, était la testeuse de nouveauté parfaite pour Cami. Il leur arrivait si souvent de ce retrouver dans la soirée ou dans la nuit, et cela lui manquait aujourd’hui. Sara plonge un doigt dans la pâte avant de recevoir un regard noir typique des Solano. « Raconte ! » et alors que Sara attrape les moules pour les préparer à recevoir la pâte qu’est en train de concevoir Camilla, elle lui raconte tout. Les préparatifs, les problèmes de dernières minutes, les problèmes avec la tenue tout ce que Camilla est capable d’entendre. Elle ne lui parle pas de la raison première de la soirée, mais lui raconte tout ce qu’elle peux comme elles avaient toujours eu l’habitude de faire avant. Deux heures plus tard, gâteaux en main et plus du tout affamée elle à pris le choix de retourner à l’hôtel plutôt que de rentrer chez elle. Elle à retrouvé l’ascenseur, est monté jusqu’à l’étage qu’elle fréquentait le plus, carte en main. Quand les portes s’ouvrent par pure habitude elle prend le chemin de la chambre de sa soeur et dépose la carte pour y entrer. Elles c’étaient croisées lors de la soirée, Malaya lui avait proposé de passer le reste de la soirée ensembles comme elles ne l’avaient pas fait depuis longtemps. Ses derniers temps trop préoccupée par tout le reste, Sara n’avait plus le temps pour quoi que ce soir. Elle ne voyait plus assez Sofia, elle ne sortait plus assez et il fallait qu’elle mette un frein sur la vie mouvementée qu’elle vivait. Maya ne semble pas vraiment surprise de la voir entrer, mettant en pause le film qu’elle était en train de regarder elle ce redresse pour regarder Sara entrer. Complètement à l’aise, la jeune femme ce débarrasse de ses chaussures, de sa veste au fur et à mesure qu’elle avance et vient finalement ce glisser à côté d’elle, déposant les gâteaux entre elles. Sa grande soeur la regarde, regarde les gateaux et la regarde à nouveau consciente de leur provenance « Tu sais parfaitement que ce sont les meilleurs ! » déclare Sara avant de les lui tendre. Après un instant d’hésitation, Malaya en prend un. Sara attrape son téléphone portable, et balaye les messages qu’elle à reçu encore une fois. « Tout vas bien ? » la jeune femme ce tourne vers sa soeur, en soupirant. Depuis quelques temps déjà les choses étaient compliquées, non seulement depuis ce qui c’était passé avec Alec … Mais aussi depuis que Malaya était rentrée du Mexique. Cette dernière lui avait tout raconté dans les moindres détails, et la voir comme elle était, Sara n’avait pas encore trouvé ni la force, ni le courage de tout lui raconter sur Hunter. « Papa n’a pas eu ce qu’il voulait ? » les enjeux de ce genre de soirées qu’elle organisait pour l’hôtel n’était jamais moindre. Il y’avait toujours quelque chose de plus grand qui ce jouait, toujours quelque chose qui ferait la différence dans le business officieux de la famille. Elle s’étire en souriant faiblement « Il à les espagnols dans sa poche. » déclare t-elle, comme si il s’agissait d’une évidence. Malaya connaissait parfaitement leur père, elle le secondait en compagnie de Roan elle savait donc qu’avoir les espagnols dans leur poche était de bonne augure. Alors elle ne comprenait pas pourquoi sa soeur faisait cette tête.  « Alors raconte moi. » Sara fixe le plafond. Depuis qu’elle était revenue, Sara avait raconté à Malaya que les choses avaient changées avec Alec. Mais elle ne lui avait pas encore dit la moitié des choses, en fait elle lui avait juste dit que les choses avaient changées. Elle n’avait pas encore eu l’occasion de ce retrouver seule avec elle, et c’était en réalité ce dont elle avait le plus besoin, pouvoir ce confier à quelqu’un parce que c’était en train de lui bouffer l’existence.  « Il est venu avec une rousse. » elle avait eu un mouvement de recul quand elle l’avait vu arrivé, d’abord avec Roan et Malaya, puis ensuite lorsqu’elle avait été contrainte de lui parler tandis qu’il semblait passer un bon moment et une bonne discussion avec son accompagnatrice, cette rousse qu’elle détestait déjà « Ingrid. Je lui ai parlé, je l’aime pas. » la réflexion de sa soeur la fait sourire, tandis qu’elle attrape une mèche de ses cheveux entre ses doigts pour jouer avec. Le fait est qu’ils avaient couché ensembles, ce n’était pas rien, mais ce n’était pas quelque chose non plus. Quand elle c’était réveillée dans son lit, elle avait passé quelques minutes à le regarder dormir avant de finalement quitter l’appartement le plus vite possible parce qu’elle ne voulait pas avoir à faire une quelconque confrontation. Depuis elle l’évitait plus que possible, et quand elle devait le voir elle faisait comme si rien n’était arrivé. Malaya la regarde, attendant la suite tandis que Sara ferme les yeux avant de dire quoi que ce soit « On à couché ensemble. » déclare t-elle à une rapidité extreme. Pas assez apparement, puisque Malaya s’assied et lui tape dans le bras « QUOI ? » la voix de sa soeur résonne dans la pièce. Et Sara secoue la tête, elle savait qu’elle allait faire ça. « Et tu me l’a caché pendant tout ce temps ? »  Sara ne bouge pas, ouvre les yeux la regarde et lâche ses cheveux avant de hausser les épaules « Quand est-ce que tu voulais que je te le dise ? » la brunette ne dit rien, reste silencieuse un instant malgré le sourire qui habite ses lèvres. Elle attrape un second gâteau en prend une bouchée, et après l’avoir avalé elle soupire à son tour « Tu t’es mise dans de beaux draps Chérie … » Ah ça, elle ne croyait pas si bien dire !

_________________

    don't even pretend you know me
    --------------------
    ‹ if i showed you my flaws, if i couldn't be strong tell me honestly would you still love me the same. ›


Dernière édition par Sara Solano le Lun 28 Mar - 15:23, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foolish-blondie.tumblr.com
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 288
ϟ ID Card : lady berry (caroline)

MessageSujet: Re: something about you ☆ sara   Ven 11 Mar - 10:15


trop canon la sista

_________________

    We're the wild ones raised by the wolves we howl to the moon War inside my mind drowning in the tides, fighting for my life. I'm satisfied intoxicate my veins make me misbehave, be my great escape till we fade away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 232
ϟ ID Card : benzorris (anouchka)

MessageSujet: Re: something about you ☆ sara   Ven 11 Mar - 17:04


_________________


    Love isn’t soft, like those poets say. Love has teeth which bite and the wounds never close ϟ ϟ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }: ✗ make friends
{ MY PLAYLIST }: ♫ hello – adèle
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 254
ϟ ID Card : the mad hatter

MessageSujet: Re: something about you ☆ sara   Ven 11 Mar - 19:02

il nous faut un lien

_________________

loving can hurt
loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know. When it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive. We keep this love in a photograph, we made these memories for ourselves, where are eyes are never closing, hearts are never broken, times are forever frozen still.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 288
ϟ ID Card : lady berry (caroline)

MessageSujet: Re: something about you ☆ sara   Sam 12 Mar - 12:37

Hunter Rosen a écrit:

_________________

    We're the wild ones raised by the wolves we howl to the moon War inside my mind drowning in the tides, fighting for my life. I'm satisfied intoxicate my veins make me misbehave, be my great escape till we fade away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
Love in stereoϟ Letters : 302
ϟ ID Card : foolish blondie ⊹ tica

MessageSujet: Re: something about you ☆ sara   Lun 21 Mar - 21:51

Tout plein d'amour
Et soit pas jalouse Lya

_________________

    don't even pretend you know me
    --------------------
    ‹ if i showed you my flaws, if i couldn't be strong tell me honestly would you still love me the same. ›
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foolish-blondie.tumblr.com
avatar


Confide in me
Love in stereoϟ Letters : 215
ϟ ID Card : benzorris (anouchka)

MessageSujet: Re: something about you ☆ sara   Sam 26 Mar - 11:30

comme d'hab je surveille
tu es sacrément canon quand même

_________________


    Remember that I’m still a monster. I can listen to you scream and cry and beg and I still won’t let you out.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
Love in stereoϟ Letters : 302
ϟ ID Card : foolish blondie ⊹ tica

MessageSujet: Re: something about you ☆ sara   Sam 26 Mar - 11:55

C'est de famille

_________________

    don't even pretend you know me
    --------------------
    ‹ if i showed you my flaws, if i couldn't be strong tell me honestly would you still love me the same. ›
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foolish-blondie.tumblr.com
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 91
ϟ ID Card : keep smiling

MessageSujet: Re: something about you ☆ sara   Mer 6 Avr - 13:25


_________________

Just because you fail once, doesn't mean you're gonna fail at everything. Keep trying, hold on, and always, always, always believe in yourself, because if you don't, then who will, sweetie? So keep your head high, keep your chin up, and most importantly, keep smiling, because life's a beautiful thing and there's so much to smile about. Marilyn Monroe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Confide in me
Love in stereo

MessageSujet: Re: something about you ☆ sara   

Revenir en haut Aller en bas
 
something about you ☆ sara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ecaterina Sara Robertson ♦ Lost in an image
» 7- Sara Hoots vs Julia La petite chochonne
» SARA TOSCA Ҩ You can't hear me cry, see my dreams all die
» Boulos deklare madan sara ak pwofesyonèl se move peyè task
» Sara Davis...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LONDON BABY :: BEGIN A NEW LIFE :: tell me your story :: london is mine-
Sauter vers: