Partagez | 
 

 (Malaya) There comes a time to rule by fear and not by the book

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 288
ϟ ID Card : lady berry (caroline)

MessageSujet: (Malaya) There comes a time to rule by fear and not by the book   Dim 6 Mar - 16:38

- Malaya Lucia Solana -
Please excuse me while I go some place you're not.
PRÉNOM(S) + Le prénom qui lui a été attribué à la naissance n'a rien d'un hasard. Pour la famille Solano, la jeune brune est la première fille de la famille, elle est donc l'aînée et portera sur ses épaules une grande responsabilité. Roza Solano a longtemps pensé aux prénoms qu'elle voulait donner à ses enfants, elle a noté chaque idée sur un petit carnet, et ces prénoms là ont toujours été choisis de manière très réfléchie. L'aînée de ses trois filles porte donc le prénom de Malaya qui signifie  « liberté et indépendance » . Un prénom qui correspond très bien à la jeune brune et encore plus aujourd'hui. Très tôt Malaya a montré son envie de faire les choses par elle même, elle a rapidement montré à sa famille mais aussi à son grand frère qu'elle n'avait pas besoin d'aide. Son indépendance est une chose très importante pour elle. Elle est très fière de son prénom et est très attachée à sa signification. Son second prénom traduit à merveille ses origines latines Lucia, a lui aussi a une importance particulière pas tant dans sa signification mais plutôt pour son hommage à son arrière grand mère. Une femme forte, indépendante et avec un fort caractère. A qui ressemble beaucoup Malaya selon son père, peut être même un peu trop. Mais cela est un compliment, pas une tare. NOM(S) + Son nom de famille est connu de tous à Londres et ce pour deux raisons. La famille Solano d'origine colombienne a su se faire une place dans le paysage anglais et cela dès son arrivée sur le territoire anglais il y a deux générations de ça. Les hommes de la famille ont toujours travaillé d'arrache pied pour amener la famille au sommet. Aujourd'hui, la famille Solano continue à perpétrer cette réputation dans le monde des affaires. Elle possède un hôtel de luxe dans le centre de la capitale, là où logent toutes les célébrités de passage de Brad et Angelina Pitt au très controversé président russe. Tout le monde veut séjourner dans leur hôtel. Mais il n'y a pas que pour cette unique raison que la famille Solano est connue. L'autre raison est plus terrifiante, plus secrète. En effet, depuis quelques années les Solano sont à la tête d'un des plus grand et craint cartel de drogue. Leurs origines et leurs liens en Colombie leur procurent un des meilleur produit sur le marché et tout le monde l'a rapidement compris. Ils sont à la tête d'un empire, c'est une tradition familiale, bien que les enfants Solano de cette génération ne semble pas tout à fait prêt à reprendre l'entreprise familiale. Diego Solano espère que tout cela restera en famille pendant très longtemps encore, et il compte sur Roan et Malaya pour gérer le business une fois qu'il ne sera plus la. La jeune femme est très fière de son héritage familial, même si elle sait que son de famille peut l'amener à perte. ÂGE + Malaya a passé le cap des vingt sept ans. Cela ne la gêne pas de vieillir, elle n'a pas peur de cela et même si c'était le cas elle n'a aucun pouvoir sur le temps qui passe. Elle a gardé son âme d'enfant, ses rêves de petites filles même si aujourd'hui elle est consciente que ce ne sont que des rêves. Grandir lui a apporté une certaine maturité bien entendu mais aussi de nombreuses responsabilités dans sa vie de tous les jours. Responsabilités qu'elle n'est pas certaine de vouloir assumer. Mais parfois, elle aimerait redevenir une adolescente, elle aimerait revenir au temps où elle n'avait pas besoin de prendre des décisions pour son avenir. Elle a longtemps pensé qu'à son âge aujourd'hui, elle serait mariée, heureuse et qu'elle aurait fondé sa propre famille. Pourtant ce n'est pas le cas, et elle n'est pas sûre de vouloir encore toutes ses choses dont elle rêvait lorsqu'elle avait une dizaine d'années. Elle a trop conscience de ce qui l'attend. DATE ET LIEU DE NAISSANCE + Malaya a vu le jour au St Thomas Hospital de Londres un beau matin du mois de Juin. Elle a poussé son premier cri le 28 Juin à 10h05  précisément cinq minutes avant sa sœur jumelle Camilla. Et même si ce n'est que cinq petites minutes d'avance, elle ne cesse de lui rappeler à chaque fois que cela lui semble opportun. Elle prend sont rôle d'aînée très au sérieux. La jeune brune a d'ailleurs très vite exprimée son fort caractère que ce soit à la maternité ou à la maison de famille. Elle sait se faire entendre, et se faire comprendre. ORIGINES ET NATIONALITÉ + La jeune brune est née à Londres, elle a donc la nationalité Anglaise. Elle est une anglaise à part entière et le revendique haut et fort, elle ne supporte pas qu'on la juge sur la couleur de sa peau ou bien sur ses origines qui sont plus qu'évidente. Elle est fière de ses origines colombiennes, elle cultive d'ailleurs cette partie de son héritage culturel. C'est donc bien souvent qu'on peut l'entendre jurer en espagnol, lorsqu'elle s'énerve c'est aussi en espagnol. Selon elle c'est plus esthétique et puis cela lui permet aussi de dire tout haut ce qu'elle pense sans que la planète entière ne la comprenne. Elle a toujours eu cette habitude même lorsqu'elle était enfant ce qui a souvent posé problème lorsqu'elle était à l'école. Son grand père est celui qui lui a appris toutes sortes de gros mots dans sa langue maternelle. STATUT CIVIL + Malaya est célibataire, elle n'a jamais été réellement en couple pour ainsi dire. Elle a eu des amants, des petits amis mais aucun n'a su gagner son cœur et surtout aucun n'a réussi à tenir tête à Roan, le frère aîné de la belle. Sans trop savoir pourquoi, ni de quel droit il s'est donné pour mission d'effrayer le moindre prétendant s'approchant un peu trop près de Malaya. Selon lui, simplement pour son bien et puis aucune de ses fréquentations n'étaient assez bien pour elle. Pourtant, si elle devrait lui en vouloir et lui demander de se mêler de ses affaires, elle n'a jamais rien dit. Et elle ne dit rien même aujourd'hui, même si ils se prennent souvent la tête, l'avis de Roan est très important pour Malaya. Sans qu'elle ne puisse expliquer le pourquoi du comment. Elle laisse faire. Elle laisse Roan faire le ménage dans sa vie privée. Sans doute parce qu'aucun homme n'a su réellement retenir son attention jusqu'à aujourd'hui. Et ce n'est pas faute de vouloir essayer. On essaye bien souvent ,et par on il s'agit bien entendu de son père ou à quelques occasions de sa meilleure amie, Ella, de lui arranger plusieurs fois des rendez-vous avec des hommes bien charmants mais tous inintéressants. Cela n'aboutit jamais à rien. Sauf à la fuite de l'homme en question. Elle se lasse vite Malaya, peut être trop vite.  Il lui arrive bien trop souvent de coucher le premier soir sans rien n'attendre en retour, des aventures sans lendemain. Elle n'est jamais tombée amoureuse, du moins c'est ce dont elle se persuade. Depuis quelques années, elle a cet homme en tête. Lui. Il a su retenir son attention, et il l'a retient encore aujourd'hui. Pourtant ils s'étaient rien promis, une histoire éphémères sans avenir. Elle l'a rencontré à Mexico, et depuis elle n'arrive pas l'oublier. Hunter Rosen. Ils ont vécus une belle histoire, passionnée, sans prise de tête, sans se soucier de demain, à des kilomètres de chez eux. Comme s'ils étaient seuls au monde. Et si, elle n'en parle jamais, si elle ne le dit jamais elle regrette que cette histoire ce soit terminée au fond. Il est le seul homme pour qui son cœur s'est mis à battre, le seul homme dont elle est tombée amoureuse. Pendant trois ans, elle ne l'a jamais revu, elle ne lui a jamais parlé. Mais le destin semble vouloir les réunir, et leur compliqué la tâche. Aujourd'hui, elle est chargé de le surveiller pour qu'il ne parle pas. Elle est chargé de le faire taire. Hunter, a des informations compromettantes sur la famille Solano. Malgré son tiraillement entre ses sentiments pour le jeune blond et sa loyauté envers sa famille, elle le protège. Et elle le protègera quoi qu'il en coute. Et elle sait que cacher ce genre d'informations à son père peut s'avérer dangereux, pour lui et pour elle. A force de jouer avec le feu, elle va finir pas se brûler les ailes. ÉTUDES/MÉTIER + Malaya a toujours su qu'elle travaillerait avec sa famille. C'était une évidence pour elle. Sauf que lorsqu'elle était enfant, elle pensait simplement travailler dans l'hôtel familial. Et puis en grandissant, elle a découvert un autre côté plus sombre de sa famille. Travailler dans le business familial à alors pris un sens bien différent pour la jeune fille. Au début réticente, elle s'est rapidement adaptée. Lorsqu'elle était étudiante, elle était le dealer officiel du campus, elle était enviée par toutes les filles et les hommes mais elle était aussi craint. Malaya n'a rien pourtant d'effrayant, on lui donnerait le bon dieu sans confession. Mais ne jamais se fier aux apparences c'est bien connu. C'est alors avec cet avantage que la jeune femme s'est investit dans ce business illégal. Elle a rapidement pris conscience de son pouvoir de séduction, elle rapidement pris conscience qu'elle pouvait avoir un réel pouvoir mais aussi un avenir dans ce genre d'affaire. Le danger et l'adrénaline lui plait. Mais bien sûr, elle a besoin d'une couverture pour garder les apparences. Alors après avoir effectuer des études de marketing et en relation publique, la jeune brune est devenue officiellement la manager de l'hôtel de famille. Elle est le bras droit de Diego Solano, cet homme d'affaire si respecté dans le milieux de l'hôtellerie. Mais avant de réellement accepter cette position, la jeune femme a eu besoin de prendre un peu de recul que ce soit pour le côté légal des affaires de familles ou du côté illégal. Elle a longtemps hésité à rester auprès d'eux, une soudaine prise de conscience sur les risques dans lesquels elle allait plonger la tête la première, mais aussi une envie de voler de ses propres ailes. Mais son frère a su la ramener à la raison.  TRAITS DE CARACTÈRE + Au premier abord, la première impression que l'on a de Malaya n'est pas forcément positive. Elle se montre froide, distante mais ce n'est qu'une apparence, une image qu'elle se donne. Dans son monde les apparences sont très importantes. Et cela lui est égal qu'on la déteste, elle ne s'en préoccupe pas le moins du monde. Alors oui en apparence la jeune brune est inaccessible, distante, froide, hautaine... Elle agit comme tel, considérant les autres avec indifférence, parfois presque avec dédain. Elle paraît sûre d'elle et heureuse aux yeux de tout le monde. Malaya se complaît dans cette attitude désinvolte d'enfant capricieuse et gâtée mais si l'on essai de la connaître on aperçoit une autre facette de sa personnalité. Une autre Malaya. S'il a une chose qui caractérise la jeune Solano c'est bien son sourire. Elle est en réalité très sociable et elle aime faire la conversation. Il faut simplement passé outre la première impression que l'on peut avoir d'elle. Contre toute attente, elle est une personne très attentionnée et généreuse. Bien sûr tout le monde n'a pas le privilège de voir ce côté d'elle, il est d'ailleurs bien souvent réservé à sa famille et sa meilleure amie. Lorsqu'elle accorde sa confiance à une personne, elle pourrait aller jusqu'au bout du monde pour cette personne, Malaya est protectrice envers les personnes qu'elle aime. Seulement il ne faut pas trahir cette dernière. Elle peut être adorable mais elle peut aussi se transformé en véritable petit démon si on en vient à jouer dans son dos. Elle est rancunière et croit en la vengeance. La jeune femme est obstinée, et déterminée. Si elle a une idée en tête il est bien difficile de la faire changer d'avis. Elle va jusqu'au bout de ses idées, de ses actions et elle ne supporte pas qu'on lui dise qu'elle ne peut pas le faire. C'est bien la dernière chose qu'il faut lui dire, car après cela elle va s'entêter d'avantage pour réussir. Elle a beaucoup de fierté, peut être un peu trop d'ailleurs. Il est bien difficile de lui faire avouer qu'elle peut avoir tort, mission impossible. Demander à Roan, le jeune homme y travaille depuis des années et il n'a pas encore réussis. Malaya est aussi très impulsive, sans doute dû au fait qu'elle fonce tête baissée dans toutes les situations. Elle ne fait pas réellement de demie mesure. Ce qui peut parfois être une chose positive, elle se fit à son instinct et agis rapidement mais parfois cela peut être inconvénient et en particulier dans son métier. Heureusement que Roan est là pour parfois la raisonner et l'arrêter avant qu'elle ne commette des erreurs. Elle est aussi un peu impatiente, ce qui n'arrange pas son côté impulsif. La jeune brune a cette tendance à être possessive, elle n'aime pas qu'on lui prenne ses affaires, elle n'aime pas qu'on lui pique dans son assiette. Elle n'aime pas trop partager ce qui lui appartient que ce soit pour les objets ou bien pour les personnes. Malaya est jalouse, et extrêmement possessive avec certaines personnes. Mais en contre partie, elle est une personne fidèle et loyale que ce soit en amour ou en amitié. Lorsqu'elle fait une promesse, elle la tient. Elle met un point d'honneur à cela. Autant elle peut être brusque, parfois trop franche autant elle peut être douce et patiente dans certaines situations. Elle sait s'adapter à la situation pour obtenir ce dont elle a besoin. La jeune brune est séductrice, charmeuse. Elle est consciente que son joli minois ne laisse pas la gente masculine indifférente et joue très souvent de ce détail pour obtenir ce qu'elle désire. Elle sait se mettre en avant lorsqu'il le faut mais attention ce n'est pas pour autant qu'elle est une fille facile. Loin de là même. Indépendante elle a toujours appris à se débrouiller par elle-même en n'attendant rien des autres et ce depuis toute petite. Elle sait cependant se reposer sur sa famille lorsqu'elle a besoin, mais cela est rare. Elle demande de l'aide vraiment qu'en dernier recours. Une question de fierté encore pour Malaya. GROUPE + écrire ici.

Wreck of the day

20 CHOSES À SAVOIR SUR MOI + ›› La famille pour Malaya est ce qu'il y a de plus important. Elle a été élevée de cette manière et ne changera probablement jamais. Sa famille c'est sa vie, elle pourrait tout faire pour ses deux sœurs et son frère. Elle serait prête à donner sa vie pour eux s'il le fallait. Chez les Solano la loyauté familiale est une chose très importante. Et c'est sans doute la raison pour laquelle, aujourd'hui Malaya est en froid avec sa sœur jumelle. Car celle-ci a décidé de tourner le dos à sa famille. Elle l'aime toujours autant mais elle lui en veut, et elle est aussi jalouse que Camilla est pu prendre la décision de voler de ses propres ailes. Elle n'a jamais pu le faire elle même. ››  Elle a une cicatrice en bas du dos qui lui vient de son enfance. A l'âge de 7 ans, Malaya a fait une mauvaise chute en voulant essayer de suivre son frère dans ses aventures. Elle a voulu monter aussi haut que lui dans l'arbre dans le jardin, mais elle a glissé et elle est tombé sur le sol. Elle a eu de la chance dans son malheur, cela aurait pu être pire. Mais elle est tombée sur une branche qui lui a donné une jolie cicatrice. Elle a également une cicatrice derrière son oreille, dû à un accident de voiture.   ›› Sara est la personne de Malaya. Elles s'entendent très bien, elles sortent souvent ensemble, elles font du shopping... Elles ne peuvent pas passer une seule journée sans se voir. Malaya est très protectrice envers Sara, peut être un peu trop mais elle ne peut s'en empêcher. D'ailleurs Sara est la seule au courant pour Hunter. ›› Sa relation avec Roan est particulière. Ils s'aiment, mais sont en constante compétition pour tout et n'importe quoi. Ils s'envoient balader et la minute d'après ils sont doux comme des agneaux. Il est le seul homme en qui elle a une totale confiance. Ils n'ont pas besoin de parler pour se comprendre. Et malgré la tendance sur-protectrice de Roan envers Malaya, son avis compte beaucoup, elle ne prend en général aucune décision ferme avant d'avoir son opinion. ›› Lorsqu'elle était au collègue, elle a coupé les cheveux de Shelley Foster au ciseau dans les couloir du collège tout simplement parce que cette dernière avait dit une méchanceté sur Sara. ›› Lors de son année sabbatique, elle est partie faire le tour de l'amérique du sud. Elle a ressentie ce besoin irrépressible de faire le point sur sa vie, et de prendre du recul pour savoir si elle voulait vraiment faire partie du business familial. Elle a profité pour visiter et simplement profiter de la vie. Elle a rencontré Hunter. Le seul homme qui a su percer sa carapace, le seul homme dont elle est tombé amoureuse. Sa plus belle histoire. Elle garde d'ailleurs toujours une photo d'elle et Hunter sur son téléphone portable. ›› C'est une grande adepte de sensation forte : saut à l'élastique, parapente, escalade, saut en parachute ... tout y passe. Elle a d'ailleurs une bucket list de choses qu'elle veut faire avant de mourir. ›› Malaya est polyglotte, elle parle bien entendu l'anglais, et l'espagnol ces deux langues maternelles. Mais elle parle aussi couramment le Portugais, l'Italien et elle a des notions de russe. D'ailleurs, la jeune brune s'énerve uniquement en espagnol, une habitude qu'elle a pris avec son grand père. Et cela lui permet d'être parfois très grossière sans que personne ne comprenne ce qu'elle raconte. ›› Elle a beau avoir un visage angélique, et être très gentille, il ne vaut mieux pas se la mettre à dos. Elle peut devenir une vraie tigresse. Elle démarre bien souvent au quart de tour, elle s'énerve assez rapidement. Et elle sait se battre que ce soit avec les mots ou bien avec ses poings. Roan lui a appris très tôt à se défendre comme il se doit. Et elle est plutôt douée, elle prend d'ailleurs toujours des cours de self défense et de boxe. ›› Malaya est maladroite et tête en l'air. Elle en est à son cinquième iPhone depuis le début de l'année. Elle a la fâcheuse habitude d'oublier son téléphone un peu partout. Il lui arrive de tomber sur une âme charitable mais pas tout le temps. Son dernier Iphone, elle l'a laissé dans le congélateur et lorsqu'elle la retrouvé un mois après, il n'a pas apprécié les températures négatives. Une autre fois, elle l'a fait tombé dans son bain. Une autre fois dans la machine à laver... oui elle est maladroite. ›› Le matin, elle ne traîne pas au lit. Une seule sonnerie de réveil et elle est debout. Qu'elle se soit couché de bonne heure ou tard, peu importe. Elle n'aime pas se prélasser dans son lit en semaine. La seule exception était lorsqu'elle était avec lui à Mexico. ›› Malaya ne raffole pas des enfants, elle n'est pas gaga devant les bébés. Elle les trouve mignon mais ne voit pas l'intérêt de s'extasier devant eux. Elle n'a aucun atome crochu avec les enfants d'ailleurs elle ne comprend absolument pas l'idée reçu selon laquelle une femme devrait avoir la fibre maternelle. Elle ne l'a pas et ne l'aura jamais. ›› Elle est une grand voyageuse, elle aime partir même que quelques jours parfois mais elle a besoin de s'évader pour se sentir bien. Elle a pratiquement fait de le tour du monde déjà, depuis qu'elle est en âge de voyager seule elle part à peu près tous les trois mois. Elle fait tourner son globe terrestre et s'arrête sur une destination, et quelques jours plus tard elle s'envole. ›› Elle a essayé  de s'inscrire sur Twitter, mais elle n'y comprend rien donc elle a vite lâchée l'affaire. Cependant, elle a un compte Facebook ainsi qu'instragram qu'elle alimente régulièrement. Elle aime poster très souvent. Et cela lui permet de rester en contact avec ses connaissances et amis qui s'étalent au quatre coins du monde. ›› Si vous voulez lui faire plaisir: opter pour une pizza avec énormément de fromage, pas besoin d'en faire des tonnes. ›› Les déjeuners le dimanche en compagnie de sa famille sont une tradition qu'elle ne louperait pour rien au monde. L'ambiance est bonne enfant et c'est toujours très animé. ›› Malaya aime lire que ce soit des romans policiers, ou bien des romans à l'eau de rose. Elle adore lire tout ce qui lui tombe sous la main. ››  Il est très difficile pour elle d'admettre qu'elle a tord et même en sachant pertinemment que c'est le cas elle affirmera toujours le contraire. Elle fera preuve d'une mauvaise foie incroyable mais jamais elle ne s'excusera. Même sous la torture elle serait capable de le nier.   ››  Elle ne sait toujours pas nager. Ce n'est pas faute d'avoir essayé, mais elle a une peur bleue de l'eau dès qu'elle n'a plus pied, elle panique. lorsqu'elle n'avait que sept ans, elle est tombée dans la piscine chez ses grands parents et elle a manqué de se noyer et depuis c'est sa plus grande phobie. Elle peut se baigner mais elle doit avoir pied sinon ce n'est même pas la peine de lui demander. De toute manière, elle préfère lézarder au soleil plutôt que de faire des longueurs. ›› La jeune brune fume, elle n'est pas accroc, elle peut donc passer des jours sans fumer mais lorsqu'elle est stressée ou énervée, elle fume. Cela a une effet relaxant sur ses nerfs. ›› Depuis qu'elle est enfant, elle est allergique au kiwi. Son seul point faible, si vous voulez vous débarrasser d'elle, rien de plus simple. Donner lui des kiwis. ›› Elle est claustrophobe, elle ne supporte pas les espaces clos et restreints. Elle commence alors à paniquer, à ne plus pouvoir respirer. Elle évite donc les ascenseurs avec une grande précaution. Heureusement pour elle l'avion semble échapper à cette claustrophobie bien qu'elle n'est jamais rassurée lorsqu'elle doit s'envoler. ›› Malaya est très sportive, il lui faut une activité régulière sinon elle devient folle. Elle a longtemps pratiqué la danse classique plus jeune. Sa mère a d'ailleurs pensé qu'elle pourrait devenir une danseuse étoile, seulement ce rêve s'est brisé lorsque Malaya a été renvoyé de son école de danse. La raison? elle a mordu une de ses camarades tout simplement parce qu'elle a critiqué sa façon de faire les pas chassés. Oui Malaya peut parfois être très impulsive.

We all want a happy ending

PSEUDO/PRÉNOM + lady berry/caroline ÂGE + je sais plus. COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? + une petite licorne m'a donné l'adresse et puis la fée clochette m'a forcé à m'inscrire. FRÉQUENCE DE CONNEXION + tous les jours, tous les trois jours... tout dépend de mon emploi du temps. TON DERNIER MOT + je vous envoie du love mes petits chats.

_________________

    We're the wild ones raised by the wolves we howl to the moon War inside my mind drowning in the tides, fighting for my life. I'm satisfied intoxicate my veins make me misbehave, be my great escape till we fade away


Dernière édition par Malaya Solano le Mer 9 Mar - 21:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 288
ϟ ID Card : lady berry (caroline)

MessageSujet: Re: (Malaya) There comes a time to rule by fear and not by the book   Dim 6 Mar - 16:38


- can you press pause on being an asshole for a second? -
 

 Assise à la bibliothèque de l'université, Malaya plongée sur ses livres de commerce international, joue avec son stylo. Elle ne s'aperçoit même pas qu'elle agace toutes les personnes présentes autour d'elle en le faisant taper sur la table. Ce n'est qu'après avoir entendu une personne se forçant à tousser qu'elle lève la tête et qu'elle subit le regard plus que noir d'un élève. La jeune brune lève les yeux au ciel pour seule réponse et lui adresse son sourire le plus hypocrite qu'elle a en réserve. Même si elle trouve ces cours plus qu'ennuyeux elle est obligé de les suivre, et elle se doit d'avoir les meilleures notes. Une question de fierté pour la famille Solano, ils doivent être les meilleurs dans n'importe quel domaine. Elle doit être meilleure que son frère. Rien de tel qu'une petite compétition entre frères et sœurs pour rendre les choses un poil plus intéressantes. L'homme de la maison des Solano a toujours eu une poigne ferme sur sa famille, que ce soit sur sa femme ou sur ses enfants. Le seul qui semble échappé à la surveillance constante est Roan, car il est un homme. Car c'est un homme et donc il a toute la confiance de Diego Solano. Ce que Malaya trouve complètement macho et dépassé. Elle n'est peut être qu'une femme, mais elle a autant de droit que Roan, elle a autant le droit de choisir sa vie. Et elle a autant le droit de donner son avis que lui. Enfin en théorie c'est le cas, mais en pratique c'est bien différent. Les hommes chez Solano ont toujours eu une vision assez archaïque de la hiérarchie familiale, ce que déplore Malaya et ses sœurs tous les jours. Ses études de marketing n'étaient pas le premier choix de la jeune anglaise, non elle avait d'autres rêves mais en grandissant elle a rapidement compris qu'ils ne resteraient qu'à l'état de rêves de petites filles. Elle a rapidement compris qu'elle ne pourrait en aucun choisir sa destinée. Elle est née dans cette famille, et elle obéira donc à son père. Elle a mis un certains temps à accepter l'idée, Malaya n'est pas le genre de femme à obéir au doigt et à l'œil. Elle est indépendante, et elle décide de ce qu'elle veut faire.  Seulement pour sa propre survie et en grande manipulatrice, elle fait comme si. Elle se laisse diriger par son père, elle le laisse faire certains choix pour elle dans l'optique de choisir certains aspects de sa vie. Pour avoir un semblant de vie personnelle. Et puis, elle doit avouer, qu'elle apprécie la place qu'elle tient aujourd'hui dans la famille et dans les affaires familiales. Ce n'est peut être pas ce dont elle rêvait mais elle s'en accommode pour le moment. Elle attend simplement le bon moment pour briller, le bon moment pour avoir plus de pouvoir. Malaya peut se montrer patiente pour les choses qui lui tiennent à cœur. Et pouvoir enfin avoir le contrôle total sur sa vie est une de ses priorités, une des choses qu'elle compte bien obtenir tôt ou tard. La jeune brune ne lève même pas le regard lorsqu'une personne prend place en face d'elle à sa table. Elle ne prête aucune attention à cette personne, elle n'a pas envie de faire la conversation. Elle a juste envie d'être seule et elle espère que cette personne le comprendra rapidement. Et si elle tente de l'ignorer pendant quelques minutes, l'insistance de cet homme - car oui son parfum le trahit - fait qu'elle n'a pas le choix. Elle sent son regard sur elle, et elle n'aime pas être observer ainsi. Elle n'aime pas qu'on étudie le moindre de ses gestes, et c'est exactement ce que fait cette personne. Alors à contre cœur, elle lève les yeux vers l'homme assis en face d'elle, elle ne dit rien et le regarde simplement. Son regard parle pour elle, il montre son impatience, sa curiosité et sa colère également. Benjamin Lockart en face d'elle sourit. Elle croise les bras devant elle et insiste pour qu'il parle. Le regard de Malaya parle pour elle. Elle ne le supporte pas en tant normal, et aujourd'hui encore moins car il vient de troubler sa tranquillité et ses révisions par la même occasion.  Elle n'aime pas ce sourire suffisant qu'il arbore en toute circonstance. Elle aimerait lui faire avaler ce sourire. Elle n'aime pas ses petits gilets de premier de la classe, elle n'aime pas comment il la regarde comme si elle était un objet. Elle ne le supporte vraiment pas, tout en lui l'agace à chaque fois qu'elle le croise et pourtant, elle garde son self control avec lui. Il attrape le magasine et le feuillette rapidement tout en riant. Il se fait réprimander par la bibliothécaire et se met à chuchoter  « Je ne pensais pas que toi Solano pouvait lire ce genre de conneries. Et encore moins faire ce genre de test psycho de bas étages. » elle regarde autour d'elle, et d'un geste brusque lui reprend le magasine des mains du jeune homme. Elle n'est pas amusée par la situation, lui semble visiblement fier de ce qu'il est en train d'accomplir: jouer sur les nerfs de Malaya. Ce qui en soit est une très mauvaise idée, du moins s'il tient à sa vie. Une des règles à toujours respecter avec elle: ne jamais la mettre hors d'elle. Jamais. Mais Ben devait avoir des envies suicidaires. Elle soupire et tente de garder son calme. Mais le sourire hautain sur le visage de son interlocuteur n'aide pas. Vraiment pas. Elle se penche alors un peu sur la table de manière à se rapprocher de Benjamin et affiche un grand sourire tout en prenant soin de planter son talon aiguille dans le pied du jeune étudiant. Voir son visage se tordre sous la douleur la fait sourire encore un peu plus  « Je suis surprise que tu saches où se trouve la bibliothèque. Est ce une erreur d'orientation? » le jeune blond grimace sous la douleur mais ne bouge pas. Ne pas faire de mouvement brusque pour ne pas se faire remarquer. D'autant plus, que la bibliothécaire n'est pas une femme très patiente ni très commode. Malaya ne retire pas son talon et appuie un plus pour faire comprendre à Ben qu'elle n'est pas d'humeur à jouer à son petit jeu. Elle le trouve lassant et ennuyant « Ton frère m'a dit que tu serais ici. » elle arque un sourcil et relâche la pression sur le pied de Ben qui retrouve alors son sourire. Sa patience à elle se réduit considérablement «  Il y a une fête ce soir. » toujours silencieuse, elle commence à ranger ses affaires dans son sac. Pas envie de jouer aux devinettes, pas envie de faire un effort pour comprendre ses sous entendus. Non aujourd'hui, elle n'a pas envie de jouer à ce petit jeu auquel ils s'adonnent depuis quelques temps maintenant. S'il veut quelque chose, il n'a que le demander. Il n'a qu'a formuler clairement sa demande « J'ai besoin de tes produits Solano. » un sourire nait sur son visage et elle secoue la tête négativement tout en rangeant ses affaires dans son sac « Je n'ai pas entendu le mot magique Ben. » elle se lève et commence à sortir de la bibliothèque suivit de près par Benjamin sur les talons. Elle ignore totalement le jeune homme et ses supplications diverses. Cependant, elle doit bien avouer que l'entendre supplier et être plus que gentil avec elle, lui plait. Cela l'amuse beaucoup. Elle se dirige vers le parking de l'université où sa voiture de sport est garée. Cadeau de son paternel pour son diplôme de fin d'année au lycée et aussi une manière de s'assurer que Malaya ne parte pas. Pour s'assurer qu'elle reste dans le rang comme aime à le répéter son père. Elle ouvre le coffre et lève le tapis de la malle et elle en sort un sac de sport noir, sans marque ni rien dessus « Je te fournis mais tu payes cette fois. Je n'ai pas envie de te courir après Benjamin. » elle insiste sur son prénom comme pour le mettre en garde et elle sort un sachet transparent qui contient quelques cachets blancs et les tends discrètement à Ben. Le jeune homme pose rapidement sa main sur la petite poche mais avant qu'il n'est pu les fourrer dans la poche de son jean, Malaya lui retient le poignet « Je suis sérieuse, je n'ai pas envie de te courir après ou d'envoyer mon cher grand frère te refaire le portrait. » un sourire bienveillant ou bien totalement hypocrite s'affiche de nouveau sur le visage de la jeune colombienne. Elle ne lui dit pas vraiment cela parce qu'elle se soucie de son bien être, loin de là. Elle n'aime simplement pas faire intervenir son frère. Elle déteste demander ce genre de chose à son frère, Roan, mais elle y avait parfois recours. Il restait plus impressionnant qu'elle pour régler ce genre de problème en règle générale et surtout avec des personnes comme Benjamin. Et Roan ne répondait jamais par la négative à sa petite sœur, surtout lorsqu'il s'agissait de Benjamin Lockart. Ils avaient contentieux  à régler tous les deux, alors Roan se faisait toujours un plaisir d'aller le voir pour le rappeler à l'ordre. L'étudiant acquiesce et tend quelques billets à Malaya. Elle cache rapidement l'argent dans la poche de sa veste et sourit tout en regardant son client s'éloigner.  Un sourire satisfait sur son visage. Elle referme la malle de sa voiture et s'appuie dessus tout en observant le campus universitaire. Son terrain de jeu favoris. Elle ne sait pas très bien comment elle en est arrivé là mais aujourd'hui elle a une certaine réputation dans ce domaine, et elle aime l'idée d'être admirée et crainte en même temps. Seul son nom de famille peut faire trembler. Elle un certain pouvoir qui lui plait. Et elle ne peut pas nier. Perdue dans ses pensées elle ne remarque pas la présence de sa meilleure amie qui secoue sa main devant elle pour capter son attention « Pourquoi tu regardes Ben Lockart comme ça? tu me fais peur Lya. » Malaya tourne immédiatement la tête vers sa meilleure amie et ouvre de grand yeux. Les paroles de son amie la ramène rapidement sur terre. Elle la regarde comme si Ella venait de lui dire le plus gros scoop de l'année, puis à mesure qu'elle réalise ce qu'elle vient de lui demander, une grimace apparait sur son visage. Et cette expression doit être drôle à voir puisqu'Ella ne peut se retenir de rire « Plutôt me jeter sous les roues d'un bus. » et  à ce moment précis elle est totalement honnête. Elle préfère perdre la vie plutôt que de faire quoi que ce soit avec  Benjamin Lockart.  Même s'il était le dernier homme sur cette terre, elle ne le choisirait pas. Il était tout le contraire des hommes qui pouvaient attirer la jeune brune. Elle repose son regard sur le jeune homme qui parle avec ses amis et une nouvelle grimace apparait sur son visage. Elle hausse les épaules et se tourne vers Ella toute sourire, cette petite rouquine venait de lui mettre une image d'horreur en tête et elle allait avoir du mal à l'oublier.  Malaya appuie sur la clé de sa voiture pour la fermer à clé, et se dirige de nouveau vers l'université, encore un cours et elle serait libre de faire ce qu'elle veut. Et si l'envie de partir dans le sens opposée la tentait drôlement, elle savait aussi que si elle s'avisait de sécher un cours, son père l'attendrait au tournant. Et si il ne faut pas énerver Malaya, il faut encore moins le faire avec le patriarche. Ella passe son bras sous celui de son amie «  On sort ce soir? » Lya tourne la tête vers Ella en fronçant les sourcils. Elle était persuadée que sa meilleure amie lui avait dit qu'elle réservait sa soirée pour son frère Hunter de retour en ville après quelques semaines d'absences. Et si elle pouvait râler quand Ella la laissait tomber pour réviser ou parce qu'elle n'avait simplement pas envie de sortir, jamais elle ne lui faisait de remarques lorsqu'il s'agissait d'Hunter. Elle comprenait tout à fait ce besoin de passer du temps avec son frère, ou sa sœur. Malaya est quelqu'un pour qui la famille est très importante, il n'y a d'ailleurs rien de plus important que la famille alors elle comprenait tout à fait qu'Ella lui fasse parfois faux bond dans ces cas là « Qu'est ce qui est arrivé à ton frère?  » une légère inquiétude peut facilement se lire sur le visage de Malaya. Elle sait ô combien ces moments sont importants pour Ella, ils sont rares dû au fait que Hunter voyage beaucoup, et elle sait aussi que lorsque ces plans là tombent à l'eau, Ella est toujours peinée de le voir repartir vers d'autres contrées éloignées. La jeune brune prend la rouquine par les épaules pour lui montrer qu'elle est là pour elle, cette dernière soupire  «  Il a dû repartir pour je ne sais quel truc important. Enfin comme d'hab'» elle détecte de l'amertume dans la voix de son amie et aussi un peu d'agacement. Si Malaya est curieuse de savoir ce qu'il y a de plus important qu'un moment passer avec Ella, elle ne pose pas la question. Elle lui adresse un mince sourire en guise de support. Elle n'aime pas voir sa meilleure amie triste et encore moins à cause d'un homme. Tout en poussant la porte de l'université, Malaya affiche un grand sourire et sur un ton enjouée elle annonce à Ella qu'elle a déjà une petit idée en tête  « J'ai ce qu'il faut pour te remonter le moral honey. » elle ne parle pas de ce qu'elle peut vendre sur le campus, non, Ella n'est pas au courant de ce côté là de la vie de Malaya. Et elle préfère garder cela pour elle, elle ne veut pas mêler son amie à ces histoires qui pourraient s'avérer dangereuses. Risquer sa vie passe encore, mais il est hors de question qu'elle risque celle des personnes qui lui sont chères. Ella est comme une sœur pour elle, elle est aussi importante que chaque membre de sa famille. Même si cela lui peine de lui mentir, c'est pour son bien. Ce qui justifie beaucoup le comportement de Malaya au final. C'est pour le bien des autres. Une manière pour elle de se dédouaner des mensonges qui l'entourent. Mais elle est consciente que si un jour tout venait à être exposer elle pourrait perdre gros.  Elle le sait mais pourtant, elle ne peut se résoudre à se confier à Ella sur cette partie sombre de sa vie. Elle a aussi très peur du regard qu'elle pourrait porter sur elle, une fois qu'elle saura que Malaya trempe dans la revente de drogue.  Elle n'a pas honte de ce qu'elle est, elle n'a en aucun cas honte de sa famille mais avouer ce genre de chose n'est jamais facile. Et puis cela mettrait en danger Ella, ses proches mais aussi sa famille à elle « Une soirée digne de ce nom, et Hunter va regretter de manquer ça. » elle lui adresse un clin d'œil avant de rejoindre sa salle de cours. Mais la jeune brune s'arrête net en voyant son professeur sur le pas de porte, les bras croisés. Elle lui sourit comme à son habitude et s'assoit à sa place, elle est en retard, encore une fois. Et pour son intérêt personnel il était préférable de ne pas faire de remarques sarcastiques comme à son habitude.
Malaya couchée dans son lit fixe le plafond depuis maintenant une bonne heure. Elle n'arrive pas à trouver le sommeil et elle a abandonner l'idée de le trouver un jour. Elle n'arrête pas de repasser la scène dans sa tête, elle n'arrête pas de revoir les images de cette soirée. Elle revoit les lumières rouges et bleus qui ne cessent de clignoter. Elle revoit touts les uniformes de polices s'agiter dans tous les sens, elle entend encore les ambulanciers tenter de réanimer cette étudiante étendue sur le sol devant elle. Elle revoit les images comme si elle revivait la scène, encore une fois. Elle n'arrive plus à penser à autre chose. Ce qui ne lui ressemble pas habituellement. Malaya n'est pas ce genre de personne qui se soucie de ce qui peut arriver aux autres. Elle est égoïste, elle ne pense qu'à elle et au profit qu'elle peut faire lors de ses petites ventes. Alors pourquoi aujourd'hui, le visage de cette étudiante qu'elle ne connait pas du tout la hante? Pourquoi elle n'arrive pas faire abstraction de ce qu'elle a vu comme elle sait si bien le faire en règle générale. Détourner les yeux ne lui pose pas de problème. Elle n'arrive pas à faire taire tous ces bruits. Elle n'arrive pas à fermer l’œil sans faire des cauchemars. Et si la nuit dernière elle a trouvé le repos quelques heures grâce aux somnifères, ce n'est pas suffisant. Elle ferme les yeux un instant dans l'espoir que tout s'en aille. Dans l'espoir de retrouver une certaine tranquillité d'esprit mais rien n'y fait. Les sirènes, les ambulanciers, les policiers qui tentent de garder tout le monde à l'écart, le bruit du défibrillateur ne cessent de faire écho dans sa tête. Elle ne peut pas les ignorer car ils sont bien trop importants, elle est à deux doigts de devenir totalement folle. Elle revoit Roan la trainer loin de la scène et lui faire reprendre conscience, elle l'entend lui crier qu'il faut qu'elle se ressaisisse, que ce n'est pas grave. Mais pourtant ça l'est. Elle se lève et s'assoit au milieu de son lit, le soleil n'est pas encore levée et l'heure sur le cadran de son radio réveil lui confirme qu'il est réellement bien trop tôt pour qu'elle soit déjà réveillée. Elle se lève et sans faire de bruit elle se dirige dans la cuisine. Elle se prépare un café et se jette sur la tablette qui trône au milieu de la cuisine familiale. Elle parcours les journaux, les gros titres qui ne parlent bien évidement que de cette overdose sur le campus. Une fête étudiante qui tourne mal, des jeunes qui profitent un peu trop de leur jeunesse. Mais aucune mention d'un trafic de drogue, ou d'un quelconque rapport avec sa famille. Aucune piste pour l'instant, et d'après les articles, la police ne semble pas prête à réellement ouvrir une enquête. Ce qui devrait la rassurer au fond. Car oui si Malaya a une soudaine prise de conscience par rapport à la mort de cette pauvre fille, elle a aussi peur que l'on remonte jusqu'à elle ou jusqu'à sa famille.  Elle ne peut s'empêcher de lire les messages touchants qu'on laissé les amis sur le facebook de l'étudiante: Marina Oswald. Pourquoi se sent-elle aussi concernée? elle sait que ce n'est sans doute pas la première overdose mortelle qui a été causée par la vente de ses produits. Elle le sait et pourtant elle ne peut s'empêcher de culpabiliser pour cette Marina. Peut être parce que c'est arrivé sous ses yeux. Peut être que ce n'est simplement que le contre coup. Elle n'a jamais vu une personne mourir sous ses yeux, elle est juste traumatisée. Elle va pouvoir redevenir elle même dans quelques jours. Elle se répète sans cesse que tout va bien se passer, que tout va redevenir normal mais pourtant elle a dû mal à y croire. Et elle ne peut en parler à personne, elle ne veut pas se montrer aussi faible. Elle ne veut pas que son père puisse avoir une raison de l'évincer, elle ne veut pas lui donner une raison pour  la remettre à sa place. Sans vraiment réfléchir, elle se rend sur le site de la compagnie aérienne British Airways et regarde un vol pour Mexico. Elle ne sait pas pourquoi cette ville en particulier mais son inconscient à parler pour elle. Elle sélectionne un vol aller, et puis elle hésite sur le vol retour mais clique quand même. Elle a besoin de vacances, rien de plus. Elle a simplement besoin de partir de Londres, de prendre ses distances avec cette histoire et tout rentrera dans l'ordre. Les vacances de printemps sont dans quelques jours donc c'est l'excuse idéale. Il n'est pas rare de voir Malaya prévoir ses vacances au dernier moment, elle a la bougeotte. Elle part régulièrement à l'aventure. Personne ne soupçonnera la raison de son besoin de changer d'air. Personne ou presque. La seule personne au courant de cette histoire c'est Roan. La seule personne sur cette terre qui peut deviner tout ce qui se trame dans la tête de Malaya. La seule personne à laquelle Lya ne peut mentir. Elle n'y arrive pas, pourtant elle est douée pour raconter des mensonges. Tellement douée, qu'elle pourrait convaincre sans problème un adulte que le père noël est réel. La jeune brune a un don pour mentir, un don unique. Elle n'a aucun tic qui peut prouver qu'elle ment, elle ne montre aucune culpabilité non plus. Mais Roan arrive a déceler les mensonges de sa petite sœur. Comme si il pouvait lire dans ses pensées. Ce qui est réconfortant d'avoir une personne qui la comprend sans même une parole, mais c'est aussi effrayant car elle sait qu'elle ne peut rien lui cacher. Et Malaya aime avoir une certaine intimité. Elle s'apprête à cliquer sur confirmer son vol mais hésite. Elle hésite à appuyer sur l'écran de sa tablette. Elle ferme les yeux un instant, prend une grande respiration et laisse tomber son doigt sur le bouton vert. Elle ne peut plus revenir en arrière, elle s'envole pour Mexico dans quelques jours. Juste le temps de faire ses valises, raconter un mensonge de plus à son entourage. Elle ne fuit pas devant responsabilités, elle n'est pas ce genre de personnes. Non elle affronte toujours tout à bras le corps, elle ne fuit pas devant l'adversité. Elle ne fuit pas, elle change d'air simplement. Elle tente de se convaincre elle même au fond. Elle sursaute lorsqu'elle entend la baie vitrée de la cuisine s'ouvrir. Son regard se pose sur son grand frère qui tente de faire une entrée discrète. Elle croise les bras sur sa poitrine et se racle la gorge pour faire remarquer sa présence. Prendre son grand frère en flagrant délit ainsi n'a vraiment pas de prix. Finalement ne pas réussir à dormir n'était pas si mal que cela. Elle sourit mais lorsque son regard se pose sur le visage de Roan, elle perd de suite son sourire. Son arcade saigne, sa lèvre est fendue et le rouge sous son œil commence à se transformer en beau bleu. Elle fait un pas vers lui, mais il la repousse rapidement et prend sa tablette dans les mains sans lui adresser le moindre regard. Il n'est pas d'humeur à subir la leçon de morale de Malaya, seulement la jeune brune n'a aucune intention d'avoir ce rôle aujourd'hui avec lui. Elle est inquiète pour lui et cela peut se lire sur son visage. Elle met quelques minutes à réaliser que son frère est partie avec la tablette. Mais lorsque cette information fait écho dans sa tête, elle se sent mal. Il va voir son billet d'avion, il va comprendre de suite la raison de son envol cette fois. Et elle va bien avoir du mal à justifier son voyage pour le cartel. Et si cela devrait être sa principale préoccupation ce matin, il n'en n'est rien. Elle veut juste savoir ce qui s'est passé pour que Roan se retrouve dans état là. Car habituellement, c'est plutôt ces adverses qui ont cette tête et pas lui. Elle dépose son mug dans l'évier et se dirige vers la chambre de son frère.  Elle ouvre la porte sans frapper, sans prendre la peine de savoir si elle dérange ou non. Mais lorsqu'elle voit réellement l'état dans lequel se trouve son frère, elle referme la porte derrière elle après avoir pris soin de regarder que personne ne se trouvait dans le couloir. Elle s'approche de lui et tend une main vers son visage   « Roan, qu'est ce.... »le jeune brun la repousse violemment, il ne prend pas de gant avec elle. Il lui jette un regard noir qui aurait fait fuir n'importe quelle personne sensée à des kilomètre de lui et il accompagne cette menace par ses propos « Dégage Lya. » elle peut ressentir toute la colère de son frère dans sa voix, et sa détermination à ce qu'elle sorte de sa chambre. Mais elle ne bouge pas, au lieu de ça, elle attrape la boîte de premier secours posée sur son bureau et l'ouvre pour en sortir une bouteille d'alcool et quelques compresses. Et même si elle sait pertinemment que ce n'est pas le meilleur moment pour charrier Roan, elle ne peut s'empêcher de le faire quand même. Ces deux là ont une relation si particulière qu'il est parfois bien compliqué de suivre le rythme. Il se déteste, se saute à la gorge, s'envoie balader et se jette au visage les pires atrocités et puis la minutes d'après, ils sont doux comme des agneaux. La minutes d'après ils se liguent contre n'importe quelle personne qui pourrait se mettre en travers de leur chemin, c'est eux contre le monde entier. Malaya et Roan c'est le feu et la glace et pourtant aucun ne pourrait vivre sans l'autre. Elle sourit et s'approche de son frère tout en imbibant la compresse d'alcool «  Ce n'est vraiment pas une manière de parler à une femme. Je pensais que ta mère t'avais mieux élevé que ça. » elle esquisse un sourire, une manière de détendre l'atmosphère peut être ou bien de lui montrer que ses menaces n'ont aucun effet sur elle. Qu'il peut l'insulter autant qu'il veut, elle ne partira pas d'ici avant d'avoir eu son explication mais surtout elle ne partira pas de cette chambre sans savoir que son frère va bien « Je suis pas d'humeur alors va voir ailleurs si j'y suis tu veux bien? » il repousse sa main alors que cette dernière vient appliquer l'alcool contre la plaie de sa lèvre. La jeune brune lui assène à son tour son regard autoritaire  « J'espère que l'autre gars est plus mal en point que toi. » elle s'applique à désinfecter les blessures de son visage et puis elle remarque une entaille sur son bras gauche. Elle ne dit rien, mais n'en pense pas moins. Elle regarde Roan inquiète mais il lui assure d'un simple regard que ce n'est rien. Ce n'est qu'une petit entaille. Et si elle semble bien décidé à l'aider ce soir, Roan ne semble pas de cet avis « J'ai pas besoin de ton aide. » il lui arrache la bouteille d'alcool des mains et se lève pour s'assoir loin d'elle. Seulement c'est peine perdue, il le sait, il a perdu mais refuse de se rendre pour autant. Il ne veut pas capituler devant sa sœur, c'est quelque qu'il refuse de faire, et Malaya est pareille « Je te demande pas ton avis. » elle soupire et le force à rester assis le temps qu'elle s'occupe de lui. La vue du sang n'a jamais était quelque chose qui pose problème à Malaya, elle ne tourne pas de l'œil mais elle n'aime pas spécialement tout ça. Elle ne supporte pas savoir que quelqu'un a pu s'en prendre à son frère ou à sa famille. Elle ne peut s'empêcher de penser à ce qui aurait pu arriver ce soir. Ils restent un moment silencieux, aucun des deux n'osent dire quoi que ce soit. C'est lorsque l'alarme sur le téléphone portable de Roan se met à sonner qu'ils semblent revenir à eux. Elle pose un pansement sur l'épaule de Roan, bien qu'elle soit persuadée qu'il faudrait qu'il aille à l'hôpital pour cette blessure, elle ne dit. Car elle connait déjà la réponse, alors au risque de vraiment se faire virer de la chambre de Roan avec perte et fracas, elle se tait. Bien que ce soit réellement difficile pour elle de ne pas lui ordonner de consulter un médecin. Parce qu'elle est comme ça Malaya autoritaire mais aussi tellement concernée par le bien être de ses proches. Que ce soit pour Camilla, Sara ou encore son grand frère. Si elle passe souvent pour une femme sans cœur, ce n'est pas vraiment le cas. Elle laisse cependant les gens autour d'elle la voir ainsi, elle se construit alors une réputation, certaines barrières que peu de personnes peuvent percer. Elle se protège de cette manière. Elle préfère ne laisser entrer personne dans sa vie, c'est bien plus simple et surtout c'est plus sûr. Son frère tend le bras pour attraper la tablette et la déverrouille, l'écran s'allume directement sur la page de la compagnie aérienne que Malaya consultait quelques heures avant. Elle espère qu'il ne fera aucune remarque, qu'il ne fera pas attention à la date sur le billet d'avion mais elle connaît Roan. Elle le connait par cœur et par conséquent elle sait qu'elle ne s'en tirera pas aussi facilement. Il regarde sa sœur puis l'écran, son regard fait l'aller retour deux trois fois, sans rien dire. Seulement son regard par pour lui, Roan a aussi cette capacité de faire passer ses pensées en un simple regard. Il soupire et grimace lorsque Malaya dépose un pansement sur sa coupure à l'épaule « Tu comptes l'annoncer à papa ou tu vas le laisser découvrir seul que sa petite fille chérie a mis les voiles? » elle appuie un peu plus fort sur la blessure de son frère tout en affichant un sourire désolé mais qui est totalement hypocrite car elle a fait cela en toute conscience. Il émet un son de douleur mais ne réplique pas. Il resserre sa mâchoire pour se forcer à ne pas répondre, elle le voit et elle lui en est reconnaissante. Elle finit de soigner Roan et se lève pour ranger un peu. Elle n'a pas vraiment réfléchie comment elle allait l'annoncer à son père, elle n'a pas encore réfléchie au mensonge qu'elle pourrait lui donner. Et l'idée de partir sans rien dire à personne la tente vraiment, elle annoncerait son arrivée à Mexico par téléphone, elle sera donc trop loin pour que son père exige son retour sur le sol anglais dans la minute. Mais elle sait aussi qu'en choisissant cette solution elle s'expose à des représailles à son retour « C'est pas ta faute si cette fille est morte. »  c'est comme si il lisait en elle comme dans un livre ouvert, elle baisse les yeux presque honteuse que Roan découvre aussi vite la vérité sur son départ prochain « Je lui ait vendu la drogue qui l'a tué. »  la culpabilité la ronge, et s'entend dans ses propos. Première fois qu'elle ressent cela, jamais elle n'a pensé que ce qu'elle pouvait vendre était la cause de probablement des dizaines de mort ou même plus. Jamais cette idée ne lui a traversait l'esprit jusqu'à aujourd'hui. C'est comme si elle prenait soudainement conscience de la dangerosité des produits qu'elle vendait, comme si on lui avait révélé la vérité sur les effets nocifs de la drogue. Comme si elle avait été naïve toutes ces années. Mais aujourd'hui elle se sentait tellement responsable de la destruction de cette famille, de la mort de cette adolescente sans réellement comprendre pourquoi. Malaya est loin d'être idiote, elle est loin d'être naïve et elle sait que la drogue n'est pas quelque chose de bon pour l'organisme, sinon cela ne serait pas illégal « Elle a été idiote de tout prendre d'un coup. Sa faute, pas la tienne. » son ton de voix est direct, et catégorique. Il ne fait pas de supposition, il énonce un fait tout simplement. Il se lève et se dirige vers sa salle de bain. Malaya est toujours silencieuse mais Roan ne semble pas vouloir en rester là. Il parle un peu plus fort de manière à ce qu'elle l'entende « Et puis depuis quand tu as une conscience toi? » un petit rire s'entend dans sa remarque, ce qui a effet de faire rouler des yeux Malaya. Mais il faut avouer qu'il n'a pas tort, la jeune colombienne n'est pas connue pour avoir autant d'état d'âme pour une personne étrangère « Quand tu as fait virer ton professeur cela t'as pas posé de problème. » pourquoi faut-il qu'il ait aussi bonne mémoire, une manie de toujours revenir sur ce genre de chose quand il veut avoir raison. Le jeune brun revient dans la chambre avec un tshirt propre sur le dos. Il affiche ce petit sourire en coin qu'il arbore quand il sait qu'il touche un point sensible, quand il sait qu'il a raison. Ce sourire sadique qui le définit si bien et que Malaya adore quand il ne s'en sert pas contre elle. Elle n'est pas fière de ce qu'elle a fait à ce pauvre professeur mais c'était elle ou lui, et le choix a été rapidement fait. Elle ne pouvait en aucun cas risquer sa vie, ni celle de sa famille. Et un petit mensonge de plus ne lui posait pas problème. Elle décide d'ignorer les propos de son frère, elle n'a pas l'énergie pour se disputer avec lui en réalité et elle n'a pas envie de réveiller toute la famille  « J'ai juste besoin de partir un peu il n'y a rien de mal la dedans. » elle hausse les épaules, et prend un ton très détachée. Il est vrai que la voir partir quelques semaines n'a rien d'anormal en soit, sauf aujourd'hui et sauf pour Roan. Elle repose la trousse de premier secours sur le bureau et fait quelques pas pour se rapprocher de la sortie. Elle n'a pas besoin de justifier quoi que ce soit à Roan « Tu fuis Malaya. Mais tu peux fuir à l'autre pour de la terre ça ne changera rien. » elle s'immobilise devant la porte et ferme les yeux une seconde. Elle le sait très bien, elle se que fuir au bout du monde ne retardera que l'échéance de devoir faire face à ses peurs, à ses doutes. Ce voyage ne retardera qu'un peu plus l'échéance de faire à son père mais cela lui permettra d'avoir un peu de temps pour elle. Et de savoir ce qu'elle veut vraiment faire de sa vie « Je n'aurais plus à te supporter c'est déjà ça. » elle se retourne vers son aînée et lui sourit « Et Sara? » Roan appuie sur le point faible de la jeune brune. Sara, sa petite sœur, est son plus gros point faible dans ce monde. Il le sait et il joue sur cela pour tenter de lui faire prendre conscience que fuir ne résoudra pas son problème. Cela ne l'aidera pas à se sentir mieux, cela ne l'aidera pas à se racheter, ou encore faire revenir à la vie cette fille. Elle aura beau fuir, jamais elle ne partira assez loin pour oublier  « Sara est assez grande pour se débrouiller sans moi pendant quelques semaines. » elle coupe court à la conversation en sortant de la chambre de Roan sans le laisser répondre. Sara est la seule personne qui peut réellement la faire douter sur son choix d'avenir. Sa petite sœur est la seule personne pour qui elle serait capable de remuer ciel et terre pour qu'elle soit en sécurité. Roan le sait et ne se gêne pas pour l'amener dans la conversation dès que Malaya semble doutait de son statut au sein du cartel. Ce qui est terriblement injuste. Mais il ne fait qu'appliquer les conseils de son père: trouver la faiblesse d'une personne et l'exploiter pour en tirer profit.



- got lost in the game -
 

La jeune brune pousse la porte du bar dans lequel elle a ses habitudes depuis un certains temps, elle est comme chez elle. Le patron est un ami de longue date de Diego Solano et il est toujours ravie d'accueillir les enfants de son ami. Et à chaque fois qu'elle se trouve en ville, elle vient y passer bon nombre de ses soirées. Elle connait bon nombres d'habitués et elle sait qu'ici elle ne sera pas importuné. Etre seule n'est pas quelque chose qu'elle aime, elle aime bien entendu sa tranquillité et son intimité mais elle a bien du mal à supporter le silence. Alors même si elle se retrouve assise au comptoir seule, les bruits des conversations autour d'elle, la musique en fond la rassure en quelque sorte. Elle seule mais pas complètement. Elle attrape dans sa main la bouteille de bière devant elle, et en boit une gorgée. Ses yeux se pose sur son téléphone qui n'arrête pas de vibrer depuis quelques heures, toujours les mêmes prénoms affichés à l'écran. La jeune brune lève les yeux au ciel et ignore l'appel, encore une fois. Une fois de plus dans cette journée qui lui semble tellement longue. Elle n'arrive plus à penser correctement et c'est à croire que le but principal de son entourage est clairement de la rendre chèvre. Même en étant à l'autre bout de la terre. Tout d'abord il y a Roan qu'elle ne supporte plus, elle le déteste et aimerait l'avoir sous la main pour l'étrangler. Elle le déteste autant qu'elle déteste qu'on mette une seule goutte de ketchup sur ses frites. Et elle déteste vraiment ça. Elle ne sait pas pourquoi mais il a le don de l'agacer simplement en lui disant bonjour au téléphone. Car elle sait que ses appels ne sont pas innocents, elle sait qu'il veut la pousser à sauter dans le premier avion direction Londres. Elle a prit l'avion direction Mexico il y a une semaine maintenant, pour se changer les idées, pour s'éloigner de tout ce qui concerne sa famille mais visiblement Roan n'a pas eu le mémo. Ou peut être que c'est sa manière de faire comprendre à sa petite sœur que ce besoin irrépressible de partir loin ne change rien, et qu'elle est toujours impliquée dans les histoires de la famille. Mais c'était à la limite du harcèlement pour être honnête et elle n'en pouvait clairement plus. Et si la tentation d'éteindre son téléphone était grande et très présente, elle ne pouvait pas. Car elle ne serait pas tranquille de savoir que Sara ne pourrait pas la joindre à n'importe quel moment de la journée. Alors elle ignorait simplement les appels de certaines personnes, ce qui constituait ceux de toute sa famille sauf ceux de Sara. Elle porte son regard sur la télé et les informations qui passent en continue, elle n'entend pas vraiment le journaliste parler mais les images lui suffisent. Elle n'a pas réellement envie de savoir ce qui se passe dans le monde en réalité. Elle a assez de ses problèmes pour ne pas en rajouter. Son téléphone vibre encore une fois, un coup d'œil rapide sur l'identifiant et elle décline l'appel. Cette fois c'est son père, peut être pensait-il que venant de lui, elle n'oserait pas faire la sourde oreille mais c'est bien mal la connaître. Lorsque Malaya a décidé quelque chose il est très rare qu'elle change d'avis. Elle va toujours au bout de ses idées et de ses actions, elle n'aime pas faire marche arrière car cela reviendrait à admettre qu'elle a eu tort. Et ça c'est quelque chose qui est impossible dans le monde de Malaya Solano. Elle n'a jamais tort et ne se trompe jamais c'est une évidence. Du moins pour elle, car pour Roan ou Camilla cela arrive souvent. Elle finit sa bière et s'apprête à commander un autre verre lorsqu'elle voit un homme prendre place sur la tabouret à côté d'elle. Elle le regarde étonnée de son audace et contrariée de cette intrusion dans son espace vital. Un sourire plaqué sur le visage, l'homme ne se gêne pas pour la dévisager de haut en bas, elle ne dit rien mais n'en pense pas moins. Elle voit déjà sa main atterrir violement sur sa joue s'il continue à poser ce regard sur elle. Mais elle n'a aucune envie de se faire remarquer, d'attirer les regards vers elle alors elle reporte son attention vers la télévision et elle tente de faire abstraction de cette présence dérangeante à ses côtés, espérant qu'en l'ignorant il comprendrait tout seul le message  « Je peux te payer un verre. » visiblement non. Elle tourne la tête vers la voix masculine avec un accent américain très prononcé et le dévisage un instant, puis elle sourit en montrant la bouteille devant elle «  Premièrement tu n'es pas mon style, et deuxièmement mes boissons sont déjà gratuites. » elle s'était dit qu'elle allait être gentille pour une fois. Elle s'était dit qu'elle allait l'envoyer balader en douceur mais elle ne sait pas vraiment faire ça. Elle préfère être directe pour lui faire comprendre qu'elle n'a aucune intention de perdre son temps avec lui. Elle connait par cœur ce genre d'homme, elle connait parfaitement ce genre et elle n'est pas intéressée. Pas même un petit peu. Elle n'est pas assez désespérée et encore moins assez soule pour le suivre. C'est le genre de fils à papa qui vient passer le Spring Break à Mexico dans le but de simplement s'envoyer en l'air avec une fille différente chaque soir et se vanter auprès de ses petits copains le lendemain. Si Malaya avait été en Angleterre ou bien ici pour le business, elle aurait probablement accepté son invitation et elle lui aurait vendu ses produits, et peut être qu'elle se serait laissé avoir par son petit jeu de drague lamentable simplement pour faire la vente. Mais elle est en vacances, et ce n'est pas vraiment avec cet homme qu'elle a envie de passer la soirée ou la nuit. Mais celui qui est dans ses pensées actuellement ne devrait pas l'être. La nuit dernière était une erreur, et elle ne doit en aucun cas penser à lui ou envisager quoi que ce soit avec lui. Pourtant, elle ne cesse de penser à ses baisers, à son parfum. Elle se perd totalement dans ses souvenirs et ne fait plus attention à l'homme assis encore à côté d'elle. Le jeune brun visiblement vexée par le peu d'intérêt que Malaya lui porte, s'en va rejoindre ses amis tout en marmonnant dans sa barbe une insulte qu'elle ne supporte pas. Elle ne peut s'empêcher de lui glisser assez fort pour qu'il entende « Gilipollas » l'homme se tourne vers elle et arque un sourcil. Elle peut lire sur son visage qu'il n'a pas compris l'insulte dont l'a affublé la jeune brune ce qui la fait sourire encore un peu plus. Elle hésite même à lui faire la traduction, une manière qu'il se couche moins idiot ce soir après tout cela lui rendrait service. Le fait qu'il ne comprenne pas  a aussi le don de faire rire la serveuse avec qui Malaya entame une petite conversation en espagnol. Lola s'excuse auprès de Malaya mais elle se voit dans l'obligation de l'abandonner encore une fois. Mais elle revient vers peu de temps après avec un verre dans la main « Offert par le jeune homme au bout du bar! »  elle pose le verre devant Malaya tout en souriant et en désignant le jeune blond de l'autre côté du bar. Elle s'apprête à refuser le verre, mais un sourire apparaît sur son visage lorsque son regard croise le sien. Hunter Rosen. Celui qui hante ses pensées depuis la nuit dernière.  Jamais elle n'a eu cette envie de revoir un homme après avoir passé la nuit avec, comme elle a envie de revoir Hunter. Elle sait que c'est une très mauvaise idée, elle ne devrait pas avoir ce genre de pensées sur lui, non elle n'en n'a pas le droit. Il est le grand frère d'Ella. Et par conséquent il est intouchable. Il y a certaines règles à respecter dans une amitié, et ne pas tomber sous le charme du grand frère en est une. Et une très importante. Si la situation était inversée, elle n'apprécierait en aucun cas que Ella ait ce genre de comportement avec Roan. Elle sourit à Hunter et lève son verre vers lui et sans réfléchir, elle se lève et se dirige vers Hunter « Merci mais tu sais que je ne paye pas mes consommations ici hein? » il lui fait signe de prendre place à ses côtés et elle ne peut s'empêcher de sourire comme une enfant. Elle connait Hunter depuis à peu près toujours, depuis qu'elle est amie avec Ella mais jamais elle n'avait pris le temps de lui parler. Jamais elle ne lui avait accordé la moindre attention, il était simplement le grand frère de sa meilleure amie. Il n'était que ça pour elle. Et puis il était toujours aux quatre coins du monde. Mais hier quand elle l'a croisé dans ce même bar, elle a apprécié chaque minutes passées en sa compagnie. Elle avait l'impression d'être une personne différente avec lui, il ne la connaissait pas alors elle pouvait se comporter différemment de ce qu'elle était chez elle. Elle montre une autre facette de sa personnalité quand elle est avec lui,  c'était peut être le fait d'être loin de chez eux  « C'est bien pour ça que je t'offre un verre. Je n'aurais pas à payer. » elle ne peut s'empêcher de rire à sa remarque, mais se pince les lèvres rapidement lorsqu'elle voit quelques regards se tourner vers elle. Elle n'est pas timide, et cela ne la gêne pas d'attirer l'attention sur elle - bien au contraire -  mais elle avait probablement rit un peu trop sincèrement à sa remarque. Dans une autre situation elle aurait capable de lui envoyer son verre en plein visage et de le planter en plein milieu du bar. Mais pas ce soir, peut être la spontanéité du jeune homme y était pour quelque chose, ou bien peut être le fait qu'il n'était pas un étranger pour elle  « Tu crois que je devrais lui donner la traduction de ton insulte? » il fait un signe de tête vers l'américain à quelques tables d'eux. Malaya hausse simplement les épaules et porte le verre à ses lèvres. Le jeune blond sourit et ajoute rapidement  « C'est toujours plus agréable de passer la soirée en bonne compagnie tu trouves pas? » il ne le dit pas clairement mais il parle toujours de l'homme que Malaya a envoyé balader quelques minutes plus tôt. Il n'a pas tort, sa compagnie à lui et bien plus agréable que celle de cet abrutit. Elle acquiesce et fait tinter son verre contre le sien mais l'envie de le charrier est bien trop forte. Elle est peut être différente ici à Mexico mais elle ne peut pas perdre tous ses réflexes et habitudes si vite  « Je vois qu'en plus monsieur est sûr de lui. Qui te dit que tu es de bonne compagnie? »  elle plonge son regard dans le sien tout en souriant. Elle est consciente de son charme, de ses atouts et elle en joue beaucoup. Sa mère lui a toujours dit que capter la totale attention d'un homme passait par un simple regard, et la jeune brune appliquait toujours cela avec application. S'ils ne disent rien pendant quelques minutes leur échange passe par leur regard, leurs gestes l'un envers l'autre. Hunter se rapproche un peu de Malaya tout en souriant  « Toi même chère Malaya, tu me l'as dit hier soir que tu appréciais ma compagnie. » elle sourit et se mord la lèvre. Elle ne se souvient pas avoir clairement dit cela mais elle l'avait clairement pensé plusieurs fois dans la soirée c'était certain. Elle rapproche sa main de celle de Hunter, elle ne réfléchit plus à cet instant, et elle oublie tout ce qu'il peut y avoir autour d'elle. Elle se perd dans son regard et revient à elle lorsque une des serveuses fait tomber un verre dans la salle, elle reprend instinctivement une certaine distance. Elle était à deux doigt de s'emparer de ses lèvres et de réellement oublier les personnes autour d'eux, et d'oublier par la même occasion qu'elle n'avait pas le droit d'être aussi proche du jeune homme.  Elle replace une mèche de cheveux derrière son oreille et boit une gorgée de son verre. Il faut absolument qu'elle pense à autre chose « Hier soir tu as essayé de me faire boire plus que de raison pour que je trouve ta compagnie agréable Rosen.» elle reprend cette distance qu'elle s'impose bien souvent avec le monde extérieur. C'est une mauvais habitude avec elle, dès qu'elle sent qu'elle peut flancher, elle tente par tous les moyens de s'éloigner. Elle tente de botter en touche le temps de trouver une solution de replis. Le chaud et le froid, si bien que les personnes en face d'elle ne savent pas en principe comment se comporter. Et si habituellement, elle se comporte ainsi naturellement avec Hunter, elle doit faire plus d'effort. Elle ne comprend pas pourquoi. Elle ne comprend pas pourquoi avec lui elle a envie de baisser sa garde. Le jeune homme se met à rire et se rapproche d'elle. Malaya regarde tout autour d'elle, partout sauf dans ses yeux mais il trouve un moyen de la forcer à le regarder « Je ne t'ai pas forcé à rester toute la nuit dans ma chambre d'hôtel je crois. »non elle n'a pas été forcée, et elle est bien obligé de l'avouer. Elle avait peut être un peu bu mais pas au point de ne plus répondre d'elle même. Jamais elle ne se met dans ce genre d'état, jamais. Elle connait sa limite, et pour une fille elle tient plutôt bien l'alcool. Et personne ne peut la forcer à quoi que ce soit et encore moins un homme. Elle est forte, et ne se laisse pas influencer facilement, elle reste toujours maître de ses gestes et décisions quoi qu'il arrive. Enfin sauf peut être concernant la nuit dernière. Elle s'était simplement laissé emportée par le moment, elle avait simplement écouté ses pulsions. Elle n'a pas comme à son habitude réfléchie aux conséquences de ses actes, loin de là  «  Écoute hier soir c'était juste comme ça. C'était une erreur. » lui dire cela lui coute. Ce n'était pas une erreur à proprement parlé car elle en avait eu envie sur le moment, mais c'était une erreur par rapport à Ella, par rapport à sa meilleure amie. Elle a clairement enfreint la plus importante des règles dans une amitié. Malaya le sait, la jeune rousse pourrait la fusiller sur place pour avoir passé la nuit avec son grand frère si cela venait à se savoir  « Tu es le grand frère de Ella et les grands frères sont hors limite. » elle accompagne ses paroles avec un geste de la main qui appuie ses propos. Elle finit son verre cul sec et lorsqu'elle le repose sur le bar, elle effleure la main d'Hunter. Elle a cette impression d'être une collégienne de quatorze ans devant son crush de lycée. Ce n'est pas elle, elle n'est pas comme ça face à un homme. Elle est froide et distante, elle n'attend rien d'eux. Elle ne se laisse pas charmer, c'est juste un jeu pour elle. Oui un simple jeu. Elle retire rapidement sa main pour attraper son verre qui est vide et pourtant elle aurait bien besoin de boire à cet instant précis. Hunter se rapproche d'elle et lui murmure « Il y a pas une close qui dit que ça ne compte pas quand c'est à l'étranger. » elle sent son souffle se heurter à sa peau, elle frissonne et à bien du mal à résister. Elle est tellement faible face à lui, elle sait qu'elle peut craquer à n'importe quel moment et elle n'aime pas se sentir aussi faible. Elle se sent prise au piège, alors d'un geste brusque, elle s'éloigne de lui tout en descendant de son tabouret. Elle attrape son sac à main et sourit à Hunter. Elle ne répond pas à sa question, car elle sait qu'elle sera incapable de trouver un argument face à cela. Elle n'a aucune argument pour le contrer, vraiment aucun. Alors il est préférable pour elle de s'éloigner avant de retomber dans le piège « A ta place je dirais à ton collègue de ne pas les prendre pas en photo.» elle désigne un journaliste du groupe de Hunter qui essai de prendre quelques clichés  d'un groupe de filles. Le jeune blond détourne son regard pour voir de quoi parle Malaya car il semble à des années lumières de la discussion. Malaya change totalement de sujet, son habitude plus qu'agaçante mais qui lui permet de s'éloigner un peu et de reprendre le dessus. De reprendre le dessus sur elle même et d'enfouir ses désirs au fond d'elle « Il y a une légende par ici qui dit que si tu prends une photo sans leur demander, tu leur voles leur âme. Et les gens par ici prennent cela très au sérieux.» elle lui adresse un clin d'œil et s'éclipse rapidement. Une fois à l'extérieur, elle prend une grande inspiration. Perdre ses moyens comme cela ne lui ressemble pas. Elle ajuste sa veste sur ses épaules et sort son téléphone portable de son sac pour voir un nombre impressionnant d'appels en absences et de messages. Elle ne prend même pas la peine de les écouter ou de les lire, et elle range son téléphone au fond de son sac et décide de marcher jusqu'à son hôtel. Une jeune fille normalement constitué ne rentrerait pas seule à cette heure avancée et encore moins dans les rues de Mexico City. Mais Malaya n'a pas peur, elle sait que seul son nom de famille peut faire fuir les pires criminels, elle est sécurité et puis elle sait se défendre si besoin. Roan s'en est assuré en lui donnant des cours de self défense et de boxe aussi. Elle utilise rarement ses poings mais parfois cela peut s'avérer très utile. Elle marche pendant quelques minutes dans les rues presque désertes de la ville sans réellement faire attention à ce qui l'entoure, elle est totalement perdue dans ses pensées que ce soit Hunter, sa famille ou encore Ella. Elle a pensé qu'en s'éloignant de toutes ses histoires sa vie en serait que simplifiée mais ce n'est pas le cas. Elle est encore plus compliquée, elle est encore plus embrouillée et elle se sent terriblement coupable d'abandonner ses frères et sœurs comme cela. Et elle sait aussi que le retour à la maison sera difficile. Elle sait d'avance que son père va lui faire payer sa petite escapade improvisée juste pour prouver qu'il a raison. Juste pour assoir encore un peu plus son pouvoir sur la vie de sa fille ainée. Elle marche sans vraiment savoir où elle va, mais en reprenant ses esprits, elle s'aperçoit qu'elle est bien loin de son hôtel. Elle est carrément à l'opposer de là où elle devrait se trouver. Cependant elle n'est pas perdu parce qu'elle connait la ville presque par cœur, mais elle sait que son hôtel est dans la direction opposée et qu'elle est passé sur cette place deux fois dans la soirée. Lorsqu'elle lève la tête, elle regarde le nom du bâtiment où elle se trouve. L'hôtel d'Hunter. Est ce un hasard? Le destin? mais elle balaie vite cette idée de son esprit, elle ne croit pas en toutes ces conneries de karma, destin ou encore le hasard. Et inconsciemment, elle sait qu'elle n'est pas là par hasard. Livrée à elle même, Malaya ne sait pas ce qu'elle doit faire. Elle fait un pas en avant, puis deux. Elle est devant l'entrée de l'hôtel s'apprêtant à pousser la porte, mais au dernier moment elle fait demi tour et décide de retourner à son hôtel à elle. C'est la plus sage des décisions, car si elle passe cette porte elle sait très bien ce qu'il va se passer. Finalement, elle décide d'écouter son instinct, elle décide de chasser toutes ses idées de conscience, elle décide de faire taire cette petite voix de la raison. Elle fait du charme au réceptionniste pour connaitre le numéro de chambre de Hunter. Elle n'a pas besoin de faire beaucoup d'effort, juste un battement de cil  et un sourire font l'affaire.  Ce réceptionniste n'a vraiment aucune volonté et aucune discrétion, s'il travaillait chez les Solano cela ferait longtemps qu'il aurait été mis à la porte. Une fois à l'étage et devant la bonne porte, elle ne peut s'empêcher de jeter un œil dans son miroir de poche. Elle replace ces cheveux et frappe à la porte de sa chambre d'hôtel. Elle ne patiente que très peu de temps avant que le journaliste ouvre la porte surpris de la voir devant lui, et vêtu de simplement une serviette de bain autour de la taille. Son regard littéralement fixé sur la peau nue, les muscles saillants du torse du jeune blond et plus bas les abdos bien dessinés. Perdue dans cette vision plus que grandement agréable, elle a un long moment d’absence qui semble s’éterniser. Sa lèvre inférieure se retrouve prisonnière entre ses dents après qu’elle est poussée un long soupir qui signifie bien que la vision n’est pas des plus désagréable « Qu'est ce que tu fais là Malaya? » ces mots la ramène à la surface de la terre, et elle remonte son regard jusqu'à celui de Hunter. Elle aperçoit un petit sourire en coin sur le visage du jeune homme. Sa voix et son regard traduit à la perfection son étonnement et d'un coup elle se demande si elle a bien fait de venir. Peut être qu'il n'est pas rentré seul du bar, mais cette idée est rapidement chassée et elle reprend peu à peu sa légendaire assurance « Je sais que j'ai dit que c'était juste pour une nuit mais j'ai bien réfléchie et personne ne le saura n'est ce pas?  » elle fait un pas de plus vers lui et leurs visages se retrouvent qu'à seulement quelques centimètres. Son petit jeu de séduction refait surface, elle est sûre d'elle maintenant. Un silence s'installe de nouveau, seule le bruit de leur respiration se fait entendre. Elle plonge son regard dans le sien et tout bascule en l'instant d'une seconde, il vient poser sa main sur sa nuque rompant les derniers centimètres qui les séparent. Il l'embrasse fougueusement tout en la ramenant contre lui. Elle se souvient alors ô combien elle aime cette sensation, la douceur de ses lèvres contre les siennes, la chaleur de son corps contre le sien, le fait que ce soit lui et pas un autre. Encore une fois, elle se perd totalement avec Hunter  « On devrait pas... » s’évertue-t-elle à dire tout en s'échappant de cette étreinte contre son gré. Elle a l'impression d'être une vraie girouette, de ne pas savoir ce qu'elle veut mais en même elle sait ce qu'elle veut. Ce qui est encore plus perturbant pour elle. Elle cherche à éviter son regard à tout prix, car elle sait qu'elle cédera, qu'elle sera incapable de lui résister, incapable de lui dire non une seconde fois. Il lui attrape tendrement le menton, forçant leurs regards à se rencontrer  « Oui on ne devrait pas c’est vrai… mais je te laisse pas repartir maintenant. »  il pose de nouveau ses lèvres sur les siennes et lui prend la main pour l’entrainer dans sa chambre d'hôtel.. A peine la porte se sa chambre fermée elle s'abandonne à ses désirs les plus secrets dans les bras du jeune blond, et soudainement la petite voix dans sa tête qui lui répétait de rendre ses distances maintenant, de ne pas aller plus pour car c'était mal, ne se fait plus entendre. Elle se laisse complètement séduire par Hunter. C'est la première fois qu'elle n'est plus maître d'elle même en compagnie d'un homme, la première fois qu'elle laisse parler ses envies, ses émotions. Le jeune homme embrasse doucement l’épaule de Malaya, avant de venir chercher ses lèvres une dernière fois avec une passion implicite. Il dépose doucement sa main sur sa joue mais elle le repousse assez fermement pour mettre assez d’espace entre elle et lui. Quelque soit ce qui se passe entre eux, et il est temps peut être d’y mettre un terme avant qu’ils commettent l’irréparable. Encore une fois. Si elle succombe une nouvelle fois, elle ne pourra plus mettre cette histoire sur le compte de l'alcool pour se justifier auprès de Ella. Mais en le regardant dans les yeux, elle ne résiste pas longtemps et se laisse emporter par la passion du moment. Si beaucoup de questions se bousculent dans sa tête, elle les chasse bien vite pour ne penser qu'au moment présent et à Hunter.

_________________

    We're the wild ones raised by the wolves we howl to the moon War inside my mind drowning in the tides, fighting for my life. I'm satisfied intoxicate my veins make me misbehave, be my great escape till we fade away


Dernière édition par Malaya Solano le Ven 18 Mar - 22:36, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 288
ϟ ID Card : lady berry (caroline)

MessageSujet: Re: (Malaya) There comes a time to rule by fear and not by the book   Dim 6 Mar - 16:38

Malaya ouvre péniblement les yeux, souhaitant de toutes ses forces retourner dans les bras si sécurisants de Morphée, là où elle ne pense plus  à rien ou plus rien n'a d'importance au fond. Elle n'a définitivement pas son quota d'heures de sommeil. Elle peine à garder les yeux ouverts. Elle remarque que le réveil indique cinq heures du matin, et qu'il est par conséquent bien trop tôt pour qu'elle s'extirpe de sous la couette, elle soupire et change de côté délicatement, se retrouvant nez à nez avec un Hunter encore profondément endormi. Elle sourit et en profite pour admirer à la volée les traits de son visage qu'elle ne se lasse pas de regarder encore et encore, dès qu'elle en a l’occasion. Elle passe une main délicate sur sa joue mais en prenant soin de ne pas le réveiller. Elle sait qu'elle ne le devrait pas et pourtant, tout en elle se sent attiré par cet homme, qui lorsqu’il s’en va provoque en elle un vide difficile à combler qu'elle se force par tous les moyens de ne pas prendre en considération. Parce qu'elle sait qu'il va falloir revenir à la réalité un jour où l'autre et que la vie Londonienne ne leur permettra pas de vivre une belle et longue histoire. Le savoir si proche l’effraie car elle sait qu’il est hors de sa portée, mais le fait de le savoir presque intouchable l'a attiré, et lui  garantissait une relation dans laquelle il y aurait peu - voir pas de place -  pour des sentiments. Et c'est ce qu'elle recherche, une relation dénuée de sentiments pour ne pas tomber de haut par la suite. Pour ne pas avoir ce vide en elle qui la rongera par la suite. Mais les jours ont laissé place aux semaines, puis aux mois et à force de laisser trainer tout ça,  elle s’est attachée à cet homme qui ne lui appartient pas au fond. Et qui ne lui appartiendra jamais du moins pas de la façon dont elle aimerait. Et à l'heure actuelle, même si elle ne le montre pas, si elle fait comme si vivre au jour le jour ne lui pose pas de problème et que c'est ce qu'elle veut, elle redoute terriblement le moment où chacun va devoir retourner à sa vie. Elle redoute le moment où il va devoir prendre cet avion qui le ramènera en Europe. Et même en sachant à l'avance la fin de l'histoire, cela ne rend pas les choses plus facile pour la jeune brune.  Alors qu'elle le regarde toujours, elle ferme les yeux, se rapprochant un peu plus de lui, jusqu’à se coller contre lui, il bouge légèrement sans pour autant ouvrir les yeux, enroulant son bras autour d'elle pour qu'elle se fraye un chemin près de lui pour se blottir dans ses bras. Elle ferme les yeux, tout en vidant son esprit et se forçant à se concentrer sur sa respiration afin de caler la sienne sur celle-ci pour finalement se rendormir paisiblement. Malaya ne s'est jamais attachée aussi vite à une personne. Jamais elle n'a autant baissé sa garde auprès d'un homme, jamais elle n'a été elle même en réalité. Elle joue toujours un rôle et ce dernier est  étudié à la perfection. Elle s'adapte à n'importe quelle personne pour obtenir ce qu'elle veut, elle manipule tout le monde pour arriver à ses fins. Elle n'est jamais sincère, même certaines de ses amitiés sont fausses et elles existent simplement pour avoir certains avantages. Elle met toujours une distance entre elle et les autres, une distance nécessaire selon elle. Que ce soit pour sa propre sécurité  ou pour celle des autres. Une excuse pour justifier son comportement parfois bien trop glacial et hautain. Elle ne veut pas s'attacher à une personne, pour la perdre par la suite. Bien trop difficile. Et cela ne sert à rien, et elle ne veut surtout pas avoir une faiblesse - en dehors de sa famille - qu'une personne pourrait  exploiter et utiliser contre elle. Elle ne veut pas se montrer faible, elle ne veut surtout pas tomber amoureuse car elle a simplement peur  que cette personne la rejette pour ce qu'elle est en réalité. Elle a peur du regard que l'on pourrait porter sur elle une fois que la vérité éclatera en plein jour sur ses activités et sur sa famille. Elle a une peur bleue du rejet et de l'abandon au fond. Cette peur là l'empêche de se sentir proche de quelqu'un. De trop s'impliquer que ce soit dans une histoire sentimentale ou autre. La seule personne qu'elle a laissé entrer dans sa vie c'est Ella, et Malaya sait très bien qu'elle ne pourrait plus aujourd'hui vivre sans cette petite rouquine qui l'aide à garder les pieds sur terre. Mais elle est aussi parfaitement consciente que n'importe qui peut s'en prendre à Ella juste pour l'atteindre à elle. C'est pourquoi elle s'applique avec détermination à toujours garder ces barrières autour d'elle, elle se rapproche seulement des hommes pour lesquels elle sait d'avance qu'elle ne développera aucun sentiments. Pourtant avec lui c'est différent, et elle s'est bien trop attachée au jeune blond pour en sortir indemne et bien trop rapidement également, ce qui ne lui ressemble pas. Pourtant, elle n'a pas pu s'empêcher de tomber amoureuse de lui.  Ce mot, cette idée la terrifie au plus haut point. Car oui, elle est tombée sous son charme, et elle a des sentiments pour lui ce qui est nouveau pour elle.  Elle a d'ailleurs bien du mal à savoir réellement ce qu'elle ressent pour lui. Mais elle sait aussi que cette histoire est vouée à l'échec même si chacun repousse cette échéance en retardant le retour à Londres, elle en est parfaitement consciente mais elle ne veut pas y penser. Elle veut simplement rester dans ses bras encore un petit moment. La jeune Solano ouvre de nouveau les yeux quelques heures plus tard, elle ne sent plus ses bras autour d'elle, mais elle entend le bruit des touches du claviers d'ordinateur. Elle sait qu'il n'est pas partit comme un voleur ce matin. Elle prend le temps de se réveiller et ouvre les yeux, il a l'air concentré sur l'écran de son ordinateur. Elle ne bouge pas et le regarde encore une fois, elle ne se lasse pas de cette vue chaque matin, elle ne peut s'empêcher de sourire « Tu ne t'arrêtes jamais de travailler. » il détourne le regard vers elle tout en souriant à son tour, il dépose un baiser sur son front et retourne à l'écriture. Le soleil a fait son apparition, et les quelques bruits de la vie extérieure se font entendre. Malaya n'a pas très envie de se lever, elle n'a pas envie de quitter son lit ce matin. Elle se cale un peu plus sur son oreiller et ferme de nouveau les yeux. Elle n'est pourtant pas fatiguée, mais elle profite simplement de ce moment de répit, de calme. Qui bien sûr est rapidement troublé encore une fois par le bruit de son téléphone qui vibre sur la table de nuit. Si elle est totalement accroc à son téléphone portable, et si c'est une partie intégrante d'elle même, elle ne peut s'empêcher de le maudire à cet instant présent. Elle n'en peux plus de ce harcèlement constant de leur part. Elle n'a aucune envie de répondre, ou bien même de confirmer ses soupçons sur la personne qui ne cesse de la harceler. Elle tire le drap sur son visage et elle fait la sourde oreille ce qui visiblement amuse son amant car elle l'entend rire discrètement  « J'ai l'impression que ce Roan a vraiment envie de te parler. » elle a parié avec elle même que c'était lui, encore et encore. Elle soupire et enlève le drap de son visage tout en affichant une moue enfantine. Il faut vraiment qu'elle lance son téléphone portable par la fenêtre c'est la seule solution « Je suis indispensable pour la survie de ma famille que veux-tu. » dit-elle tout en jetant un œil sur son téléphone portable, mais elle ne rappelle pas pour autant. Mais elle sait que son frère perd patience, et elle sait aussi qu'il subit la pression de son père. Elle sait aussi qu'elle ne sortira pas indemne d'avoir gardé le silence aussi longtemps. Cela fait quatre semaines qu'elle n'a pas parlé à Roan. Quatre longues semaines qui lui ont fait le plus grand bien. Quatre semaines loin de tout, loin de sa vie. Seule au monde avec Hunter. Elle se rapproche du jeune homme et s'apprête à l'embrasser quand son téléphone portable fait encore remarquer sa présence s'en est trop pour elle, elle perd patience également, elle décroche et répond simplement un « Vete al diablo! »  et elle raccroche aussi sec. A croire que Malaya n'est pas du matin, elle imagine la tête de son frère à l'autre bout du fil et cette idée lui arrache un petit sourire. Elle éteint son portable, elle fera sans pour la journée ou pour quelques jours. Elle pose son téléphone sur la table de nuit et reporte son attention sur le jeune homme dans son lit. Elle pose sa tête sur son épaule et se blottit contre lui et sourit tout en le regardant travailler sur son ordinateur  « Pourquoi ce sourire?  » elle lève les yeux vers lui et ne peut s'empêcher de l'embrasser, elle ne résiste jamais à cet envie lorsqu'elle est auprès d'Hunter, ce qui n'a pas l'air de déranger le jeune journaliste non plus à vrai dire. Elle a enfin l'impression d'être normale, d'avoir une vie normale avec lui et ici, à des kilomètres de ses obligations familiales « Je te trouve vraiment sexy avec tes lunettes et ton air super sérieux. » il avait ce petit air de premier de la classe plus qu'adorable et irrésistible au yeux de Malaya. Et si l'on ajoute à cela la moue qu'affiche le blond, elle ne peut que sourire de plus belle.  La brune qui est dans cette chambre d'hôtel est à des années lumières de la jeune femme qu'elle est à Londres. Comme quoi être à l'autre bout du monde, être loin de tout, loin du cartel, loin de sa famille lui convient bien. Et pourtant, elle est une de ces personnes qui ne peut pas rester éloignée trop longtemps de ses proches. Mais cette pause lui redonne le sourire et lui change les idées. Et c'était ce qu'elle espérait en venant ici en premier lieu. Elle pose ses yeux sur l'écran de l'ordinateur et commence à lire les première lignes du texte. Hunter continue à écrire, aucun des deux jeunes gens ne parlent. Ils apprécient simplement la présence de l'un et de l'autre. Plus elle avance dans l'article plus son attention est totale, elle aime la façon dont il écrit, dont il tourne ses phrases. Le sujet n'est pas le sujet qui la passionne le plus mais elle est captivé par les mots à l'écran. Connaissant le pays, et la politique de ce dernier le sujet la fait sourire. Elle a souvent entendu son père en parler, elle sait que certains hommes du gouvernement ou encore de la police sont de mèche avec le cartel géré par sa famille « La corruption dans la politique Mexicaine? » le sujet l'étonne et en même temps elle connait la ligne éditoriale du Times, et elle sait qu'ils aiment couvrir ce genre de sujet. Et elle sait aussi que les lecteurs aiment ce genre de choses. Tellement éloignés de leur vie quotidienne, et ils aiment les histoires qu'ils peuvent juger, les histoires qui font sensations finalement   « Tu risques ta vie pour écrire sur un sujet dont tout le monde connait l'existence mais que personne ne veut avouer. » le sujet tabou, le sujet que tout le monde a peur d'évoquer et en particulier dans cette partie du monde. L'Amérique du sud n'est pas connue pour ses gouvernements toujours très honnêtes « C'est mon boulot. » répondit-il simplement «  Je comprend pourquoi Ella ne veut pas que tu repartes à chaque fois. » elle sourit faiblement à l'évocation de sa meilleure amie. Elle avait finit par oublier qu'ils étaient de la même famille ces derniers temps. Elle avait arrêté de trop réfléchir aux conséquences et elle avait simplement décidé de vivre. Juste de profiter du moment présent sans se soucier de demain. Sans prévenir, elle attrape l'ordinateur et ferme l'écran sous les protestations du jeune blond, mais rien n'y fait. Elle éloigne l'ordinateur et affiche son plus beau sourire « Lya il faut que j'envoie cet article. » elle hausse les épaules et se met à califourchon sur lui tout en déposant un baiser dans cou, puis sur sa joue pour enfin venir trouver ses lèvres « Tu as assez travailler, j'ai envie que tu t'occupes de moi un peu. » elle dépose avec une douceur infinie ses mains sur les joues de Hunter et ne peut s’empêcher de venir retrouver le contact de ses lèvres. Et cette fois, elle n'a aucune envie de s'en séparer. Elle n'a aucune envie de sortir aujourd'hui, et elle pourrait passer sa journée enfermée dans cette chambre d'hôtel en sa compagnie. Leur baiser devient un peu plus passionné mais le jeune homme stoppe d'un coup tout, Malaya est surprise et le regarde curieuse de savoir ce qu'il lui prend. Le sourire du jeune homme est taquin, elle comprend alors qu'il le fait exprès et quand elle essaie de retrouver ses lèvres il la pousse délicatement sur le côté en plaquant rapidement ses lèvres sur les siennes avant de sortir du lit «  Je vais prendre une douche. Réfléchis à ce que tu veux faire aujourd'hui. » elle laisse retomber son dos sur le matelas et soupire. Elle n'a envie de rien faire. Elle hausse les épaules en arborant un petit sourire en coin qui en dit long sur ses intentions mais Hunter ne se laisse pas avoir par cette petite moue à laquelle il a bien du mal à résister. Elle le sait et elle en joue. Elle en a beaucoup joué pendant ce petit séjour mexicain d'ailleurs «  Je peux emprunter ton ordi pour envoyer un mail? » il dépose un baiser sur son front tout en lui donnant l'autorisation. Elle suit du regard le jeune homme qui regagne la salle de bain et elle ouvre une fenêtre internet et se connecte à sa boite mail. Elle commence à parcourir sa boite de réception, et grimace lorsqu'elle aperçoit plusieurs mail de l'université. Elle en avait presque oublier son existence. Elle est en retard, elle le sait. Elle a loupé plusieurs semaines de cours, et n'a pas rendu ses rapports en temps et en heure, bien trop distraite. Elle ouvre un mail qui lui rappelle qu'elle doit rendre un compte rendue le lendemain, et qu'il n'y aura plus d'autre délais accordés. Elle devrait s'y mettre dès maintenant, mais elle n'a aucune motivation, ni aucune envie. Elle referme rapidement le mail, et ignore d'autre mails dans le même genre. Elle gérera tout ça plus tard. Elle commence à rédiger un mail pour Ella lorsqu'un bruit l'interpelle et la petite fenêtre d'alerte en bas à droite de l'écran attire son attention. Un mail de la compagnie aérienne pour Hunter qui lui rappelle que son retour est demain soir. Ce rappel la fait redescendre sur terre brusquement. Elle en avait presque oublier qu'un jour, il allait rentrer à Londres.  C'est comme réaliser que les vacances d'étés sont terminées, et qu'il va falloir se fondre dans une nouvelle routine de rentrée. Elle reste un moment devant l'écran sans bouger et ferme l'écran sans même prendre la peine de se déconnecter ou de finir le mail à Ella. Elle s'assoit sur le bord du lit et attend qu'Hunter sorte de la salle de bain « Alors tu as réfléchie à ce que tu ve.... » mais il s'arrête en plein milieu de sa phrase lorsqu'il aperçoit le regard triste de Malaya. Elle peut lire la surprise, et l'interrogation dans ses yeux. Il doit probablement se demander ce qu'elle a bien pu trouver sur son ordinateur « Lya qu'est ce qui se passe? » elle se lève et entoure ses bras autour du coup d'Hunter qui ne comprend pas vraiment mais qui la serre à son tour dans ses bras. Ils restent silencieux quelques minutes et puis Malaya s'éloigne de lui tout en cherchant ses affaires dans la chambre. Elle sent le regard d'Hunter mais elle ne répond pas à ses questions silencieuses. Elle enfile son jean, son t-shirt, elle attache ses cheveux et affiche un sourire parfait « J'ai envie d'un petit déjeuner. » prendre conscience que leur petite escapade allait prendre fin avait fait resurgir cette mauvaise habitude chez Malaya Solano. Celle de mettre une certaine distance entre elle et les autres. Elle sait que le voir partir va être compliqué alors elle préfère jouer la comédie maintenant, faire comme si cela n'avait aucune importance «  Euh okay.... sortons prendre le petit déjeuner. » le jeune homme s'habille alors que Malaya l'attend sur le pas de la porte prête à sortir. .


- At the end of the day it's just walls.
What gives it its value are the people inside -
 

 
Personne ne sait que Malaya rentre aujourd'hui. Elle n'a pas trouvé nécessaire d'avertir qui que ce soit sur son retour à Londres, retour qui a d'ailleurs été décidé à la dernière minute. Ne supportant plus de rester seule dans son hôtel. Elle s'ennuyait ferme depuis le départ de Hunter et elle n'avait plus vraiment envie de rester à Mexico. Plus aucun intérêt en réalité après son départ. Et elle avait tenté à de nombreuses reprises de ne plus penser à lui mais en vain. Elle sortait tous les soirs, elle a probablement aussi bu tout le stock de tequila du pays en une semaine mais même avec cela, elle était totalement déprimée. Pourtant elle savait à l'avance que cette histoire ne durerait pas. Mais elle n'avait pas pris en compte le fait qu'elle tomberait réellement sous le charme du jeune blond, elle n'avait pas pris en compte le fait qu'elle tomberait amoureuse de lui si vite. Et surtout elle ne savait pas qu'elle en était capable. Alors même à contre cœur, elle avait décidé de rentrer en Angleterre. Sara lui manquait, Ella aussi et ce sentiment de culpabilité était encore plus important quand elle pensait à sa meilleure amie. Mais elle avait préparé le parfait mensonge pour la durée de son séjour. Elle ne mentirait pas sur le fait d'avoir rencontré quelqu'un à Ella, mais simplement sur l'identité du jeune homme. Une fois dans le hall des départs, elle a longuement hésité à se diriger vers Bogotá pour rendre visite à sa famille et puis elle a finalement demandé à l'hôtesse de lui faire un billet pour Londres.  Elle n' a pas fermé l'œil durant le vol retour, et sa nervosité évidente a dû probablement agacer son voisin de siège. Elle n'a pas arrêté de bouger sur son siège, de jouer avec tout ce qu'elle pouvait trouver. De jouer avec son écran de télé en face d'elle, elle lançait un film et en changeait quelques minutes plus tard. Elle faisait des nœuds avec le fil de ses écouteurs. Et puis comme par magie, une fois sur le tarmac de Heathrow, la jeune femme se calme. Elle redevient Malaya Solano que tout le monde connait, elle est d'un calme olympien ce qui peut paraître bizarre lorsqu'on la vu quelques heures plus tôt. Comme si l'air anglais la changeait totalement. La jeune femme a clairement une tendance bipolaire. Elle met dans un coin de son esprit les pensées destinées à Hunter, elle ne veut plus y penser. C'est terminé. C'est du passé. Et c'était simplement un passe temps comme un autre pendant son séjour à l'étranger. La jeune brune a une faculté déconcertante de catégoriser certaines choses, comme si elle pouvait effacer certains souvenirs de son esprit, tout simplement. Elle classe ses souvenirs avec Hunter, elle les enferme dans une boîte et n'y pense plus. Du moins en théorie c'est ce qu'elle veut croire, mais bien souvent ce genre de chose ne fonctionne pas à merveille et ces souvenirs qu'elle refoule refont généralement surface lorsqu'elle s'y attend le moins. Mais c'est comme ça qu'elle ne devient pas totalement folle. En quelques minutes, la Malaya froide, distante et hautaine refait surface pour prendre le contrôle. Une fois sa valise en main, elle se dirige vers la zone où les taxis attendent pour rentrer chez elle. Elle appréhende son retour, pas tellement avec sa mère ou son frère, ou encore ses deux sœurs, mais en particulier auprès de son père. Et son silence radio pendant trois mois n'arrange pas son cas, et elle en est terriblement consciente. Elle est d'ailleurs très étonnée que son père n'est pas demandé à ses hommes à Mexico de la kidnapper et de la renvoyer de force chez elle. Elle est aussi surprise de ne pas avoir été suivie pendant son séjour. Car même si elle n'a pas dit où elle se rendait, il était bien difficile de cacher quelque chose à Diego Solano. Tout finit par arriver à ses oreilles, toujours tout. Et cette pensée lui donne un haut le cœur, elle se demande alors si elle n'a pas été totalement inconsciente avec Hunter et si elle n'a pas mis sa vie en danger. Mais pour sa santé mentale, elle chasse bien rapidement cette idée. Roan lui aurait dit. Seulement elle n'a pas pris la peine de décrocher à chacun de ses appels. Tellement perdue dans ses pensées, elle ne remarque pas qu'elle est arrivée chez elle, et il faut que le chauffeur de taxi s'y reprenne à plusieurs fois pour lui faire comprendre. Elle s'excuse et paie sa course. A peine elle pose un pied au sol, qu'elle aperçoit Roan, les bras croisés sur le perron de la maison. Si elle ne le dira pas à haute voix, elle est heureuse de le revoir. Elle monte les quelques marches qui le séparent et le regarde en souriant « Sage décision sœurette. » elle reconnait bien là son grand frère. Son sourire satisfait accroché aux lèvres, comme si c'était lui qui l'avait fait revenir à la maison. Oui parce que Roan va s'attribuer ce mérite très vite alors elle préfère rapidement couper court à toute célébration de sa part  « Ton harcèlement téléphonique n'y est pour rien dans mon retour. » il hausse simplement les épaules et inspecte Malaya avant de passer son bras autour de ses épaules pour l'inviter à l'intérieur. Roan n'est pas vraiment rancunier, en particulier quand il s'agit de ses sœurs. Car avec d'autres personnes  c'est totalement différent. Il n'en veut pas à Malaya de lui avoir raccrocher au nez un bon nombre de fois, ou encore d'avoir ignorer ses appels ce qui la rassure en quelques sortes. Même si ces deux là se prennent souvent la tête, elle n'aime pas restée fâchée avec lui. Roan est bien trop important pour elle au fond, tout comme le reste de sa famille. C'est pour cette raison qu'elle espère que les autres membres de sa famille ne lui tiendront pas trop rigueur de sa fuite passagère «  Je suis content de voir que tu as repris tes esprits. » elle lève les yeux au plafond, c'est typique de Roan. Impossible pour lui de dire simplement qu'il est heureux de revoir sa petite sœur. Mais Malaya sait lire entres les lignes, et elle sait interpréter les mots de son frère. Et sans attendre elle affiche un grand sourire et lui donne un gentil petit coup de coude dans les côtes  « Je rêve ou tu viens de me dire que je t'ai manqué? » il secoue énergiquement la tête pour nier cette idée ridicule. Roan n'est pas le genre à exprimer ses sentiments, il est un Solano après tout et il est un homme Solano ce qui est incompatible avec cette idée d'exprimer quelconques sentiments envers n'importe qui « Bon retour à la maison, et bonne chance avec papa. » il lui sourit tout en déposant un baiser sur son front et lui fait un clin d'œil tout en s'éclipsant dans la cuisine. Quelques secondes plus tard, c'est au tour de Camilla de faire son apparition et de sauter directement sur sa sœur pour la saluer. Ce n'est pas étonnant de voir tous les enfants Solano ici aujourd'hui, en effet c'est dimanche. Et le dimanche c'est un jour sacré pour la famille Solano. Depuis très longtemps, aussi longtemps que s'en souvienne Malaya, cette tradition du jour en famille ne s'est pas effacée et même si l'emploie du temps avec la gérance de l'hôtel occupe tous les membres de la famille. Personne ne veut faire l'impasse sur cette journée particulière. Et c'est sans doute pour cela que la jeune brune a choisit ce jour là pour revenir. Sans doute dans l'espoir d apaiser les tensions engendrées par son retour  « Tu as en mis du temps à rentrer. Tu sais que je déteste m'occuper de tes clients surtout de Bash je sais pas comment tu fais pour le supporte ce crétin de première. » un sourire apparait sur le visage de Malaya à l'entente de ce prénom qu'elle connait si bien. Bash est un de ses plus fidèle client et le seul que la jeune dealeuse supporte en réalité. Le seul avec qui elle n'est pas exécrable à chaque rencontre. Peut être parce qu'il est vrai qu'elle a un petit faible pour le jeune brun et lorsqu'elle a besoin de distraction, c'est bien souvent à lui qu'elle s'adresse. Même si aujourd'hui, elle n'a plus tellement envie d'y penser, car aujourd'hui elle a encore lui en tête même si elle sait qu'elle doit rapidement oublier. Elle se force à ne plus penser à lui, à ses baisers, à ses caresses, à son parfum. Elle chasse ces pensées de son esprit et reporte son attention sur Camilla en face d'elle « Il est sexy et il ne me fait pas payer les cocktails que je commande. » Camilla se met à rire et ajoute rapidement « Et il est aussi dingue de toi ce qui explique tout ça. Je n'ai pas eu la chance de pouvoir boire gratuitement.» et elle utilise grandement cet avantage pour arriver à ses fins bien entendu. Un homme charmé est bien plus facile à manipuler après tout « Papa est dans son bureau, tu es attendus de pied ferme avant le déjeuner » elle se serait bien passé d'être aussi attendu que cela au fond. Elle prend sa jumelle une dernière fois dans ses bras, et cette dernière s'éclipse également vers la cuisine.  Elle soupire et reste plantée un instant dans l'entrée de la maison familiale. Elle sait qu'elle n'a pas d'autre choix que d'affronter son père, c'est inévitable et elle le sait. Elle le sait depuis qu'elle a pris la décision de s'envoler à l'autre bout du monde. Dès l'instant où elle a décidé sur un coup de tête de laisser derrière ses responsabilités et de prendre du recul. Dès le moment où elle a voulu prendre un peu de temps pour elle. Elle était parfaitement consciente que son retour à la maison ne serait pas des plus joyeux, elle ne serait pas accueillie à bras ouvert par son père. Elle dépose sa valise au bas des escaliers, et elle dépose sa veste sur cette dernière soigneusement pliée. Elle prend une grande inspiration, et prend la direction du bureau de Diego Solano. Elle a cette désagréable impression de déjà vue, elle sait qu'il va se comporter de manière glaciale avec elle. Elle sait qu'elle a commis une grosse erreur en plaquant tout comme cela. Sur un simple coup de tête, tout simplement parce qu'elle a eu un moment de prise de conscience sur le mauvais côté de la vente de la drogue qui pourtant fait partie intégrante de sa vie. Elle a l'impression d'être cette adolescente de seize ans qui avait décidé de faire le mur un soir pour aller à une fête et qui bien sûr avait loupé son retour à la maison en beauté. Elle s'arrête un instant devant la porte, et ajuste sa robe, ses cheveux. Malaya Solano n'a peur de rien ni de personne, sauf de son père. Elle sait qu'il ne lèvera jamais la main sur elle, ni sur aucun de ses enfants en réalité, il n'est pas ce genre de père. Mais ses mots, ses regards peuvent blesser tout autant. Si ce n'est d'avantage. Il est loyal avec les gens autour du lui, il attend le même traitement avec ses enfants ou sa femme. Diego Solano est autoritaire, et directif. Il est très strict et ne supporte pas le chaos que ce soit dans son business - légal ou non - ou dans sa propre famille. Il est comme un colonel de l'armée, il faut que tout se passe selon ses désirs, et que rien ne vienne troubler cette ordre auquel il tient beaucoup. Seulement, Malaya en fuyant au Mexique sans prévenir avait quelque peu perturbé tout cet équilibre si cher à ses yeux. Décevoir son père est la pire chose que peut faire la jeune femme. C'est le pire sentiment au monde au monde pour elle. Voir la déception dans le regard de son père. Elle qui a toujours tout fait pour qu'il soit fier d'elle, elle qui a toujours obéit au doigt et à l'œil pour lui montrer qu'elle avait sa place au sein du cartel, qu'il pouvait compter sur elle. Aujourd'hui elle a quelque peu merdé pour parler familièrement. Elle prend son courage à deux mains et elle frappe à la porte. Elle attend quelques seconde et  entend la voix de son père lui ordonner de rentrer.  Le ton employé ne présage rien de bon. Elle avance timidement dans ce bureau qu'elle connait par cœur. Lorsqu'elle était enfant, elle aimait se réfugier dans le bureau de son père à n'importe quel moment, c'était son havre de paix. Elle se plaisait à s'assoir dans ce fauteuil en cuir qu'elle aime tant, elle tournait sur elle même à chaque fois pendant de longue minute jusqu'à être malade parfois. Et aussi jusqu'à ce que Camilla vienne la déloger pour elle aussi faire la même chose. Elle aimait venir ici pour être au calme quand ses frères et sœurs se prenaient la tête pour un oui ou pour un non. Mais aujourd'hui, elle avait cette impression d'être un étrangère. Diego Solano lui fait un signe de tête pour qu'elle prenne place sur le siège devant elle, et il raccroche le téléphone si brusquement que la jeune brune ne peut s'empêcher de sursauter. Surprise de cette humeur massacrante du chef de famille. Elle joue nerveusement avec sa bague et baisse les yeux, elle attend sa sentence « Ce soir tu pars avec Roan et Alec pour récupérer de la marchandise à Liverpool. Antonov veut absolument que ce soit toi, mais hors de question que tu y ailles seule. Et tu surveilleras Roan également, je ne veux pas qu'il lui brise le nez encore une fois. » ce souvenir fait sourire faiblement Malaya, qui revoit  son  frère écraser son poing sur le nez de ce russe un peu trop entreprenant et sûr de lui. Mais lorsqu'elle croise le regard de son père, elle comprend que ce n'est pas le moment, elle acquiesce simplement sans dire un mot. Elle ne s'attendait pas à ce qu'il lui demande de faire quoi que ce soit pour le cartel, elle pensait qu'il allait l'écarter du business pendant un moment, le temps qu'elle regagne sa confiance. Le temps qu'elle s'excuse pour son comportement immature et enfantin. Une manière de la punir et de lui montrer qu'elle ne décide en rien.  Elle attend silencieuse, n'osant pas ouvrir la bouche « Ta petite escapade est terminée. Et je ne veux plus en entendre parler. Il est temps de faire face à la vérité, la vie ce n'est pas ce que tu veux mais plutôt ce qui doit être fait. Je te donne des ordres, tu les suis un point c'est tout.  »  elle laisse son dos tomber contre le dossier du fauteuil. Pendant quelques minutes le silence prend possession de la pièce, mais aucun des deux ne baissent les yeux. Un duel se met alors en place. Aucun des deux ne veux lâcher. Si les autres enfants de la famille ont pour habitude de se taire devant Diego, si ils ont tendance à écouter les ordres sans trop de difficultés, avec Malaya c'est le contraire. Bien sûr elle finit par abdiquer et obéir, mais elle ne laisse jamais son père gagner au premier round. Elle a ce caractère qui fait qu'elle ne peut pas accepter ce genre de chose, elle doit absolument faire part de son avis. Elle se redresse sur le siège et avec un ton des plus calme elle s'adresse à son père « Tu parles comme si ma vie personnelle n'avait aucune importance. J'ai le droit d'avoir une vie en dehors de la famille et du cartel. J'ai le droit de .... » elle commence à élever la voix, elle en a assez qu'on lui dise ce qui est bon pour elle ou non. Elle a envie de prendre des décisions seules, et elle est d'autant la mieux placé pour savoir ce qui est bon pour elle ou non. Elle est assez grande pour prendre ses propres décisions, elle a passé l'âge de se faire dicter ses actions, son comportement. Et alors qu'elle est bien décidé à faire comprendre son point de vue à son père ce dernier se lève et tape du poing sur le bureau «  C'est la même chose pour les Solano, Malaya. Tu es une Solano tu en acceptes donc les conséquences. » la jeune brune ne répond rien à cela, elle sait qu'elle n'aura pas le dernier mot. Et tenter de tenir tête à son père n'est pas une chose judicieuse. Elle acquiesce et il lui fait signe de sortir. Elle est contrariée et cela peut se voir et s'entendre lorsqu'elle claque la porte du bureau de son père. Elle ignore totalement Roan qui lui demande ce qu'il s'est passé, elle le pousse sans délicatesse et elle regagne sa chambre. Pour faire passer sa frustration et sa colère elle claque une nouvelle fois la porte, cette fois celle  de sa chambre cette fois. Elle lance sa valise sur son lit et se met à crier. Elle a besoin d'évacuer sa colère. Elle ferme les yeux un instant et se concentre sur sa respiration. Elle repense à Mexico, elle repense à cette chambre d'hôtel. Elle repense à Hunter et ses souvenirs l'apaise. Elle repense à ses baisers, à la chaleur de son corps contre le sien. Un instant elle est de retour avec lui, ils sont seul au monde. Elle ouvre les yeux et elle se sent déjà un peu mieux. Elle ouvre sa valise et commence à la vider lorsqu'elle est interrompu par une voix familière et dont elle est réellement heureuse d'entendre « Toi et moi on sort ce soir tu as des choses à me raconter. » elle se tourne vers la petite brune et la prend dans ses bras. Elle la serre fort contre elle. Sara lui a manqué pendant tout ce temps, jamais elles ne sont séparés si longtemps en règle générale. Et le fait qu'elle fasse irruption dans sa chambre est très apprécié, cela lui permet de ne plus penser à Hunter et de refouler une nouvelle fois ses sentiments. Sentiments qu'elle doit oublier et rapidement. Elle n'a pas le choix « Pas ce soir Sara, le devoir m'appelle. Mais demain promis on fête mon retour comme il se doit. » Sara et Malaya se ressemblent beaucoup, et notamment sur leur besoin constant de faire la fête, de simplement relâcher la pression de tous les jours. Malaya ne refuse jamais une sortie à Sara, et inversement. Sara est la seule personne à qui Malaya peut se confier, pourtant elle adore sa jumelle et elles sont proches aussi mais c'est différent. Sans réellement comprendre pourquoi. Sara est la personne de Malaya et rien ni personne ne pourra changer cela. Jamais « Il s'appelle comment?  » Malaya regarde sa sœur surprise de la question, et pas certaine d'où elle veut en venir au final. Elle est certaine de ne jamais avoir parlé de Hunter, jamais elle n'y a fait quelconque allusion pendant les appels à Sara. Alors comme à son habitude, Lya joue les parfaites innocentes mais elle a oublié qui est la personne en face d'elle. Elle peut très bien tromper Roan, ou Camilla mais Sara impossible. La jeune brune sourit et penche la tête sur le côté, elle s'approche de la valise et attrape une chemise blanche qui est bien trop grande pour qu'elle soit à Malaya mais surtout, cette chemise ne porte pas le parfum de la jeune Solano . La cadette sourit de plus belle, et agite la chemise sous le nez de sa grande sœur. Qui malgré le fait qu'elle soit une menteuse hors paire ne va pas pouvoir se tirer de cette situation sans avouer. Et aussi parce que Malaya ne peut en aucun cas mentir à sa petite sœur, elle lit en elle comme un livre ouvert. Ce qui peut être une bonne chose en principe sauf dans la situation actuelle. Sara s'avance un peu plus vers sa sœur tout en souriant «  Ce n'est pas vraiment ta taille, et pas ton parfum. Soit dit en passant j'aime beaucoup le sien. »  elle n'ajoute rien de plus, elle fixe simplement sa soeur du regard. Elle attend que cette dernière craque, car elle sait pertinemment que Malaya ne résistera pas longtemps à cracher le morceau. Mais la brune est déterminée à ne rien dire. Elle attrape donc la chemise de Hunter et la range rapidement dans son dressing sur un cintre. Elle ne sait pas très bien pourquoi elle fait cela, c'est pas comme si elle allait lui rendre un jour, et la garder à la vue de tous les jours n'est pas une bonne chose. Elle tourne le dos à sa soeur à présent, mais elle sent toujours le regard inquisiteur de sa cadette. Elle lève les yeux au ciel et se retourne vers Sara tout en soupirant. Encore une fois Sara gagne, et Malaya craque face à ce regard «  Okay. Hunter, journaliste, terriblement sexy mais aussi le frère d'Ella. Oui je suis la pire amie au monde en plus de l'avoir abandonnée, et en plus j'ai couché avec son frère. Mais il est tellement canon. Tu verrais son sourire et ses yeux.... » elle avoue tout d'une traite. Rien ne sert de cacher une partie des informations au final, Sara finirait pas tout savoir. Sara la regarde surprise de cet aveu et se met à rire.  Elle s'approche de Malaya et la prend dans les épaules « Dios mio, tu es totalement sous le charme toi? » elle secoue la tête négativement, non elle n'a aucun sentiments pour Hunter. Aucun. Elle n'a pas de sentiments pour lui. Non impossible. Elle se répète ça pour se convaincre elle même. Malaya n'est pas conditionné pour ressentir quoi que ce soit pour personne, elle est sans coeur. Elle n'est pas une de ses filles naïves qui tombent amoureuses du premier venu sous prétexte qu'il semble parfait en tout point « Noooon. Jamais voyons, c'était juste pour passer le temps. » elle hausse les épaules pour enlever les mains de Sara, et continue à vider sa valise. Nier en bloc. Oui elle va nier en bloc. Seulement Sara ne semble pas convaincue mais elle semble laisser tomber. Probablement pour revenir à la charge un peu plus tard quand Malaya si attendra le moins« Okay si tu le dis. » et c'est à ce moment là que Lya voit une ouverture et une opportunité de changer de conversation. Centrer la conversation sur Sara et non pas sa vie personnelle à elle « Et toi avec Alec?  » Lya se laisse tomber sur le lit et regarde sa sœur. Qui visiblement ne trouve pas marrant le renversement de situation. Mais cela amuse beaucoup Malaya qui étudie chaque expression sur le visage de Sara  « Ne fait pas l'innocente, on parle d'Alec là. » Alec Malone ou le meilleur ami de Roan. Ce même meilleur ami qui retient l'attention de n'importe qu'elle fille sur cette planète. Le meilleur ami plus que craquant de Roan. Mais aussi le garçon le plus intouchable sur cette terre. Et c'est sans doute pour cette raison qu'il est aussi charmant et irrésistible aux yeux des filles Solano et en particulier aux yeux de Sara. Malaya a bien remarqué les regards qu'ils se aux lancent, leurs échanges qui en dit long sur les intentions de chacun. Seul Roan ne semble rien remarquer ce qui est plutôt une bonne chose. Sara hausse les épaules et fuit le regard de Malaya « Oh j’entends maman appelé pour le déjeuner. » elle se lève rapidement et se précipite vers la porte de sortie suivit de près par Malaya. Elle passe un bras sous celui de sa sœur et alors qu'elle longe le couleur elle ne peut s'empêcher d'ajouter  «  Sara tu ne vas pas t'en sortir aussi facilement. » la conversation n'est pas terminé c'est une évidence. Malaya veut savoir ce qu'il s'est passé pendant ses deux mois d'absences avec sexy Alec et sur le même ton espiègle qu'elle Sara ajoute «  Toi non plus Lya. » c'est de bonne guère après tout. Elles arrivent  dans les escaliers et elles arrêtent de parler dès qu'elles aperçoivent Roan près d'elle. Il ne vaut mieux pas que le jeun brun soit au courant de ses histoires. Sara sourit et tout en parlant assez fort pour que leur frère entende « D'ailleurs Roan a été infernal pendant ton absence. Encore d'avantage à surveiller le moindre de mes mouvements. » cela sonne comme un reproche dans la voix de Sara qui semble agacer par cette surprotection du jeune brun. Mais cela est également inévitable. Roan est comme ça, il prend son rôle d'aîné au sérieux, très au sérieux et encore plus parce qu'il est le seul garçon. Et les filles ont beau se plaindre, elles aiment en réalité l'attention que leur porte leur grand frère  « Il est toujours chiant, rien de nouveau sous le soleil j'ai envie de dire. » elle reçoit un petit coup derrière la tête quand Roan passe à côté d'elle ce qui la fait rire et Sara ajoute encore « Et d'une humeur massacrante quand tu l'ignorais au téléphone. Alors pour la santé mentale de ta petite sœur préférée. Ne fuis plus comme ça. » elles entendent Roan marmonner un peu plus loin mais n'y font pas plus attention que cela. Une habitude dans la famille au fond. Malaya serre un peu plus le bras de sa petite sœur comme pour lui faire comprendre qu'elle ne partira plus aussi longtemps et aussi pour s'excuser d'avoir mis les voiles comme cela. Mais bien sûr elle ne formulera pas les excuses de vive voix. Malaya Solano ne s'excuse jamais, elle n'a jamais tort bien évidemment. Les deux soeurs rejoignent le salon, où la table est mise et déjà bien garnie. Malaya serre sa mère dans ses bras, et rend la tape derrière la tête à son propriétaire. Tout semble normal chez Solano. Même si la tension entre Malaya et son père est encore palpable tout le monde en fait abstraction. Du moins jusqu'à la prochaine explosion.  

_________________

    We're the wild ones raised by the wolves we howl to the moon War inside my mind drowning in the tides, fighting for my life. I'm satisfied intoxicate my veins make me misbehave, be my great escape till we fade away


Dernière édition par Malaya Solano le Ven 25 Mar - 22:29, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 288
ϟ ID Card : lady berry (caroline)

MessageSujet: Re: (Malaya) There comes a time to rule by fear and not by the book   Dim 6 Mar - 16:38

Malaya fait les gros yeux à Roan qui n'arrive pas à rester immobile une seule petite minute c'est à se demander s'il n'a pas des problèmes d'hyperactivité parfois ou bien pourquoi il est aussi nerveux ce soir « ya basta Roan! »  lorsque la jeune brune s'exprime en espagnol c'est mauvais signe. C'est qu'elle perd patience. Une habitude chez elle qui fait sourie sa mère, Malaya s'énerve bien trop souvent en espagnol mais comme elle le dit si bien c'est plus poétique. Donc elle a l'impression que les ordres qu'elle peut hurler ou bien les insultes qu'elle peut jeter sont atténuées par la douceur de la langue espagnole. Ce qui n'est pas vraiment le cas en soit une insulte reste une insulte en n'importe quelle langue. Roan lève les yeux au ciel, et soupire assez fort pour exprimer son impatience. Et si ce genre de comportement de la part du brun peut impressionner et faire frémir n'importe quelle personne sur cette terre, Malaya n'est en rien effrayée. Elle connait par cœur son grand frère, elle sait comment il peut être. Elle est une des seules à pouvoir lui faire entendre raison quand il perd son calme, elle arrive à le ramener à la raison. Et elle ne flanche jamais devant lui ce qui est d'ailleurs la raison de leurs nombreuses prises de têtes. Elle pose une main ferme sur son épaule pour lui intimer de ne pas bouger, car si il continue jamais elle n'arrivera à attacher ce fichu nœud papillon sur son col. Ce soir la famille Solano doit être sur son trente et un, ce soir est une soirée très importante pour Sara mais également pour l'hôtel de famille. Chaque année, à la même période, la famille organise une grande réception pour remercier les investisseurs, les clients fidèles mais aussi pour faire honneur à une œuvre de charité du pays. Et selon le chef de famille pour montrer que la famille Solano est bel et bien présente et qu'elle ne compte pas s'effacer de si tôt. Une affirmation de leur règne et de leur force également. Et Sara est chargée de l'organisation ce soir, et elle a vraiment mis tout son cœur dans cette réception. Si tout les enfants Solano ont mis la main à la patte, Sara a fait le plus gros du travail. Et la cadette s'occupe à la perfection d'organiser les évènements de l'hôtel et ce soir elle a décidé de faire la fête sur le thème du bal masqué. Mais attention, un bal masqué classe et chic, à l'image de la famille bien entendu. L'ainé des Solano soupire devant l'air autoritaire que sa petite sœur emploie sur lui, mais aussi parce qu'il est forcé de porter un costume hors de prix avec un nœud papillon. Malaya se concentre sur sa tâche du moment et en profite pour discuter avec Roan. Ils ont enfin un petit moment de tranquillité depuis quelques jours et elle ne veut pas rater cette occasion pour en savoir plus sur la vie sentimentale de son grand frère. En règle générale, elle ne se mêle pas trop de ces histoires, elle surveille de loin tout de même, mais elle ne le soule pas pour le faire parler. Et si Roan surveille de près tous les hommes qui peuvent s'approcher de ses sœurs, les filles font la même chose avec la gente féminine qui tourne autour de Roan. Les enfants Solano sont assez protecteurs et possessifs aussi. Ce qui parfois les rend un peu trop envahissants dans la vie des uns et des autres « Tu sais que tu peux tout me dire n'est ce pas grand frère hein? » pour insister elle pose sa main sur le torse de son frère, là ou son cœur est censé être, si bien sûr Roan Solano en possède un. C'est encore un grand mystère pour Malaya et aussi pour beaucoup de personne en réalité. Elle le regarde et sourit malicieusement en affichant un petit sourire en coin « Je te confies des trucs Lya. » il fuit son regard comme à son habitude quand il ne veut pas parler. Et surtout lorsqu'il sait que Malaya cherche des informations sur sa vie privée. Il a raison, il lui confie certaines choses mais pas ce qu'elle attend ce soir. Elle sait qu'il ne lui cache rien lorsque cela concerne Sara, ou encore les affaires, mais pas pour le reste c'est une autre histoire. Et c'est ce qui intéresse le plus la jeune brune. Elle veut savoir ce qui se trame entre lui et cette petite blonde qui travaille depuis quelques semaines au restaurant de l'hôtel. Avec cette question, elle veut des informations sur ce sujet bien particulier, Roan le sait et ne lui fera sans doute pas ce plaisir elle en est consciente mais elle ne peut s'empêcher d'essayer de glaner des informations « Jamais sur ta vie privée. Ce qui n'est pas juste parce que je te parle toujours de la mienne. » elle tente de faire ce nœud qui semble ne pas vouloir coopérer ce soir et cela l'agace. Elle ne supporte pas quand tout ne va pas dans son sens, elle ne supporte pas quand elle n'arrive pas à faire quelque chose rapidement. Frustrée de voir que son nœud ne ressemble à rien, elle le défait entièrement et recommence « Pardon?  » il manque de s’étouffer et écarquille les yeux tout en la regardant. C'est un peu l'hôpital qui se fout de la charité. Malaya ne lui confie pas non plus les détails de sa vie privée, seulement Sara à le droit à ce privilège, mais Roan est au courant de tout c'est bien connu. Et comme elle veut le faire parler elle joue sur ce petit détail d'interprétation mais qui n'échappe à l'aîné de la famille. Elle repose ses mains sur ses épaules pour qu'il 'arrête de bouger ou de tourner la tête à droite et à gauche. Elle ne peut pas travailler dans ces conditions là « Rooh ça va... d'ailleurs si je t'en parle pas c'est pas parce que j'ai pas trop envie que tu ailles casser la tête à toute la population masculine de la ville. » elle hausse les épaules, et Roan se met à rire. Mais ce n'est pas vraiment un rire franc, plutôt un rire nerveux. Il interroge du regard sa petite sœur sur le sens de sa phrase. Elle peut lire dans ses yeux qu'il n'aime pas du tout cette allusion à de nombreux amants ou conquêtes de sa part. Pourtant, lui il ne se gêne pas et on le lui dit rien. Mais bien sûr tout est différent lorsqu'il s'agit d'une femme. Malaya a ce petit côté féministe qui fait que ce genre d'idée, ou de discours la révolte mais elle ne fera pas un long discours à son frère car cela ne servirait strictement à rien « Toute la population masculine, tu es sérieuses Lya? » elle lit le reproche dans ses yeux, mais aussi son envie de lui faire la morale. Mais elle coupe court à toute remarques sur le sujet. Elle n'est pas non plus une marie couche toi là, elle a un certain respect pour elle même et sa dignité est réellement quelque chose d'important pour elle. Mais il est vrai que parfois, elle pourrait passer pour une fille facile. Mais ne voulant pas s'attacher à qui que ce soit, elle préfère les aventures insignifiantes d'une seule nuit. Plus simple, pas de complication. La dernière fois, et aussi la première fois qu'elle s'est laissé aller, la fois où elle s'est attaché à un homme, elle a souffert au final. Bien qu'elle était parfaitement consciente dans quoi elle s'embarquait dès le début, cela ne change rien au fait qu'elle est tombé amoureuse de Hunter et qu'elle savait que toute histoire entre eux était impossible. Donc aujourd'hui, elle ne fait plus dans le sentimental, elle ne veut pas d'ailleurs. En réalité, Hunter n'est jamais sortie de son esprit mais elle a appris à refouler tous ses sentiments ou pensées  pour pouvoir avancer. Et son rôle de reine des glaces lui convient très bien, elle garde les gens à distances ainsi et évite de souffrir. Du moins en apparence « Est ce que tu insinues que je suis une fille facile? » elle affiche son petit air choquée et outrée dont elle seule à le secret. Et en une seconde chrono - comme espéré - elle met mal à l'aise Roan, et elle l'amène à se justifier. Elle aime plus que tout mettre son frère dans ce genre de situation car elle le trouve tellement humain dans ces moments là et cela montre aussi sa supériorité  « Non, c'est toi qui.... » il s'arrête net dans sa phrase en voyant Malaya qui affiche un grand sourire et qui ne peut s'empêcher de se mettre à rire. Elle adore jouer à ce jeu avec Roan, mais lui n'apprécie pas vraiment. Il la regarde en croisant les bras sur sa poitrine et reprend son visage fermé de toutes émotions et arrache ce maudit nœud papillon qu'il jette sur le lit de Malaya « Je ferais sans ce soir. » et il sort de la chambre sans laisser la chance sa petite sœur de dire quoi que soit. Elle soupire, elle n'a pas eu les informations qu'elle voulait et elle n'aime pas ça. C'est clairement un échec pour elle. Mais elle essaiera un peu plus tard, peut être qu'il sera un peu plus réceptif. La jeune brune se tourne vers son miroir et arrange sa coiffure, elle attrape son tube de rouge à lèvres sur sa commode et d'un geste expert elle souligne ses lèvres d'un rouge vif. Elle ne sort jamais sans une touche de rouge à lèvre, elle se sent nue sans ce maquillage. Elle ajuste ensuite sa robe noire tout en se regardant avec attention dans le miroir. Malaya n'est pas le genre de fille superficielle mais elle fait très attention à son style, à l'image qu'elle renvoie. Elle contrôle chaque partie de sa vie et son apparence est une immense part. Elle se doit d'être au top tous les jours, elle porte le nom de Solano et sa mère lui a toujours appris qu'une jeune femme doit toujours se montrer à son avantage. Une jeune femme, et en particulier dans la famille Solano, doit toujours être élégante et sûre d'elle. Elle ajuste une bretelle et sourit satisfaite de sa tenue, de sa coiffure mais une petite voix l'interromps «  Tu auras beau tirer dessus je pense qu'elle sera toujours trop courte. » elle se tourne tout en souriant vers la voix si familière derrière elle, et sans réfléchir, elle vient prendre sa meilleure amie dans ses bras. Elles ne s'étaient pas vu pendant trois jours, trois jours interminables pour Malaya qui se languissait de la présence de sa petite rouquine auprès d'elle. Elle se demandait encore comment elle avait fait pour rester quatre mois éloignés d'elle lors de sa fuite à Mexico  « Tu t'es encore disputée avec ton frère?  » elle fait un signe de tête vers le couloir où elle venait juste de croiser Roan et son éternelle bonne humeur apparemment. Ella se laisse tomber sur le lit de Malaya et ajoute rapidement  « Il n'avait pas l'air d'humeur quand je l'ai croisé. » Lya hausse les épaules et attache une boucle d'oreille tout en riant de bon cœur « Roan n'est jamais d'humeur. » mais pour une fois elle n'était pas à l'origine de sa mauvaise humeur du jour. Ils ne s'étaient pas disputés depuis quelques jours d'ailleurs, peut être parce qu'ils n'avaient fait que se croiser au fond. Malaya accroche l'autre boucle d'oreille et reporte son attention sur Ella qu'elle trouve un peu trop silencieuse depuis son arrivée. Ce qui n'est pas normal. Elles ne sont pas vues ni vraiment parlés depuis trois jours, alors son mutisme éveille les suspicions de la brunette. Elle se place alors devant le champ de vision de la rouquine et ne lui pose aucune question. Mais son regard et son attitude parle pour elle, et le soupir las d'Ella lui fait comprendre qu'elle a raison « Ce soir je peux rester ici?  » sans prendre le temps de réfléchir la jeune Solano hoche la tête positivement. Ella le savait qu'elle était toujours la bienvenue ici, elle n'avait même pas besoin de poser la question. C'était implicite. Et avant qu'elle ne puisse poser une quelconque question, Ella reprend la parole « Je suis pas d'humeur à rentrer chez moi, et être seule. Et je peux pas allé chez mon frère, il y a cette stupide blonde qui prend un peu trop ses aises. » elle n'a pas besoin de demander de qui il s'agit, elle le sait. Elle connait Daisy, où du moins elle l'a déjà croisée et ce qu'elle en sait de par Ella ne lui donne pas vraiment envie de la connaître plus que ça. Sans doute par jalousie aussi, mais pour Malaya c'est simplement parce qu'elle est team Ella jusqu'au bout. La brunette continue à se maquiller comme si de rien n'était, elle ne montre rien du tout. Pourtant une pointe de jalousie fait son apparition, sans réellement avoir sa place au fond. Mais elle ne peut s'en empêcher à chaque qu'Ella se plaint de Daisy et du fait qu'elle est bien trop proche de Hunter.  Elle ne peut s'empêcher d'être jalouse de la blonde parce qu'elle a la chance d'être avec Hunter. Pourtant, Malaya a mis cette histoire derrière elle du moins c'est ce dont elle se persuade « Tu peux rester ici autant de temps que tu veux ma belle. Juste évite de te perdre dans la chambre d'à côté. » elle lui adresse un clin d'œil et se reçoit un oreiller dessus. Elle ne l'a pas vu arriver, vraiment pas. Ella et Roan c'est toute une histoire, et bien que Malaya n'approuve en aucun cas ce petit jeu auquel Roan se livre avec Ella, elle apprécie que sa meilleure amie l'envoie balader à chaque tentative de piètre séduction de la part du jeune homme. Elle connait son frère par cœur et ne veut en aucun cas qu'il s'approche d'Ella. Lya a ce côté extrêmement possessif avec les gens à qui elle tient, et elle a énormément de problème à les partager. Si bien que parfois, elle peut être blessante avec sa jalousie un peu trop présente. Par exemple, elle ne supporte aucune fille qui tourne autour de Roan, pourtant il est son frère mais elle n'aime pas cela et trouve bien entendu toujours quelque chose qui cloche avec les prétendantes. Et elle refuse de partager sa meilleure amie avec qui que ce soit et encore d'avantage avec son frère. Elle sait que ce n'est pas normal, et elle sait que c'est son plus gros défaut mais elle ne peut pas aller contre ce sentiment. Elle a toujours peur qu'on la délaisse pour quelqu'un d'autre. Elle a une peur bleue de l'abandon  « Je ne suis pas assez idiote pour me faire avoir par ton frère. » Malaya la regarde avec ce sourire qui en dit long. Elle sait que son frère est persévérant pour ce genre de chose et que surtout il sait que ça la met dans tous ses états par conséquent elle sait qu'il ne va pas s'arrêter en si bon chemin. Et en même temps elle se sentait tellement coupable de mentir à sa meilleure amie sur son aventure avec son propre frère. Mais encore une fois, elle refoule ses pensées et les places dans un coin de sa tête et n'y pense plus. La seule solution pour survivre selon Malaya. La brunette tend une main à Ella tout en souriant «  Allez on s'est assez faite désirées comme ça. » Malaya et son amour pour les soirées de ce genre est bien connus, et Ella le sait parfaitement. Elle sourit et se laisse entraîner par son amie, une fois dans le couloir, quelques regards se tournent vers elles et en attendant l'ascenseur Ella ne peut s'empêcher d'un air entendu poser la question qui lui trotte dans la tête depuis un moment sans doute « Dis moi tu comptes faire sensation auprès de qui toi ce soir?  » Malaya hausse les épaules et répond simplement «  Personne en particulier. » et elle ne ment pas, elle aime juste être à son avantage en toute circonstances. Ella enregistre la réponse mais affiche un petit sourire qui en dit long, ce qui fait automatique rire Malaya. Pourtant, elle était sincère, elle ne voulait impressionner personne en particulier ce soir. Si il avait été présent, elle aurait sans doute user de ses charmes auprès des hommes de la soirée juste pour voir si elle pouvait capter son attention, mais ce n'est pas le cas ce soir. Elle veut juste attirer l'attention et capter l'attention de la salle. A peine sortit de l'ascenseur, la musique s'empare de leurs oreilles et Malaya est surprise par le nombre de personne déjà présente dans le hall de l'hôte 41. Sara a vraiment fait un travail superbe ce soir. Accompagnée d'Ella à son bras, Malaya se dirige vers la salle de restaurant transformée pour l'occasion en une énorme piste de danse avec quelques tables disposées autour pour permettre aux gens de s'assoir, de prendre le temps un peu  « Pas de Braden ce soir? je suis étonnée. » Ella lève les yeux au ciel pour seule réponse, et Malaya comprend alors que ce n'est pas un sujet de conversation qu'il faut aborder ce soir. Un simple petit okay sort de la bouche de Malaya et elle tend une coupe de champagne à la rousse à ses côté sans rien ajouter quoi que ce soit. Mais l'attitude d'Ella la fait toujours autant sourire lorsque cela concerne le beau brun. Il est bien évident qu'Ella est tout particulièrement attaché au jeune homme mais elle ne le voit simplement. Tout en parcourant la salle du regard, elle aperçoit son père lui faire signe de venir le voir, elle s'excuse rapidement auprès de Ella lui promettant de revenir rapidement et s'exécute sous les ordres de son paternel. Elle s'approche de son père tout en souriant, mais lorsqu'elle aperçoit l'homme à ses côtés elle déchante rapidement. Et par réflexe, elle cherche son frère du regard. Elle ne sait pas très bien pourquoi ce réflexe, mais l'homme à la droite de son père ne lui inspire décidément aucune confiance. Son père tend le bras vers elle et présente sa fille à son entourage. Toujours très polie, Malaya se plie au protocole et joue la petite fille modèle et charmant alors qu'au fond elle a simplement envie d'étrangler cet homme en face d'elle. Quelques minutes plus tard, elle s'excuse auprès de son père et fait quelques pas vers le buffet, non pas que la faim la tiraille mais c'était une excuse pour échapper à tout ce cirque. Elle regarde la table, et les petits fours devant elle. Mais elle sent une main dans son dos, elle se redresse rapidement et fusille l'homme du regard tout en s'écartant de lui. Elle ne supporte pas qu'il pose une main sur elle, elle ne supporte pas qu'on la touche ainsi « Le service de sécurité laisse à désirer apparemment ce soir, il laisse entrer n'importe qui. » elle affiche ce petit sourire hypocrite et reporte son attention sur le buffet. Elle tente de l'ignorer en se servant un verre, mais son parfum lui brûle les narines, et sa présence l'importune vraiment. Elle a du mal à faire abstraction de sa proximité avec elle. Il la suit, scrute son regard, sonde ses pensées. Elle déteste quand il l'observe de la sorte, elle ne supporte pas de sentir ce regard sur elle «  Aucune prétendre à mordre ce soir? »  elle attrape une assiette pour y déposer quelques petits fours choisis avec attention.  Et puis il faut qu'elle occupe son esprit avec le choix de la nourriture pour éviter de répondre à ses pulsions et de lui mettre une droite en plein sur le nez. Si elle s'écoutait, elle le frapperait devant tout le monde mais bien entendu elle ne peut pas le faire. Elle ne veut pas attirer l'attention sur elle, et elle ne veut surtout pas gâcher la fête de sa petite soeur « Tu es ma favorite Malaya tu le sais bien. » elle ne savait pas ce qui la retenait de lui mettre le verre là où elle pensait. Ce petit air supérieur, ce sourire suffisant, elle n'en pouvait plus. Que devait-elle faire pour se débarrasser d'un tel parasite? Miles Kasich est un réel parasite dans la vie de Malaya depuis quelques années maintenant, et elle ne semble pas pouvoir s'en débarrasser. Fils d'un client plus qu'important pour son père, il s'impose trop souvent dans l'hôtel familial, et surtout il s'impose bien trop dans l'espace vital de la jolie brune. Alors avec son plus beau sourire elle se tourne vers lui « Super quelle chance. Tu sais quoi, je pars à gauche et toi à droite et on s'ignore pour le reste de la soirée. Adios.  » et elle s'échappe, à grandes enjambées, désireuse de fuir cet oppresseur, de mettre le plus de distance entre eux. Mais il semble que la chance ne soit pas avec elle ce soir, ou à chaque fois qu'il est dans les parages à vrai dire. Une chanson douce et presque romantique retentit progressivement quand une main se saisit de la sienne  «  Aller juste une danse Malaya. » elle le scrute à son tour, interdite, perplexe. Elle retire sa main de la sienne et le regarde droit dans les yeux, elle se reproche un peu plus de lui et lui murmure à l'oreille mais avec un ton plus que menaçant dans la voix « Si tu reposes tes mains sur moi je crie au viol et je me ferais un plaisir de te péter de nez. » elle remet une certaine distance entre et s'éclipse rapidement avant de perdre son sang froid. Elle attrape au passage une bouteille de champagne sur la table et cherche une personne en particulier du regard. Lorsqu'elle aperçoit sa meilleure amie, elle se précipite vers elle et l'attrape par la main sans lui laisser le temps de finir la conversation qu'elle avait avec un invité. Elle l'entraine un peu plus loin, elles se dirigent vers la sortie et une fois à l'extérieur le calme s'empare d'elles. La musique n'est qu'un bruit de fond et Malaya apprécie grandement ce calme  «  Ella chérie, regarde ce que j'ai dérobé ! » elle agite une bouteille de champagne sous les yeux de sa meilleure amie. Et prend place sur les escaliers rejointe rapidement par la petite rouquine  « Je vois que Miles a encore jouer avec tes nerfs. » Lya hausse les épaules et porte la bouteille de champagne à sa bouche. Boire directement à la bouteille est loin d'être féminin mais peut importe, tant qu'elle a mis de la distance entre elle et cet abrutit de Kasich. Il parasite sa vie depuis le lycée, et à chaque fois qu'elle le voit c'est la même histoire. Elle a du mal à rester patiente à croire qu'il fait toujours  ressortir le plus mauvais chez elle. Les deux amies restent un moment sur les escaliers de l'entrée, à parler, rire comme elles en ont l'habitude .



- You gotta know which rules to break. -
 

Malaya tape et tape encore dans ce sac de boxe. Elle frappe de toute ses forces, elle évacue sa frustration, sa colère, sa tristesse, sa déception. Toutes ses émotions sont mélangés et elle ne sait pas comment y faire face. Elle ne sait pas comment remettre de l'ordre. Alors elle frappe. Elle frappe jusqu'à ce qu'elle soit épuisée. Jusqu'à ce qu'elle n'est plus de force pour frapper encore et plus de force pour penser. Elle sait qu'elle a juste besoin de se défouler sur quelque chose et la salle de boxe a été sa première idée. Sa seule idée. Elle aurait pu se rendre à celle de l'hôtel mais elle avait besoin de s'éloigner un instant de sa famille, des histoires de cette dernière. Si Roan et Sara aime se défouler au stand de tir, pour elle c'est le gymnase. La brunette n'a jamais été une fan des armes à feu. Elle préfère utiliser ses poings et ses connaissances en combat ou self-defense. Et elle est douée, elle sait se défendre pour une fille, elle peut mettre n'importe quel homme au tapis. Elle a un sacré avantage d'ailleurs ses adversaires masculins, car aucun d'entre eux ne suspecte qu'elle sait se battre. Mais elle sait se servir d'une arme, car c'est obligatoire dans la famille mais elle n'utilise jamais ce genre de chose en dehors du stand de tir. Ou alors réellement en cas d'extrême nécessité, un dernier recours qu'elle préfère éviter le plus possible. Cela fait maintenant presque deux heures qu'elle passe ses nerfs sur ce pauvre sac de boxe qui ne lui a rien fait. Elle frappe et frappe de toutes ses forces. Malaya Solano a pour habitude de garder beaucoup de choses pour elle, elle n'aime pas se plaindre ou s'épancher sur ses problèmes, elle se tait en règle générale. Elle règle ses problèmes seule, elle n'aime pas demander de l'aide et en particulier lorsque cela concerne sa vie personnelle. Elle est forte et indépendante, elle ne doit en aucun cas montrer une quelconque faiblesse. Pourtant ce n'est pas toujours facile. Mais parfois, elle a besoin d'extérioriser ce qu'elle ressent. Car à tout refouler comme elle le fait, elle en deviendrait presque folle parfois. Alors elle vient ici, et passe des heures à frapper un sac de boxe, ou bien elle va courir dans un parc. Il faut qu'elle se dépense pour évacuer son stress, ses émotions, ses problèmes. Et depuis quelques jours rien ne tourne rond dans sa vie. Rien du tout. Un de ses clients qu'elle connait pourtant depuis très longtemps ne l'a pas payé à temps, et elle a dû employer les grands moyens. Elle a fait appel aux gros bras de son père pour régler le problème, le menacer pour qu'il paye dans les plus bref délais. Elle peut être compréhensive, mais il y a certaines limites à ne pas dépasser. Dans le boulot, elle est carrée et elle n'aime pas qu'on lui manque de respect. Son petit client s'est donc fait passer à tabac, elle a montrer son pouvoir encore une fois, elle a démontré une fois de plus que ce n'est pas parce qu'elle est une femme qu'il peut se permettre n'importe quoi. Mais l'image de l'homme le visage tuméfié et ensanglanté la hante plus que cela ne le devrait. Elle a presque pitié pour lui, alors qu'elle ne le devrait pas. Même pas un petit peu.  Ensuite, il y a cette prise de tête avec Roan qui lui trotte dans l'esprit. Sur un sujet complètement idiot, mais qui sur le moment lui a paru important. Pourtant aujourd'hui, elle se souvient à peine de la teneur de leur accrochage. Et pour la première fois, ils ne sont pas reparlés depuis hier soir. Cela n'arrive jamais. Leurs disputes ne durent jamais aussi longtemps en règle générale, mais le fait que les deux Solano soient aussi têtus et fier l'un que l'autre complique parfois une peu les choses. Aucun des deux n'a fait le premier pas vers l'autre. Et Malaya n'aime pas cette situation. Elle ne supporte pas être fâchée contre son grand frère trop longtemps. Elle donne un nouveau coup dans le sac, puis elle enchaîne des frappes. Elle est en colère contre elle même mais aussi contre Roan. Et ensuite il y a cette histoire avec Camilla. Sa sœur jumelle a décidé d'arrêter tout et de partir. Ce qui a crée une grosse dispute entre elle et son père mais aussi avec Roan. La jeune brune a bien du mal à comprendre comment Camilla peut faire une chose pareille, comment elle peut oser tourner le dos à sa famille. Et en plus pour un homme? Encore plus impardonnable selon Lya. La famille est très importante pour les Solano, cela a toujours été la priorité et ce depuis très longtemps. Et il n'y aucune raison pour que cela change. Dans n'importe quelle situation c'est la famille avant tout. Peut importe ce qu'il se passe. La famille passe toujours en premier. Et aujourd'hui Camilla tournait le dos à cette institution. Elle continue de frapper de toutes ses forces. Elle a besoin de se défouler, de reporter toute cette frustration sur quelque chose. Et puis il a Hunter. Oui le jeune blond a refait son apparition dans les rues de Londres, et même si la ville est immense il a fallut que Malaya le croise dans ce petit coffee shop à Chelsea. Et si elle pensait avoir tourné la page, en se retrouvant nez à nez avec lui tout semblait partir en fumée. Et toute la journée elle n'avait cessé de penser à lui, et à Mexico. Et elle se détestait pour paraître aussi faible. Elle s'arrête un instant pour reprendre son souffle, pour calmer les battements de son cœur qui se sont accélérés. Elle pose ses mains de chaque côtés du sac et se concentre sur sa respiration. Elle tente de vider son esprit, il faut qu'elle y arrive absolument. Elle ferme ses yeux et dépose son front sur contre le cuir du sac, elle fait le vide autour d'elle, elle fait le vide dans sa tête. Elle n'entend à présent plus que les battements de son cœur qui redeviennent peu à peu plus réguliers, plus calme. Elle est seule au monde, plus rien n'existe autour d'elle. Mais soudain, elle sent une main sur son épaule. Elle se retourne lorsqu'elle sent cette pression sur son épaule, et instinctivement elle avance son poing vers le visage de la personne en question. Son poing s'écrase alors sur la joue de Alec qui fait un pas en arrière à la suite du coup parce qu'il ne s'y attendait pas. Il perd un peu l'équilibre et n'a eu aucune chance d'éviter le coup. Lorsqu'elle réalise qu'elle vient de frapper Alec, elle se précipite vers lui « Non mais ça va pas la tête. Pourquoi tu as fait ça? » elle lui adresse un sourire gêné et vraiment désolé. Elle sent les regards des autres personnes dans la salle sur elle, et d'un regard noir elle fait baisser les yeux de quelques personnes. Le jeune homme se masse la joue et grimace mais un sourire apparaît sur son visage « Tu as une sacré droite dis donc pour une fille Maya. » il se met à rire, mais Malaya lui donne un autre coup dans l'épaule pour avoir osé sortir ce genre de réflexion plus que sexiste. Mais bien sûr le coup est plus faible, plus doux que le premier. Elle passe sa main sur la joue d'Alec comme si ce geste pouvait apaiser la douleur. Elle n'a pas retenue sa force, et sa joue devient un peu rouge sous le choc. Et si elle regrette clairement son geste, elle ne peut s'empêcher de trouver la situation assez risible au final. Elle ne peut s'empêcher de sourire et elle se pince les lèvres pour éviter de se mettre à rire.  Et même si elle ne le dit pas haute voix, elle sait que c'est un petit peu sa faute. Il ne faut jamais surprendre Malaya comme il venait de le faire. Certes, elle aurait pu simplement se retourner avant de frapper mais lui, il aurait dû annoncer sa présence. Tort partagé sur cette attaque. Elle regarde le jeune brun et attend tout de même qu'il lui donne la raison de sa présence. Alec est la seule personne en dehors de la famille en qui Malaya fait une totale confiance, elle pourrait même lui confier sa vie s'il le fallait. Il a prouvé sa loyauté à plusieurs reprises, et puis Roan lui fait confiance aussi. Il fait partit de la famille « Jonah m'a appelé pour que je vienne te chercher » il désigne l'homme derrière lui d'un signe de tête et  elle fronce les sourcils. Elle regarde le dit Jonah, le patron de la salle, par dessus l'épaule de Alec ne comprenant pas vraiment pourquoi il a appelé le meilleur ami de son frère « Je crois que tu lui fais peur, peut être plus que Roan en fait. » ajoute-t-il sur un ton plus que moqueur. Malaya pose ses mains sur ses hanches et regarde Jonah qui directement fuit son regard et tente de s'occuper derrière son ordinateur. Elle a envie de rire et en même temps elle trouve cette attitude complètement idiote. Elle soupire et secoue la tête à gauche et à droite. Les hommes tous des lâches, Alec jette un œil aussi vers lui et se met à rire de plus belle « Il te trouve particulièrement sur les nerfs et donc ça le rend tout nerveux. Me demande pas pourquoi. » il lève les mains et tente de retrouver son sérieux avec difficulté. La jeune brune était clairement sur les nerfs, et cela n'échappe à personne. Si au début lorsqu'elle a commencé  venir ici, les hommes présents ne la prenait pas au sérieux, et ils la dévisageaient à chaque minutes aujourd'hui ce n'est plus le cas. Bien qu'elle doit encore subir quelques regards. Elle a su affirmer sa présence, et se faire respecter. Le fait qu'elle soit également la sœur de Roan y est sans doute pour beaucoup « Je te raccompagne chez toi? » elle secoue la tête tout en passant une main dans ses cheveux. Elle soupire et commence a enlever le bandage qu'elle avait posé sur ses mains et autour de ses poignets quelques heures avant « Non j'ai des choses à faire avant de retourner à l'hôtel. » Alec hoche la tête et sourit à Malaya. Ce qu'elle apprécie chez le jeune homme c'est qu'il ne pose aucune question, il n'est pas curieux, il ne se mêle pas des affaires des autres et en particulier des siennes, ce qui est réellement appréciable pour la jeune brune. Il lui rappelle simplement que son téléphone portable est allumé si elle a besoin et qu'il n'est pas loin, puis il la laisse seule. Elle sent encore les regards sur elle, et soupire tout en se dirigeant vers les vestiaires. Elle ne peut pas régler tous ses problèmes mais elle peut essayer d'aller parler à sa jumelle. Elle peut la convaincre, elle en est persuadée. Mais avant il faut qu'elle prenne une douche et qu'elle se change. Elle ouvre son casier et s'assoit sur le banc en fer bleu. Elle enlève ses bandages. Son regard se pose sur ses phalanges qui malgré le fait qu'elle ait pris une grande précaution à bander sont rouges et la fond souffrir. Elle saigne même sur la main droite mais elle n'en fait pas cas. Elle détend sa main et grimace sous la douleur.  Elle reste là un moment, assise, elle ne pense à rien. Elle a le regard perdue dans le vide. Mais la sonnerie de son téléphone la sort de sa rêverie rapidement, elle tend la main sur sa gauche pour attraper le téléphone, un message de Sara qui lui annonce que leur père est d'une humeur massacrante et qu'elle soit rentrer rapidement, apparemment une réunion au sommet chez Solano va avoir lieu. Elle soupire et tape un rapide okay pour Sara. Rien de plus, rien de moins. Une fois prête, elle fourre ses affaires de sport dans son sac et se hâte à l'extérieur de la salle, sans oublier avant de partir de jeter un regard noir à Jonah. Histoire de lui donner une bonne raison d'avoir peur d'elle cette fois. Malaya lève le bras et hèle un taxi, elle donne une adresse dans le centre de Londres au chauffeur et laisse tomber son dos sur la banquette en cuir noir. Durant le trajet, elle est silencieuse et regarde le paysage défiler. Elle essaie de ne penser à rien. Et avec difficulté elle arrive à faire le vide autour d'elle pour quelques minutes, ce qui lui fait le plus grand bien.  La main levée devant la porte de l'appartement, elle ne frappe pas de suite. Avant d'arriver ici, elle était sûre d'elle mais maintenant elle ne sait pas vraiment ce qu'elle fait là. Elle ne sait pas si elle veut lui dire qu'elle sera toujours là pour elle quoi qu'il arrive, ou si elle a envie de la ramener à la raison. Elle ne comprend pas la décision de Camilla, non elle n'arrive pas à la comprendre. Il y a trois ans, elle a eu la même envie, s'échapper de tout ça, de ces histoires mais comme lui a bien fait remarquer Roan, elle est revenue sur sa décision. Elle est revenue à la raison et elle a rejoint la famille. Malaya ne sait pas très bien si c'est un sentiment de jalousie envers Cami ou bien de la colère contre une telle trahison. Car au final, Camilla a été assez forte pour affronter son père, pour s'échapper de cette tradition familiale qui pèse sur les épaules des enfants Solano. Elle décide de frapper et d'avoir une conversation avec sa jumelle, pour comprendre. Et peut être pour la ramener à la raison. Elle n'attend pas longtemps avant que la porte s'ouvre, Camilla semble étonnée de voir sa sœur sur le pas de sa porte. Et il y a de quoi, la veille lors de l'altercation avec son père, Malaya n'a jamais pris la défense de Camilla. Pas une seule fois. Elle s'est rangé derrière l'avis du chef de famille, et derrière l'avis de Roan. Elle a juste baissé les yeux lorsque sa jumelle cherchait de l'aide. Elle l'a laissé complètement tombé dans un moment où elle aurait dû la soutenir, elle sait mais elle ne savait pas vraiment quoi faire. Camilla ou le reste de sa famille. Tout est bien trop lié pour qu'elle prenne une décision. Elle aurait pu commencer par un bonjour comment tu vas, mais elle préfère entrer dans le vif du sujet. Elle préfère ne pas tourner autour du pot sur la raison de sa présence car cela ne sert à rien. Et ce n'est pas le genre de Lya, elle ne prend jamais des détours pour dire ce qu'elle pense, jamais. Elle va droit au but et tant pis si parfois cela peut paraitre glaciale. Alors encore sur le pas de porte elle demande clairement à Camilla  « Tu n'étais pas sérieuse hier n'est ce pas? » la brune en face d'elle lève les yeux au plafond, sans doute lasse d'entendre cette question. Si il y a bien un trait de caractère que l'on retrouve chez tous les enfants de la famille c'est le côté forte tête. Lorsqu'ils ont décidé quelque chose, rien ni personne ne peut les faire changer d'avis. Et Camilla ne fait pas exception à la règle, ce qui explique sa réaction face à la question plus que répétitive de sa grande sœur « Je ne peux plus vivre comme ça, je n'en peux plus Maya.» elle laisse tomber ses bras le long de son corps, elle semble à bout et Lya peut le lire sur son visage. Elle connait sa jumelle par coeur, elle sait lire en elle comme un livre ouvert. Et pourtant à cet instant précis elle ne la comprend pas. Pas vraiment. Et la décence aurait voulu que la brunette la prenne dans ses bras et la rassure. Qu'elle lui dise que ce n'était pas grave, et que tout allait s'arranger. Tout finit par s'arranger non? Elle devrait lui dire que peut importe ce qu'elle choisit, elle sera toujours là pour elle et que son père finirait par se calmer. Après tout il ne cesse de répéter qu'il veut le bonheur de ses enfants non? Mais Malaya sait que tout cela n'est que mensonge. Rien ne s'arrangera, Diego Solano ne reviendra jamais sur sa décision d'exclure un de ses enfants de sa vie. Car pour lui c'est simplement une trahison, et Camilla en sait trop ce qui est dangereux aussi au final. Malaya en sait quelque chose, car même si cela fait trois ans qu'elle est partie Diego Solano lui fait toujours remarquer cette petite erreur de sa part. Il lui fait remarquer très souvent. Lya entre dans l'appartement et referme la porte derrière elle « Tu nous abandonnes. Tu m'abandonnes Camilla. » et c'est sans doute là, le cœur du problème pour Lya. Le fait que sa jumelle la laisse derrière. Le fait que sa jumelle lui tourne le dos. Bien sûr ce n'est pas exactement le cas, mais la brunette a bien du mal à le voir autrement. Sa fierté en prend un coup à vrai dire.  Cami se tourne vers sa soeur et la fixe, et sur un ton doux et rassurant elle lui répond «  On sera toujours sœurs, mais je ne veux plus travailler pour papa c'est tout. Ca change rien. » elle ne cesse de répéter cela mais ce n'est pas vrai. Tout va changer, plus rien ne sera comme avant c'est évident «  Au contraire ça change tout Cami. Ca change tout. » elle commence à perdre son calme, elle en oublie la raison de sa présence : simplement rassurer sa petite soeur. Elle soupire à son tour et commence à faire les cent pas dans l'entrée de l'appartement et le fait que Cami soit aussi calme n'aide pas Malaya a garder son sang froid. Si une est impulsive, l'autre est un peu plus raisonnée, plus calme. Ce qui est un équilibre parfait pour les jumelles « Tu fuis le business familial, tu fuis ta famille. Si tu pars je ne veux plus rien à avoir à faire avec toi. » son ton est froid, distant et catégorique. Elle croise les bras sur sa poitrine et fuit le regard accusateur de Cami. Elle n'a pas réfléchie, elle agit sous l'impulsion de la colère, de la déception. Elle sait qu'elle doit faire un travail sur elle même, elle sait qu'elle doit arrêter de prendre ce genre de décision dans ces situations là. Elle doit réfléchir avant d'agir, avant de parler. Elle le sait et pourtant elle n'arrive pas à faire autrement. Elle regarde enfin Camilla dans les yeux « Maya tu n'es pas sérieuse?  » elle acquiesce et sur un ton plus que calme et sérieux elle répond « Si tu t'en vas maintenant, tu peux oublier mon existence. » elle déglutit difficilement en prononçant ses mots. Ce n'est pas vraiment ce qu'elle veut, mais elle est blessée et réagis donc comme une petite princesse capricieuse qui n'a pas ce qu'elle veut. Pendant un long moment un duel de regard entre les deux sœurs à lieu et aucune des deux ne semblent vouloir abandonner et donner la victoire à l'autre. Les jumelles Solano ont toujours été soudées, toujours là l'une pour l'autre. Malaya n'a jamais supporter que quelqu'un s'en prenne à Cami, elle était toujours la pour la défendre. Dans n'importe quelle situation. Pourtant aujourd'hui tout semble les éloigner. On dit bien que les jumelles ont une relation particulière et c'est le cas pour Malaya et Camilla, ou plutôt c'était le cas pour elles aussi. Aujourd'hui tout semble partir en lambeau, comme si elles étaient des étrangères l'une pour l'autre. Et si Malaya part dans cette direction c'est exactement ce qu'il va se passer. Malaya attend une réponse de sa sœur, elle attend encore quelques minutes mais ne voyant que la brunette en face d'elle n'est pas prête de changer d'avis, elle tourne les talons sans un mot de plus. Elle rentre don directement à l'hôtel, elle ignore son père dans le hall, elle passe à côté de lui sans lui adresser un regard. Rien du tout. Sara à la réception fronce les sourcils en voyant sa sœur dans cet état, elle la regarde passer à côté d'elle mais Malaya ne s'arrête pas. C'est assez étrange pour que Sara décide de la suivre dans l'ascenseur. Et sans poser la question, elle sait ce qui vient de se passer. Elle sait que le l'attitude de Malaya est dû à l'histoire avec Camilla, elle a envie d'en parler aussi mais elle ne dit rien  « Je peux savoir pourquoi Alec a un œil au beurre noir?  » est la seule question qu'elle pose à sa sœur. Lya hausse les épaules mais ne décroche pas un mot. Mais Sara se tourne vers elle et se positionne devant elle, de manière à ce que Malaya ne puisse pas fuir ni son regard, ni la question. Elle sait très bien que cet intérêt pour Alec n'est pas innocent, et contre toute attente, elle esquisse un petit sourire en coin tout en gardant l'œil sur le petit cadran au dessus des portes qui indique les étages. Elle attend le dernier moment pour répondre à Sara, et lorsque les portes s'ouvrent à l'étage où vit Malaya elle lui répond « J'ai pas fait exprès. » elle lui adresse un clin d'œil laissant Sara dans le flou le plus total. Sans plus d'explication, mais Sara ne laisserait pas tomber aussi facilement seulement pour l'instant Malaya n'avait pas envie de parler à qui que ce soit de l'incident avec Alec ou bien de Camilla. La jeune Solano se dirige d'un pas décidé vers sa suite, puis au moment d'introduire la carte pour ouvrir sa chambre, elle change d'avis et se dirige vers la chambre en face la sienne. Elle hésite à frapper, ce qui serait la meilleure chose à faire, mais finalement elle utilise son passe et ouvre la porte, Roan allongé sur son lit se redresse rapidement et soupire lorsqu'il aperçoit Malaya. Il se lève et s'assoit sur le bord de son lit «  La politesse veut que l'on frappe avant de rentrer dans une chambre qui n'est pas la sienne.» elle sourit et frappe trois petits coups sur la porte toujours ouverte «  C'est mieux comme ça. » le jeune brun ne répond rien. Elle prend place à côté de son frère et pose sa tête sur son épaule sans rien dire. C'est sa manière à elle de s'excuser pour la veille. C'est elle qui fait le premier pas. Les deux Solano restent dans le silence le plus complet, aucun des deux ne parlent. Roan devine que l'attitude de Malaya est dû à une dispute avec Camilla, il n'a pas besoin de lui demander. Il le sait tout simplement.

_________________

    We're the wild ones raised by the wolves we howl to the moon War inside my mind drowning in the tides, fighting for my life. I'm satisfied intoxicate my veins make me misbehave, be my great escape till we fade away


Dernière édition par Malaya Solano le Lun 28 Mar - 0:00, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 288
ϟ ID Card : lady berry (caroline)

MessageSujet: Re: (Malaya) There comes a time to rule by fear and not by the book   Dim 6 Mar - 17:02

Assise dans le bureau de son père, Malaya fait claquer ses talons sur le sol. Ses jambes tremblent, elle joue avec ses mains et elle ne semble pas pouvoir fixer son regard sur un point à l'horizon. Non ses yeux se promènent  partout dans la pièce sans réel but. Elle est nerveuse, plus qu'à l'accoutumé. Même a vingt sept ans, elle appréhende toujours quand son père lui demande de venir le voir.  Roan lui est plus calme, beaucoup plus calme que sa sœur. Ce qui est inhabituel, normalement c'est l'inverse mais pas aujourd'hui. Elle a cette impression d'avoir fait quelque chose de travers, alors elle repasse ses dernières missions dans sa tête pour trouver ce qui aurait pu déplaire à Diego Solano. Si Bash n'avait pas payé dans les temps, elle avait récupéré l'argent deux jours après, ce n'était pas très grave en soit, juste un petit retard de paiement. Elle n'arrive pas à mettre le doigt sur ce qui cloche. Et son stress monte de plus en plus lorsqu'elle voit son frère si calme, si serein. La jeune brune est impatiente de savoir ce que veut son père, être convoquée de la sorte dans son bureau n'est jamais bon signe. Il a toujours une bonne raison d'exiger la présence des deux aînés dans son bureau. Et avec le temps, elle appris que ce n'était pas forcément que pour les bonnes nouvelles. La porte s'ouvre à volée et se referme aussi tôt, Lya suit son père du regard jusqu'à ce qu'il prenne place dans son fauteuil. Roan est toujours appuyé contre la fenêtre les bras croisés sur sa poitrine. Il attend les ordres. Diego Solano dépose son arme dans le tiroir de son bureau, et regarde son fils puis sa fille avec un faible sourire. Mais il ne dit rien et entre dans le vif du sujet rapidement, lui non plus ne tourne pas autour du pot et puis ils ne leur a pas demandé de venir pour parler de la pluie et du soleil. Comme il le répète si souvent les affaires avant tout. Il croise les bras et regarde Roan « Hector a rencontré un problème hier avec les russes  » le regard de Roan se pose sur son père, aucune expression n'apparaît sur son visage. Il ressemble tellement à son père à cet instant présent que cela saute aux yeux de Lya. Et elle n'aime pas quand c'est le cas, elle n'aime pas voir ce genre d'expression sur le visage de son grand frère. Elle sait qu'il peut se montrer distant et froid, mais elle ne s'y habitue pas. La jeune brune fronce les sourcils et regarde son père aussi qui semble totalement l'ignorer à cet instant. Elle déteste quand il fait ça, elle n'aime pas qu'il fasse comme si elle n'était pas dans la pièce.  Elle n'aime pas être mise de côté, elle n'aime pas être ignorer de la sorte  « Il va falloir qu'on s'occupe de cela au plus vite parce que ce crétin ne sait visiblement pas prendre les choses en main. » il frappe son poing sur le bureau ce qui fait sursauter Malaya qui avec ce geste attire l'attention de son père. Elle hausse les sourcils et reporte rapidement son attention sur l'aîné de la famille qui lui n'a pas bougé d'un pouce «  Roan tu t'en occupes avec Alec, je veux ce problème réglé avant ce soir c'est compris. » le jeune homme fait un signe de tête positif à son père et sort son téléphone de sa poche, probablement pour prévenir Alec. Elle attend alors sa mission du jour avec impatience. Il sort un dossier du tiroir à la gauche de son bureau et se lève « Toi Malaya je veux que tu t'occupes de ce journaliste un peu trop fouineur » il lui lance un dossier dans les mains qu'elle rattrape de justesse. La délicatesse ne fait clairement pas partit du vocabulaire de Diego Solano, mais cela ne choque même plus ses enfants ou sa femme. Ils le connaissent bien, personne ne s'en formalise aujourd'hui dans son entourage. Il fait le tour de son bureau pour s'assoir juste devant sa fille «  Tu te débrouilles pour qu'il ne parle pas. Il a des photos sur le cartel. Je veux que ça soit réglé aussi. » elle lève enfin les yeux vers son père, jusqu'alors elle scrutait avec attention la couverture du dossier tout en sachant pas réellement si elle avait envie de découvrir l'identité du journaliste. Mais les mots de son père lui font reprendre conscience «  Je comprend pas ce que je dois faire exactement. » elle lui montre le dossier dans ses mains. Bien sûr qu'elle sait ce que régler le problème signifie dans le monde du cartel, mais jamais il ne lui a demandé de faire une chose pareille. Jamais il n'a impliqué Malaya dans ce genre de situation. Séduire un homme pour lui soutirer des informations c'est habituel comme demande mais "régler le problème" n'est pas une demande habituelle. Alors elle demande des précisions, et puis ce n'est pas la première fois qu'un journaliste fourre son nez dans les affaires de la famille, et aucun d'entre eux jusqu'ici n'avaient réussit à quoi que ce soit. Diego Solano est un homme prudent, il gère ses affaires d'une main de fer, et la discrétion fait partit de son monde. Jamais rien ne filtre avec lui « Je veux que tu découvres ce qu'il sait réellement sur nous, sur le business. On se chargera de son cas plus tard. » c'est un ordre et elle n'a pas le choix. Diego retourne à sa place et fait signe à Roan de s'approcher pour lui montrer quelques papiers, probablement pour la prochaine livraison. Elle les regarde un instant et pose ses yeux sur le dossier qu'elle a entre les mains. Elle l'ouvre et son cœur manque un battement à la vue de la photo du fameux journaliste. Elle sent l'air lui manquer, elle passe une main dans sa nuque et déglutit difficilement. Hunter Rosen. Le prénom du journaliste qui en sait trop sur la famille Solano est Hunter. Ce prénom fait écho dans son esprit, ses yeux se pose sur la photo du jeune homme. Elle pose sa main dessus et cache la photo. Elle n'arrive pas à le croire. Elle ferme les yeux une seconde comme pour effacer cette idée de sa tête et peut être aussi faire disparaître la photo devant ses yeux. Peut être qu'elle imagine tout cela, le journaliste en question n'est peut pas être pas Hunter. Mais elle  sent le regard de son père sur elle, ainsi que celui de Roan, alors elle tente de cacher sa surprise, et elle tente surtout de cacher toutes ses émotions qui la traverse à ce moment précis. Elle referme rapidement le dossier et se lève d'un coup. Son père lui rappelle sa mission lorsqu'elle passe la porte. Elle a certes envie de revoir Hunter mais dans ce cas précis l'univers a vraiment un sens de l'humour douteux. Elle part le plus vite possible loin du bureau de son père et se dirige vers le bar de l'hôtel, elle passe derrière le comptoir et fait glisser sa main sur les bouteilles d'alcools jusqu'à trouver celle qui l'intéresse. Elle est cachée derrière. Une bouteille avec une étiquette russe, un cadeau d'un client à son père qui se vante toujours que sa vodka est la meilleure du pays. Et Malaya a bien besoin de quelque chose de fort pour digérer la nouvelle. Elle attrape un verre qu'elle pose sur le bar et verse le liquide transparent au fond du verre. Elle l'attrape entre ses doigts et le regarde avant d'avaler d'une traite ce liquide qui lui brûle la gorge et qui par conséquent lui arrache une grimace avant de reposer sans délicatesse aucune le verre sur le comptoir « Il est pas un peu tôt pour ça. » elle se ressers un verre et hausse les épaules à la question de son frère. Elle réitère l'expérience, et toujours la même réaction. Une grimace lorsqu'elle avale la vodka «  Il est midi quelques part dans le monde non. » Malaya aime boire, mais elle ne boit jamais sauf lorsqu'elle sort. Elle n'a pour habitude de prendre un verre n'importe quand juste pour calmer ses nerfs. Ce qui rend son action encore plus suspicieuse au regard de Roan, il lui attrape la bouteille des mains avant qu'elle ne puisse se servir un autre verre. Il pose sa main sur la sienne et cherche à capter son regard « Qu'est ce qui se passe? c'est l'affaire Hector qui te met dans tous ses états? » il ne peut s'empêcher d'esquisser un petit sourire moqueur à la fin de sa question. Il sait que Malaya a eu une aventure avec ce Hector, mais il sait aussi qu'il n'est en rien important dans la vie de sa petite sœur. Il sait qu'elle se fiche totalement de lui comme lui ne se préoccupe pas des filles avec qui il passe ses nuits «  Non je m'en fou » elle tente de récupérer la bouteille mais son frère l'éloigne encore un peu plus d'elle. Elle lui lance un regard noir, mais elle sait très bien qu'elle ne gagnera pas contre lui. Elle ne peut pas gagner, pas aujourd'hui. Elle va être obligé de lui avouer, ou du moins de lui dire ce qui la met dans cet état. Elle lui lance le dossier marron pour qu'il voit la photo du journaliste, Roan hausse les épaules et regarde sa sœur « Et c'est quoi le soucis? ce n'est pas ton style? » il rit à sa propre blague, il rit tout seul. Malaya, elle ne décroche pas un sourire pas même une once de sourire. Elle est sérieuse, très sérieuse et n'apprécie pas du tout l'humour de Roan ou sa manière de se moquer d'elle à cet instant « T'es idiot ou tu le fais exprès? » elle pose son doigt sur le prénom de Hunter. Et regarde son frère dans l'espoir qu'il comprenne tout seul mais visiblement il a besoin d'aide «  Son nom c'est Rosen. » elle insiste sur le nom de famille mais rien. Toujours aucune réaction de la part de Roan. Bien sûr il n'est en aucun cas au courant de ce qu'il s'est passé au Mexique, il n'en n'a pas la moindre idée.  Elle cache son trouble derrière le fait qu'Hunter n'est pas un inconnu derrière une autre raison que celle de ses sentiments pour lui « Et ? » il regarde sa photo mais il ne fait pas le rapprochement. Malaya ne résiste pas à lui donner une petite tape derrière la tête, suivit de près par un regard plus que réprobateur de Roan « Le frère d'Ella. Et papa ne veut pas simplement savoir ce qu'il sait, il veut régler le problème et toi comme moi nous savons ce que cela veut dire. » elle le regarde avec insistance. Elle ne sait pas très bien ce qu'elle cherche à lui faire avouer, ni ce qu'elle veut lui faire comprendre. Elle ne sait pas ce qu'elle attend de Roan, mais pourtant elle cherche de l'aide dans son regard, dans ses paroles. Elle espère au fond d'elle, qu'il va lui dire que tout va s'arranger, qu'il va parler à leur père, mais la réponse qu'il lui donne est réellement à des kilomètres de ce qu'elle espère  « Tu le fais parler et après ce n'est plus ton problème Lya. » elle en tombe presque la mâchoire. Elle n'arrive pas à croire qu'il vient de lui dire cela. Il sait qu'Ella est plus qu'importante pour elle, et elle n'arrive pas à croire qu'il puisse lui dire une telle chose. Elle le regarde partir et passe une main dans ses cheveux. Elle est totalement perdue. Partagée entre sa famille et son amitié avec Ella, mais aussi avec ses sentiments pour Hunter. Sentiments qu'elle ne devrait pas avoir. Sentiments qu'elle n'aurait jamais dû ressentir en premier lieu. Son regard se pose sur la photo de Hunter et un faible sourire apparaît sur son visage. Mais elle reprend rapidement ses esprits lorsqu'elle se souvient où elle se trouve. Elle s'éclaircie la gorge et arrange sa robe bleu marine, et elle ferme le dossier, puis elle se dirige vers l'accueil de l'hôtel. Elle affiche son éternel sourire, celui qu'elle arbore en toute circonstances et s'approche de Arianna « Je vais devoir m'absenter un petit moment. Si tu as un problème Roan est là et je suis joignable sur mon portable d'accord. »  la brunette derrière le bureau lui fait signe qu'elle a compris et lui tend son sac à main que Malaya avait déposé avant d'aller retrouver son père.  Elle fourre le dossier dans son sac Michale Kors et sort de l'hôtel. Elle ne sait pas vraiment ce qu'elle va faire. Mais elle ne peut pas rester les bras croisés. Mais elle sait aussi que tant qu'elle est en charge du dossier Hunter elle peut le protège. Tant qu'elle assure à son père qu'elle maitrise la situation, elle peut lui laisser la vie sauve. Alors c'est ce qu'elle va faire, elle va obéir à son père. Elle va se rapprocher d'Hunter pour savoir ce qu'il sait exactement et elle donnera une partie des informations à son père pour ne pas qu'il s'impatiente. Elle lui donnera de fausses informations aussi pour faire durer un peu plus la chose. Mais il va falloir qu'elle soit maligne, il va falloir qu'elle mène son père en bateau mais aussi qu'elle mène Roan en bateau. Lui mentir est une chose qu'elle déteste mais elle n'a pas le choix.  Elle sait que cette décision est risquée pour elle, et pour Hunter également mais c'est la seule idée qu'elle a. La seule solution. Elle marche dans les rues de Londres sans réellement savoir où elle va, elle a juste besoin de marcher et de réfléchir. Elle a besoin de penser à ce qu'elle va faire, parce qu'il est clair qu'il est hors de question que son père ou ses hommes règlent le problème Hunter Rosen. Il est hors de question que quelqu'un s'en prenne à Hunter. Premièrement parce qu'il est le frère de Ella et qu'il impensable pour Lya de faire souffrir sa meilleure amie. Et aussi parce que c'est Hunter. Et que malgré le fait qu'elle se persuade à chaque fois qu'elle a tourné la page, qu'elle ne l'a jamais aimé et que c'était simplement parce qu'ils étaient loin de tout, elle se ment à elle même. Il est important pour Malaya, il est celui qui lui a fait pendant un lapse de temps fait imaginer qu'elle pouvait avoir une vie différente. Sans qu'elle ne s'en rende compte, elle se perd dans ses souvenirs,  chose qu'elle refuse de faire en règle générale car elle doit mettre tout cela de côté. Mais à mesure qu'elle marche dans les rues de la ville, des souvenirs d'Hunter refont surface. Elle ne peut pas les arrêter, et elle ne fait pas vraiment d'effort au fond. Totalement perdue dans ses pensées, elle ne fait plus attention aux gens autour d'elle et elle vient tout simplement percuter une personne. Cette personne la retient par la main avant qu'elle ne parte à la renverse. Elle ne fait pas attention de suite à l'identité de la personne en face d'elle mais elle sent comme une décharge électrique lorsqu'elle sent sa main serrer la sienne. Puis, elle plonge son regard dans le sien, et un instant elle s'y noie totalement. Elle ne bouge pas, elle le fixe. Elle espère qu'il garde sa main dans la sienne encore longtemps, elle n'a pas envie qu'il la lâche «  Malaya ça va? » au son de sa voix elle revient sur terre et affiche un immense sourire. Jouer la comédie est tellement facile, c'est tellement simple que cela en devient presque effrayant « Hunter je savais pas que tu étais à Londres en ce moment. » et mentir est tellement facile pour Malaya, ce qui est aussi effrayant au final. Mais elle retombe toujours sur ses pieds ce qui est une bonne chose. Elle ne lâche pas la main de Hunter pour autant, elle profite simplement de ce contact qu'elle sait éphémère comme tout le reste mais si elle peut simplement en profiter quelques secondes de plus c'est déjà ça  «  Je suis revenue hier simplement. » leurs conversations étaient limités à chacune de leurs rencontres, comme s'ils étaient deux étrangers l'un pour l'autre. Et pourtant c'est l'inverse, ils avaient partagés tellement de choses tous les deux, jamais à court de sujet de conversation mais une fois de retour sur le sol anglais plus rien. Une manière de remettre une certaine distance entre eux peut être. Une manière pour Malaya de faire la part des choses, de faire la différence entre la réalité et ses souvenirs. Lorsque la jeune brune se rend compte qu'elle n'a toujours pas lâché la main d'Hunter, elle fait un geste de recul et sourit faiblement. Lui aussi fait un pas en arrière, elle se perd dans ses yeux un instant mais la réalité la rappelle rapidement «  Hey Lya honey j'allais justement passer à l'hôtel te faire un petit coucou.» Ella toute souriante prend son amie dans ses bras, Malaya répond son étreinte avec joie, et ne peut s'empêcher de se plonger de nouveau dans le regard d'Hunter juste une seconde. Elle a bien du mal à s'en défaire mais le fait qu'Ella met fin  à tout ça elle en est bien obligé. Et puis elle regarde la petite rouquine avec un immense sourire « D'ailleurs ce soir tu m'en veux pas si je remet notre sortie? Vu qu'Hunter est en ville.... » Malaya lui fait signe qu'elle comprend tout à fait, et elle lui fait comprendre qu'il n'y a aucun soucis « Oh mais j'y pense on pourrait aller boire un verre tous les trois? » très mauvaise idée. Réellement très mauvaise idée Ella. Elle hésite à répondre, car si elle dit non, elle ne veut pas qu'Ella se vexe. Depuis son retour du Mexique, elle évite soigneusement les invitations de sa meilleure amie lorsqu'elle sait que son frère est en ville. Pas qu'elle n'a pas envie de passer du temps avec lui, bien au contraire. Mais elle ne peut pas. Elle ne peut pas passer du temps sans craquer, sans vouloir se blottir immédiatement dans ses bras, sans avoir envie de respirer une nouvelle fois son parfum, sans vouloir sentir ses lèvres sur les siennes. C'est simplement de la torture pour Malaya « Euh ce soir ça tombe mal, j'ai promis à Roan de le remplacer à l'hôtel, j'allais aussi te dire que la soirée était reportée. » elle espère que cette excuse peut faire l'affaire, même si c'est la même qu'elle utilise quand Hunter est de passage en ville. Mais Ella ne semble pas en faire cas, elle ne semble pas se douter qu'il y a quelque chose derrière tous ces refus. Et pour ne pas éveiller les soupçons Malaya reste encore quelques minutes avec eux à parler de tout et de rien avant de s'excuser pour retourner à l'hôtel. Mais elle n'a toujours pas décidé ce qu'elle allait faire. Revoir Hunter remet tout en question, bien entendu pas le fait de vouloir le protéger à tout prix mais tout le reste. Elle se rend compte, et elle le sait qu'elle ne l'a pas oublié. Que quoi qu'elle en dise ce n'est pas vrai. Elle n'a pas tourné la page, elle n'est pas complètement détachée. Et elle sait que les émotions, les sentiments sont une preuve de faiblesse. Elle le sait et pourtant elle ne peut pas s'en défaire. Et elle sait qu'ils ne pourront pas faire semblant encore très longtemps. Pour l'instant, l'avantage est dans le camp des Solano puisqu'Hunter ne sait qu'ils sont au courant. C'est un avantage pour l'instant mais un faible avantage. Car les Solano ne savent pas exactement les informations qu'il a pu récolter. Et Malaya est partagée entre sa loyauté à sa famille, au cartel et ses sentiments pour Hunter.  

_________________

    We're the wild ones raised by the wolves we howl to the moon War inside my mind drowning in the tides, fighting for my life. I'm satisfied intoxicate my veins make me misbehave, be my great escape till we fade away


Dernière édition par Malaya Solano le Lun 28 Mar - 0:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 232
ϟ ID Card : benzorris (anouchka)

MessageSujet: Re: (Malaya) There comes a time to rule by fear and not by the book   Dim 6 Mar - 17:10

c'toi la plus sexy ici

_________________


    Love isn’t soft, like those poets say. Love has teeth which bite and the wounds never close ϟ ϟ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 288
ϟ ID Card : lady berry (caroline)

MessageSujet: Re: (Malaya) There comes a time to rule by fear and not by the book   Dim 6 Mar - 17:21


oui j'avoue la plus sexy des Solano n'est ce pas???

_________________

    We're the wild ones raised by the wolves we howl to the moon War inside my mind drowning in the tides, fighting for my life. I'm satisfied intoxicate my veins make me misbehave, be my great escape till we fade away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 232
ϟ ID Card : benzorris (anouchka)

MessageSujet: Re: (Malaya) There comes a time to rule by fear and not by the book   Dim 6 Mar - 17:24

complètement

_________________


    Love isn’t soft, like those poets say. Love has teeth which bite and the wounds never close ϟ ϟ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
Love in stereoϟ Letters : 302
ϟ ID Card : foolish blondie ⊹ tica

MessageSujet: Re: (Malaya) There comes a time to rule by fear and not by the book   Dim 6 Mar - 22:35

Ma soeur d'amouuuuur

_________________

    don't even pretend you know me
    --------------------
    ‹ if i showed you my flaws, if i couldn't be strong tell me honestly would you still love me the same. ›
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foolish-blondie.tumblr.com
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 153
ϟ ID Card : keep smiling

MessageSujet: Re: (Malaya) There comes a time to rule by fear and not by the book   Mar 8 Mar - 7:45

Twin sis' I love you I love you

_________________

Just because you fail once, doesn't mean you're gonna fail at everything. Keep trying, hold on, and always, always, always believe in yourself, because if you don't, then who will, sweetie? So keep your head high, keep your chin up, and most importantly, keep smiling, because life's a beautiful thing and there's so much to smile about. Marilyn Monroe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
Love in stereoϟ Letters : 215
ϟ ID Card : benzorris (anouchka)

MessageSujet: Re: (Malaya) There comes a time to rule by fear and not by the book   Sam 26 Mar - 11:28

même si elle est définitivement pas douée pour faire les noeuds pap' lya c'est la best des best

_________________


    Remember that I’m still a monster. I can listen to you scream and cry and beg and I still won’t let you out.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 288
ϟ ID Card : lady berry (caroline)

MessageSujet: Re: (Malaya) There comes a time to rule by fear and not by the book   Sam 26 Mar - 19:42

Sara et Cami les plus belles

elle va s'entrainer et elle pourra étrangler son grand frère la prochaine fois
mais tout plein de love pour Super Roan

_________________

    We're the wild ones raised by the wolves we howl to the moon War inside my mind drowning in the tides, fighting for my life. I'm satisfied intoxicate my veins make me misbehave, be my great escape till we fade away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
Love in stereoϟ Letters : 215
ϟ ID Card : benzorris (anouchka)

MessageSujet: Re: (Malaya) There comes a time to rule by fear and not by the book   Sam 26 Mar - 19:54

Elle s'ennuierait trop sans lui, si elle l'étranglait

_________________


    Remember that I’m still a monster. I can listen to you scream and cry and beg and I still won’t let you out.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
Love in stereoϟ Letters : 302
ϟ ID Card : foolish blondie ⊹ tica

MessageSujet: Re: (Malaya) There comes a time to rule by fear and not by the book   Sam 26 Mar - 20:59

Oh non l'étrangle pas, on l'aime bien quand même

_________________

    don't even pretend you know me
    --------------------
    ‹ if i showed you my flaws, if i couldn't be strong tell me honestly would you still love me the same. ›
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foolish-blondie.tumblr.com
Contenu sponsorisé


Confide in me
Love in stereo

MessageSujet: Re: (Malaya) There comes a time to rule by fear and not by the book   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Malaya) There comes a time to rule by fear and not by the book
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Holly Holliday ~ You don't have to be cool to rule my world
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LONDON BABY :: BEGIN A NEW LIFE :: tell me your story :: london is mine-
Sauter vers: