Partagez | 
 

 (Faye) lonely heart club.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 119
ϟ ID Card : lady berry (caroline)

MessageSujet: (Faye) lonely heart club.   Dim 6 Mar - 12:13

- Faye Daisy Daniels -
dear karma, i've got a list of people you missed
PRÉNOM(S) + La jolie blonde se prénomme Faye. Ce prénom signifie "fidèle, digne de confiance" ses parents avaient de grands espoirs pour leur petite dernière, pour leur petite princesse. Mais la signification du prénom n'est pas la seule raison de ce choix, Julia Daniels étant une grande admiratrice de l'actrice Faye Dunaway a voulu simplement donner ce prénom à sa fille unique pour lui rendre hommage. La petite histoire veut que madame Daniels a ressentie les premières contractions alors qu'elle regardait le film Bonnie & Clyde à la télé et que l'actrice américaine fut la dernière personne qu'elle a vu à l'écran. Et lorsqu'à la maternité on lui a demandé quel prénom inscrire sur le petit bracelet d'hôpital, Julia a regardé son mari et d'une même et seule voix ils ont annoncé Faye. Son second prénom présent sur ses papiers d'identité est Daisy, la fleur préféré de Julia. Pas de signification particulière pour ce prénom ou ce choix si ce n'est simplement un désir de Julia Daniels. Cependant, peu de personnes connaissent son second prénom, il ne le crie pas sur tous les toits non plus. NOM(S) + Comme le veut la tradition elle porte le nom de son père. Rien de bien surprenant en soit. Mais son nom de famille n'est pas inconnu des habitants de cette ville, en effet la famille Daniels est connue dans le monde de la justice et des forces de l'ordre, et si son grand frère perpétue cette tradition familiale qui dure depuis des générations, ce n'est pas son cas à elle. Son patronyme peut lui apporter certains avantages mais aussi certains inconvénients. Mais elle a appris à composer avec au fil des années. Cependant, elle le porte avec fierté et s'est habitué à celui-ci. Ce qu'elle déteste par dessus tout c'est que l'on appelle par son nom de famille, elle n'aime vraiment pas cela alors attention si vous le faite. ÂGE + Faye est âgée de 22 ans, elle est donc majeure et responsable... enfin elle est surtout majeure. Car en ce qui concerne le côté responsable, elle est encore en apprentissage, elle sait être raisonnable mais elle préfère profiter encore un peu de cette insouciance qu'il lui ait donné. Pour elle l'âge n'est qu'un nombre rien de plus, et elle ne veut pas lui accorder plus d'attention. Elle a encore le temps pour se poser dans la vie, elle a encore le temps pour devenir quelqu'un. Pour l'instant, elle se cherche encore et profite tout simplement. DATE ET LIEU DE NAISSANCE + La jolie blonde a vue le jour à Londres comme son grand frère. La capitale anglaise est une réelle histoire d'amour pour la famille Daniels. Elle est arrivée deux semaines en avance, impatiente de découvrir le monde, impatiente de pousser son premier cri et de faire entendre sa si jolie voix. Et dès l'instant où elle a esquissé son premier sourire elle a eu tout le monde à ses pieds comme aime le conter son papa, qui était définitivement sous le charme au premier regard. Faye est donc arrivée un peu avance, et elle a poussé son premier cri le 28 Aout dans la capitale. Elle finit donc chaque année ses vacances d'été en beauté avant d'attaquer la rentrée. Et ce qu'il faut savoir avec Faye c'est qu'elle ne fait jamais les choses à moitié quand il s'agit de célébrer son anniversaire.  ORIGINES ET NATIONALITÉ + La cadette de la famille est une anglaise pure souche, elle a donc cet accent plus que charmant au yeux du monde entier ancré dans ses origines. La famille Daniels est une famille typiquement anglaise et fière de l'être depuis des générations. Si elle décide de faire des recherches sur ses ancêtres elle trouvera peut être des origines quelconques mais elle ne s'est jamais posé la question. Ce n'est pas vraiment quelque chose qui l'intéresse au final. STATUT CIVIL + Faye n'est pas le genre de fille à rêver au prince charmant et encore moins à y croire. Cependant, elle veut croire au grand amour, au seul et unique. Celui qui occupe vos pensées à chaque minutes, celui qui vous fait sourire même lorsque cela semble impossible, celui qui vous procure les papillons dans le ventre à chaque regard... Oui le grand amour avec un A majuscule. Elle y croit, et elle sait qu'un jour elle vivra une histoire digne de celle des comédies romantiques qu'elle voit à la télé. Attention, elle n'est pas naïve pour autant, elle sait que la réalité est bien souvent plus compliquée, plus tordue mais elle a envie d'y croire car elle est bien trop jeune pour être cynique à ce sujet là. Mais au fond, elle est persuadé qu'elle n'aura pas son conte de fée, mais plutôt une histoire comme Meredith et Dereck Shepperd. Compliquée, tordue, avec des obstacles mais une belle histoire au final. Mais pour le moment cela n'est pas à l'ordre du jour. Faye elle est célibataire et elle ne compte pas changer ce statut là pour le moment. Elle n'a jamais réellement était en couple pour ainsi dire. Elle a des petits amis mais jamais rien de sérieux. Aucun n'a rencontré ses parents ou encore moins Jay, elle n'a pas envie de se poser, elle n'a pas envie de s'investir dans une histoire à son âge. Et comme elle dit si bien "En quoi c'est amusant de rencontrer son âme sœur à l'âge de dix ans ?" il faut s'amuser dans la vie, profiter et expérimenter. Et c'est ce qu'elle fait. Elle ne sait pas exactement ce qu'elle veut faire dans la vie encore alors comment pourrait - elle savoir avec qui elle a envie de passer toute sa vie? Alors être célibataire lui convient tout à fait. Mais ce n'est pas pour autant qu'elle est un cœur à prendre, ou presque. Il se pourrait que depuis un certain temps, un sexy brun aux yeux vert  soit tatoué dans son esprit et qu'il occupe un peu trop de place. Faye est le parfait cliché de la petite étudiante qui tombe sous le charme - non pas de son professeur - mais de son patron. Et elle sait qu'il n'est pas fait pour elle, elle sait qu'elle ne devrait pas laisser traîner ses yeux sur lui lorsqu'il est présent à l'hôtel, elle sait qu'elle ne devrait pas imaginer quoi que ce soit avec lui. Mais elle ne peut s'en empêcher, elle ne peut pas s'empêcher de se perdre dans son sourire, dans son regard. Pourtant tout le monde lui dit de fuir le plus loin possible, mais elle en n'a aucune envie. Elle connait sa réputation, mais elle est persuadée (elle est naïve) qu'elle pourrait être différente. Elle veut percer le mystère qu'est Roan Solano. Elle veut en savoir plus sur lui et le fait qu'il soit inaccessible à son petit effet sur elle, et sans doute aussi son petit numéro de charme marche plus qu'elle ne voudrait se l'avouer. Et depuis qu'il l'a embrassé elle est plus que troublée. Elle est encore plus attirée par lui et en même temps elle vexée. Il agit comme si rien ne s'était passé, il agit comme le dernier des crétins, drague sous son nez alors pour sauver les apparences, elle fait comme si cela n'avait pas d'importance. Et elle, elle fait comme s'il ne l'intéressait pas. Mais est ce qu'elle arrive réellement à tromper son monde?  ÉTUDES/MÉTIER + Si la tradition familiale aurait voulu qu'elle se dirige vers une carrière dans la justice ce n'est pas le cas. Elle ce qui l'a toujours intéressée c'est l'art sous toutes ses formes et l'histoire. Elle aime la littérature, la peinture, la musique qui raconte tant d'histoires, qui traduit tant d'émotions. Alors contre l'avis général de ses parents mais au grand soulagement de son frère, elle décide d'entamer des études en arts plastiques et en histoire de l'art. Une absurdité totale selon sa mère, selon elle, c'est une perte de temps. Jamais elle ne pourra trouver un métier dans ce domaine, jamais elle ne pourra avoir une vraie carrière. Son père est du même avis mais il semble un peu plus diplomate que Julia Daniels. Il tente simplement d'attirer sa fille vers une carrière plus réelle, plus ancrée dans la réalité. Il lui parle souvent de la formation pour rentrer dans les forces de l'ordre. Mais tout cela n'intéresse pas du tout Faye. Elle persiste dans son choix d'études et elle a d'excellente notes mais surtout elle est passionnée par ce qu'elle apprend sur les banc de l'université. Elle peint et dessine à ses heures perdues également, sans prétention aucune mais elle est plutôt douée. Sa chambre universitaire regorge de croquis qu'elle fait pour passer le temps. Elle s'est d'ailleurs mise en tête de reproduire certaines peintures des plus grands. Bien entendu, elle n'est pas aussi douée que Monnet, ou Van Gogh mais elle se débrouille plutôt bien. Et si pendant quelques temps, elle a travaillé à côté de ses cours chez Sotheby's aujourd'hui, elle travaille dans l'hôtel de la famille Solano. Elle est serveuse au bar et hôtesse d'accueil au restaurant de l'hôtel 41 quelques soirs et après midi par semaine. Elle aime son job d'étudiante, elle se plait dans cet endroit qui pourtant n'est pas son monde. Et puis cela lui permet de travailler avec sa meilleure amie, Aria, ce qui n'est clairement pas négligeable. TRAITS DE CARACTÈRE + A première vue, on lui donnerait le bon dieu sans confession, son visage enfantin joue en sa faveur. Et elle en joue souvent. Un peu trop souvent parfois d'ailleurs. Elle est l'innocence incarnée pour beaucoup de personne. Seulement sous ses traits d'anges, se cache parfois un petit démon. Elle peut être adorable comme une petite peste. Elle n'est pas foncièrement méchante, mais elle ne se laisse pas faire pour autant. Elle ne blesse pas les autres juste pour le plaisir, mais parfois il lui arrive d'avoir des mots assez dur envers certaines personnes qui lui ont causé du tort. Il ne faut pas réveiller l'eau qui dort. C'est une personne indépendante mais qui a besoin de son petit monde autour d'elle pour se sentir entière. Et si parfois, elle peut se montrer distante et hautaine, elle est aussi d'une bonté incroyable. Elle est toujours prête à aider les autres, du moins ses proches. Elle serait prête à beaucoup de sacrifice pour les personnes qu'elle aime le plus au monde. Elle a une volonté de fer et une personnalité si forte qu'elle en est désarmante parfois. Elle est douce et pourtant elle a ce petit caractère qui la rend unique.  Elle est très sensible même si elle essai de le cacher. Elle peut passer par des états émotionnels intenses, elle fait parfois des crises d'angoisses importantes. En général elle se calme seule, mais cela peut prendre du temps, elle a l'impression de ne plus pouvoir respirer à chaque fois. Elle est courageuse, elle sait ce qu'elle veut , elle est déterminée et n'abandonne jamais. Elle est curieuse et fouineuse, elle tend à se mêler de ce qui ne la regarde pas, soit pour accroître son ascendant sur les autres, plus en sait mieux elle peut se défendre, soit simplement par souci de bien faire ou par pur altruisme. Elle est assez intuitive, elle s'adapte rapidement à toute situation. Elle a ce petit un côté instable parfois qui lui joue des tour bien souvent, heureusement elle semble avoir un ange gardien avec elle. Elle est aussi très rancunière, elle n'oublie jamais une trahison, pour elle la vengeance est un plat qui se mange froid et elle tient à cette expression. GROUPE + écrire ici.

Wreck of the day

20 CHOSES À SAVOIR SUR MOI + 01 ϟ Faye c'est le genre de fille qui ne laisse pas indifférent. Pour certains, elle est un exemple, une jeune fille bien sous tout rapport, une petit fille modèle. Pour certains elle est surtout cette gamine insolente qui devrait être remise à sa place parfois. C'est un ouragan, elle est extravertie et bavarde, elle peut vous plaire comme vous exaspérer. 02 ϟ Elle est la seule de la famille a ne pas vouloir faire carrière dans la justice. Ce n'est pas du tout sa tasse de thé. Elle préfère passer des heures dans les musées ou bibliothèques de la ville plutôt que dans les tribunaux ou commissariats. Elle admire son père et son frère pour leur choix de carrière mais très peu pour elle. C'est une artiste dans l'âme Faye. Elle est rêveuse et créative. 03 ϟ Lorsqu'elle ne va pas bien, elle se réfugie dans le dessin ou la peinture. C'est sa thérapie à elle. 04 ϟ Faye fait parfois des crises d'insomnies, elle a ce problème depuis son enfance et lorsque Jay est partie à l'armée ses parents ont remarqué qu'elles étaient très fréquentes. Lorsqu'elle est angoissée, inquiète les crises refont surfaces. Elles peuvent parfois durer quelques jours ou simplement une nuit. 05 ϟ Elle joue du piano, elle n'est pas prête de dépasser Mozzart mais elle connait quelques musiques et se débrouille assez bien. Lorsqu'elle passait des weekend entier chez ses grands parents, sa grand mère jouait souvent et c'est naturellement que l'envie d'apprendre lui est venu. 06 ϟ Elle a très mal vécue la séparation avec Jay lors de ses années à l'armée. Elle lui écrivait tous les jours des lettres, bien sûr elles ne les envoyait pas toutes mais elle les a toutes conservées précieusement dans une boite qui se trouve sous son lit. D'ailleurs dans cette boîte se trouve plusieurs souvenirs de son enfance. 07 ϟ Malgré ce que l'on peut penser d'elle, elle est loyale en amitié et fidèle en amour, pour elle, il n'y a rien de pire que quelqu'un qui n'est pas honnête. 08 ϟ Elle a rencontré une petite brune à l'âge de 10 ans et depuis, Arianna et elle sont inséparables. Il ne se passe pas un jour sans qu'elles ne se voient, s'appellent, ou textote à longueur de journée. Elles sont tout l'une pour l'autre, et Faye n'imagine pas sa vie sans son petit rayon de soleil. 08 ϟ Depuis quelques temps maintenant, en plus de ces études à l'université, Faye travaille à l'hôtel 41. Et elle aime son travail, elle est toujours impatiente de travailler pour deux raisons. La première est qu'Aria y travaille aussi, ce qui est plus que génial de pouvoir bosser avec sa meilleure amie. Et la seconde raison c'est Roan. Son boss, enfin un de ses patrons. Elle adore savoir quand il est de service en même temps qu'elle. D'ailleurs lorsqu'elle arrive, il est la première personne qu'elle cherche du regard. 09 ϟ  Extrêmement têtue et fière, elle ne reviendra pas vers quelqu'un qui l'a trahie ou bien avec qui elle a eu une dispute importante. Mais il lui arrive pourtant d'avoir des regrets et de déroger à cette règle avec certaines personnes, Arianna et Jay font partis de ces personnes avec qui elle bien du mal à rester fâchée bien longtemps. 10 ϟ  Elle ne peut pas rester sans rien faire. Il faut qu'elle soit occupée à chaque instant de la journée. Elle n'arrive pas à être calme. Ses parents l'ont pensé hyperactive. Elle ne l'est pas. Elle a juste besoin d'animation autours d'elle. Pourtant elle arrive à rester concentrée des heures lorsqu'elle dessine. 11 ϟ Elle est allergique aux poils de chats, et pourtant elle aime plus que tout ses petites boules de poils. Elle ne résiste jamais à l'envie d'en caresser un et puis elle éternue pendant une heure et a des démangeaisons mais ils sont si mignons. 12 ϟ Elle a décidé d'avoir une chambre à l'université pour devenir plus indépendante, et également pour avoir plus d'intimité. Au final elle se retrouve dans une chambre avec une colocataire qu'elle déteste et la chambre est bien trop petite pour que ce soit supportable. Il lui arrive très souvent donc de rentrer dormir chez ses parents ou de faire les yeux doux à Jay pour squatter son appartement. 13 ϟ Son rêve le plus fou serait de faire le tour du monde, aussi cliché que cela puisse paraître. Elle s'estime heureuse de vivre dans l'une des plus belles villes du monde selon elle, mais elle aimerait découvrir autre chose, rencontrer de nouvelles personnes, en prendre plein la vue. Elle n'est jamais allé plus loin de Manchester. 14 ϟ Lorsqu'elle travaille, elle ne peut s'empêcher d'observer discrètement Roan quand il est dans son champ de vision. Elle est intriguée par le jeune homme, et ses tatouages qu'elle peut parfois apercevoir. Lorsqu'elle griffonne sur du papier, elle dessine sans réellement s'en rendre compte ses tatouages et essaie d'en deviner la signification. 15 ϟ Faye a peur de la hauteur, elle a le vertige. Ce même si elle monte sur une chaise, elle n'est clairement pas à l'aise avec la hauteur. Lors d'un rendez vous avec son premier vrai petit copain, elle est montée sur la grande roue de Londres et elle était terrifiée. Mais elle n'a pas voulu lui dire car il avait acheté les tickets et semblait si confiant de son cadeau. Elle a fermé les yeux pendant toute la durée du tour, et elle a planté ses ongles dans le bras de ce pauvre garçon. Elle n'en garde pas un bon souvenir, mais lui non plus sans doute. Ils ont rompu une semaine plus tard. 16 ϟ Elle a un sourire narquois quand elle arrive à faire quelque chose que l'autre n'arrive pas à faire. C'est une partie de sa personnalité plus qu'agaçante. Elle est très compétitive et aime gagner, oui elle n'aime pas perdre. Et lorsqu'elle gagne elle peut se montrer parfois un peu trop fière d'elle même. 17 ϟ Elle aime les jours de pluie se réfugier au musée et passer des heures à contempler les œuvres d'arts. Elle emporte toujours son bloc à dessin et s'assoit le plus souvent par terre devant les toiles pour les dessiner.  18 ϟ La première chose qu'elle regarde chez un garçon c'est son sourire. Et sans doute cela qui la fait craquer chez Roan, parce que soyons honnête ce n'est pas son caractère qui l'a attirée au début. Et elle ne résiste jamais au sourire de Roan. 19 ϟ Elle aime sortir. Elle aime aller danser, elle adore cela. C'est pourquoi elle ne rate jamais une occasion de sortir avec Aria et elles passent toujours des nuits de folies lorsqu'elles sont réunies. 20 ϟ Elle a une petite cicatrice juste sur l'arcade droite due à une chute à vélo quand elle était petite. Selon elle, ça lui donne un petit côté aventurière, mais elle évite tout de même de raconter la véritable histoire. La véritable raison de cette chute est tellement risible, en effet en regardant un chat qui courrait à côté d'elle, elle a perdu l'équilibre et s'est retrouvée le front sur le sol. Elle a passé quatre aux urgences et elle a hérité de cinq points de sutures.

We all want a happy ending

PSEUDO/PRÉNOM + écrire ici. ÂGE + écrire ici. COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? + écrire ici. FRÉQUENCE DE CONNEXION + écrire ici. TON DERNIER MOT + écrire ici.

_________________

    You and I, we're one too many worlds apart It really shouldn't work but it does, and side by side, we're different but somehow the same, it really shouldn't work but it does when it comes to us


Dernière édition par Faye Daniels le Mar 29 Mar - 20:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 119
ϟ ID Card : lady berry (caroline)

MessageSujet: Re: (Faye) lonely heart club.   Dim 6 Mar - 12:13

- You always had me. I always had you -
 

Un verre en plastique rouge dans la main droite et une fléchette dans la main gauche. Ce n'est pas réellement la meilleure combinaison, mais surtout pas la plus prudente qui plus est dans un endroit bondé. Faye ferme légèrement son œil gauche pour essayer de viser la cible, et d'atteindre le centre qu'elle veut absolument toucher. Ce tout petit point rouge qui lui donnerait enfin la victoire tant attendue. Un petit sourire en coin nait sur ses lèvres, puis elle se concentre de nouveau. Elle prend une grande inspiration et étudie la scène, elle calcule comment atteindre sa cible. Comme si sa vie en dépendait au final. Comme si elle devait absolument réussir ce tir. Mais sa vision est quelque peu trouble. Quelle idée de jouer aux fléchettes en buvant. L'alcool qu'elle a bu depuis le début de la soirée commence à lui faire défaut. Quelle idée de parier un verre à chaque échec de partie. Mais c'est aussi ce qui rend le jeu si amusant au fond. Pourtant aucun enjeu particulier si ce n'est passer une bonne soirée. La petite blonde ferme les yeux une demie seconde et sans regarder elle lance la fléchette. Elle les ouvre de nouveau lorsqu'elle entend le bruit de la pointe atteindre la cible. Elle ouvre un œil en premier et aperçoit le résultat, et un grand sourire se forme tout doucement sur son visage et elle lève les bras en signe de victoire. Puis sans qu'elle ne réagisse vraiment elle sent deux bras l'entourer et une voix la féliciter. Elle revient à elle, et tape dans la main d'Arianna. Les deux jeunes lycéennes regardent triomphantes les étudiants en face d'elle tout en souriant, si elles sont heureuse du dénouement, eux ce n'est pas réellement le cas. Ils se sont fait battre à plates coutures par des filles ce qui ne va pas jouer en faveur et surtout ce qui ne va pas flatter leur égo surdimensionné. Faye tend alors un verre au jeune brun en face d'elle « Un pari et un pari n'est ce pas. » elle se rapproche de lui, elle le charme avec son sourire et lui met le verre dans les mains pour qu'il en boive le contenu. Elle lui ressort exactement le même discours que le sien lorsqu'elle a perdue la première fois. Lorsqu'on regarde la scène on ne se doute pas une seule seconde que Faye n'a que seize ans, et qu'elle n'appartient pas au même monde que ces étudiants. On ne se douterait pas qu'elle n'est qu'une lycéenne, et c'était bien entendu ce que les deux amies voulaient faire penser. Ce n'est pas la première fois que les deux jeunes lycéennes s'incrustent à une telle soirée, elles ont plutôt une routine bien rodée pour ce genre de chose. Lorsque le brun - dont elle a complètement oublié le prénom - hausse les épaules et porte le gobelet en plastique à ses lèvres pour honorer son pari, elle ne résiste pas à l'aider à lever un peu le verre. Simplement pour être sûr qu'il finisse la totalité du contenu de son verre «  On refait une partie?  » elle est tenté de répondre par la positive mais elle sait aussi qu'elle ne pourra pas gagner une nouvelle fois, et le regard qu'elle échange avec Aria la conforte dans son idée. Même si elle n'est pas complètement soule, elle n'a clairement plus toute ces capacités pour relever ce défi. Et Faye n'aime pas perdre, elle déteste cela alors elle préfère décliner la proposition. Sortir la tête haute de cette compétition était la meilleure solution et surtout la plus sage pour ce soir «  Une prochaine fois les gars.» Arianna attrape la main de Faye tout en adressant un clin d'œil remplit de sous entendus aux étudiants, puis elle entraine son amie vers le bar. Même si Faye proteste, Aria n'écoute pas une seule minute. Elle a promis à sa meilleure amie de lui changer les idées ce soir et c'est ce à quoi elle s'employait depuis le début de la soirée. Pas une seule fois, Faye n'avait pensé à son frère encore absent de la maison, elle n'avait pas une seule fois évoqué le fait qu'elle était morte d'inquiétude de ne pas avoir de nouvelle depuis deux semaines. Elle s'amuser tout simplement. Et pour Aria c'était une victoire. Elle ne lâche pas la main de Faye jusqu'à ce qu'elles arrivent au bar et qu'elles puissent attirer l'attention du barman. Aria se met sur la pointe des pieds et se hisse sur le bar pour parler au barman, la musique est un peu trop forte et pour se faire attendre il fallait hurler ou réellement parler dans les oreilles des personnes. Quelques secondes plus tard, le barman revient avec deux verres et fait un clin d'œil à Aria tout en déposant les verres devant elle avant de repartir servir les autres personnes. Faye repousse le verre qu'il vient de poser devant elle, elle ne peut plus boire où elle ne sera bientôt plus capable de rentrer chez elle. Et si ses parents la surprennent soule il ne va rien lui manquer. Car bien sûr ni son père ni sa mère étaient au courant qu'elle se trouvait à cette fête, ils ne savaient pas qu'elle utilisait une fausse carte d'identité. Et si cela venait à se savoir, cela ferait tâche dans les rangs de la famille Daniels. Cette famille si proche des lois et de la justice, si investit dans le respect de la loi. Mais le regard d'Arianna veut tout dire, et Faye ne peut rien lui refuser c'est un fait. Elle ne dit jamais non à sa meilleure amie, alors elle attrape son verre, trinque avec Aria et elles avalent leur shot de tequila d'une traite. Mais un mouvement près de la porte attire l'attention de Faye, et dès qu'elle voit son visage c'est comme si tout l'alcool qu'elle avait bu ce soir s'était envolé en un claquement de doigt de son système. Elle ouvre de grand yeux, et réfléchie une seconde à sa prochaine action. Il est hors de question qu'il la voit ici, dans cet état, mais surtout il ne doit pas savoir qu'elle traine dans ce genre d'endroit alors qu'elle n'a clairement pas l'âge et qu'elle ment à tout le monde sur ce petit détail. Non c'est impossible alors ni une ni deux, elle attrape le bras de sa meilleure amie et l'entraine sans délicatesse aucune dans un coin du bar à l'abri des regards. Aria regarde Faye interloquée, elle ne comprend rien, et elle attend une explication. Mais Faye ne cesse de jeter des coups d'œil derrière Aria pour s'assurer qu'il n'a pas la vue la fuite « Pourquoi on se cache? » elle se retient de rire, car il est bien évident de que le comportement de Faye est plus que risible. Arianna regarde sa meilleure amie, amusée par la situation mais aussi inquiète de cette réaction si soudaine. Elle regarde une nouvelle fois par dessus l'épaule de la brunette et explique à cette dernière pourquoi elles se cachent actuellement «  Hunter vient d'arriver  » le sourire d'Arianna s'agrandit, et elle se tourne discrètement comme pour vérifier que sa meilleure amie lui disait la vérité. Pourtant, elle n'a aucune raison de douter d'elle, et puis au vue de l'expression sur le visage de Faye il était vraiment impossible qu'elle raconte des crack. C'était presque comme si son propre frère venait d'entrer dans ce bar « Sexy Hunter est là?  » ce qualificatif pour désigner Hunter lui vaut un regard noir de la part de Faye qui croise les bras sur sa poitrine. Faye a eu le malheur un jour de dire qu'elle trouvait Hunter Rosen terriblement canon à sa meilleure amie, et maintenant elle le regrettait quelque peu. Elle ne regrettait pas ses paroles mais le fait d'avoir confié à son amie qu'elle avait peut être un petit crush - tout à fait innocent -  sur le meilleur ami de son frère. Ce que la jeune blonde aurait préféré qu'Aria oublie rapidement. Ce n'est qu'une petit coup de cœur d'adolescente, rien de plus. Faye n'a jamais imaginé quelque chose avec Hunter, premièrement parce qu'il est plus vieux qu'elle et qu'une petite adolescente dans son genre n'est pas son type et deuxièmement parce qu'il est le meilleur ami de Jay. Et que ça serait vraiment trop bizarre. Vraiment bizarre. Mais ce regard qui se veut menaçant n'a aucun effet sur Arianna, d'une part parce que charrier sa meilleure amie sur cette histoire est son petit plaisir personnel, et aussi dû à l'alcool qu'elle avait pu boire ce soir. Aria  tourne la tête pour apercevoir le jeune blond, mais Faye lui demande rapidement de nouveau toute son attention en claquant des doigts près de son oreille. Ce n'est pas vraiment le moment de s'amuser, de plaisanter ou bien d'espionner Hunter et ses amis. « Il doit pas savoir qu'on est la. » elle chuchote presque, comme si elle avait peur qu'il reconnaisse sa voix au milieu de tous ces étudiants. Et il avait réellement aucune chance que cela n'arrive avec le bruit assourdissant des voix, et de la musique. Lorsqu'elle jette un autre regard vers Hunter, le jeune homme semble vraiment bien occupé avec ses amis pour remarquer leur présence mais même si elle le voit de ses propres yeux cela ne rassure en cas Faye « Pourquoi? Ça serait le moment d'aller lui parler moi je dis. » elle reçoit une petite tape sur l'épaule suite à cette réponse. C'était évident pourquoi il ne devait pas les voir ici, enfin surtout voir Faye ici. Elle ne donnait pas cher de sa vie et de sa liberté surtout si cela venait à arriver aux oreilles de Jay. Bien que son frère soit souvent à l'étranger avec l'armée, il ne manquait jamais lors de ses permissions de surveiller les faits et gestes de sa petite sœur. Et Faye en connaissait la raison, il n'y avait qu'une explication à cela. Ses parents. Sa mère, en particulier, avait dû lui dire que Faye sortait de plus en plus en ce moment, ce qui était totalement vrai mais ce n'était pas une raison pour la surveiller encore un peu plus. Son père devait déjà s'en occuper et avoir certains comptes rendus avec les hommes sous ses ordres. Être la fille du chef de la police de la ville n'est pas forcement tous les jours simple. Ce n'est pas tous les jours un avantage, et Faye commence à s'en rendre compte peu à peu. Au fur et à mesure qu'elle grandit et qu'elle souhaite avoir une vie bien à elle. C'était peut être adorable lorsqu'elle était enfant mais maintenant, elle aimerait bien qu'on la laisse un peu tranquille «  Je te rappelle qu'on est pas censé être ici, et je te rappelle aussi que c'est le meilleur ami à mon frère donc je n'irais pas le draguer tu es folle. La tequila n'est pas bonne pour toi. » des rappels qu'elle ne pensait pas devoir faire à sa meilleure amie mais qui apparemment étaient utiles. Les yeux d'Arianna brillent, elle hausse simplement les épaules et d'une voix totalement naturelle et détachée répond à Faye «  Un n'empêche pas l'autre.» la blondinette fronce les sourcils en regardant Aria sans réellement comprendre ce qu'elle était en train de dire. Faye n'avait en aucun cas peur de recevoir une énième leçon de morale de la part de sa mère ou de son père a propos de ses sorties nocturnes, car au fond elle ne coulait pas dans ses cours pour autant. Elle était toujours aussi studieuse qu'avant. Ce qu'elle redoute le plus c'est de décevoir son grand frère, c'est de mentir à Jay en réalité qui la fait flipper. Comme si son opinion avait dix milles fois plus de valeur que celui de ses propres parents «  S'il répète notre petite soirée  on... enfin je suis morte tu comprends. Mon frère va me tuer. » elle pose les mains sur les épaules de Arianna pour capter toute son attention et ajouter un peu de mélodrame à ces propos. Chose qu'elle fait très souvent, ajouter de l'intensité et du drame à ses paroles. Elle veut faire comprendre à son amie que la situation est réellement une situation de vie ou de mort. Sans rien n'exagérer bien sûr cela va de soit « Oh tu exagères toujours tout peanut, au pire du pire il t'attache au radiateur dans la cave et il t'enferme jusqu'à tes trente ans.  » Aria ne résiste pas bien longtemps à rire de sa propre blague, mais Faye, elle garde son sérieux et lève les yeux au ciel.  Elle fait les gros yeux à sa meilleure amie, et essaie de rester sérieuse mais en réalité elle a bien du mal à ne pas rire avec Aria. Elle sait bien que Jay ne sera pas capable de faire cela, enfin elle l'espère fortement pour son propre bien. Mais même si elle plaisante avec Aria, elle est inquiète sur le comment elles vont se tirer d'ici sans que personne ne les remarque. Aria prend une grande inspiration, et pose à son tour les mains sur les épaules de sa meilleure amie, elle la regarde dans les sérieux plus sérieuse que jamais «  Jay n'en saura rien d'accord. On n'a qu'a sortir en évitant Hunter okay? » Faye hoche la tête. Elle fait confiance à Aria aucun doute la dessus. Elles regardent rapidement où se trouve Hunter dans la salle, afin de l'éviter. Il serait fâcheux de se retrouver face à face avec lui dans leur tentative d'évasion. Aria attrape la main de Faye et l'entraine rapidement vers la sortie en se faufilant parmi la foule. Deux ou trois frayeurs plus tard, elles se retrouvent enfin à l'extérieur du pub. Aria adresse un clin d'oeil à Faye comme pour lui dire que c'était réellement simple de partir comme ça. Et les voilà parties à pieds pour rentrer chez elles. Les deux amis habitent une en face de l'autre, ce qui est réellement pratique pour leurs petites sorties, ou encore lorsqu'elles ont besoin de se voir en urgence. Depuis qu'elles se sont rencontrés, elles sont inséparables, deux jumelles. Faye est reconnaissante d'avoir une amie comme Arianna, elle sait qu'elle a une chance inouïe de l'avoir rencontrée. Elle sait qu'elle peut compter sur elle à n'importe quel heure du jour ou de la nuit, et c'est la même chose pour la brunette. Ces derniers temps Faye supporte de plus en plus mal l'absence de son frère, et Aria est un énorme soutient pour elle. Elle se retrouve souvent bien seule chez elle, et la solitude est une chose que Faye supporte que très peu. Et cela depuis qu'elle est petite. Et Aria comble a merveille ce sentiment de solitude en répondant toujours présente pour tout. Les deux amies marchent dans les rues de Londres en chantant à tue tête, tant pis pour les pauvres voisins qui souhaitent dormir et profiter de leur vendredi soir pour se reposer. Leurs éclats de rire se mêlent aux chansons qu'elles fredonnent plus ou moins faux. Arrivées devant la maison de Arianna, elles se disent au revoir mais seulement pour quelques minutes car elles ne sont pas tarder à s'envoyer des messages pendant une bonne partie du reste de la nuit. Jusqu'à ce qu'elles s'écroulent de fatigue chacune dans leur lit. Elles n'arrivent jamais à arrêter de se parler, jamais. Et pourtant, elles ont toujours quelque chose à se raconter. Ce qui impressionne bon nombre de personne au final. Faye serre une dernière fois dans ses bras Aria, et elle traverse la rue en trottinant pour atteindre la porte d'entrée de la demeure des Daniels. Toutes les lumières sont éteintes, même celle de dehors. Seuls les lampadaires éclairent le porche de la maison. Faye enlève ses chaussures à talons avant de monter les escaliers de l'entrée pour deux raisons. La première pour ne pas faire de bruit et tenter de rentrer le plus discrètement possible, car elle était censé être à la bibliothèque pour étudier et que l'état dans lequel elle se trouve n'est pas réellement compatible avec ce gros mensonge. Et deuxièmement, elle sait qu'elle ne pourra jamais atteindre la porte sans se casser une jambe si elle garde ses chaussures aux pieds. Mais même sans ses talons, elle parvient à tomber dans les escaliers mais elle se met à rire seule. Avec peine, elle se relève et arrive enfin à la porte. Elle introduit les clés dans les serrures le plus délicatement possible et entre à l'intérieur sur la pointe des pieds. Le silence. Enfin presque le silence complet, elle entend comme un chuchotement provenant du salon. Elle fronce les sourcils, et s'avance doucement sur la pointe des pieds. Un match de foot, probablement une rediffusion au vue de l'heure. Elle s'apprête à faire demi-tour et à se diriger bien sagement vers sa chambre quand une voix l'interpelle «  Faye?  » elle s'arrête net et grimace, elle s'est fait prendre en flagrant délit . Puis elle réalise soudain à qui appartient cette voix et un immense sourire prend place sur son visage. Elle lâche ses chaussures sur le sol et se précipite rapidement vers le canapé. Jay. Jay est de retour. Elle saute de suite au cou de son grand frère et le serre fort. Comme si elle avait peur qu'il disparaisse d'un seul coup sans crier gare. Elle veut s'assurer aussi qu'elle ne rêve pas et que Jay est bel et bien devant elle «   Moi aussi je suis content de te voir petite sœur. » ajoute-t-il en riant tout en serrant la petite blondinette dans ses bras. Faye se détache de lui et le regarde surprise mais tellement heureuse en même temps « Depuis quand tu es rentré? tu aurais dû m'appeler pour me le dire. » elle n'est pas fâchée bien au contraire mais elle aurait aimé avoir la nouvelle plus tôt. Elle s'assoit confortablement en indien sur le canapé et sans réfléchir attrape la bouteille de bière que Jay avait posé sur la table et la porte à ses lèvres. Cependant, elle réalise ce qu'elle est en train de faire et croise le regard de Jay. Elle repose la bouteille doucement et sourit un peu gênée, mais Jay ne dit rien. Il lève juste les yeux au ciel c'est tout « Je n'ai pas voulu te déranger alors que tu étudiais bien sagement à la bibliothèque. » le ton employé, son sourire traduit parfaitement l'ironie de ses propos. Ses parents ont cru à son mensonge, ou peut être qu'ils ont fait semblant d'y croire au fond bien trop occupés par leur travail pour s'apercevoir que Faye leur mentait. Mais Jay n'est pas dupe, pas une seule seconde « Bibliothèque qui est fermée le vendredi soir et encore plus à cette heure. Et je doute fort que ta tenue soit adaptée à ce genre d'endroit et...  » il se rapproche de Faye, la regarde dans les yeux et ajoute «  ... oui ils ne servent définitivement pas d'alcool dans cet endroit là. Bien que ça serait peut être une idée pour éviter que l'on s'ennuie à mourir. » elle affiche un petit air innocent, mais qui ne sert à rien. A rien du tout. Sauf peut être à lui donner bonne conscience au fond. Mais Jay lui sourit et la prend une nouvelle fois dans ses bras. Immédiatement elle en profite pour se blottir dans ses bras. Il lui a tellement manqué ces derniers temps, elle s'est tellement inquiétée pour lui. Il n'est pas là pour lui faire la morale, il n'est pas là pour lui dire qu'il ne fallait pas boire.... Ils restent un moment silencieux, concentrés sur le match de football se déroulant sous leurs yeux. De temps en temps, Faye se révolte contre l'arbitre qui siffle des fautes à tout va alors qu'il n'y a clairement pas fautes. Ou c'est peut être parce que Faye est bien trop concentré dans le jeux et à prendre la défense de son équipe «  Non mais attend il tombe tout seul et cet idiot siffle la faute??!! »  elle a tendance à s'emporter un peu trop lorsqu'elle regarde un match avec son équipe favorite ce qui a toujours fait rire Jay et ce soir ne fait pas exception. Puis le silence revient de nouveau dans la pièce, seule la télé se fait entendre. Tout d'un coup la fatigue envahit Faye. Elle est prise par surprise, elle ferme les yeux instant mais la voix de son frère la ramène à la réalité « Maman m'a dit que tu n'arrivais pas à dormir ces derniers jours?  » il est inquiet pour elle, cela s'entend dans sa voix. Elle hausse les épaules mais ne lève pas la tête vers lui. Les problèmes de sommeil de Faye ne sont pas nouveaux, rien d'alarmant la dedans. Elle a des crises d'insomnies parfois, et ce depuis pratiquement toujours. Bien que la récurrence est bien plus régulière depuis le départ de Jay pour l'armée. Elle ne dit pas forcément, mais elle s'inquiète beaucoup sur Jay et elle a toujours peur qu'il lui arrive quelque chose. Elle fait comme si tout allait bien, comme si son frère était invincible mais parfois son inquiétude était tellement importante qu'elle n'arrivait plus à fermer les yeux. Elle n'arrivait plus à arrêter son esprit d'imaginer milles et une choses. Alors pendant plusieurs jours, elle ne dormait que très peu. Juste quelques heures irrégulières.  Et une crise avait fait son apparition il y a quelques jours, et même avec les somnifères que sa mère lui donnait rien n'y faisait. Elle n'arrivait pas à fermer l'oeil. Impossible de dormir sans savoir ce qui était arrivé à Jay  « Tu n'as pas donné de nouvelle depuis deux semaines.  » voilà l'explication de cette dernière crise d'insomnie. Et si elle ne voulait pas que cela sonne comme un reproche, elle ne peut faire autrement. Jay resserre un peu son étreinte et soupire. Elle sait que ce n'est pas sa faute, elle sait que si cela avait été possible il lui aurait donné des nouvelles mais c'était plus fort qu'elle. Son grand frère est la personne la plus importante pour elle dans ce monde. Et le savoir à la merci de tous les dangers ne l'enchantait guère « Ça n'arrivera plus Faye, je suis désolée.  » aucun des deux n'ajoute quoi que ce soit. Et Faye finit par s'endormir sur l'épaule de son frère. Elle peut enfin dormir paisiblement car il est avec elle, en sécurité.   
 Faye s'arrête devant la boite aux lettres et récupère un tas de courrier. Si habituellement, elle ne regarde pas ce qu'il peut y avoir -sauf quand elle sait que Jay doit lui envoyer une lettre -  aujourd'hui elle s'empresse de regarder toutes les enveloppes. Elle les passent une par une sans attendre d'être à l'intérieur, bien trop pressée de voir si elle a une réponse de l'université pour la rentrée prochaine. Elle a déposé son dossier il y a quelques mois de cela, et cette semaine elle doit recevoir une réponse positive ou négative mais elle doit avoir une réponse. Elle n'a jamais été aussi impatiente de recevoir une réponse pour son futur. Et surtout elle n'a jamais été aussi proche du but, elle a mis du temps à savoir ce qu'elle voulait faire plus tard. Mais aujourd'hui elle le sait. Entre la pression familiale pour étudier le droit et sa passion pour le dessin et l'art, elle était totalement perdue. Beaucoup trop de discours contradictoires autour d'elle. Beaucoup trop de disputes avec sa mère sur son hésitation. Mais lorsqu'elle a dû envoyer son dossier, elle n'a pas hésité une seule seconde. Elle a laissé parler sa passion, son cœur et tant pis si ses parents allaient être déçus. Après tout c'est sa vie, son avenir alors autant partir dans des études qui lui plaise et qui l'aide à s'épanouir. On dit bien que si l'on fait ce que l'on aime, on n'a pas besoin de travailler non? Car du moment qu'on aime ce que l'on fait, on ne sent pas obligé de faire quoi que ce soit. Mais si en théorie c'est une bonne chose, et qu'elle était sûre de sa décision, en pratique c'était bien différent. Elle avait une réelle peur de faire face à sa mère avec ce choix de carrière, brisant totalement la tradition familiale. Brisant alors le rêve de Julia Daniels d'un jour travailler côte à côte avec sa fille dans une tribunal. Elle passe en revue les lettres et se débarrasse rapidement de ce qui ne l'intéresse pas tout en marche vers chez elle.  Finalement, elle tombe sur l'enveloppe qu'elle attend, qu'elle convoite le plus. Elle s'assoit sur les escaliers en bois de la terrasse, elle dépose le reste du courrier sur le sol et regarde attentivement cette lettre. Elle la tourne et tourne dans tous les sens, elle veut l'ouvrir et en finir avec ce suspens qui la tue à petit feu et en même temps, elle a envie de prendre son temps car elle a tellement peur d'être déçue. Si la plupart des lycéens envoient leur candidature à plusieurs université partout dans le pays, Faye, elle n'a envoyé qu'une seule demande. Une unique demande à l'université Royal College of Art à Londres. Il n'y a que cette dernière qui l'intéresse, et pas une autre. Elle n'a d'ailleurs pas eu le courage de dire à sa mère qu'elle n'avait pas postulé à Oxford pour étudier le droit comme elle l'a fait avant elle. Elle n'a pas eu le courage de lui avouer qu'elle se fichait complètement d'une carrière dans le droit ou une branche qui rapporte. Elle soupire et regarde avec attention l'enveloppe marron qu'elle tient dans les mains, elle prend une grande inspiration et pose sa main dessus afin de l'ouvrir, mais au moment où elle s'apprête à déchirer l'enveloppe elle s'arrête de nouveau. Elle a travaillé dur pour en arriver là, et elle n'a pas envie de se rendre compte que cela n'a  servit à rien. Elle a peur. Très peur de ne pas être acceptée. Au fond, elle avait peur de devoir se plier aux exigences familiale pour ses études, car si elle est recalée pour l'université d'art, elle n'aura pas d'autre choix que d'accepter l'aide de sa mère pour avoir une place sur les bancs d'Oxford «  Hey Faye. Tu as peur que l'enveloppe soit piégée? » la jeune blonde lève les yeux vers la voix qui vient de la sortir de sa rêverie, et elle affiche un sourire immédiatement. Faye est surprise de la voir ici à cette heure là de la journée. Mais elle est heureuse de la voir à ce moment précis. Elle a réellement besoin de quelqu'un à ses côtés à cet instant pour l'aider à affronter la réponse. Jillian prend place à côté d'elle. Au début de la relation de cette dernière avec Jay, Faye ne l'aimait pas beaucoup. Sans doute parce qu'inconsciemment elle était jalouse qu'une autre fille prenne une partie de l'attention de Jay, et elle avait cette peur irrationnelle que Jay allait totalement l'oublier pour passer tout son temps libre avec sa petite amie. Mais ce ne fut pas le cas, jamais. Et au fil des jours, des semaines, Faye avait accepté la présence de Jillian toujours avec une petite méfiance cependant. Et elle avait prévenu Jillian que si elle s'avisait de faire de la peine à Jay, elle lui ferait payer. Ce qui était plus amusant comme situation. Mais aujourd'hui les deux jeunes femmes étaient proches, elles étaient amies et se soutenaient mutuellement lorsque Jay se retrouvaient à des milliers de kilomètres d'ici sur une zone de guerre. Et en l'absence d'Arianna, Faye était plutôt soulagée d'avoir quelqu'un avec elle aujourd'hui. La jeune blonde agite l'enveloppe sous le regard amusé de Jillian  « Cette simple enveloppe va déterminer le reste de ma vie. » sans exagérer bien sûr, ce n'est pas du tout dans les habitudes de Faye Daniels. Ou si peu. Si pour certaines personnes l'université n'est pas un passage obligatoire, pour Faye c'était définitivement une expérience qu'elle veut  vivre et sur laquelle elle compte beaucoup pour grandir et pouvoir faire ce qui lui plait dans la vie  « Oh la fameuse réponse que tu attends depuis des jours hein?  » un sourire bienveillant s'affiche sur le visage de Jilian et elle tend la main vers Faye comme pour lui faire comprendre qu'elle peut très bien ouvrir l'enveloppe pour elle si cela peut l'aider. Elle ne dit rien, ne le propose pas à haute voix mais ses gestes parlent pour elle. Faye hésite un instant, pas totalement certaine de vouloir  la réponse de suite. Et pourtant, elle était aussi impatiente qu'un enfant au matin de noël en regardant les paquets déposés près de l'arbre.  Après avoir hésitér un petit instant, elle tend l'enveloppe à Jillian et ferme les yeux tout en enfouissant sa tête dans ses mains. Bien trop anxieuse de ce qui allait suivre. Jillian ouvre la lettre et la déplie lentement, histoire de faire perdurer le suspens et souriant en regardant Faye se décomposer petit à petit. C'était cruel et mesquin ce comportement, mais la jeune brunette semblait s'en amuser. Elle prend une grande inspiration et commence à lire les première lignes tapées à l'ordinateur « Mademoiselle Daniels, nous avons le plaisir de vous annoncer que vous êtes reçue...  »  elle s'arrête de lire et regarde Faye à sa droite qui ne réalise pas encore ce qu'elle vient de dire. Mais elle lève la tête lentement vers Jillian. Elle ne sait pas très bien si elle réalise réellement ce qu'elle vient d'entendre. Le sourire sur le visage de Jillian s'agrandit et elle donne un petit coup d'épaule dans celle de Faye  comme pour lui faire reprendre conscience. Pour lui faire comprendre qu'elle peut enfin laisser éclater sa joie, mais la blondinette ne réagit pas. Elle regarde Jillian totalement perdue, pas certaine de la réaction qu'elle doit adopter. La voix de Jillian repasse dans son esprit, elle se repasse les mots de Jillian comme pour être sûre qu'elle a bien compris «  Tu es prise Faaaaaaaye..... » un sourire s'affiche alors sur son visage, elle est acceptée. Elle a l'impression de rêver, elle a l'impression d'être dans un rêve et elle a bien du mal à assimiler la nouvelle. Elle prend la lettre dans ses mains et ses yeux font des aller retour sur le papier, elle lit et relit la première phrase comme si elle ne réalisait pas vraiment ce qu'il y avait sous ses yeux.  Elle n'arrive simplement pas à y croire « Pourquoi tu fais une tête d'enterrement?  » elle fronce les sourcils et regarde Faye. Elle devrait sauter de joie suite à cette annonce, elle devrait avoir un sourire qui s'étire d'une oreille à une autre mais pourtant ce n'est pas le cas. Jillian frappe ses mains l'une contre l'autre pour attirer l'attention de Faye et avoir une réponse à sa question « Il va falloir que j'annonce la mauvaise nouvelle à ma mère. Par hasard tu veux pas le faire pour moi hein? »  la mauvaise nouvelle étant le fait qu'elle n'ira pas en droit, mais aussi le fait qu'elle a été accepté au Royal College et non Oxford. Car si c'est une bonne nouvelle pour Faye, c'est l'inverse pour sa mère. La petite moue qui lui permet d'obtenir tout ce qu'elle veut en règle générale ne semble pas fonctionner sur Jillian, qui a bien trop l'habitude de cette attitude chez la petite sœur de son copain. Elle secoue la tête négativement, elle ne se fera pas avoir cette fois. Même si Faye insiste encore un peu, en accentuant cette petite moue digne des yeux du chat poté cela ne semble avoir aucun effet sur la brunette en face d'elle. Jillian croise les bras sur sa poitrine et regarde Faye  « Tu ne lui a toujours pas dit que tu n'avais pas postuler en droit n'est ce pas? » Faye esquisse une petite grimace, elle ressemble à une enfant que l'on prend en plein flagrant délit de mensonge ou bien en plein milieu d'une énorme bêtise. Non elle n'a rien dit à sa mère, elle a juste omis de lui dire. Ce qui techniquement n'est pas un réel mensonge n'est ce pas? A chaque fois que Julia Daniels demandait à sa fille cadette si elle avait bien envoyé le dossier, elle répondait vaguement par un signe de tête mais jamais elle n'a dit qu'elle avait fait. Elle n'a jamais démentit non plus à vrai dire. Donc elle n'a pas vraiment mentit, du moins de son point de vue. Un jolie mensonge par omission en réalité. Mais aujourd'hui tout est devenue réel, et elle ne va pas pouvoir cacher cela encore très longtemps c'est une évidence.  Elle se lève rapidement, une idée lui traverse l'esprit et sur le ton le plus naturel du monde elle expose son idée à Jillian « Je sais je vais lui annoncer la veille de la rentrée quand je vais déménager dans la résidence universitaire. » la brunette en face d'elle se met à rire de bon cœur. Elle se moque clairement et ouvertement de la solution de Faye. De sa seule idée pour l'instant. Elle fait les gros yeux à Jillian et lui tire la langue. Attitude digne d'une enfant de cinq ans mais peut importe. Pourtant, Faye Daniels sait que cette solution est bancale, très mauvaise à vrai dire. Mais elle a tellement peur d'affronter le regard et les remarques de sa mère. Car elle sait que cette dernière n'a jamais été une supportrice du choix d'étude. Pour elle, l'art, le dessin est une perte de temps. A la limite c'est parfait pour un hobby mais pas pour une carrière professionnelle. Faye soupire et ramasse le courrier et son sac pour se diriger vers la porte d'entrée suivit de près par Jillian qui restera pour le dîner et qui aidera à apaiser la situation avec Julia. Faye est d'ailleurs surprise de voir sa mère dans la cuisine en train de préparer à manger « Oh ma puce tu es rentrée ça tombe bien. Ce soir on a des invités.» Faye pense que cela tombe plutôt bien. Elle se dit que si la conversation dérive sur l'université, Julia sera plus ou moins obligé de faire comme si elle était heureuse pour sa fille non? Enfin c'était ce qu'elle pensait jusqu'à qu'elle sache qui était les invités en question: le doyen d'Oxford et sa femme. Faye cherche de l'aide dans le regard de Jillian, mais elle ne peut l'aider. Elle ne sait pas non plus quoi lui dire mais Faye se retrouve au pied du mur. Elle ne peut pas retarder l'annonce plus longtemps, sinon le repas risque d'être gênant. Elle sourit légèrement et pose le courrier sur la table. Elle regarde l'enveloppe ouverte qu'elle tient dans sa main droite et prend son courage à deux mains « Maman, j'ai reçu la lettre pour l'université. » un sourire s'étire sur le visage de Julia, et elle regarde sa petite fille avec les yeux brillants. Elle va tomber de très haut lorsque Faye va terminer son annonce. Jillian attrape son téléphone portable et s'éclipse dans le salon prétextant un appel important. Ce qui lui vaut un regard plus que noir de la part de Faye et s'ensuit une conversation silencieuse entres les deux jeunes femmes  « J'ai été accepté au Royal College.  » Julia laisse tomber le couteau qu'elle tient à la main et regarde sa fille, comme si ce que venait de dire Faye n'avait aucune importance, comme si elle n'avait rien écouté « Tu as reçu la lettre d'Oxford?  » cela semble être la seule préoccupation de la mère de famille. Elle ne félicite même pas Faye d'avoir eu une réponse positive d'une autre université, car au final cela ne compte pas « Je n'ai pas envoyé de lettre de candidature maman. Je l'ai fait seulement pour mon cursus d'histoire de l'art et de dessin. » elle dit cela rapidement sans prendre la peine de respirer. Elle regarde timidement sa mère et le regard qu'elle lui donne veut tout dire. Elle n'a même pas besoin de parler, Faye sait qu'elle est déçue. Elle sait aussi que ce n'est pas ce qu'elle voulait entendre. Aucune fierté dans son attitude. Aucune. Simplement de la déception, une grande déception  « Ce n'est pas grave, Charles vient dîner tu lui donneras ton dossier ce soir. Il le fera passer en priorité il me doit bien ça. » Faye ne répond rien et pourtant ce n'est pas l'envie qui lui manque. Elle déteste quand sa mère ne l'écoute pas. Et qu'elle reste sur sa première idée, sans prendre en compte l'avis de qui que ce soit « Tu pourras si tu le souhaites suivre des cours du soir pour tes dessins mais tu n'iras pas étudié dans cette université. Il en est hors de question. » pour seule réponse, Faye soupire et monte quatre à quatre les escaliers jusqu'à sa chambre. Elle ne supporte plus sa mère ces derniers temps, elles sont constamment en conflit pour un oui et pour un non. C'est un réel dialogue de sourd entres les deux femmes de la maison. Bien qu'au final cette mauvaise entente ne soit en réalité que pour une et une seule raison: l'université et le choix de carrière de Faye. Pour montrer sa colère et sa frustration, elle claque la porte de sa chambre. Deux fois. Pour insister sur son humeur du moment. Elle lance son sac à travers sa chambre et se laisse tomber sur le lit. Elle en a même oublié Jillian qui se retrouve donc seule avec sa belle mère. Mais Jillian ne risque rien, elle n'a aucun cas contrarié Julia ou elle ne l'a pas déçue, donc elle est tranquille. Elle attrape son téléphone portable, et ouvre ses mails pour envoyer la bonne nouvelle à Jay, lui au moins sera content pour elle. Et elle ne résiste plus à l'envie de l'annoncer à Arianna. Faye ne ressortira de sa chambre seulement pour le dîner, et cela ne sera pas de gaieté de cœur. L'ambiance toute la soirée est à coupé au couteau - littéralement - Julia ne cesse de faire ces petits sourires au doyen de l'université pour qu'il accepte le dossier très en retard de sa fille. Et comme prévu, il accepte. Faye reste silencieuse durant tout le repas, elle préfère se taire et ne pas faire d'impair. Elle sourit de temps en temps et acquiesce même si elle pense le contraire. Elle se tait. Mais n'en pense pas moins. Elle a juste hâte que cette journée se finisse, elle a hâte de retrouver Aria pour fêter toute cela comme il se doit. Et elle a aussi hâte de quitter la maison parentale pour enfin avoir sa liberté.   


- You are my person. You will always be my person -
 

Le regard fixé sur la pendule au dessus du tableau, Faye ne fait plus attention au professeur, elle ne prend même plus ses notes. Elle fixe ce cadran comme si l'aiguille allait avancer plus vite. Comme si par la simple volonté elle pouvait faire bouger cette fichue aiguille plus vite. Elle joue avec son stylo, elle le fait basculer entre ses doigts sans relâcher son regard. Elle n'a alors aucune idée si le professeur se rend compte de son comportement, trop obnubilée par cette pendule qui n'avance pas d'un poil. Ce qui est relativement frustrant pour la jeune blonde. Ce sont les dix minutes les plus longues de son existence. Et si elle ne prête pas attention à ce qui se passe autour d'elle, ou encore au professeur elle ne rate bien évidement pas l'homme en face d'elle dire aux étudiants que le cours est terminé. Elle sors rapidement de sa contemplation de l'horloge et range ses affaires en un temps record. Elle ne compte pas s'éterniser en cours, elle range en vrac dans son sac et descend les escaliers en courant vers la sortie. Comme si elle avait un temps limiter pour s'enfuir au risque de rester bloquer dans cet amphithéâtre mais la jeune Daniels est arrêtée dans son élan par la voix autoritaire de son professeur. Elle s'arrête et regarde autour d'elle tout en serrant sa chemise cartonnée dans les bras sur sa poitrine. Comme si elle savait qu'elle avait fait une bêtise et que cette dernière était maintenant révélée « Mademoiselle Daniels, vous n'oubliez pas quelque chose?  » elle regarde l'homme au cheveux grisonnant en face d'elle. Par réflexe, elle tourne la tête pour voir là où elle était assise mais elle ne voit rien. Et puis soudain, elle comprend rapidement qu'il fait allusion au devoir qu'elle devait rendre la semaine dernière lors du cours qu'elle a délibérément séché car elle avait fait un peu trop le fête avec Aria la veille. Elle serre un peu plus sa chemise cartonnée contre elle. Elle ne sait pas quel mensonge va pouvoir la sortir de cette situation plus que gênante pour elle. Elle n'a pas pour habitude de rendre ses papiers en retard, ou même d'oublier de les faire. Non ce n'est pas dans ses habitudes, mais depuis que Jay est rentré définitivement elle a bien du mal à se concentrer sur ses cours. Elle se fait tellement du soucis pour son frère et son état qu'elle n'arrive presque plus à dormir correctement et elle ne cesse de vouloir surveiller Jay. Elle soupire et finit par répondre «  Je n'ai pas oublié monsieur c'est juste que....  » elle s'arrête un instant comme pour chercher une excuse valable. Mais elle ne trouve rien à dire, alors au lieu de mentir et de gagner un peu de temps, elle opte pour la vérité «  ... je n'ai pas eu le temps de le faire. » elle ne lâche pas le regard du professeur qui semble presque choqué de cette vérité. Il a tellement l'habitude d'entendre des excuses invraisemblable de la part de ses étudiants que d'entendre pour une fois la vérité le déstabilise une seconde. Mais il reprend rapidement son attitude supérieure et exaspérée «  Très bien. Félicitation miss Daniels vous héritez d'un F. » elle ne dit rien. Aucune réaction. Dans tout les cas, elle est fautive alors se chercher des excuses ou le supplier de lui donner quelques jours de plus ne servira à rien. Elle acquiesce et lui signale qu'elle peut partir.  Ce n'est pas la fin du monde et elle se rattrapera au prochain devoir. Mais cela voulait dire aussi travailler deux fois plus pour rattraper son retard. Car elle sait qu'elle n'a pas le droit à l'erreur, car sa mère se ferait bien trop un malin plaisir de lui dire que ses études ne la menait à rien. Elle est tout de même heureuse de ne plus être au lycée, car il est clair que cet incident serait arrivé bien trop rapidement aux oreilles de ses parents qui n'auraient pas manqués de la punir de sortir ou tout autre punition qu'ils jugeaient juste pour ce genre de crime. Une fois à l'extérieur de l'amphithéâtre, elle soupire et sort son téléphone portable de son sac. Elle regarde rapidement les messages: sa mère avec trois appels en absences, deux de son père et un message de Arianna qui lui demande ou plutôt qui lui ordonne de venir à une soirée avec elle ce soir. Elle ignore les appels de ses parents et répond à sa meilleure amie tout en marchant dans les couloirs de l'université. Elle n'a pas vraiment la tête à sortir, mais elle sait aussi que cela lui ferait le plus grand bien. Et peut être qu'elle arriverait enfin à dormir si elle s'aère l'esprit un peu. Cependant, elle ne lui donne pas une réponse positive de suite, elle préfère attendre de voir au moment. Car à cet instant présent, elle a une toute autre préoccupation en tête. Jillian lui a demandé d'aller voir Jay, cette dernière ne sait plus vraiment quoi faire pour le jeune homme et sa petite sœur semble être la seule personne autorisé à l'approcher depuis son retour.  Elle pousse la porte du couloir et s'élance à l'extérieur, l'université n'est pas si loin de l'appartement de Jay mais suffisant pour que la jeune blonde doive emprunter un bus et le métro. Si dans les transports en commun tous les jeunes de son âge ont le regard rivé sur leurs téléphones portables, elle au contraire, comme à son habitude sort un cahier de pages blanches et un crayon et se met à dessiner. Et comme à son habitude, elle laisse simplement son crayon glisser sur la feuille sans réfléchir à la finalité de son dessin. De simples coups de crayons un peu en désordre et qui au fur et à mesure représente toujours quelque chose. Le trajet jusqu'à chez son frère passe plus vite ainsi, et elle en loupe  presque son arrêt mais heureusement, elle a réalisé rapidement qu'elle devait sortir. Après avoir composé le code pour la porte d'entrée, elle monte quatre à quatre les escaliers jusqu'au troisième étage. Elle n'est pas forcément très sportive alors elle préfère emprunter les escaliers dès qu'elle le peut. Histoire de se donner bonne conscience et de dire qu'elle fait de l'exercice. Elle introduit la clé dans la serrure et ouvre doucement la porte. Avec un espoir de voir son frère debout et souriant comme à son habitude. Comme lorsqu'elle débarquait chez lui à l'improviste. Mais elle entre dans un appartement plongé dans le noir encore à deux heures de l'après midi. Une odeur de tabac lui pique les narines et lui fait plisser les yeux. Elle essaie d'avancer sans trébucher sur des fringues ou bien des cadavres de bouteilles vides. Si elle ne glisse pas ce sera un miracle. Tout en se dirigeant vers la fenêtre, elle dépose son sac sur le canapé, et elle ouvre les stores laissant entrer la lumière. Puis elle ouvre en grand la fenêtre pour renouveler l'air et pour évacuer cette odeur de tabac froid qui lui retourne l'estomac. Lorsqu'elle se retourne vers le salon elle soupire. Elle ne peut pas croire le bazar qui se trouve devant elle. Une réelle porcherie. De tout partout. Elle pose les mains sur ses hanches et regarde autour d'elle. Elle n'est pas la personne la plus ordonnée au monde mais là ça dépasse l'entendement. Avec le pied elle pousse un emballage de pizza vide, puis elle se baisse pour attraper une bouteille de bière, puis une autre et encore une autre et elle les lâches au dessus de la poubelle « C'est pourtant pas bien compliqué. Bouteille vide égale poubelle. » elle soupire de nouveau et se dirige vers la chambre plongée dans le noir. Elle avance lentement pour ne pas se retrouver directement sur le sol face contre terre. Sur le chemin menant vers la fenêtre, elle manque de tomber, elle se rattrape de justesse à la commode de la chambre. Elle jure à haute voix mais aucune réaction de sa part. Enfin lorsqu'elle pose ses mains sur le rideau un petit sourire nait au coin de ses lèvres. Et sans faire plus de cérémonie elle ouvre en grand les rideaux d'un seul coup. Elle reste quelques minutes face à la vitre admirant la vue, et profitant pleinement des rayons de soleil qui brillaient sur Londres aujourd'hui. Pour seule réponse, elle se prend un oreiller dessus et entend un grognement suivit de «  Putain. La porte c'est par là. Dégage. » seul son bras sort de sous le drap, sa voix est tout sauf agréable et accueillante mais ce n'est pas pour autant que Faye se vexe ou quoi que ce soit. Elle soupire lourdement et un autre sourire apparaît sur son visage. Et ce sourire n'est pas bon signe, ce sourire là signifie que la jeune blonde a une idée derrière la tête. Un mélange de sourire angélique et démoniaque. Elle attrape son téléphone portable dans la poche arrière de son jean, elle appuie sur l'application de la musique, choisit une musique adéquate pour réveiller en douceur - ou non - son frère. Elle dépose alors l'Iphone sur le socle prévu à cet effet et appuie sur play. Taylor Swift raisonne alors dans tout l'appartement, son sourire s'agrandit encore un peu plus et elle croise ses bras sur sa poitrine en attendant une réaction de la part de Jay. Celle-ci tarde à arriver mais Faye a obtenu exactement l'effet recherché. Le jeune blonde se lève enfin, il prend sa tête entre ses mains et la supplie de faire taire cette horrible musique. Mais avant de s'exécuter, elle profite encore un peu de sa victoire « Si ton but est de me mettre de mauvaise humeur, bravo Faye tu as gagné.  » elle coupe la musique et reprend son téléphone. Son but premier n'était pas de le mettre de mauvaise humeur mais simplement le faire réagir. Simplement le faire bouger de son lit. Faye se baisse et ramasse quelques affaires sur le sol « Qu'est ce que tu fais là? Je n'ai pas besoin de supervision et encore moins de la part de ma petite sœur. » Il se lève et la pousse vers la sortie plus ou moins délicatement. Mais elle résiste, elle se débat pour ne pas qu'il  la mette à la porte. Mais Jay n'a qu'une envie se débarrasser d'elle sur le champ probablement pour retourner sous sa couette et déprimer toute la journée. Il attrape son sac sur le canapé, il ouvre la porte et la pousse sur le palier tout en lui claquant la porte au nez. Par réflexe elle a un mouvement de recul et reste quelques secondes sans bouger, elle fixe la porte d'entrée. Elle a du mal à réaliser ce que vient de faire Jay. Mais il est bien évident qu'elle n'a pas dit son dernier mot. Elle ne se laissera pas traiter de la sorte et elle ne le laissera pas tranquille c'est certain. Jay n'est plus le même, il n'est plus son grand frère depuis son retour. Elle ne le reconnait plus. Elle comprend qu'il a vécu quelque chose de traumatique, elle le comprend et compati mais selon elle ce n'est pas une raison pour se laisser aller et détruire sa vie ainsi.  Et elle ne laissera pas faire. Même si il l'a met de nouveau à la porte peu importe. Elle n'a rien à faire de la journée alors elle a le temps. Elle attend quelques minutes et entre de nouveau dans l'appartement du jeune homme qui comme elle l'a prévu et retourné se coucher. Elle secoue la tête et claque la porte de l'appartement pour l'agacer encore un peu plus. Elle se dirige d'un pas décidé vers sa chambre, et attrape le verre d'eau posé sur la table de nuit. Sans hésiter elle verse le contenue sur son grand frère « Non mais t'es folle ma parole.  » il se redresse rapidement et la fusille du regard, elle lui adresse un sourire plus qu'hypocrite et s'en va dans le salon pour faire un peu de ménage. Et pourtant elle déteste ça. Elle n'aime pas ranger et encore moins quand ce ne sont pas ses affaires. Elle attrape un sac poubelle et y met à peut près tout ce qu'elle trouve par terre sans réfléchir. Quelques minutes plus tard, le jeune blond la rejoint dans le salon mais il n'a pas décidé d'être plus aimable « Puisque tu es là fais moi un café. » elle lève les yeux vers lui et le regarde. Elle le fixe et attend la chute de la blague. Parce que ce n'est pas possible autrement. Il doit plaisanter. De quel droit lui donne-t-il ce genre d'ordre?  Mais Jay s'assoit dans son canapé et allume la télé. Elle le regarde toujours sans bouger. Il est plus qu'évident qu'elle ne répondra pas favorable à sa demande, ou plutôt à son ordre. Elle aurait pu lui faire un café s'il c'était adressé à elle avec un minimum de courtoisie et de politesse mais ce n'était pas le cas. De plus, elle n'avait aucune idée de comment fonctionner une machine à café. Non pas qu'elle soit une princesse mais elle achète toujours son café au coffee shop et par conséquent elle n'a aucun besoin de savoir comment faire fonctionner une machine à café « Je suis pas ta bonne alors ne croit pas que je vais ranger toute seule hein?!!  » elle lui lance sa veste dessus qui on ne sait pour quelle raison trainait sur le sol du salon. Elle soupire et tente de le faire réagir, mais visiblement le jeune homme met un point d'honneur à l'ignorer ce matin. Elle continue de ranger, ou plutôt de jeter tout ce qui traine sur le sol. Même si ce n'est pas censé aller à la poubelle, peut importe elle n'a pas envie de se poser des questions. Elle passe devant lui et pousse ses jambes qu'il avait étalé sur la table basse. Elle le pousse sans délicatesse et l'ignore à son tour «  Je t'ai pas demandé de le faire. » il remet ses pieds sur la table une fois que Faye ne le gêne plus. Elle bouillonne intérieurement, elle n'a qu'une seule envie c'est laisser tout en plan et partir. Mais sa conscience l'empêche de fuir ainsi. Elle sait que si elle ne le fait pas, personne ne le fera. Elle sait aussi qu'elle est sans doute une des seules qui peut le remettre dans le droit chemin, elle sait qu'elle est une des seules personnes qui le supporte dans cet état. Elle se fiche bien de tout ce qu'il peut lui dire. Même si au fond elle est blessée avec ces attaques, mais elle ne baisse pas les bras parce qu'il est son grand frère. Parce qu'il a toujours été là pour elle quand elle avait besoin, alors elle sera pour lui quoi qu'il arrive. Même si elle doit se faire jeter de la sorte, peu importe. Elle prend sur elle, et tente simplement de ne pas exploser « Comme je t'ai dit la porte est juste là. » il ne détourne pas le regard de la télévision et lève son bras tout en pointant du doigt la porte d'entrée. Elle le regarde complètement interloquée par cette remarque, elle prend une grande inspiration pour ne rien dire. Elle tourne sept fois la langue dans sa bouche comme lui a appris sa mère lorsqu'elle était petite. Ne jamais parler sans réfléchir car c'est un bon moyen de s'attirer des ennuis et de regretter ses paroles dès qu'elles ont franchis les lèvres. Elle serre un peu plus dans sa main le sac poubelle pour ne rien dire, et pourtant ce n'est pas l'envie qui manque. Il détourne enfin le regard vers elle et insiste sur le fait que la porte n'est pas loin d'elle si elle se décide. Et l'expression sur le visage de son frère est sans doute la goutte qui fait déborder le vase, elle ne peut plus se contenir. Elle ne peut plus se taire « Abrutit. » et encore elle reste polie dans ses propos. Elle aurait pu lui balancer d'autres insultes bien plus dure, elle ne manque d'idées. Mais elle préfère tout de même se contenir un peu. Il reporte son attention sur la télé, sans lui adresser un regard de plus. Elle le regarde un instant et elle sait qu'elle ne va plus pouvoir rester ici sans rien dire. Elle veut bien être compréhensive et gentille avec Jay mais il y a des limites à ne pas dépasser «  Si je franchis la porte maintenant, je ne reviens plus. Et je suis sérieuse Jay. » aucune réaction de sa part. D'un geste brusque elle attrape la télécommande de la télé dans les mains du jeune blond et éteint la télé. S'en suit une vague de protestation de la part de ce dernier, visiblement contrarié d'avoir été coupé pendant son émission matinale. Mais Faye ne se laisse pas avoir pour autant, elle se positionne entre l'écran et lui « En quoi ruminer tout seul dans ton coin et te souler tous les soirs va arranger les choses hein?  » elle élève la voix sans réellement s'en rendre compte mais elle ne peut plus rester à observer son frère agir ainsi. Sa mère lui a pourtant dit bon nombre de fois de ne pas le brusquer, de le laisser gérer cette histoire à son rythme. Mais c'est impossible pour Faye. Elle veut faire réagir Jay pour qu'il aille mieux au plus vite. Elle veut le faire réagir sur sa vie, sur son avenir. Car c'est évident qu'il ne peut pas continuer sur cette voie bien trop sinueuse. Bien trop dangereuse au final «  Écoute je sais que ce qui t'es arrivé est horrible. Personne ne devrait vivre ça. Mais on est là pour toi. » elle le regarde presque les larmes aux yeux car le voir dans cet état depuis son retour de l'armée la peine vraiment. Elle qui a toujours vu son frère toujours fort, capable d'affronter n'importe quoi dans ce monde. Elle s'aperçoit aujourd'hui qu'il est humain, et qu'il n'est pas aussi invincible que ce qu'elle avait pu croire pendant une bonne partie de son enfance et même adolescente. Seulement elle avait besoin d'y croire pour supporter son absence ces dernières années et pour se dire qu'il reviendrait vivant de cet enfer « Tu me manques Jay. Mon grand frère me manque. » elle en était presque à regretter les fois où il se mêlait un peu trop de sa vie, les fois où il mettait son nez dans ses affaires, alors qu'elle détestait réellement cette surprotection à l'époque. Aujourd'hui c'est presque un manque pour elle. Elle a cette impression de ne plus avoir cette place si particulière qu'elle a toujours eu dans sa vie. Elle le regarde dans l'attente d'une réaction de sa part, même une petite réaction. Mais rien. Il garde le regard rivé sur l'écran noir de la télévision. Elle ne sait pas trop comment ils en sont arrivés là. Elle ne comprend plus rien et commence doucement à désespérer de retrouver Jay comme avant. Elle reste un moment devant lui sans rien dire, simplement a attendre. Mais rien ne se passe. Au bout de quelques minutes, elle laisse tomber le sac poubelle sur le sol et soupire tout en continuant de fixer son frère qui ne semble toujours pas vouloir réagir à ce qu'elle vient de lui dire «  Okay comme tu veux, j'en ai assez de perdre mon temps. » elle attrape son sac qui était resté sur le sol et pose tout doucement sa main sur la poignée de porte dans l'espoir qu'il ne va pas laisser partir comme ça. Mais rien. Elle se résigne donc à ouvrir la porte et à partir laissant cette conversation inachevée. Elle ne fait pas encore le pas décisif, elle s'accroche à un dernier espoir  « Je vais finir par t'engager pour faire le ménage chez moi toute les semaines petite soeur. » elle s'arrête et un petit sourire apparaît sur son visage, elle ne lui fait pas face de suite. Puis elle fait volte face tout en lui jetant un regard plus que réprobateur suite à sa remarque que très peu appréciée et pas drôle selon Faye. Il s'avance vers elle et dépose un baiser sur son front  « Je suis désolée, je plaisante bien sûr. » un mince sourire apparait sur le visage de Jay, chose qu'elle pensait impossible depuis quelques temps. Mais elle tente de ne pas sourire en retour, elle se montre encore un peu vexée de son attitude et surtout elle ne veut pas lui faire croire que c'est aussi facile. Il la prend dans ses bras, un instant elle hésite à répondre à son geste et puis finalement elle se blottit dans ses bras « Je te déteste. » ce qui n'est pas totalement exact. Elle resserre son étreinte comme si elle avait peur qu'il fuit une nouvelle fois « Je te promet de faire un effort.  » elle a envie de le croire, et fera tout pour qu'il tienne sa promesse c'est une certitude. Elle fait un pas en arrière  «  Commence par prendre une douche déjà.  » elle sourit et s'assoit à son tour dans le canapé en attrapant la télécommande «  Et il faut vraiment que tu ranges c'est une vraie porcherie ici. » Jay se met à rire tout en obéissant à sa petite soeur. Faye n'est pas naïve, et elle sait que tout ne rentrera pas dans l'ordre de suite mais c'est un bon début. Il ne la pas laisser partir c'est déjà ça.  
 

_________________

    You and I, we're one too many worlds apart It really shouldn't work but it does, and side by side, we're different but somehow the same, it really shouldn't work but it does when it comes to us


Dernière édition par Faye Daniels le Jeu 7 Avr - 22:39, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 119
ϟ ID Card : lady berry (caroline)

MessageSujet: #9999cc malaya #996633 ezio #339999 roan   Dim 6 Mar - 12:13

Plongée dans son dessin, elle secoue tout doucement la tête en rythme avec la musique qui envahit ses oreilles. Ses écouteurs la coupe du reste du monde, mais pour elle c'est le meilleur moment de la journée. Son crayon noir glisse sur la feuille sans réellement avoir une idée précise de ce qui va en sortir. Elle dessine sans réfléchir, sans penser à rien. Cela lui arrive souvent, elle aime partir vers l'inconnu et voir ce que son inspiration du moment peut donner. Le dessin est pour elle un des meilleurs moyens pour se vider la tête, pour ne penser à rien. Pour une fois qu'elle se retrouve seule dans sa chambre universitaire, elle profite de ce silence, de cette quiétude. Sa colocataire a tendance à l'exaspérer et à l'énerver rien par le fait de respirer le même air qu'elle. Cette fille est réellement sans gêne et n'a aucune notion de la vie en communauté, c'est juste horrible de devoir vivre avec elle. C'est d'ailleurs une des raisons qui pousse Faye à fuir régulièrement le campus universitaire. Soit pour passer son temps aux musées, ou bien simplement à l'extérieur. Et quand vient le moment de dormir, il lui arrive de simplement retourner chez ses parents ou de se rendre chez Jay, endroit qu'elle adore par dessus tout. Elle a tenté de changer de colocataire, mais impossible selon l'administration. Ce qui est totalement absurde pour Faye, mais elle les a prévenu que si elle devait assassiner sa colocataire dans un excès de colère ils en seraient totalement responsables. Peut être pas la meilleure ligne d'attaque, mais ce jour là elle était réellement excédée  par Billie. Elle a longtemps hésité à retourner chez ses parents mais au vue de l'ambiance quand elle y passe seulement une nuit de temps en temps, elle préfère encore supporter cette étudiante sans gênes. Ses parents n'avaient toujours pas acceptés  le fait qu'elle parte dans une carrière autre que le droit ou les forces de l'ordre. Ils n'arrivaient pas passer au dessus de cette décision, tout particulièrement sa mère, et Faye supportait difficilement les petites remarques désobligeantes de sa mère sur le sujet. Selon elle, Faye gâchait sa vie de manière évidente et elle n'avancerait jamais dans la vie et dans cette voix. Son père lui était un peu plus doux, plus modéré dans ses propos mais ce dernier avait bien trop tendance à se ranger auprès de sa femme selon la jeune blonde. Seul Jay semblait plutôt heureux du choix de sa jeune soeur. Selon lui, c'est une très bonne situation car il n'aurait pas supporter de savoir sa sœur en danger constamment et surtout il était plus rassurée qu'elle n'est pas une arme entre les mains. Elle se met à chantonner à l'écoute de la nouvelle musique, et son crayon continue à se promener légèrement sur la feuille qui se pare de couleur noire. Elle passe son doigt sur le trait noir pour atténuer un peu la couleur, faire un certain effet légèrement brossé. Elle souffle sur la feuille et pose ses yeux sur les formes devant elle. Elle a un moment d'arrêt lorsqu'elle s'aperçoit ce que son dessin représente mais un petit sourire apparaît au coin de ses lèvres à ce souvenir. Mais elle tente rapidement d'oublier tout ça, elle retourne sa feuille et pense à tout sauf à ce qu'elle vient de dessiner. Un des tatouages qu'elle a vu sur le corps de Roan lors de leur première rencontre.  Une rencontre particulière et inhabituelle. Elle passe une main dans ses cheveux et se lève afin d'ouvrir la fenêtre et prendre l'air un peu. Depuis trois jours, elle a bien du mal à s'enlever cette image du jeune homme de la tête. Elle sait qu'elle ne devrait plus y penser, et surtout elle sait qu'elle ne doit pas avoir ce genre d'intérêt ou de curiosité pour son patron. Pourtant, elle se repasse la scène dès qu'elle se retrouve seule. Son regard. Ses yeux auxquels elle était littéralement suspendu sans réellement savoir pourquoi. Son sourire. A cette pensée elle ne peut s'empêcher de sourire à son tour. Mais elle ne cesse de se poser des questions sur la raison de son état physique ce soir là. Elle ne sait pas exactement ce qu'il s'est passé pour qu'il rentre dans cet état là et avec ce genre de blessure, mais elle n'est pas non plus naïve. Elle a conscience que quelque chose cloche, que ce n'est pas normal de rencontrer son patron dans ces circonstances, et pourtant elle n'arrive pas à se sortir son image de son esprit. Jamais elle n'a eu ce genre d'intérêt pour un garçon, jamais elle n'a autant cherché à savoir ce qui est arrivé. Elle s'assoit sur le rebord de la fenêtre et attrape son paquet de cigarette qui traine sur le bureau à sa droite, elle n'a pas le droit de fumer à l'intérieur mais elle n'a aucune envie de descendre dans la cours. Elle a juste besoin de son moment de tranquillité. Elle attrape le briquet et allume sa cigarette. Elle a conscience que c'est une bien mauvaise habitude, et que cela finira sans doute par la tuer à petit feux mais elle ne peut rien y faire. Elle ne fume pas comme un pompier non plus, de temps en temps. Le plus souvent lorsqu'elle est en soirée, et juste lorsqu'elle est stressée. Elle se dit qu'elle pourrait arrêter du jour au lendemain, mais elle se monte bien le coup car ça serait sans doute bien plus compliqué que prévu. Elle n'est pas accroc mais elle aurait dû mal à s'en passer. Elle rattrape son bloc note et regarde le dessin devant elle. Son esprit commence de nouveau à s'évader et se retrouver une nouvelle fois dans ses souvenirs. Roan Solano. Comme si elle n'arrivait plus à penser à autre chose. Comme si tant qu'elle ne sait pas le fin mot de l'histoire, elle ne peut pas penser à autre chose. Elle ne peut réfléchir à rien d'autre. Telle une nouvelle obsession qui l'envahit. Elle ne sait pas ce qui l'a poussé à aller dans le bureau, elle n'en sait rien mais elle n'avait pas pu s'empêcher de savoir si il allait bien, ou peut être était-ce simplement de la pure curiosité de sa part. Son regard se perd dans le vide, mais son esprit lui travaille bien trop. Elle sait reconnaître des éclats de balles quand elle en voit. Elle sait reconnaître une blessure faite par les armes, elle a eu un très bon professeur pour cela. Elle ne porte peut être pas réellement d'attention quand son père lui en parle ou encore Jay, mais elle n'est pas idiote pour autant. Lorsqu'elle était petite, elle avait prit cette habitude - certes très mauvaise - de feuilleter les dossiers de sa mère ou de son père qu'ils rapportaient parfois à la maison. Elle avait vu des photos qui aurait dû faire reculer plus d'une personne et en particulier une enfant, mais elle non. Bien sûr, elle ne les regardait pas bien longtemps mais assez pour avoir une certaine idée de la situation. Et ce qu'elle préférait dans ses petites recherches c'était de lire les différents rapports qui accompagnait chaque dossier. Si à un moment de sa vie, elle a considéré l'idée de devenir policière à son tour, elle pourtant bien vite changé d'avis. Cette idée n'a dû lui traverser l'esprit qu'une ou deux années au maximum. L'art et le dessin ont toujours été plus attrayant pour elle, plus à sa portée.  Et si elle c'était persuadée qu'il fallait qu'elle laisse tomber cette idée incessante de vouloir connaitre la vérité sur cette soirée, elle n'y était pas totalement parvenue. Le lendemain, elle n'avait pas résisté à mettre son nez là où il n'appartenait pas. Elle avait décidé de rendre visite  à son père au commissariat et elle avait fouiné dans les rapports de cette nuit là pour assouvir sa curiosité mais elle n'avait rien trouvé. Ce qui n'était en soit pas étonnant vu que le jeune brun avait totalement refusé l'idée de se rendre à l'hôpital lorsqu'elle lui avait proposé. Seulement sur le moment, elle ne pensait pas à tout ça, non elle pensait seulement à la blessure de Roan. Elle ne se doutait pas que c'était simplement pour ne pas que cet incident apparaisse dans les rapports de police. Mais ce refus catégorique dont il avait fait preuve rendait la situation encore un peu plus intrigante pour la jeune blonde. Elle a grandit dans une famille de policiers, alors le fait de toujours vouloir savoir le fin mot de l'histoire était tout à fait logique. Elle est observatrice et analyse toujours tout. Peut être un peu trop d'ailleurs. Faye est quelqu'un de très observateur, elle ne va pas forcément beaucoup parler mais elle observe et parle toujours quand c'est utile. Elle préfère se taire quand elle n’a rien à dire, c’est plus sûr et cela lui évite de se faire remettre à sa place. Et n’étant pas du genre à se faire remarquer pour se genre de chose, elle préfère rester silencieuse.  Et ce qu'elle avait fait avec Roan, elle n'avait pas insisté pour en savoir plus. Elle l'avait tout simplement aidé à soigner sa blessure. Tout d'abord parce que ce n'était clairement pas sa place et qu'elle ne connaissait rien du tout du jeune homme, à part qu'il était son patron. Mais elle ne pouvait s'empêcher de penser à tous les scénarios possibles et imaginables sur la raison de cette blessure. Alors qu'elle tente de trouver une explication à tout cela, elle sursaute lorsqu'elle entend la porte s'ouvrir à la volée. Sa colocataire entre dans la chambre comme si elle était seule au monde, elle parle bien trop fort au téléphone, elle laisse ses affaires en plein milieu de la pièce. Faye regarde Billie dans l'espoir qu'elle comprenne et surtout qu'elle se fasse un peu plus discrète mais visiblement la jeune rouquine ne comprend le concept de colocation mais surtout du respect de l'autre personne. Faye soupire et se lève rapidement tout en rangeant ses affaires de son côté de la chambre et s'enferme dans la salle de bain. Elle en ressort un petit moment plus tard, habillée avec sa robe favorite du moment - qui selon Jay est bien trop courte, mais à la longueur réglementaire selon elle -  et elle est  prête à sortir encore une fois. Elle ne reste jamais bien longtemps en compagnie de sa compagne de chambre. Ces deux là sont complètement incompatibles. Dans le couloir, elle envoie un message à Arianna en lui disant qu'elle l'a rejoint devant l'hôtel. Son message est innocent mais inconsciemment elle se dit que peut être elle pourrait le croiser. Elle décide de marcher jusqu'à l'hôtel car elle a bien besoin de l'air frais de l'automne anglais pour remettre ses idées en ordre. Elle avait besoin de ça. Le chemin jusqu'à l'hôtel passe assez vite pour la jeune blonde, elle ne fait pas réellement attention à ce qui l'entoure essayant de se concentrer sur la musique dans ses oreilles. Et lorsque son esprit divague, elle se rappelle à l'ordre. Une nécessité pour la jeune blonde si elle ne veut pas sombrer dans la démence et l'obsession. Cela ne serait vraiment pas une bonne idée, pas une idée saine. Arrivée devant l'hôtel, Arianna l'attend déjà devant la porte et elle n'a même pas le temps de la saluer ni de jeter un œil dans le hall de l'hôtel que la brunette passe son bras sous celui de son amie et l'entraîne déjà vers leur bar favori en ville. Comme à leur habitude dès qu'elles se retrouvent ensemble, il leur est impossible de rester silencieuse, alors tous les sujets y passent. D'abord ceux qui sont le moins intéressant: le boulot, les cours, Billie. Car oui Faye aime se plaindre de sa coloc à de très nombreuses reprises. Puis ensuite leur programme pour la soirée et le fait de savoir si elles vont rentrer seules ou en bonne compagnie. Ce que fait rarement Faye au final, elle a bien du mal à faire confiance à un homme qu'elle ne connait pas et qu'elle vient juste de rencontrer. Flirter à l'intérieur du club ce n'est pas un problème mais le suivre pour le reste de la soirée est en est un autre. Cela lui arrive de temps en temps, mais pas fréquemment. Probablement le fait d'avoir un père policier et d'avoir eu les recommandations adéquates. Les deux amies poussent la porte du bar dans le quartier de Soho, leur quartier de prédilection pour sortir et faire la fête jusqu'au bout de la nuit. A peine ont elles franchis les portes, elles se dirigent directement vers une table de libre, même s'il est vingt deux heures le bar est bondé « Hey du coup je n'ai pas eu le temps de te demander mais ta première soirée à l'hôtel c'est bien passé? » Arianna lui pose la question avec un grand sourire tout en faisant signe à la serveuse dans la salle. Faye a eu ce travail grâce à elle, et elle lui en est reconnaissante cependant elle n'était pas certaine de devoir lui parler de sa rencontre avec Roan. Elle n'est pas certaine de vouloir en parler à qui que ce soit au final. D'une part parce qu'elle n'a pas envie de perdre son travail pour avoir balancer un de ses patrons, et d'une autre part parce qu'elle n'est pas sûre que ce soit une bonne idée. L'histoire de Roan est déjà assez louche ainsi sans pour autant rajouter des suspicions de la part d'Arianna ou d'autres personnes extérieures  « Très bien, j'adore déjà mon job  » elle affiche à son tour un grand sourire et accueille la serveuse avec joie tout en passant commande. Sans qu'elle s'en rende compte, ses doigts se promène sur la table au rythme de la musique « Ca va être sympa quand on va pouvoir avoir des heures en commun. » elle ne peut qu'acquiescer à cette idée qui la réjouie aussi beaucoup. Entres les cours et les heures d'Aria à l'hôtel, les filles avaient un peu moins de temps pour se voir ces derniers temps, alors travailler au même endroit était forcément une bonne chose. Une très bonne chose même. La serveuse arrive alors avec leurs consommations et repart aussitôt s'occuper des autres clients impatients aussi d'avoir leurs boissons. Faye est réellement contente de revoir Aria, et de pouvoir passer une soirée avec elle. En oublie presque tout le reste et c'était exactement ce qu'elle recherchait en sortant ce soir. Son regard parcours la salle, par simple habitude, pas vraiment pour chercher une connaissance. Et son regard se pose alors sur un jeune homme au bar, elle a cette sensation de le connaître. Pourtant elle ne le voit que de dos, et des hommes bruns il y en a des milliers mais pourtant, elle ne peut s'empêcher de se dire qu'elle le connait. Et lorsqu'il tourne la tête, elle fixe sont regard sur lui. Elle ne peut pas détourner son regard, il est celui qui a occupé ses pensées sans cesse depuis le rencontre. Elle est rassurée de voir qu'il est toujours sur ses deux jambes, et qu'il va bien au moins de là où elle se trouve. Elle ne l'avait pas revu à l'hôtel depuis cette fameuse nuit. Puis sans réellement réfléchir, elle se lève et lance une excuse plus que mauvaise à Arianna, elle lui explique que la serveuse ne lui pas servit la bonne boisson, qu'elle s'est trompée et que donc elle va aller au bar commander directement sa boisson. Si Aria fronce les sourcils face à cette remarque, elle ne semble pas s'y opposer. Tout en se dirigeant vers le bar, Faye jette un œil à sa meilleure amie déjà le nez sur l'écran de son téléphone portable pour patienter, et sans doute pour éviter que l'on vienne l'importuner. Une technique vieille comme le monde, et très apprécié de la gente féminine dans ce genre d'endroit. La jeune blonde se fraye un chemin vers le bar et s'appuie sur le comptoir tout en faisant signe au barman pour lui signaler sa présence. La place qu'elle a choisit au bar n'est pas un hasard, elle s'est frayée un chemin jusqu'à  ses côtés. Elle tourne alors la tête vers lui dans un geste étudié à la perfection, comme si c'était le plus grand des hasard. Elle ne dit rien, la musique est tellement forte que pour communiquer ici c'est une peu difficile. Elle parcours chaque parcelle de son visage, elle regarde son arcade qui garde encore les traces de l'altercation. Ils n'échangent aucune parole mais leurs regards en dit long. Si Faye n'est généralement pas à l'aise lorsqu'il s'agit de maintenir le regard d'une personne, avec lui cela semble presque naturel. Et elle n'a aucune envie de détourner les yeux. Elle esquisse un faible sourire et au moment ou elle  prend son courage a deux mains pour lui demander comment il va, mais elle n'a pas le temps de laisser sortir un seul mot qu'il s'éloigne déjà d'elle. Elle le regarde partir sans rien dire, son ami l'entraine à l'extérieur mais elle obtient tout de même un petit sourire en coin de sa part. Elle est obligé de détourner le regard rapidement car le barman la rappelle à l'ordre, elle commande alors rapidement un verre et retourne voir Arianna qui lui lance ce regard. Ce regard qui en dit long  « Je dis non Faye. Un conseil ne t'engage pas sur cette route. » la jeune blonde pose son verre sur la table et regarde sa meilleure amie réellement sans comprendre ce qu'elle veut dire. Elle ne joue pas les innocentes pour se sortir d'une situation quelconque, elle n'a réellement aucune idée de ce qu'elle est en train de dire. Elle ne comprend pas ce qu'elle a fait de mal ou de travers, Faye hausse les sourcils et porte le verre à ses lèvres «  Okay.... mais est ce que je peux savoir de quoi tu parles? » Aria croise les bras sur sa poitrine, et penche la tête sur le côté. Elle a cette expression sur le visage que Faye connait que trop bien, comme si elle lui reprochait de faire l'innocente alors qu'au fond elle sait très bien de quoi il retourne «  Tu as très bien compris. » elle insiste de nouveau tout en fixant son amie, mais cette dernière secoue la tête. Elle est dans le flou total et ne joue pas la comédie pour une fois. Arianna soupire et pose ses mains sur la table tout en regardant Faye dans les yeux comme si cela pouvait mettre plus de poids dans ses propos « Roan. Je te parle Roan Solano. Reste loin de lui.  » son ton est à la fois bienveillant et autoritaire. Très maternel au fond. Ce n'est pas réellement un ordre, mais c'est tout comme. Un conseil déguisé à vrai dire. Faye tourne la tête vers le bar, pourtant elle sait qu'il n'est plus là mais c'est un réflexe et d'un ton totalement détaché elle répond  «  Je comprend pas pourquoi tu me dis ça. Je n'ai aucune intention de quoi que ce soit.  » elle espère être convaincante auprès d'Aria. Et elle est aussi sincère, elle n'a aucune intention envers Roan, ou pas vraiment des intentions précises si ce n'est en savoir plus sur lui. Elle ne sait pas ou si elle doit fuir le plus loin possible avant qu'il ne soit trop tard. Elle ne sait pas. Elle est perdue, et totalement déstabilisée par le jeune brun. Ce qui est une première pour elle  « C'était quoi ce regard au bar?  » maintenant son ton est presque accusateur, et un brin trop protecteur pour que ce soit innocent. Faye hausse les épaules «  Rien du tout. Je l'ai simplement salué c'est mon boss je suis polie. » demi vérité au fond. Ils ne sont pas vraiment parlés simplement un jeu de regard qui annonce le reste de leur relation à venir. Arianna n'a pas l'air de vouloir croire à cet argument, mais elle n'ajoute rien puisque Faye s'empresse de changer de sujet. Elle ne veut pas que son amie découvre que depuis deux jours, elle est carrément obnubilé par le mystère Roan Solano.  




- Problems always start long before you really, really see them -
 

Faye balade ses mains sur son corps, elle profite de ses baisers. Elle s'empare de ses lèvres. Son parfum est une chose dont elle ne peut plus se passer, c'est comme une addiction pour elle. Une obsession. Elle frissonne à chaque fois que sa peau entre en contact avec la sienne, elle ne veut plus quitter ses lèvres. Elle pose ses mains de chaque côté de son cou, elle ne compte plus le laisser s'enfuir maintenant. Dans ses bras elle se sent tellement bien ... Un bruit étrange se fait entendre, elle se sépare à contre cœur de ses lèvres et.... elle se réveille en sursaut et ouvre de grand yeux. Non elle n'était pas en train de faire le rêve qu'elle était en train de faire. Non ce n'est pas possible, elle ne pouvait pas rêver de lui. Elle tente de fermer de nouveau les yeux et de retourner dans son rêve comme pour vérifier que ce n'était pas lui. Comme pour être sûre qu'elle ne perdait pas totalement la tête. Mais elle n'arrive bien évidemment pas à se rendormir, elle soupire de frustration et enfouie sa tête dans son oreiller. Elle se redresse rapidement sur son lit et passe une main dans ses cheveux comme si ce geste allait résoudre son problème. A la pensée de ce rêve, elle se mordille la lèvre et sourit légèrement. Mais un mal de tête fait irruption et la fait grimacer, elle tourne sa tête vers son radio réveil posé sur la table de nuit et ouvre de grand yeux lorsqu'elle réalise l'heure affichée. Elle est en retard. Ou elle va l'être sérieusement si elle ne se lève pas immédiatement. Elle fait rapidement le calcul dans sa tête, il lui reste exactement dix minutes pour se préparer si elle souhaite être à l'heure à l'hôtel, mais bien évidemment c'était sans compter sur le temps de trajet pour s'y rendre. Donc en définitive elle est en retard quelque soit à la vitesse où elle se prépare. C'est inévitable. Elle est en retard à moins qu'elle puisse voler comme superman ou courir à la vitesse de l'éclair comme Flash. Elle soupire et se laisse tomber sur son matelas, elle tend sa main pour attraper son téléphone portable mais elle ne le trouve pas sur sa table de nuit. C'est bien le moment d'avoir perdu son téléphone. Ce n'est pas vendredi 13 mais c'est tout comme pour la jeune étudiante, comme si son karma la punissait pour avoir fait la fête la nuit dernière au lieu de réviser pour son examen dans deux jours.  Mais la proposition d'Aria pour aller dans ce club était vraiment plus tentante que de rester enfermée à la bibliothèque du campus pour étudier son espagnol. D'ailleurs qu'elle étudie ou non, elle savait d'avance qu'elle se planterait lamentablement à cet examen. Elle ne sait pas aligner quatre mots en espagnol, elle est une vraie catastrophe dans ce domaine. A son plus grand désarroi. Elle s'assoit de nouveau dans son lit et décide d'employer les grands moyens pour retrouver son téléphone, elle tire sur la couette qu'elle envoie valser sur le sol, elle fait de même avec le drap et elle lance également ses oreillers n'importe où et un sourire apparaît sur son visage à la vue de ce petit objet qu'elle a enfin trouvé. Elle déverrouille l'écran et lorsqu'elle aperçoit la date du jour, un sourire encore plus grand se dessine sur son visage. Comme une adolescente qui reçoit un message de son petit ami. Il revient à l'hôtel aujourd'hui et même si son humeur n'est pas au beau fixe par cette contrariété de panne de réveil, cette pensée la fait presque disparaitre en totalité. Elle secoue la tête comme pour se ramener à la réalité, car il lui reste exactement maintenant sept minutes pour tenter de ne pas être trop en retard. Elle saute du lit, cours dans tous les sens, pas vraiment le temps de choisir vraiment une tenue, alors elle enfile ce qui lui tombe sous la main. Pas le temps de faire la difficile et de se planter devant son dressing pour savoir comment s'habiller. Une fois prête -probablement en un temps plus que record pour elle - elle regarde sa montre et lève les yeux aux ciel, il lui reste une minute et demie pour arriver au travail. Autant dire que c'est mission impossible, alors tout en fermant la porte de sa chambre universitaire elle compose le numéro de Malaya Solano pour la prévenir. La jeune femme à l'autre bout du fil ne semble pas le moins du monde contrarié et la rassure en lui disant que ce n'est pas la fin du monde. Faye a vraiment de la chance d'avoir des patrons aussi compréhensifs, de plus en règle générale elle est toujours à son poste avec quelques minutes d'avance. Finalement, elle n'arrive que dix petites minutes en retard à son poste ce qui est pas trop mal étant donné le début de sa journée. Elle commence par déposer sur chaque table du bar les petits bouquets de fleurs que son collègue lui apporte, elle place également menus au centre de la table. Faye aime son travail, même si ce n'est qu'un job d'étudiante elle apprécie travailler à l'hôtel de la famille Solano. Cela lui permet de se faire de l'argent de poche pour être indépendante et cesser de demander de l'aide financière à ses parents, et puis cela lui permet aussi de rencontrer des personnes différentes et surtout d'être occupée en dehors de l'université. La jeune blonde n'aime pas rester sans rien faire, il faut qu'elle soit active tout le temps. Une qualité mais aussi un défaut par moment, car elle ne sait pas rester sans rien faire. Elle est toujours en mouvement et n'arrive pas réellement à se poser pour se détendre. Sauf quand il parle avec elle, sauf en sa présence où elle semble se calmer un peu. De temps en temps elle jette un œil au hall de l'hôtel pour saluer les clients habitués mais elle ne s'arrête pas de travailler, ce ne serait finalement pas bienvenue après son retard de ce matin « Faye ce soir j'aurais besoin que tu fasses quelques heures supplémentaire est ce que c'est possible?  » la jeune blonde lève la tête vers Malaya qui vient tout juste de faire irruption dans la salle du bar, sans réfléchir Faye acquiesce de la tête. Elle ne rechigne jamais sur du travail supplémentaire lorsqu'elle peut le faire «  J'espère que tu n'avais rien de prévu au moins? » et même si elle avait prévu elle aurait pu annuler mais elle n'a pas le temps de répondre que sa patronne note sur son carnet tout en reprenant la parole en affichant un sourire charmant  « Tu vas devoir supporter mon charmant frère mais je pense que ce n'est pas un soucis pour toi. » elle lui fait un petit clin et s'éclipse sans que Faye ne puisse se défendre de cette accusation. Elle reste un moment immobile, un pot de fleurs dans les mains, ne sachant pas réellement ce qu'elle devait lire dans les dire de Malaya. Mais finalement, elle se remet au travail sans y réfléchir d'avantage. Elle aime bien travailler aussi lorsque c'est Roan qui est en charge, même si elle semble être la seule à apprécier son management. Elle est la seule à ne pas se plaindre du jeune brun. Et si elle devait être totalement honnête, elle préfère d'ailleurs quand c'est le jeune homme. Elle sait qu'elle ne devrait pas apprécier autant sa compagnie, elle le sait. Arianna lui rappelle bien souvent pour qu'elle oublie le fait qu'elle ne devrait pas être aussi proche de lui, le fait qu'elle ne devrait pas l'observer avec cette insistance particulière quand il ne la voit pas. Mais son obsession pour percer le mystère Roan Solano ne s'est pas envolé après quelques jours ou quelques semaines comme elle l'avait pensé au début. Non cette obsession est encore belle et bien présente et peut être encore d'avantage aujourd'hui. Elle a envie de le connaître d'avantage, elle a envie de connaître Roan par elle même, sans écouter tous ces commérages. Sans réellement sans rendre compte, Faye et Roan avait développé un lien particulier qu'eux mêmes ne semblaient pas voir, qu'eux mêmes ne semblait pas vraiment comprendre. Ils ne s'en rendaient même pas compte eux mêmes mais leur relation est bien particulière. Elle sait que beaucoup d'employées féminines parle dans son dos, et ne sont pas réellement très politiquement correcte avec elle, mais elle tente de faire abstraction de tout cela. Elle est bien au dessus des commérages. Mais parfois c'est difficile de ne pas les écouter surtout lorsqu'on est le centre d'intérêt. Une fois qu'elle a déposé le dernier bouquet de fleur sur la table, elle regarde la salle fière du travail accomplie en si peu de temps. Son collègue arrive et la salue «  Logan je te laisse gérer deux minutes je vais juste mettre mes affaires au vestiaire. » Logan lui fait signe qu'il peut gérer un bar vide seul pour l'instant, c'est dans ses cordes comme il aime si souvent répéter. Elle en profite pour passer dire bonjour à Arianna qui est fidèle à son poste de réceptionniste puis elle s'éclipse vers le vestiaire. En passant devant le bureau de ses patrons, elle ne peut s'empêcher de jeter un œil pour voir s'il est déjà arrivé ou non. Elle sait qu'il rentre aujourd'hui de son voyage mais elle ne sait pas si elle va le voir avant ce soir. Elle se surprend à se dire qu'il lui manque, qu'elle se languit de revoir son sourire, et de reprendre leur conversations sur tout et n'importe quoi. Elle n'a jamais autant apprécier parler à quelqu'un qu'à Roan. Elle pousse la porte du vestiaire et se dirige directement vers son casier pour y déposer ses affaires. La seule chose qu'elle garde c'est son téléphone portable qu'elle range dans la poche arrière de son jean après l'avoir mis sur silencieux. Elle ne s'en sert jamais sur son lieux de travail mais elle est toujours plus rassurée de l'avoir avec elle. Elle a pris cette habitude lorsque Jay était dans l'armée et depuis, elle ne la plus quitter. Elle est plus sereine si elle sait qu'on peut la joindre à tout moment, même si au final elle range son téléphone dans un tiroir au bar. Mais l'idée de l'avoir avec elle suffit à l'apaiser en quelque sorte. Lorsqu'elle s'apprête à sortir, elle tombe nez à nez avec Ezio, elle s'arrête net avant de lui rentrer dedans et affiche un immense sourire en le voyant « Hey tu m'a manqué au café avant le boulot Faye. » elle soupire comme pour répondre à sa remarque et pour lui signaler également qu'elle regrette d'avoir loupé leur rendez pratiquement quotidien avant de commencer leur journée. Depuis quelques mois, c'était une sorte de tradition pour les deux collègues. Non pas qu'ils avaient convenu d'un rendez vous ou quoi que ce soit, mais ils prenaient la même ligne de métro et par le plus grand des hasard ils se retrouvaient souvent au même coffee shop pour leur dose de caféine matinale «  Panne de réveil. Je pourrais tuer pour un café à cet instant précis. » le jeune italien  se met à rire et passe un bras autour des épaules de Faye. Elle ne dit rien, ne se recule pas et pourtant elle se sent un peu mal à l'aise avec ce contact. Elle apprécie Ezio, mais elle a toujours un peu de mal lorsqu'il se comporte ainsi avec elle. Peut être parce qu'elle ne pense pas à lui comme ça, peut être parce qu'il flirte souvent avec elle et qu'elle ne sait pas comment répondre à ses avances. Elle n'a pas pour habitude d'être timide avec les garçons, au contraire, elle sait les charmer et elle sait user de ces atouts pour obtenir ce qu'elle veut mais avec lui elle s'impose une certaine retenue. Sans réellement savoir pourquoi. Ou tout simplement parce qu'elle est mal à l'aise car elle est sur son lieu de travail, ou encore parce qu'elle n'a que ce brun en tête depuis un certain temps maintenant. Tout se bouscule dans sa tête. Elle sait qu'avec Roan c'est carrément impossible, jamais il ne pourra se passer quoi que ce soit et pourtant elle s'accroche à cet infime espoir qui lui trotte dans la tête « Ce soir toi et moi on va prendre un verre okay? et je n'accepte pas de refus pour aucun motif. » son ton est presque autoritaire bien que son sourire apaise un peu ce semblant d'ordre. Elle fait un pas en arrière afin de se libérer de son bras et sourit faiblement mais pour lui faire également comprendre que sa réponse ne sera malheureusement pas positive pour son invitation. Invitation qu'elle a déjà repoussé plusieurs fois pour de multiples raisons : ses cours, obligations familiales, le travail.... excuses qui finalement ne sont peut être pas si innocentes que cela « Euh... tu vas devoir faire une exception pour ce soir, je bosse finalement. Malaya vient juste de me le dire. » cette fois, elle ne se cherchait pas une porte de sortie sans le blesser. Sans lui dire, qu'elle ne le voyait pas de cette façon là et qu'il ne se passerait sans doute jamais rien entre eux. Pourtant, à un autre moment Ezio aurait pu être le petit ami parfait pour Faye. Il était charmant, attentionné, drôle et totalement le style de la jeune étudiante mais ce n'était simplement pas le bon moment au fond  « Oh okay, demain alors? » elle acquiesce et dépose sa main sur son avant bras comme pour confirmer sa réponse à son invitation. Le jeune homme sourit et s'éclipse rapidement lorsqu'il se fait rappeler à l'ordre par son responsable «  Le devoir m'appelle. » elle le regarde s'éloigner. Elle regarde sa montre et remarque qu'il faut qu'elle rejoigne Logan rapidement. Mais elle sent une présence derrière elle, elle ne se retourne pas pour autant. Elle n'a pas besoin de lui faire face pour savoir qu'il est enfin de retour. Elle sait que c'est lui et personne d'autre. D'ailleurs le fait de reconnaître le jeune homme uniquement à son parfum devrait être un signal pour elle, pourtant elle refuse de se dire que cela signifie quelque chose. Si elle réfléchit trop à ce genre de petit détail elle court à sa perte, encore d'avantage qu'à l'instant présent. Roan se penche doucement vers elle, elle peut sentir sa respiration se heurter contre sa peau et elle frissonne. Elle repense au rêve qu'elle a fait cette nuit, et se concentre sur tout sauf ces images. Elle tente de cacher le fait qu'il la trouble plus qu'elle ne veut l'avouer, mais elle est pratiquement sûre de ne pas faire un travail exemplaire et il semble s'en amuser à chaque fois. Il reste près d'elle, sans rien dire, aucun des deux ne bougent. Ils semblent simplement apprécier cette proximité au beau milieu d'un couloir de l'hôtel. Finalement, c'est Roan qui brise le silence en murmurant   « Je pars quelques jours seulement et tu me remplaces déjà? » elle ne le voit pas mais devine son sourire au ton de sa voix. Elle sent son parfum qui l'enivre totalement, elle sent son souffle contre sa peau, elle sent les battement de son cœur s'accélérer.  Il a un tel effet sur elle que cela en devient littéralement effrayant pour la jeune blonde. Son souffle contre son oreille lui fait perdre la tête. Il est si proche, mais pas assez encore pour elle, pour son cœur qui réclame plus d’attention et bien d'autres choses totalement inavouable pour le moment. Elle a bien du mal à se le sortir de la tête, malgré ses efforts et les remarques régulières de Arianna qui lui rappelle à chaque instant qu'il n'est pas un homme pour elle. Qu'elle devrait s'éloigner de lui avant qu'il ne soit trop tard. Mais au fond, il est sans doute déjà trop tard pour elle. Trop tard pour qu'elle puisse s'enfuir. Et elle n'a aucune envie de fuir au fond. Elle se complait dans cette situation « A ta place je me méfierais de Ezio. » Elle ne se retourne pas, et ferme les yeux une demi seconde comme pour faire durer un peu plus longtemps ce moment. Un sourire plus sincère à présent éclaire son visage. Lui non plus ne bouge pas, il joue de cette proximité, il se joue d'elle et elle tombe dans le panneau. Elle n'arrive plus à réfléchir correctement dès qu'il est prêt d'elle. Une telle proximité entre les deux n'est pas une chose inhabituelle, ils jouent ce jeu du chaud et du froid depuis le début. Ils flirtent et pourtant ne franchissent aucune frontière. Ils gardent une certaine distance, même si elle est infime, elle persiste. Même si parfois, elle ne semble plus si évidente que cela. La tension entre les deux jeunes gens est palpable bien que les deux concernés ne semblent pas réellement  y faire attention. Ou plus simplement ne pas y vouloir y prêter attention. Pourtant c'est clairement évident que les deux ont terriblement envie d'effacer toutes barrières entre eux. Faye ne peut nier qu'elle a très envie de goûter à ses lèvres à chaque fois qu'elle le croise. Jamais cette tentation n'a été aussi forte avec aucun homme dans sa vie. Mais quelque chose semble les retenir, quelque chose semble s'immiscer entre eux à chaque instant. Comme s'ils s'interdisaient d'aller plus loin au risque de voir leur petit jeu de séduction voler en éclat. Elle ne sait pas vraiment ce qu'il en est de son côté, si c'est un simple jeu ou non. Mais pour elle, ce n'est pas qu'un simple jeu. Du moins ça ne l'est plus réellement, mais elle ne cède pas pour autant. Elle a bien trop peur de la réaction de Roan, elle connait sa réputation et si elle décide de ne pas y faire attention, si elle décide d'ignorer tout ce que l'on peut murmurer sur lui au détour des couloirs, elle ne peut s'empêcher de mettre une barrière autour de son cœur. Pour se protéger,car la chute risque d'être mortelle pour elle. De peur de se faire avoir, de peur de tomber dans le panneau comme toutes les autres. Mais elle sait aussi qu'il ne se comporte pas exactement avec elle comme il le fait avec le reste de la gente féminine. Et c'est sans doute cela qui la trouble encore plus. Elle ne sait pas sur quel pied danser. Elle ne sait pas si i est sincère ou si c'est simplement une manipulation pour obtenir ce qu'il veut. Elle ne sait plus. Et elle ne veut pas vraiment s'avouer que toute cela pourrait être plus réel.  Elle essaie pourtant mais elle sait que c'est trop tard pour s'éloigner. Elle le sait mais le nie en bloc. Elle est sous son charme et ne peut pas s'en sortir indemne. Impossible. Cette fois c'est elle qui prend l'initiative de briser ce rapprochement pour reprendre une certaine distance. Une distance de sécurité pour elle. Elle a besoin de reprendre ses esprits et rapidement «  Roan  » dit-elle tout en lui faisant face. Le jeune homme s'appuie alors contre le mur à droite et plonge son regard dans celui de la jeune blonde. Pour Faye à ce moment présent tout à disparu pour elle, ils sont seul au monde. Elle a ce sourire extatique qui traduit à la perfection sa joie de le revoir et elle a ce regard à chaque fois qu'elle pose ses yeux sur lui et ce depuis le premier jour. On dit bien que tout se lit dans le regard, et c'est exactement ce qui se passe pour Faye. Elle a beau vouloir cacher ses sentiments, elle a bien du mal lorsqu'elle est en face  de lui. Elle est bien trop heureuse de le revoir pour que cela passe inaperçue auprès des autres personnes autour d'eux. Elle en oublie presque le fait qu'elle doit retourner travailler. Mais elle évite délibérément sa question, qu'est ce qu'elle peut lui répondre? Bien sûr que non elle ne le remplace pas car c'est impossible. Personne ne peut le remplacer.  Cependant elle décide de ne pas relever sa remarque car elle ne peut décemment pas répondre ce qui lui passe par la tête. Ce ne serait clairement pas approprié à leur situation « Comment s'est passé ton voyage? » elle se met à marcher avec lui vers le bureau. Sur le trajet, ils croisent Sasha, une employée qui déteste clairement et ouvertement Faye, et qui ne cesse de lui rappeler à chaque occasion. Faye n'en fait pas cas, elle a bien d'autre chats à fouetter que la jalousie mal placé de Sasha, cependant le regard noir qu'elle lance à Faye ne présage rien de bon pour le reste de la journée. Mais Faye reporte rapidement son attention sur Roan, et elle attend avec impatience sa réponse. Elle n'a jamais quitté l'Angleterre elle, à peine Londres pour ainsi dire. Pourtant, elle rêverait de pouvoir partir découvrir le monde. Sans s'en apercevoir leurs mains se frôlent et aucun des deux ne s'éloignent pour autant. Faye ne peut s'empêcher de sourire mais elle ne dit rien, trop heureuse que Roan soit de retour. Les journées de travail sans sa présence lui paraissait bien longues et beaucoup moins intéressantes  «  Comme d'habitude du business et beaucoup de rencontres. » son ton est désinvolte mais Faye remarque son regard en coin probablement pour essayer de lire une quelconque expression sur son visage, mais la jeune blonde ne laisse rien paraître même si elle se demande si ces rencontres étaient exclusivement féminines. Elle ne peut s'empêcher de ressentir cette pointe de jalousie irrationnelle lorsqu'il laisse sous entendre ce genre de chose ou bien lorsqu'elle le voit en compagnie d'une autre femme. Elle sait qu'elle n'a aucun droit d'être jalouse, il ne lui appartient pas et ne lui appartiendra probablement jamais mais elle ne peut réfréner ce sentiment. Pourtant, elle n'est pas naïve et sait pertinemment qu'il passe de fille en fille. Arrivés devant la porte, le jeune homme l'invite à entrer pour terminer leur conversation mais elle s'arrête sur le pas de la porte. Pas qu'elle n'a pas envie de le rejoindre et de parler pendant un moment, mais parce qu'elle doit retourner à son poste avant de se faire remonter les bretelles. Mais elle ne résiste pas à l'envie de poser la question sur la nature de ces fameuses rencontres lors de son voyage «  Tu as rencontré des personnes intéressantes? » même si elle cache au maximum sa curiosité, il sourit tout en croisant les bras sur son torse et s'appuie contre son bureau. A-t-il sentit cette infime part de jalousie de Faye? Elle ne saurait le dire mais elle baisse les yeux et sent ses joues rosir sans réelle raison. Mais pour sauver les apparences elle se force à le regarder dans les yeux et tente de calmer le feux sur ses joues - qui elle espère ne soit pas - «  Serais tu jalouse mademoiselle Daniels ? » elle secoue la tête rapidement de gauche à droite comme pour évincer tous doutes sur ces intentions. Et elle s'empresse de répondre pour éviter toute fausse interprétation également «  Non qu'est ce que tu vas imaginer. Je parlais des personnes intéressantes pour l'hôtel?!! » il sourit et ôte sa veste en cuir qu'il pose délicatement sur le dossier de sa chaise. Lorsqu'elle aperçoit un bandage sur son avant bras, elle se pose des milliers de questions et elle remarque alors que sa main droite affiche quelques bleus. Instinctivement elle tend légèrement la main vers lui sans pour autant que ce soit flagrant et a terriblement envie de prendre sa main dans la sienne pour s'assurer qu'il va bien. Il remonte les manches de sa chemise et attrape un dossier sur son bureau. Faye s'avance un peu plus à l'intérieur du bureau, si elle sait qu'elle doit aller travailler elle ne peut s'y résoudre pour le moment. Elle entre ouvre la bouche pour lui demander ce qu'il s'est passé mais le fait que Roza Solano entre dans le bureau la coupe dans son élan. Roan lève la tête vers sa mère et regarde Faye, plus aucun sourire, un visage fermé qui la surprend quelque peu mais elle décide de ne pas réellement y prêter attention « Merci Faye je n'ai plus besoin de tes services, tu peux retourner à ton poste.  » la jeune blonde salue d'un geste de tête et d'un bonjour timide madame Solano et sort rapidement du bureau tout en refermant la porte derrière elle. Elle s'appuie quelques secondes contre cette dernière pour reprendre ses esprits et rejoint le bar tout en ajustant son chemisier. Elle rejoint Logan qui lui lance ce regard tellement accusateur sur le temps qu'elle l'a laissé seul gérer. Elle passe derrière le bar et jette un œil à la salle du bar de l'hôtel et voit simplement un client. Mais Logan hausse les épaules tout en rangeant les bouteilles. Elle regarde derrière lui et aperçoit au moins une dizaine de cartons. Elle affiche une petite moue mais Logan lui fait signe de se mettre au travail. Faye aime travailler avec Logan, il est une des seules personnes à l'hôtel à lui parler normalement. Peut être parce que c'est un homme et que par conséquent il a que faire de Roan Solano «  Tu as vu avec qui on travaille ce soir?  » elle attrape un carton et le pose délicatement mais pas sans effort sur le comptoir afin d'en sortir les bouteilles d'alcools « Monsieur Solano est de retour de son petit voyage. » un sourire s'affiche sur le visage de Faye comme à chaque fois que l'on parle de Roan en réalité «  Et si tu veux mon avis c'était bien mieux quand il était à des kilomètres d'ici. » elle arque les sourcils et se tourne vers Logan en lui tendant un bouteille de whisky. Elle préfère ne rien dire, elle ne veut surtout pas entrer dans cette conversation mais elle est tout de même curieuse de connaître l'avis de Logan, lui qui habituellement est plutôt discret. Lui qui généralement fait son travail, obéit mais surtout ne donne pas son avis « On avait pas à subir sa mauvaise humeur et ses ordres et puis sa soeur est bien plus agréable à regarder. » elle se mort la langue pour ne pas lui répondre, elle se force à ne pas prendre la défense de Roan et pourtant ce n'est pas l'envie qui lui manque. Elle sait qu'elle sera sur la défensive, et elle sait aussi que ce comportement serait interprété d'une certaine manière et elle ne comptait pas se faire d'avantage d'ennemies que ce qu'elle a déjà en prenant la défense de Roan. Elle prend réellement sur elle pour ne pas lui répondre, elle hausse simplement les épaules et continue à faire son travail. Elle continue à vider les cartons et rien de plus. Le bar est relativement calme à cette heure là. Quelques heures plus tard, le bar est en ordre et Logan prend sa pause. Faye regarde autour d'elle et soupire. Alors dès que c'est calme et qu'elle se retrouve seule, elle sort un petit bloc note de sous le bar, et un crayon noir et commence à griffonner sur la feuille. Elle bloque son regard sur le vitrail de la vitre devant elle, elle  l'a toujours trouvé magnifique et la lumière du hall est plus que parfaite aujourd'hui selon elle. Elle commence à faire une esquisse, doucement elle sourit lorsqu'elle entend sa voix. C'est presque un automatisme pour la jeune blonde. Cependant elle reste les yeux sur sa feuille. Elle continue à dessiner sans vraiment être concentrée sur sa feuille, puis lorsqu'elle lève les yeux vers lui, elle se perd totalement. Elle se perd dans les nuages. Son esprit s'évade encore une fois, et elle est totalement obnubilé par lui. Par sa voix. Il est beau, la beauté de sa peau, ses tatouages, les courbes de ses muscles de ses avants bras, lui sont familiers et pourtant elle aimerait mieux les connaître. Ses yeux se balade sur le jeune homme, et elle a parfaitement conscience que ce n'est vraiment pas un comportement à avoir envers son patron. Seulement, elle ne peut faire autrement. Comme si il lui avait jeter un sort pour qu'elle ne pense qu'à lui. Pour qu'elle ne voit que lui et personne d'autres. Comme si lorsqu'il était dans les parages son cerveau cessait de raisonner. Mais lorsqu'il détourne son attention vers elle, enfin elle n'est pas certaine qu'il la vu. Mais elle est gênée, prise en flagrant délit pour ainsi dire. Elle regarde rapidement ailleurs et remet une mèche de ses cheveux derrière son oreille.  Elle secoue la tête d’un air renfrogné pour cacher ce désir qui palpite sous sa peau, dans ses veines. Elle ordonne intérieurement à son cœur de ne pas s’emballer pour si peu, c'est totalement ridicule. Elle ordonne également à son corps de ne pas s’enflammer comme ça au point de réclamer celui de Roan comme si elle ne pouvait plus penser à rien d'autre et à son esprit de taire les pensées pas dignes d’une jeune fille, même si les filles ont le droit de penser à ce genre de chose, elle n’a pas le droit d’y songer avec Roan. Et pourtant ce n’est pas l’envie qui lui manque d’imaginer de belles choses entre leurs deux corps. Un léger soupire s'échappe de ses lèvres et un sourire au coin se dessina sur son visage a souvenir de son rêve cette nuit. Mais qu'est ce qu'il lui arrive? Elle abandonne son crayon et attrape rapidement un verre pour se servir de l'eau. Il faut vraiment qu'elle arrête, il faut qu'elle se ressaisisse rapidement. Elle boit d'une traite son verre d'eau et essaie de chasser Roan de son esprit seulement le fait qu'il la regarde comme ça n'aide pas vraiment la jeune blonde. Il fait un pas vers le bar mais il est arrêté par Alec qui lui murmure à l'oreille quelque chose qui doit être l'équivalent d'une mauvaise nouvelle car son sourire disparait rapidement pour laisser place à un visage totalement sérieux et fermé. Pourtant ses yeux ne quitte pas ceux de Faye. Il finit par faire demi tour et partir avec Alec. Faye est quelque peu déçue, elle aurait voulu continuer leur conversation d'un peu plus tôt, elle veut en savoir plus sur son voyage mais visiblement ce n'est pas pour de suite. Et peut être que c'est une bonne idée aussi car cela lui permettra de faire le vide de sa tête.  
 

_________________

    You and I, we're one too many worlds apart It really shouldn't work but it does, and side by side, we're different but somehow the same, it really shouldn't work but it does when it comes to us


Dernière édition par Faye Daniels le Mar 12 Avr - 23:12, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 119
ϟ ID Card : lady berry (caroline)

MessageSujet: Re: (Faye) lonely heart club.   Dim 6 Mar - 12:14

 Assise  à une table dans le jardin de l'hôtel Faye laisse tomber sa tête et décide de jeter l'éponge. Cela fait plus d'une vingtaine de fois qu'elle lit et relit l'analyse de l’œuvre en espagnol et elle n'y comprend strictement rien malgré tous les efforts qu'elle fait. Elle n'y arrivera jamais alors quoi bon perdre son temps. Elle abandonne l'idée qu'un jour elle pourrait comprendre ce texte devant elle. La peinture, elle la comprend, elle peut en parler des heures et des heures, mais le texte impossible. C'est comme si elle lisait un texte en hiéroglyphe ou en japonais. Une succession de formes, de symboles qui sont censés former des mots avec du sens mais qui pour elle reste un grand mystère. Elle soupire tout en laissant sa tête sur son bras, elle a sacrifié  sa pause déjeuner pour travailler et elle n'a pas avancé du tout. Même pas un petit peu. Elle se maudit d'avoir dû prendre un cours en espagnol et elle maudit aussi le professeur de ne pas être compréhensif. Ce n'est clairement pas sa faute si elle n'est pas douée pour les langues étrangères, et elle n'a aussi aucune envie de faire des efforts il faut qu'elle l'avoue. Elle est  totalement désespérée et au bout du rouleau. Elle sait d'avance qu'elle va devoir passer sa soirée à la bibliothèque de l'université et qu'elle va devoir se faire à l'idée de prendre des cours du soir pour cette matière. Elle sait qu'elle peut très bien avoir son diplôme même si elle coule littéralement dans cette matière mais ce n'est pas son genre. Elle aime exceller dans tout ce qu'elle entreprend. Elle n'aime pas baisser les bras à la première difficultés. Elle n'est pas comme ça. Mais prendre des cours du soir signifie réduire ses heures à l'hôtel pendant quelques temps, et aussi cela signifie qu'elle va devoir passer du temps avec Roberto ou peut être Rafael, elle ne se souvient plus du prénom de ce camarade de classe tellement ennuyant et limite collant. Et rien que l'idée d'y penser la fait grimacer. Elle attrape son café en face d'elle, et en boit une gorgée. Le fait que son café soit froid lui arrache une nouvelle grimace et un soupir lorsqu'elle repose son gobelet. Elle pose son menton sur sa main droite et se met à fixer un point devant elle. Elle ne sait pas réellement ce qu'elle fixe mais peut importe, elle se perd peu à peu dans son monde. Elle pense à tellement de chose en même temps qu'elle ne sait plus où donner de la tête. Elle pense à son prochain cours de dessin, elle pense au dîner chez ses parents auquel elle a été forcée de se rendre, elle pense à la prochaine soirée avec Aria, elle pense également à cette maudite idée de cours du soir... Son esprit est à l'heure actuelle bien trop encombré pour qu'elle puisse penser clairement et prendre des décisions importantes. Elle veut simplement décrocher pendant quelques minutes, se vider l'esprit pour pouvoir respirer ne serait ce que quelques minutes. Elle ferme les yeux, profite du soleil sur son visage. La chaleur extérieure lui fait du bien, elle profite simplement elle fait abstraction de l'agitation dans l'hôtel, celle qui sévis dans sa tête. Elle passe une main dans ses cheveux  « Plus besoin de penser à moi comme ça, je suis là. » Faye sursaute et pose ses yeux sur Roan qui affiche un sourire malicieux. Elle ne s'attendait pas à le voir ici, pas à cette heure et encore moins aujourd'hui il faut le dire. Il n'était pas en charge aujourd'hui de l'hôtel et pour une fois elle était à des années lumières de penser à lui. Pour une fois  ses pensées n'étaient pas envahit par le jeune homme. Parce qu'elle a beau dire qu'elle se fiche bien de savoir s'il sera présent à l'hôtel, ou si elle ne le voit pas de la journée mais c'est tout le contraire. Mais il était encore impossible à Faye d'avouer qu'elle était clairement obsédée par le jeune brun. Elle n'était pas prête à avouer que de ne pas le voir de la journée la déprimait tout simplement. Elle n'a jamais été aussi accroc à une autre personne, jamais elle n'a eu ce besoin irrépressible de voir une personne pour que sa journée s'éclaire. Elle montrait clairement tous les symptômes d'une jeune femme amoureuse, mais bien sûr elle le niait de tout son être. Parce que Roan ne pouvait pas s'intéresser à elle de cette manière, elle ne faisait clairement pas le poids avec les filles qui lui tournaient autour en règle générale. Elle ne leur ressemblait à rien et elle ne comprenait pas bien pourquoi il passait autant de temps avec elle au fond. Elle n'arrivait pas à comprendre son intérêt pour elle. Alors elle lisait certaine chose dans son attitude envers elle, mais elle n'était pas sûre d'elle. Elle doute bien trop d'elle, de son pouvoir de séduction qu'elle en venait à se demander si elle n'était pas simplement un challenge pour le jeune brun, juste un jeu. Seulement, même si parfois cette idée lui traversait l'esprit, elle la chassait aussi vite parce qu'au final elle espérait. Elle espérait qu'il soit ainsi avec elle parce qu'elle était intéressante, parce qu'il appréciait sa compagnie. Si elle est sûre d'elle dans beaucoup de domaine, visiblement avec les hommes c'est différent. Elle fronce les sourcils en souriant légèrement  « Quoi? » surprise de sa présence Puis tout à coup, elle réalise ce qu'il vient de lui dire. Elle réalise qu'elle doit absolument lui démontrer qu'il a tord. Roan étouffe un rire taquin en voyant son expression, elle comprend alors qu'elle a l'air d'une totale idiote, elle doit se justifier. Elle ne sait pas bien pourquoi mais elle en ressent le besoin. Comme pour le détourner de sa réflexion et pour éviter qu'il s'imagine toutes sortes de choses à son sujet  « Je pensais au fait qu'il allait falloir que je prenne des cours du soir pour éviter d'échouer aux prochains examen en espagnol. » cette pensée lui arrache un soupir de désespoir. Elle referme le livre en face d'elle, mais la main de Roan se glisse entre les deux couvertures, elle le regarde perplexe devant son geste. Le jeune brun tire le livre vers lui et ré-ouvre l'ouvrage à la page sur laquelle Faye semblait être si désespérée « Je peux t'aider si tu veux. » il commence à lire les premières lignes et fronce les sourcils. Il est concentré sur la lecture et Faye ne peut s'empêcher de le fixer. De l'observer comme elle le fait bien trop souvent quand il ne regarde pas. Elle étudie chaque trait de son visage avec attention. Elle en oublie presque qu'ils se trouvent dans la cours de l'hôtel et que donc par conséquent n'importe qui passe près d'ici peut voir le regard qu'elle pose sur son patron. Car oui, elle avait bien souvent du mal à se souvenir que Roan Solano était son supérieur, elle avait du mal à se faire à cette idée. Quand elle était avec lui, elle oubliait tout autour d'elle et elle oubliait bien des fois le rôle qu'il avait dans cet hôtel. Du coin de l’œil, Roan la regarde peut être se sent-il observé avec attention. Elle oublie parfois que l'on ne peut pas regarder les gens comme elle regarde les œuvres d'art dans les musées.  Elle ne peut pas rester le regard posé ainsi sur les gens. Elle ne peut pas étudier sous toutes les coutures les autres personnes. Elle détourne rapidement son regard vers son gobelet de café qu'elle attrape pour jouer avec le couvercle en plastique noir. Elle se mord doucement la lèvre un peu honteuse d'avoir été prise sur le fait ainsi par Roan. Puis comme pour reprendre le dessus, et éviter que le jeune homme ne fasse une remarque sur son indiscrétion elle enchaîne  « Tu t'y connais en art toi? » elle arque un sourcil, un brin provocatrice. Elle semble dubitative face à Roan. Elle reprend la main, elle rentre de nouveau dans leur petit jeu habituel. Jeu qui semble leur plaire à l'un comme à l'autre car ils ne semblent jamais lassés d'y jouer. Il semble offusqué par la remarque de la jeune blonde, limite vexé par son interrogation. Il la défie du regard avec un petit sourire en coin et il ouvre le livre à une page au hasard, et il regarde la peinture sous ses yeux. Faye l'observe de nouveau, mais différemment de la première fois. Elle n'étudie plus son visage mais attend patiemment sa répartie. Elle plisse les yeux et se pince les lèvres pour s'empêcher de rire car visiblement Roan semble un peu perdu face à la photo devant ses yeux. Même si Faye ne voit qu'une partie de la peinture, elle la reconnait immédiatement mais ne dit rien «  Je suis un Solano bien sur que je m'y connait! » il essaie de gagner du temps pour trouver l'artiste en question. L'effort est réel mais risible pour la jeune blonde. Elle se permet de se moquer de lui car l'art c'est son domaine à elle, comme Roan a d'autres domaines de prédilections dans lesquels Faye se sent complètement perdue. Mais elle apprécie l'effort du jeune homme pour sauver les apparences cependant, elle trouve cela craquant. Faye se rapproche un peu de lui, et tend son cou pour voir la page. Sans s'en rendre compte, elle se retrouve assez proche de Roan, elle peut sentir son parfum. Et si elle en prend conscience, elle sait qu'elle doit faire un pas en arrière, mais elle ne bouge pas. Bien trop attirer par le brun pour se détacher de lui. Elle pose ses yeux sur son visage et il tourne la tête en même temps. Leurs visages sont tellement proches, qu'elle peut sentir son souffle sur sa peau, ses yeux se plongent dans les siens. Personne ne parle. Personne ne bouge. La distance de sécurité n'est plus du tout présente.  La tentation pour Faye est bien trop grande, elle se perd bien trop dans son regard, le bruit d'une porte qui claque les ramène à la réalité. Ils prennent alors conscience de leur proximité bien trop dangereuse et Roan détourne alors le regard, Faye fait de même et reprend sa place. Il replonge son regard dans le livre. La page du livre est ouverte sur l'œuvre favorite de Faye La nuit étoilée de Vincent Van Gogh, elle ne sait pas vraiment pourquoi mais elle est amoureuse de cette œuvre. Elle pourrait passer une journée entière devant à l'observer, à l'étudier sous toutes les coutures sans se lasser une seule seconde. Les couleurs, les formes tout la fascine dans cette peinture, l'univers de l'œuvre en elle même la fascine, et un sourire se dessine sur ses lèvres «  Tu sembles absorbée par ce dessin? » elle quitte rapidement le livre des yeux pour poser ses yeux sur Roan. Elle pose de grands yeux sur lui comme s'il venait de dire une absurdité, elle reprend le livre dans ses mains et regarde de nouveau la représentation du tableau «  Ce dessein?? tu plaisantes c'est une œuvre d'art, c'est un des plus beau tableau que j'ai jamais vu et tu ne peux pas le rabaisser à un simple dessein. C'est.... » elle s'arrête en plein de milieu de sa phrase et regarde de nouveau le jeune brun qui semble amusé par son attitude et par son enthousiasme plus que débordant «  .... Désolée j'ai tendance à m'emballer pour cette peinture. »  et c'est peu de le dire. Elle est tellement passionnée que parfois elle ne se rend pas compte qu'elle part dans son monde, et que les personnes en face d'elle n'ont pas forcément envie de l'entendre parler pendant des heures de peintures et autres œuvres d'art. Elle oublie parfois que les personnes autour d'elle ne sont pas forcément branchés art. Elle oublie parfois qu'elle peut réellement passer pour une folle et une geek. Elle esquisse un petit sourire gênée, ce qui amuse un peu plus le brun à ses côtés «  J'avoue que je n'y connais rien. Mais je peux t'aider avec ton espagnol, je suis plutôt doué. » il accompagne cette affirmation par un clin d'oeil qui parle pour lui même, la jeune blonde sourit de plus belle et range son livre dans son sac posé sur la table en face d'elle. Cependant, elle ne peut s'empêcher de rebondir sur la remarque de Roan, bien trop tentant au final. Elle tourne la tête vers lui « Les cours de langues c'est ton univers ça hein?  » petite pique bien sentie de la part de Faye qui fait allusion à la réputation de Roan Solano dans l'hôtel. D'une conversation tout à fait banale et innocente, ils repartent rapidement sur leur jeu favoris: les sous entendus et un flirt sans doute un peu trop voyant mais qui les amuse beaucoup et dont il semble ne pouvoir se passer à chacune de leurs rencontres «  Mais tout à fait, j'excelle dans ce domaine. » un nouveau clin d'œil, un ton entendu et Faye ne peut s'empêcher de lever au ciel. Mais pas parce qu'elle est lassée, ou exaspérée. Non plutôt parce qu'elle s'attendait tellement à une telle réponse de part. Elle ne peut empêcher de laisser un petit sourire de naitre au bord de ses lèvres tout en regardant Roan visiblement fier de sa répartie du jour. Elle rapproche son sac vers elle et s'apprête à lui répondre, sur le même ton que lui mais le jeune l'interromps «  C'est quoi?  » il tend la main vers une feuille blanche qui dépasse du sac de Faye, mais d'un geste vif et rapide elle se hâte pour poser sa main sur la sienne afin de l'empêcher de prendre la feuille. Un instant elle reste interdite face à leur contact, comme si elle n'avait aucune envie de retirer sa main de la sienne, elle ne bouge pas. Elle plonge de nouveau son regard dans le sien, ce qu'elle semble faire bien trop souvent ces derniers temps pour que cela soit totalement innocent. Et le défie du regard. Il soutient son regard et ne bouge pas non plus. Faye laisse sa main sur celle de Roan mais lorsqu'il tente de sortir la feuille du sac, elle reprend ses esprits et tente par tous les moyens de l'empêcher de voir. Il ne faut pas qu'il prenne cette feuille, elle doit absolument tout faire pour qu'il ne voit rien « Rien. Rien du tout. Juste des esquisses que je fais quand je m'ennuie.  » elle tient bon, elle serre le sac presque contre elle. Elle s'y attache trop pour que cela ne paraisse pas suspect aux yeux de Roan. Il insiste lui aussi, aucun des deux ne semble vouloir céder «  Laisse moi voir Faye. » et si elle y met toute la volonté du monde, elle doit bien se résoudre à perdre cette bataille. Elle n'est pas assez forte en face de lui. Elle ne va pas pouvoir résister très longtemps pourtant elle ne perd pas espoir. Elle n'a aucune envie qu'il découvre ce qu'elle dessine lorsqu'elle s'ennuie. Elle se maudit de l'avoir fait en premier lieu «  Non non mais c'est nul non Roan... » elle le supplie du regard pour qu'il lâche l'affaire. Elle le supplie clairement mais le jeune brun ne semble pas atteint par cela. Il la regarde cependant pendant un petit moment avant d'attraper la fameuse feuille victorieux. Elle soupire quand il tire la feuille et pose ses yeux dessus, elle se cache tellement honteuse qu'il découvre ça. Il sourit en voyant le dessein. Elle sent ses joues prendre feu, elle se sent tellement honteuse. Honteuse comme jamais elle ne l'a été au final. Parce que le fait qu'il voit cela révèle bien trop de ce qu'elle peut ressentir pour lui. Cela révèle bien trop sur ce à quoi elle pense presque sans arrêt  « C'est très ressemblant à mon tatouage que j'ai juste la.... » il pose sa main sur les côtes de Faye qui frissonne littéralement à ce contact, elle espère seulement qu'il ne remarque pas à quel point elle est troublée à ce moment précis. Elle tente de cacher cette tentation de se rapprocher encore un peu de lui, de réduire cet espace entre eux. Elle perd clairement le contrôle, elle se perd totalement en sa présence. Elle n'aime pas cette sensation et pourtant, elle aime tellement la sensation de l'avoir près d'elle  « Roan je...  j'ai fait ça sans vraiment réfléchir et...  » probablement pas la meilleure défense, probablement pas la meilleure explication et en plus elle cherche ses mots. Il y a très peu de personne sur cette terre qui peuvent faire perdre à Faye ses moyens, très peu de personnes qui puissent la perturber autant. Mais Roan fait partit de ses exceptions. Mais dans ces moments comme celui-ci avec Roan elle avait toute la peine du monde à reprendre le dessus et à retrouver son habituelle facilité à parler comme si de rien n'était . Roan ne retire pas sa main et se rapproche encore d'avantage de la jeune blonde. Les yeux de Faye regarde partout sauf Roan « Je ne savais pas que j'occupais autant tes pensées ou plutôt que mes tatouages occupaient autant tes pensées. » elle soupire en croisant son regard. Leurs visages sont à quelques centimètres l'un de l'autre mais cette distance est parfaitement maitrisée - ou du moins en partie - Faye revient tout d'un coup à elle, elle a un mouvement de recul et arrache la feuille des mains du brun. Elle se lève rapidement et ranger ses affaires dans son sac « Pas du tout. C'est juste que j'ai vu ton tatouage la fois où .... enfin quand je t'ai aidé et j'y ait repensé après. C'est tout. » elle regarde sa montre et réalise qu'elle va être en retard pour prendre son poste au restaurant cette fois. Aujourd'hui, elle joue les hôtesses d'accueil au restaurant de l'hôtel. Roan sourit, et elle, elle fond littéralement mais tente de ne pas y prêter attention. Elle se déteste pour avoir ce comportement de midinette avec lui, elle déteste lorsqu'il la déstabilise aussi facilement. Elle n'arrive pas à maîtriser ses émotions en sa présence. Elle a du mal à garder son calme, sa sérénité avec lui. Chaque fois qu'elle se retrouve seule, elle se surprend à penser à lui, à se poser des questions sur leur relation, sur les émotions contradictoires qui l'envahissent constamment à son propos.  Elle déteste quand elle n'arrive pas à lui tenir tête. Elle sait qu'elle est sur une mauvaise pente, et elle essaie de faire son possible pour éviter de tomber « Ma pause est finie. Je dois y aller. » elle lui tourne le dos sans attendre une réponse ou un geste de sa part et elle soupire. Elle prend une grande inspiration et dépose ses affaires dans le vestiaires des employés afin de reprendre son poste pour le reste de la journée. Elle essaie de chasser toutes pensées concernant Roan de sa tête, mais cela n'est pas si simple. Le fait qu'il passe à chaque fois devant elle en affichant son sourire le plus charmeur n'aide pas réellement la jeune blonde à ne plus penser à lui. Elle sait qu'elle ne devrait pas avoir ce genre de pensées envers lui, elle sait qu'elle est une simple distraction pour lui et qu'il aime jouer de ses charmes avec la gente féminine, seulement elle n'arrive pas à résister. Sans doute sa naïveté encore un peu accentuer lorsqu'il s'agit de Roan lui joue des tours. Peut être parce qu'il est le premier garçon pour qui elle ressent ce genre de chose. Le premier vrai coup de cœur est souvent le plus brutal, le plus déstabilisant au fond. Lorsque la journée arrive à sa fin, Faye n'est pas mécontente de quitter enfin l'hôtel. Elle est épuisée mais pourtant elle sait qu'elle ne pourra pas se cacher sous sa couette dès qu'elle sera dans sa chambre universitaire, car après sa journée de travail à l'hôtel l'attendait un tas de boulot pour ses cours. Et demain elle passait la journée à l'université, donc elle aurait le temps de faire le vide dans sa tête et de tenter d'oublier Roan et cette journée. Oublier qu'elle s'est carrément ridiculiser devant lui. La jeune blondinette ne tarde pas à être rejoint par sa meilleure amie dans le vestiaire et si Faye avait la ferme intention de parler d'autre que de Roan, ce n'était pas le cas de Aria qui ne tarde pas à l'amener dans la conversation après avoir bien pris soin de dé vérifier qu'elles étaient bel et bien seule dans la pièce «  Faye il faut que tu arrêtes ce petit jeu. » elle ouvre son casier et dépose son badge tout en jetant un regard entendu à sa meilleure amie qui décide comme à son habitude de jouer les parfaites innocentes. Seulement, Faye peut tromper son monde comme elle le souhaite, mais Aria c'est plus compliqué. Car d'une part la brunette la connait mieux que n'importe qui sur cette terre, et elle est aux premières loges pour voir le comportement de Faye et le petit jeu que Roan à instigué dès l'arrivée de la blondinette à l'hôtel. Aria surveille de loin, mais elle garde un œil sur ce petit manège, qui ne lui plait guère. Faye le sait, et pourtant elle s'obstine à ne rien dire, elle s'entête à dire à Aria qu'elle se fait des idées. Si au début, elle pouvait se permettre d'avoir ce genre de comportement, aujourd'hui c'est bien plus compliqué à cacher «  Je ne vois pas de quoi tu parles. » elle range son badge à son tour dans son casier, et dépose les clés de la réserve sur le porte clés près de la porte d'entrée. Elle s'apprête à ouvrir la porte mais Aria la retient  « Arrêtes de me prendre pour une idiote s'il te plait. Je te connais, je sais ce que veux dire ce sourire, ce regard. » Faye affiche cet expression hautaine sur le visage. Cette expression qui énerve Aria, qui énerve aussi son frère. Elle le sait mais c'est son moyen de défense quand elle ne souhaite pas avoir une conversation. Faye peut être un véritable amour, mais elle peut aussi être assez hautaine quand elle le souhaite. Elle peut être dédaigneuse et être d'une mauvaise foie imparable. Ce qu'elle semble appliquer avec sa meilleure amie à l'instant présent « Éloigne toi de lui, il n'est pas pour toi et il n'est pas ce que tu crois. » elle en a assez d'entendre toujours la même chose. Toujours la même rengaine. Elle n'en peut plus, elle est assez grande pour savoir si elle a envie de jouer le jeu avec Roan ou non. Elle est assez adulte pour savoir dans quoi elle s'embarque, et si elle finit le cœur brisé tant pis. C'est son choix. Du moins ce c'est qu'elle pense mais la vérité est bien différente. Elle est bien trop sous son emprise pour faire la différence entre le bien et le mal, elle ne peut pas faire la différence entre le jeu et la manipulation. Elle enfile sa veste et pose son sac sur son épaule «  Aria je t'adore mais ne me dit pas quoi faire. » elle lui répond sur un ton calme. Elle n'a aucune envie de se disputer avec sa meilleure amie et surtout à cause de cette histoire. Elle n'a pas envie de se prendre la tête sur quelque chose qui n'existe pas, car au final elle n'a rien fait de mal avec Roan et il ne s'est strictement rien passé entre eux et il ne se passera rien. Jamais. Elle sourit à Aria et ouvre la porte pour sortir, les deux jeunes femmes marchent dans les couloirs un moment silencieuse. Faye pense que la discussion est close cependant Aria revient à la charge rapidement et évoque l'argument qui met hors d'elle Faye très rapidement « Ton frère n'acceptera jamais. » elle lève les yeux au ciel et soupire assez fort pour qu'Aria l'entende. Pour lui montrer qu'amener son grand frère sur le tapis est un coup bas et vraiment pas nécessaire « Et alors? non mais je vais pas me marier avec lui et puis arrête je .... enfin je sais pas ce qu'on est mais il n'y a rien entre lui et moi, et il n'y aura jamais rien. » elle s'arrête en plein milieu du hall et s'aperçoit qu'elle a peut être parlé un peu trop fort. Mais elle ne supporte plus les remontrances de son amie à ce sujet, alors elle veut juste arrêter toutes allusions inutiles. Mais dire ces paroles à hautes voix la font réfléchir à bien des choses. Car oui elle ne savait pas ce qu'elle était pour lui, et elle en prenait conscience. Aria peut sans doute lire le doute dans ses yeux et s'engouffre sur ce chemin pour tenter de faire prendre conscience à Faye qu'il faut qu'elle s'éloigne de Roan et au plus vite « Faye, je veux pas que tu sois blessée.  » elle pose une main sur son épaule et plonge son regard dans le sien. Le regard d'Aria est plus que sincère et Faye le sait, elle sait qu'elle sera toujours la pour elle et qu'elle ne veut que son bonheur. Elle ne veut que son bien être, mais Faye a tendance à se braquer bien trop rapidement quand on touche le sujet Roan. Sujet sensible pour la jeune blonde ce qui n'échappe à Arianna «  Merci de t'inquiéter pour moi Arianna, mais je n'ai pas besoin de toi. » elle tourne les talons et prend la direction de la sortie, la brunette lui emboite le pas et ajoute « Tu ne pourras pas dire que je t'avais prévenue.  » ce qui ne manque pas de contrarier encore une fois Faye. Elle déteste ce genre de phrase toute faite, elle déteste ce genre de morale. Elle n'a pas envie qu'on lui dise quoi faire, elle n'est pas du genre à se laisser dicter ses choix, ses actions. Sa vie lui appartient, et elle en fait ce qu'elle veut. Elle a tenue tête à ses parents sur son orientation de carrière, il était clairement hors de question qu'ils décident de son avenir. Et il est encore moins acceptable qu'on lui dicte quoi que ce soit dans sa vie privée. Si elle a envie de foncer tête baissée dans cette histoire avec Roan, c'est son choix. Si cela se passe mal, elle ne pourra s'en prendre qu'à elle même un point c'est tout. L'air frais de l'extérieur surprend quelques peu Faye, qui par réflexe resserre ses bras contre elle. Après s'être habitué à la nouvelle température, Faye sort un paquet de cigarette de son sac à main et attrape une cigarette qu'elle garde entre ses doigts le temps de cherche son briquet. Elle fouille dans son sac mais ne trouve rien. Elle râle un instant sur le fait que son sac est vraiment trop grand et qu'elle devrait arrêter de vouloir y mettre autant de choses. Aria à ses côté ne dit rien mais étouffe un rire ce qui lui vaut un regard noir bien sentie. Elle lève les mains comme si elle prouvait son innocence totale, et Faye replonge dans son sac « Si tu le vides sur le trottoir le briquet pourrait refaire surface.  » elle lève les yeux vers cette voix qu'elle ne peut plus se sortir de la tête, et soupire lorsqu'elle croise son regard amusé. A croire que se moquer de Faye est un de ses plaisirs coupables. Il écrase sa cigarette dans le cendrier extérieur et jette le mégot à la poubelle avant de faire les quelques pas qui le sépare de la demoiselle. Il arrive à sa hauteur et sort le briquet de sa poche tout en laissant apparaître la flamme pour Faye. Elle hésite un instant et finalement elle laisse tomber l'idée de trouver le sien, et il a raison la seule solution est de vider son sac sur le trottoir. Et elle s'est assez dévoilée comme ça à Roan pour aujourd'hui. Elle s'approche de lui afin d'allumer sa cigarette et le remercie par un geste simple de la tête.  Il échange un regard avec Faye « Demain matin six heures à la réception.  » elle fronce les sourcils alors qu'elle porte la cigarette à ses lèvres  « J'ai ma revanche à prendre, tu m'as mis au tapis tu te souviens?  » il accompagne sa phrase d'un clin d'œil et il entre dans l'hôtel sans ajouter autre chose. A l'évocation de ce souvenir, Faye ne peut s'empêcher de sourire. Elle l'avait certes mis au tapis, mais elle devait aussi avouer qu'elle n'avait pas vraiment jouer fair play, cependant elle avait surpris et elle avait réussi à gagner. Elle se perd lentement dans ses pensées, elle perd lentement dans les souvenir de son premier cours de self défense avec le brun mais elle est rapidement ramener à la réalité par sa meilleure amie qui signale sa présence   «  Tu as raison il ne se passe clairement rien entre vous. » sa voix est remplit de reproches cela peut s'entendre à des kilomètres ce qui exaspère encore un peu plus Faye pour la soirée. Elle soupire une nouvelle et montre son agacement certain à Arianna. Le trajet retour se fait dans le silence, aucune des deux amies ne parlent. Parce qu'aucune ne pourraient démordre de leur position. Et Faye n'a vraiment pas envie de subir une leçon de morale à cette heure, elle est bien trop fatiguée pour ça. Finalement, Faye n'aura pas le courage de rentrer à l'université et elle rentrera chez ses parents pour s'écrouler rapidement dans son lit jusqu'au lendemain. Et même si elle n'aime pas se lever aux aurores, et encore moins pour faire du sport, elle le fera avec plaisir ce matin là.


- in the history of bad ideas this is light-years
ahead of everything -
 

Faye fixe le plafond depuis un bon moment maintenant. Le soleil n'est pas encore levé et pourtant elle, elle est bien réveillée. Et malgré le fait que ce soit une heure matinale, elle n'arrive pas à trouver le sommeil. Mais elle n'est pas fatiguée pour autant. Son esprit est complètement ailleurs, elle fixe seulement le plafond blanc de sa chambre universitaire et elle ne peut s'empêcher de sourire. Le souvenir de ce baiser avec Roan occupe toutes ses pensées, elle ne pense qu'à ça depuis hier. Elle se mord la lèvre inférieure et ferme les yeux tout simplement pour se remémorer encore un peu plus ce qu'elle a ressentie au moment où le jeune homme a posé ses lèvres sur les siennes. Elle passe ses doigts sur ses lèvres comme si elle sentait encore ses lèvres sur les siennes.  Être romantique n’a jamais fait partie de la personnalité de Faye, ou du moins elle s’en est persuadée au fil du temps. De nos jours, les filles semblent toute avoir le même discours, elles ne croient plus au prince charmant, au grand amour, tout le monde semble désabusé. Et si Faye suit le mouvement bien des fois au fond d'elle, elle a gardé cette petite partie d'elle qui croit à tout ça. La vérité est qu’une étagère entière de sa bibliothèque est dédiée à ces films qui mêlent humour et romance et qu’elle se perd volontiers dans les œuvres d’auteurs tels que Jane Austen et Charlotte Brontë. Elle aime aussi secrètement les gestes et petites attentions qu’un homme peut offrir à une femme, aussi minimes soient-ils. Et ce baiser avait réveillée son côté romantique et bien des choses en elle aussi. Mais elle n'arrivait pas à mettre des mots sur ce flot de sentiments qui la parcouraient. Totalement perdue dans ses souvenirs, elle ne fait même pas attention à sa colocataire qui lorsqu'elle se réveille décide de mettre la musique bien trop forte pour que ce soit autorisé d'aussi bonne heure. La seule chose qu'elle fait c'est mettre son oreiller sur sa tête, comme si cela pouvait faire taire la musique qui lui agresse les oreilles. Si elle n'était pas d'aussi bonne humeur, elle aurait sûrement déjà fait un scandale sur le comportement de Billie. Mais ce matin, elle n'a aucune envie de se prendre la tête, elle n'a qu'une envie le revoir. Elle a envie de goûter de nouveau à ses lèvres, de sentir son corps contre le sien. Elle se lève rapidement et passe par la salle de bain, elle ne peut plus attendre une minute de plus, elle a besoin de retrouver son sourire, ses bras. Elle a besoin de lui, c'est comme si elle était en manque. En manque de Roan. Faye est irrémédiablement et indéniablement accroc à Roan, à sa présence, à ses sourires. Et chaque jours qui passent confirme cela un peu plus à chaque fois. Si avant le baiser elle tentait de se raisonner à propos du jeune brun, maintenant c'était impossible. Elle n'a pas été la seule à être troublée par ce baiser, par ce rapprochement, par cette électricité qui était passé entre eux. Ou du moins elle espérait ne pas se faire des idées.  Elle jette un œil à sa montre et s'aperçoit qu'elle a deux heures d'avance sur son service, elle soupire et décide de ne pas aller directement à l'hôtel. Elle s'arrête au coffee shop à deux pas de l'hôtel et pour une fois, elle s'assoit à une table pour profiter de son petit déjeuner. Le café est pratiquement désert à cette heure là encore, seuls quelques étudiants ont déjà le nez dans leurs écrans d'ordinateurs ou leurs téléphones portables. Deux hommes en costume cravate semble préparer leur réunion matinale. La jeune blonde prend place sur un des canapés du café près de la fenêtre. Habituellement, elle aurait sortit de quoi faire quelques esquisses, ou bien elle aurait ouvert ses cours pour les relire mais ce matin, elle ne pouvait pas se concentrer correctement. Elle ne pouvait pas penser clairement. Elle s'assoit et se perd dans la contemplation du paysage. Elle perd la notion du temps en regardant Londres se réveiller petit à petit, elle en oublie même de boire son café si bien que lorsqu'elle porte machinalement le gobelet à ses lèvres, elle grimace en avalant une gorgée de café froid. Elle regarde sa montre et s'aperçoit qu'il ne lui reste que vingt minutes avant la prise de son service à l'hôtel 41 pour la journée. Avant qu'elle ne quitte le café, son téléphone portable se met à vibrer, elle cherche dans son sac et lorsqu'elle le trouve enfin, elle soupire en réalisant le rappel qui vient de l'alerter.  Elle avait complètement oublié qu'elle devait donner une réponse pour son stage à Rome dans une galerie d'art. Cela lui était complètement sortie de la tête, peut être parce qu'elle n'avait pas très envie d'y aller, ou encore peut être parce qu'elle n'avait pas réellement pris le temps d'y penser également. Elle range son téléphone dans son sac et se met à marcher ne direction de l'hôtel, l'idée de ce stage lui trotte dans la tête. Elle n'arrivera pas à prendre une décision d'ici lundi, et encore moins maintenant. Accepter ce stage voulait simplement dire se retrouver à des milliers de kilomètres de Roan, et pour Faye cette idée était tout simplement inenvisageable. Elle ne pouvait pas partir quelques mois sans le voir, impossible. Arrivée devant l'hôtel, elle salue Ben, le portier avec qui elle a parlé plusieurs fois et se dirige rapidement vers l'accueil où Aria est déjà plongée dans le registre des départs de la journée. Lorsqu'elle aperçoit la présence de la blondinette devant elle, elle lève les yeux et sourit  « Tu as l'air de bonne humeur toi aujourd'hui. » Faye hausse simplement les épaules tout en souriant. Elle n'a rien dit à sa meilleure amie sur ce qu'il s'est passé avec Roan et même si elle meurt d'envie de lui dire, elle n'est pas certaine que ce soit une bonne idée. Aria n'apprécie pas Roan, et elle ne s'en cache pas. Elle œuvre d'ailleurs à pied d'œuvre pour éloigner Faye du jeune Solano. Alors lui parlait du baiser ne semble pas une bonne idée, car si Faye lui en parle Aria pourrait aisément deviner que sa meilleure amie est totalement amoureuse de Roan. Car même si Faye tente de minimiser son histoire, sa relation avec Roan, elle est bien trop sous son emprise, sous son charme pour que cela soit totalement innocent. Elle peut le nier autant qu'elle le souhaite mais ses sentiments sont bel et bien présents pour le jeune homme. Aria fronce les sourcils et plisse les yeux comme si elle essaye de lire dans les pensées de Faye «  On est vendredi et je ne travaille pas ce weekend. » elle sourit, elle espère convaincre sa meilleure amie avec cette raison, qui n'est pas la raison première de sa bonne humeur mais qui y contribue un peu aussi. Tout en écoutant Aria, ses yeux se balade dans le hall de l'hôtel dans l'espoir de croiser son regard. Mais lorsqu'il apparaît enfin dans son champs de vision, son regard est plus que noir, il n'a pas son éternel sourire affiché sur le visage auquel elle a droit habituellement. Elle plonge son regard dans le sien tentant de l'interroger silencieusement mais aucune réponse. Elle sursaute lorsqu'elle l'entend donner - ou plutôt hurler un ordre - à un employé. Elle sait que parfois il est d'humeur exécrable, elle l'a entendu mais elle na jamais vraiment vu le jeune homme ainsi, ce qui la surprend un peu. Elle hésite à aller vers lui mais le regard qu'il lui adresse la dissuade bien rapidement. Elle ne comprend pas vraiment pourquoi il est dans cet état, elle baisse les yeux et reporte son attention sur Aria qui semble ne pas y prêter attention. Comme si au final, ce n'était qu'une simple crise de la part de Roan, comme si elle était habituée à ce genre de comportement. D'ailleurs elle avait briefé Faye lorsqu'elle a commencé son travail à l'hôtel, elle lui avait dit que lorsqu'elle travaillerait sous les ordres de Roan ce genre de chose pouvait arriver très souvent et que dans ce cas là, il fallait simplement continuer à travailler et ignorer ses sautes d'humeurs «  Au fait tu as décidé quelque chose pour Rome? » elle ne quitte pas Roan du regard et secoue la tête négativement tout simplement. Aria claque des doigts devant le visage de Faye pour attirer son attention, et lui fait les gros yeux. La jeune brune n'a même plus besoin de parler, Faye comprend ce qu'elle pense. Elle sait qu'elle ne supporte pas Roan, et encore moins l'attention que Faye a décidé de lui porter. Elle ne comprend pas ce que son amie peut lui trouver. Et pourtant pour Faye c'est tellement évident, seulement elle ne connait pas la même facette de Roan. Il n'est pas qu'une simple attirance physique pour elle, il est bien plus que ça. Même si au fond elle n'a pu se l'avouer plus tôt. Il avait fallu ce baiser pour se rendre compte qu'elle était totalement accroc au jeune brun.  Du moins pour se l'avouer clairement et arrêter de se voiler la face et se cacher derrière le même discours. Encore et encore. Parce qu'elle pouvait toujours le nier pour les gens autour d'elle, mais elle ne pouvait plus se mentir à elle même. C'est finit. Elle regarde Roan passer à côté d'elle sans lui adresser un regard, ni un sourire. Rien du tout. Il passe simplement à côté d'elle. Mais elle décide de ne pas y prêter vraiment attention, il est simplement de mauvaise humeur et elle ne s'attendait pas non plus à ce qu'il l'embrasse devant tout le monde « On se voit au déjeuner. » Faye s'éclipse pour prendre son poste, elle retrouve Logan déjà derrière le bar en train de regarder Malaya qui prend son petit déjeuner à une table du bar tout en ayant son attention portée sur son ordinateur. Elle sourit et passe derrière le comptoir et commence à mettre de l'ordre dans l'arrivée des commandes. Malgré le fait que Roan l'ait ignorer quelques minutes plus tôt ne semble pas entacher sa bonne humeur. Tout en organisant les différentes bouteilles d'alcools pour qu'elles soient en ordre, et surtout pour que tout soit parfait elle ne peut s'empêcher de sourire car dans son esprit Roan ne cesse de revenir. Elle ne fait même pas cas des blagues plus que douteuses de Logan, elle l'écoute d'une oreille distraite lui raconter son rendez vous de la veille. En réalité, elle écoute toujours d'une oreille distraite ses récits. Elle ne cautionne pas vraiment le vocabulaire du jeune homme pour parler de ces conquêtes et cela ne la passionne pas du tout. Mais en tant que collègue sociable, elle écoute, hoche la tête de temps en temps et place un petit mot dans la conversation pour donner le change. Mais elle se languit de pouvoir s'éclipser et retrouver Roan ne serait-ce que pour quelques minutes. Elle ne demande pas grand chose. Elle veut juste retrouver son contact, la chaleur de son corps, de ses bras. Quand elle l'a embrassé, quelque chose en elle s'est produit assez important pour la troubler encore d'avantage. Elle a eu ce courant électrique qui l'a parcouru dans tout son être, une sensation étrange l'a littéralement animée. Jamais Faye n'a ressenti une telle émotion qui l'a autant chamboulé voire carrément déstabilisée. N'importe quelle personne vous dira que Faye est amoureuse de Roan, qu'elle a ressentit ces petits papillons qui s'activent lorsqu'une personne est sous le charme d'une autre. Mais Faye n'arrive pas mettre de mot dessus car c'est la première fois qu'elle ressent cela. C'est la première fois qu'elle tombe amoureuse ainsi « La terre appelle Faye. » elle ne réagit pas à son prénom mais elle sursaute quand Logan secoue sa main devant ses yeux. Elle revient à elle tout en souriant un peu embarrassée par ce moment d'absence sur son lieu de travail «  Il s'appelle comment? » elle regarde Logan en arquant un sourcil, ne comprenant pas où il veut en venir, ou plutôt elle fait semblant de ne pas comprendre. Cette attitude marche toujours bien pour elle « En tout cas il doit avoir fait un sacré numéro sur toi pour te mettre dans cet état. » il sourit et se moque gentiment de sa collègue qui ignore ses remarques. Ils se remettent au travail mais Logan semble avoir trouvé son nouveau jeu pour la journée : découvrir le prénom de l'homme qui fait sourire Faye ainsi. Mais son petit interrogatoire est interrompu par Roan et visiblement son humeur est toujours massacrante « Daniels ce rangement c'est n'importe quoi. Refais moi ça de suite. » après avoir aboyé son ordre, il s'en va. Faye reste figée un instant, elle baisse les yeux et entend les rires de ses collègues féminines dans la salle de service. Le reste de la journée se passe lentement pour Faye, elle n'arrive pas à attirer l'attention de Roan, et sa bonne humeur commence tout doucement à s'évanouir. Et elle commence à réaliser que le jeune brun n'a plus envie d'avoir aucun contact avec elle. Il l'évite, il est glacial. Elle fait bonne figure le reste de son service, même si elle n'a qu'une envie partir loin de l'hôtel pour se réfugier sous sa couette. Elle a été  bien naïve de penser que ce baiser signifiait la même chose pour lui que pour elle. L'indifférence dont il fait preuve à son égard est plus blessante que des mots. Elle ne comprend pas, vraiment pas. Elle ne sait pas ce qu'elle a fait de travers, si elle a dit quelque chose de mal. Car pour elle, il bien évident que c'est sa faute à elle. Ou peut être qu'il a eu ce qu'il voulait et que par conséquent il avait perdu tout intérêt en elle. Elle ne cesse de se poser des questions, elle va devenir folle. Et si elle répète à Aria à longueur de temps qu'elle en n'a que faire, qu'elle se fiche bien de ce qu'il peut faire ou ne pas faire, c'est bien le contraire qu'elle ressent. La lutte dans son âme est acharnée. Plus qu'acharnée même. Elle aurait aimé pouvoir en discuter avec quelqu'un, parler de ses doutes mais elle ne savait même pas quoi dire. Car elle est totalement perdue dans des tourments qui lui étaient jusque-là inconnus. Elle ne sait pas vers qui se tourner pour se confier concernant ses doutes alors elle garde tout simplement le silence. C'était la seule solution qu'elle avait: ne rien dire. Et oublier. Une fois sa journée terminée, elle regagne le vestiaire. Elle est soulagée de voir que personne n'est là. Elle ouvre son casier et attrape sa robe noire ainsi que les chaussures à talons pour la soirée en l'honneur de son père à laquelle, elle était obligé d'assister même si son humeur était au plus bas ce soir. Elle se recoiffe rapidement, passe un peu de fond de teint, un trait noir sur les yeux et la voilà prête. Elle reste un moment à se regarder dans le miroir accroché sur la porte de son casier, elle retient ses larmes comme elle peut et elle essaie surtout de chasser Roan de son esprit. Elle prend une grande inspiration et souffle pour se calmer. Elle recommence deux ou trois fois ce geste et ferme les yeux. Puis d'un coup elle claque la porte du casier, attrape son sac à main et son manteau et rejoint l'extérieur de l'hôtel sans prêter attention à qui que ce soit. Elle ne doit pas croiser son regard, elle ne doit pas le voir sinon elle pourrait craquer. Elle a juste besoin d'un petit moment loin de tout cette histoire, juste quelques jours et elle est bien heureuse de pas travailler le weekend. Lundi tout sera oublié, elle aura oublié et elle reprendra le cours normal de sa petite vie tranquille. Sa vie avant qu'il ne vienne la perturber. Sa petite vie bien trop tranquille, mais peut être que c'est mieux ainsi finalement. Une fois à l'extérieur, elle regarde si Jay est là, il lui avait promis de passer la chercher à la fin de son service pour qu'ils puissent se rendre ensemble à la soirée. Soirée à laquelle les deux enfants Daniels n'étaient pas réellement ravis d'être conviés au fond. Pour se calmer un peu, elle sort une cigarette de son sac et profite de ce petit moment de tranquillité. Seulement ce moment ne dure pas longtemps à son plus grand désarroi « Sérieusement Faye? » elle lève les yeux au ciel et soupire. Elle sait que Jay n'aime pas la voir fumer, elle sait qu'il n'aime pas ça et elle tente de le cacher un maximum quand elle est en sa présence mais ce soir elle en avait besoin. Il s'avance vers elle, lui arrache la cigarette des doigts et l'écrase dans le cendrier prévu à cet effet. Faye ne peut s'empêcher de protester mais cela ne semble pas affecter Jay. Il  a l'habitude de ce genre de comportement et il est aujourd'hui parfaitement immunisé. Elle lui adresse un sourire forcé et sur un ton parfaitement ironique elle lui répond  « Tu veux me passer les menottes maintenant ou on attend un peu que je commette un réel crime cette fois? » elle s'éloigne de lui, elle prend le chemin du métro. La seule chose qui pouvait l'empêcher de craquer ce soir était cette cigarette. Elle n'y avait pas pu y goûter jusqu'à la fin. Faye n'est pas le genre de personne à passer ses nerfs sur une autre personne qui n'est pas responsable de sa mauvaise humeur. Non elle n'est pas comme ça habituellement, mais parfois c'est plus fort qu'elle. Elle a dû mal à canaliser certaines de ses émotions, et ce soir la seule personne présente était Jay alors elle était désagréable avec lui. Le jeune blond la rejoint rapidement et se met à hauteur, il met les mains dans ses poches  et d'un ton totalement détaché il commence la conversation, en prenant soin d'ignorer la mauvaise humeur de sa soeur pour l'instant « Aria m'a dit que tu avais été sélectionné pour un stage à Rome. »ce qui en soit est une excellente nouvelle qu'elle aurait dû partager directement avec lui. Mais elle ne l'a pas fait. Seule Aria était au courant car elle avait vu la lettre d'invitation sur son bureau. Elle reste une seconde étonnée de cette affirmation, elle déteste quand Aria rapporte ce genre d'informations à Jay. Car elle sait très bien pourquoi elle a glissé cela dans la conversation. Faye sait que sa meilleure amie tente de parler à Jay à propos de Roan, elle est loin d'être idiote. Jay ne connait absolument rien de sa situation avec Roan Solano mais depuis quelques semaines, il en sait bien trop et se permet bien trop de donner des conseils à petite soeur. Faye sait très bien qu'Aria rapporte ce genre d'information, selon elle simplement pour le bien être de Faye et sa sécurité mais la jeune blonde n'en croit pas un mot «  Aria et toi vous parlez beaucoup ces derniers temps. » cela sonne comme un reproche mais aussi une interrogation. Elle n'avait pas idée qu'ils pouvaient autant parler dans son dos  « Je te vois pas souvent et tu ne me dis pas grand chose donc il faut bien que je pioche des infos sur comment va ma petite soeur!  » seulement Jay n'a jamais été envahissant dans la vie privée de Faye, il la laisse vivre. Mais elle sait qu'elle peut lui parler de tout et elle sait qu'il sera toujours là pour elle en cas de problème. Et Faye aime le fait que son frère ne soit pas constamment sur son dos. Seulement dernièrement, il prenait le mauvais chemin. Elle n'en pouvait plus des avertissements de Aria ou de Jay. Aujourd'hui, peut être qu'elle aurait dû les suivre, cette idée lui a effleuré l'esprit une minute, mais elle est assez grande pour faire ses propres choix. Si bien qu'elle évite soigneusement ce fameux stage à Rome. Elle préfère ne pas relever le sujet, elle n'a pas encore réellement pris sa décision même si elle sait qu'elle va devoir y songer très vite. La deadline est lundi matin, et elle n'a vraiment aucune idée de ce qu'elle va répondre  « Faye, je voulais te parler à propos de ton job à l'hôtel.  » un sourire remplie d'ironie habille le visage de Faye. Elle aurait pu en mettre sa main à couper que c'était le sujet que Jay voulait vraiment aborder avec elle.  Enfin par travail à l'hôtel, elle sait qu'il veut parler de Roan c'est une évidence seulement il préfère prendre un chemin détourné. Comme pour essayer d'apaiser la situation « Aria parle définitivement trop. » elle regarde des deux côtés la rue pour traverser et accélère le pas. Elle espère faire comprendre clairement à son frère qu'elle n'a aucune envie d'évoquer ce sujet là. Lui faire comprendre que ces conseils il peut les garder pour lui car elle ne les écoutera pas au final. Lorsqu'il s'agit de Roan, Faye n'en fait qu'à sa tête. Mais Jay ne semble pas vouloir se plier à la demande silencieuse de sa petite soeur. Il lui attrape le bras et la force à arrêter de marcher et de lui faire face  « Ca suffit Faye. On s'inquiète pour toi. » elle lève les yeux au ciel. Elle est plus qu'agacée. Elle en a assez d'entendre cette raison futile et tellement bateau « Tu devrais accepter le stage à Rome, tu as besoin de t'éloigner de Londres.  » elle se met à rire, mais c'est un rire nerveux. Un rire qui sonne faux, elle s'éloigne de nouveau de Jay puis après avoir deux pas, elle revient en arrière et se plante devant son frère «  De Londres ou de Roan?  » autant mettre cartes sur table. Autant directement entrer dans le vif du sujet et arrêter de tourner autour du pot. Elle en a assez de devoir lire entre les lignes, elle en a assez qu'on la prenne pour une enfant. Elle a envie qu'on lui dise les choses en face, elle peut entendre n'importe quelle vérité. Jay grimace à l'entendre du prénom de Roan, il ne le porte pas dans son coeur pourtant il ne sait rien de lui à part ce qu'à pu lui raconter Aria et elle n'est pas vraiment objective lorsqu'il s'agit de l'ainé des Solano « Tu te rends compte que c'est ton patron et qu'il est plus âgé que toi hein?  » elle lève ses bras et les laisse tomber de chaque côté de son corps en signe de frustration. Elle ne peut plus entendre cet argument qui n'est pas un vrai argument pour qu'elle s'éloigne de lui. La différence d'âge n'est pas importante, la différence d'âge n'est rien du tout. Elle est majeure et par conséquent libre de fréquenter n'importe quelle personne dans cette ville de Londres. Si elle était encore mineure, elle pourrait aisément comprendre que cet argument pourrait avoir du poids, mais ce n'est pas le cas « Je suis majeure je te rappelle, ce n'est pas un détournement de mineur. » à peine elle a prononcé cette réponse, qu'elle se gifle mentalement. Pas vraiment le meilleur argument qu'elle pouvait avancé pour sa défense. Mais elle est agacée de cette récurrence dans les reproches d'Aria ou de Jay. Mais elle est à bout, et elle n'a aucune envie de parler de Roan ou de l'hôtel ce soir. Elle pousse Jay et commence à marcher dans la direction inverse. Elle n'a plus aucune envie d'aller à cette stupide soirée, elle veut juste rentrer et se retrouver seule. Jay la rattrape rapidement « Qu'est ce qui c'est passé pour que tu sois dans cet état?  » sa mauvaise humeur est palpable, elle est à bout de nerf et Jay la connait bien trop pour laisser passer ce genre de chose. Il sait que cela cache quelque chose et il est bien décidé à en connaître la raison «  Mauvaise journée c'est tout. » elle est catégorique et son ton laisse entendre clairement que la conversation doit s'arrêter ici. Elle n'a pas envie de parler c'est une évidence et elle espère que son frère va le comprendre « Est ce qu'il t'a fait quelque chose?  » son ton s'adoucit et de l'inquiétude peut se lire dans son regard. Mais elle détecte aussi une lueur de colère qui est clairement dirigé vers Roan. Faye s'arrête de marcher et fait face à Jay et d'un ton assurée elle lui répond « Non. Et arrête avec lui, il ne se passe rien okay. C'est mon patron. Arrêtez de vous faire des idées tous les deux. Ca devient ridicule. » si son ton est moins tendu il reste ferme pour enfin en terminer avec ses accusations et ce sujet. Jay la regarde un moment, il la fixe pour tenter de déceler ne serait-ce qu'un petit indice sur le fait qu'elle pourrait à l'instant présent lui mentir. Mais elle ne flanche pas. Elle garde cette expression neutre, elle est douée pour cela. Elle a été à la bonne école. Lorsqu'elle était plus jeune, Jay lui a appris à mentir sans sourciller, sans laisser à la personne en face le moindre doute. Elle sait parfaitement bluffer. Elle sait parfaitement mentir quand il le faut. Elle sait qu'il ne la croit pas une seule seconde, elle en est consciente mais pourtant elle joue le jeu. Elle ne peut décemment pas lui dire que Roan a obtenu ce qu'il voulait d'elle et qu'il l'avait jeté comme une moins que rien. Elle ne pouvait décemment pas avouer qu'elle s'était avoir, qu'il s'était moqué d'elle et qu'elle était tombée dans le panneau. Elle ne pouvait avouer tout cela. Ni à Jay, ni Aria. Et encore moins à Aria car cela reviendrait à admettre qu'elle avait raison sur toute la ligne pour Roan. Et ça Faye n'était pas prête à le faire. 

_________________

    You and I, we're one too many worlds apart It really shouldn't work but it does, and side by side, we're different but somehow the same, it really shouldn't work but it does when it comes to us


Dernière édition par Faye Daniels le Lun 18 Avr - 20:51, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 119
ϟ ID Card : lady berry (caroline)

MessageSujet: Re: (Faye) lonely heart club.   Sam 26 Mar - 19:47


 Faye soupire et referme son livre, cela fait deux heures ou peut être plus elle ne sait plus trop qu'elle lit et relit la même page sans comprendre un mot de ce qu'elle a sous les yeux.  Non pas que cela soit compliqué mais elle n'arrive clairement pas à se concentrer. Elle se plonge deux minutes dans ses livres et puis son esprits part à la dérive de suite après. Elle n'arrive plus à réfléchir correctement, comme si elle n'arrivait pas à reprendre le cours de sa vie. Comme si elle restait bloqué dans le passé sans pouvoir avancer. Elle laisse son dos tomber contre le dossier de la chaise de son bureau et regarde l'heure. Il lui reste exactement trois heures avant d'aller travailler. Trois heures qu'elle devrait utiliser à bon escient pour ses prochains examens si elle ne veut pas redoubler, si elle ne veux pas avoir à suivre des cours d'été et si elle ne veut pas rester bloquer tous son été entre chez elle et la bibliothèque pour rattraper son retard. Elle ferme les yeux et tente de vider l'esprit. Elle tente de le chasser de ses pensées, mais elle n'y arrive pas. A chaque fois qu'elle ferme les yeux, elle voit son visage. A chaque fois qu'elle essaie de se concentrer, elle repense à ce baiser. Elle n'arrive pas l'oublier, à faire abstraction de ce qu'elle ressent et si cela continue elle va réellement devenir folle. Si elle fait bonne figure à l'hôtel ou avec ses proches, une fois qu'elle se retrouve seule c'est une autre histoire. Elle sombre petit à petit, mais elle n'a pas envie de donner raison à son frère ou à Aria. Bien qu'elle ne soit pas sûre à cent pour cent de donner le change comme elle le souhaite avec sa meilleure amie. Et le fait de refuser le stage à Rome cet été n'est pas passé inaperçu auprès de la petite brune qui n'a cessé de lui dire et redire que c'était pourtant ce dont elle avait besoin. Jay aussi s'était permis de lui faire la morale, ainsi que son père car c'était une opportunité à ne pas louper selon lui. Mais Faye refuse  toujours de voir la vérité en face. Elle se refuse de laisser tomber au fond, parce que naïvement elle pense que tout peut s'arranger. Du moins, elle essaie de s'en persuader à chaque fois qu'elle le croise. Elle a envie d'y croire encore un peu. Mais cela fait deux semaines. Deux longues semaines, les plus longues de sa vie. Deux semaines que Roan l'ignore, qu'il ne lui parle plus et qu'il lui hurle des ordres quand il la croise à l'hôtel. Deux semaines qu'elle n'arrive toujours pas à se faire à l'idée que leur histoire est terminée avant même d'avoir commencé. Deux semaines que cette indifférence la rend malade. C'est dur de vouloir quelque chose que l'on ne peut pas avoir. Mais ce qui est encore plus difficile pour Faye, au delà de ne pas pouvoir avoir Roan auprès d'elle, c'est le manque d'explication. Le manque de considération de sa part. Chaque jours, elle  se dit qu'il va revenir vers elle, qu'il va lui expliquer ce silence soudain mais jamais cela n'arrive. Chaque jours c'est la même chose et elle commence à se dire qu'il n'y a pas de retour en arrière possible. Elle commence tout juste à se dire que tout est réellement finit. Tous les jours à la prise de son service, elle se dit qu'elle va affronter Roan et lui demander une explication mais à chaque fois elle fait marche arrière. Elle n'ose pas, elle a peur de ce qu'il pourrait lui dire. Peur d'entendre la vérité, peur d'entendre lui dire qu'elle n'est rien pour lui, qu'elle était simplement une distraction. Un jeu auquel il n'avait plus envie de jouer.  Elle a tout simplement peur que ces propos mettent un terme à leur histoire, ou à ce semblant de relation qu'ils avaient. Parce que si tant qu'il ne lui dit rien, elle peut garder espoir qu'un jour ça s'arrange, une fois qu'il lui aura la vérité, elle le perd à jamais. Elle perd le seul homme auquel elle s'est attachée. Le seul garçon pour lequel elle s'est laissé doucement tomber. Le seul garçon dont elle est tombée amoureuse au final. Elle n'a pas assez de courage pour affronter la vérité, pourtant peut être que cette dernière pourrait la libérer. Elle pourrait tourner la page comme Roan semble l'avoir fait rapidement. Elle essuie une larme sur sa joue et se lève de sa chaise il faut qu'elle se ressaisisse rapidement. Elle s'enferme dans la salle de bain, minuscule salle de bain de sa chambre universitaire et se prépare pour la soirée. Elle ne devait pas travailler ce soir, mais Malaya lui avait demandé d'être présente, son père avait décidé d'organiser une réception presque au dernier moment, et Faye devait être présente pour le service. Même si la jeune blonde avait tenter de se défiler, Malaya ne semblait pas encline à écouter ses plaintes et ses lamentations sur le fait qu'elle était bien trop en retard dans ses cours pour se permettre de faire des heures supplémentaires. Alors à contre cœur, Faye avait capitulé sous l'insistance de sa patronne. Lorsqu'elle arrive à l'hôtel, son cœur manque un battement dès qu'elle l'aperçoit fumer devant l'établissement, elle s'arrête même une seconde. Elle ne bouge plus et le regarde simplement Elle se motive intérieurement pour lui faire face, elle essaie encore une fois. Mais une fois de plus, elle n'ose pas. Elle le regarde simplement et tous ses souvenirs viennent la frapper de nouveau. Ils s'imposent à elle sans qu'elle ne puisse arrêter le flots de souvenirs, d'images d'envahir son esprit « Faye puisque tu es là aide moi. » elle sursaute lorsqu'elle se rend compte qu'on s'adresse à elle et reste totalement interdite lorsque Sara Solano lui colle dans les bras un carton, elle manque de le faire tomber et le rattrape de justesse. Sara ne lui laisse pas le temps de répliquer quoi que ce soit qu'elle lui fait signe de la suivre «  Cette soirée doit être parfaite et je suis en retard. Alors tu vas faire ce que je te dis. » Faye hoche simplement la tête pour seule réponse. Elle suit Sara au pas et entre dans le hall de l'hôtel sans prêter attention à Roan à l'extérieur. Du moins sans lui prêter plus d'attention qu'elle ne l'avait déjà fait. Elle entre dans la salle de réception et Sara commence déjà à donner des ordres au personnel présent, et avant qu'elle ne puisse souffler, Sara en donne à Faye qui se met de suite au travail. Au moins le temps qu'elle fasse ce qu'on lui demande, elle ne pense pas. Elle ne pense plus. Sa tête la laisse tranquille un instant et c'est reposant. Plaisant même pour la jeune blonde. Quelques heures plus tard, tout est prêt, les premiers invités arrivent et Faye est en place avec les autres serveurs de la soirée. Si elle tente de faire son possible pour garder le sourire sur le visage ce n'est pas toujours simple quand son regard se pose sur lui. Elle le trouve encore plus beau qu'avant. Elle ne sait pas si c'est le fait de le voir en costume ou si parce qu'elle perd complètement les pédales dès qu'il est dans la même pièce qu'elle. Mais elle se force au maximum d'éviter son regard, de l'éviter tout simplement. Ils s'évitent mutuellement et si pendant deux semaines ils ont plutôt bien réussis, ce soir la salle semble bien trop petite pour que ce soit possible. On dit souvent que le monde est petit mais cette salle est encore plus petite. Dès qu'elle le peut elle se réfugie en cuisine, elle reprend son souffle, ses esprits et repart de nouveau. Mais ces brefs moments de répits lui font du bien. Lorsqu'on lui propose de prendre une pause, elle ne dit pas non et l'accueille avec plaisir. Elle sort de l'hôtel et allume une cigarette. Elle n'a jamais autant fumé de sa vie que ces derniers jours, mais elle est tendue, elle est sur les nerfs et la nicotine semble l'apaiser. Alors elle fume un peu plus. Jay pourrait la tuer s'il la voyait aujourd'hui.  A la fin de sa pause, elle regagne les cuisines, et elle inspire pour se donner du courage  tout en  attrapant le plateau avec les coupes de champagne qu'on lui tend. Elle affiche un sourire avant de sortir des cuisines et se dirige dans la salle de réception décorée superbement par Sara, pour l'occasion. Faye passe au milieu de la foule, réunie ce soir à la demande de Diego Solano. Elle sourit et se montre professionnelle mais en réalité elle n'a qu'une envie : fuir aussi loin qu'elle le peut de l'hôtel mais surtout de lui. Parce que le voir ici est une réelle torture pour Faye qui n'arrive toujours pas à se faire à l'idée qu'il ne lui adresse plus la parole. Elle n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi il lui impose cette indifférence qui est pire que tout. Ce silence qui la tue à petit feu. Elle a envie de se réfugier sous sa couette avec un bon film et de ne plus sans cesse devoir se forcer pour éviter de le regarder, car si son regard croise le sien, elle pourrait craquer devant tout le monde. Elle fait son possible pour ne jamais s'approcher de lui et de cette jeune femme blonde à ses côtés. Elle ne sait pas très bien qui elle est mais elle n'est pas sûre de vouloir le savoir. Elle se contente juste de la jalouser pour être à ses côtés. Elle se surprend à être jalouse d'elle car au fond Faye ne fait clairement pas le poids face à elle. Lorsque monsieur Solano commence son discours tout le monde lui porte attention, même les employés s'arrêtent un instant pour écouter le grand patron. Faye fait de même, mais elle écoute d'une oreille distraite, elle pose son regard sur Roan qui se tient un peu en retrait de son père. Elle sait qu'elle doit arrêter de le fixer ainsi, seulement c'est plus fort qu'elle. Il est son obsession, et encore d'avantage aujourd'hui. C'était comme si elle cherchait une réponse dans son comportement, dans ses gestes. Elle n'arrive pas oublier, elle n'arrive pas se défaire de son emprise et pourtant, elle devrait en profiter pour tout mettre derrière elle. Son comportement froid, distant devrait la conforter dans la décision d'aller de l'avant. Elle devrait se faire une idée. Mais elle ne peut pas, elle s'accroche à ce tout petit espoir qui lui reste, cet infime espoir. Parce qu'elle n'est pas prête à tourner la page, car elle ne peut pas. Pas tant qu'elle ne sait pas pourquoi. Ce qui est contradictoire puisqu'elle sait qu'elle ne pourra pas supporter la vérité. Et naïvement elle a encore envie d'y croire. Elle se perd rapidement dans ses souvenirs avec Roan, elle essaie d'analyser son changement radical d'humeur mais elle ne peut trouver une explication logique et puis soudain Diego Solano attire son attention avec de simples mots mais qui ont le don de la sortir de rêverie brutalement « Celles des fiançailles de mon fils unique, de ma chair et de mon sang, Roan Solano avec la délicieuse Ashton Valentine. » elle relève les yeux du plateau qu'elle fixait depuis quelques minutes. Un simple mot vient de détruire à néant le peu d'espoir qu'elle voulait garder encore un peu avec elle. Tout s'arrête. Tout est finit. Si en règle générale le mot fiançailles signifie un évènement heureux et positif pour Faye c'est le contraire à cet instant présent. C'est terminé. Son cœur rate un battement ou deux peut être. Ses jambes tremblent mais elle reste là sans bouger au milieu de la foule. Elle regarde autour d'elle pour voir la réaction des personnes présentes et tout le monde semble heureux de cette nouvelle. Tout le monde sourit... sauf Faye. Elle a les larmes aux yeux, le choc est bien trop important pour qu'elle reste de marbre.  Elle sent sa gorge se nouer, une boule à l'estomac se former. Au moment où elle croise son regard sur la scène, elle ne peut détourner son regard de lui quelques minutes. Sa lèvre inférieure se met à trembler légèrement, et elle a de plus en plus de mal à respirer, à retenir ses larmes. Sa vision commence à se troubler. Elle tente de se calmer, mais elle perd son souffle doucement. Elle se sent oppressée, elle étouffe d'un coup.  Elle a besoin d'air, sa respiration est saccadée et irrégulière, elle peine à reprendre sa respiration normale. Elle a cette désagréable impression que sa gorge se serre et que l'air lui manque. Elle se sent tomber dans le vide et elle n'a aucun moyen de stopper cette chute. Elle ne sait pas comment faire pour arrêter ce qu'elle ressent à présent. Elle sent son monde s'écrouler autour d'elle, d'un seul coup. Elle espère que ce n'est qu'un rêve, ou plutôt un cauchemar, et qu'elle va se réveiller. Elle voit cette femme poser sa main sur son torse et sourire. Elle lève les yeux au plafond pour s'empêcher de pleurer et prend une grande inspiration. Elle le regarde mais elle n'a qu'une envie fuir, elle n'arrive pas à croire qu'il lui a mentit. Elle n'arrive pas à croire qu'il a pu se jouer autant d'elle. Elle a été idiote et tellement naïve. Elle n'arrive pas à croire qu'il va se marier. Elle n'arrive pas à se faire à l'idée qu'il a simplement joué avec elle pour passer le temps. Trop de chose lui traverse l'esprit. Elle sent les larmes arriver, elle respire de plus en plus mal. Et lorsque Roan est rappelé à l'ordre par son père, elle peut enfin lâcher son regard et s'enfuir. Elle se faufile parmi la foule, pose le plateau sur une des tables et s'enfuie de la salle de réception.  Une fois à l'extérieur de la salle, elle inspire profondément mais cette sensation du manque d'air ne semble pas vouloir s'envoler. Elle passe une main dans ses cheveux, et ferme les yeux un court instant. Comment a-t-il pu être aussi cruel et jouer comme ça avec ses sentiments. A cet instant, elle s'en veut d'avoir des sentiments pour lui, elle se maudit d'être tombée amoureuse de Roan Solano. Lorsqu'elle entend des pas derrière elle, elle sursaute et part se réfugier aux toilettes. Tellement cliché, mais c'est le seul endroit auquel elle a pensé pour être tranquille un moment. Elle vérifie qu'elle est seule et se place devant la glace, elle pose les mains sur le marbre des lavabos et tente de respirer calmement. Elle presse ses mains contre le rebord en marbre, ses jointure blanchissent sous la force qu'elle met dans son geste. Peu à peu, elle semble retrouver sa respiration normale. Faye est tellement concentrée sur sa respiration n'entend pas la porte s'ouvrir et elle sursaute lorsqu'elle sent une main se poser sur son épaule  « Faye ça va?  » sa voix est douce et emplie d'inquiétude à la vue de sa meilleure amie dans cet état là. Faye met un moment avant de relever les yeux vers elle, elle tente d'abord de faire disparaître les quelques larmes qui s'échappe de ses yeux. Il ne faut pas qu'elle se montre ainsi devant Aria, non pas qu'elle est honte de pleurer devant elle, ou de se montrer vulnérable, non cela lui est égal. Mais elle ne veut pas donner encore une raison à Aria  pour lui dire de s'éloigner de Roan. Ou bien lui dire qu'elle avait raison et qu'elle aurait dû l'écouter. Bien que maintenant, la question ne se pose plus. Faye a trop souffert pour tenter quoi que ce soit auprès du jeune homme. Elle a juste besoin d'oublier et de passer à autre chose. Elle a eu son explication après tout. Indirectement et de manière brutale, mais elle sait pourquoi il l'ignore et qu'il ne lui adresse plus le moindre intérêt. Il est fiancé. Il va se marier alors Faye passe au second plan, enfin elle n'a jamais été au premier plan au fond. Elle se passe un peu d'eau sur le visage, cela masquera un peu les yeux rouges de la jeune blonde du fait d'avoir pleurer et puis ça lui permet de mettre un peu plus de poids dans le mensonge qu'elle va énoncer  «  Euh oui. Oui ça va. C'est juste que j'ai pas mangé aujourd'hui, je dois être en manque de sucre. » elle n'est pas sûre que cela soit réellement convainquant, mais elle ne peut pas dire la réelle raison de son état. La réelle raison de ses larmes et de sa crise de panique. Elle se regarde dans le miroir et évite soigneusement le regard accusateur de sa meilleure amie. Elle passe un doigt sous ses yeux pour enlever le noir de son maquillage qui est clairement ruiné maintenant. Cela va clairement être compliqué à sauver. Aria hausse les épaules et fixe sa meilleure amie sans rien dire pendant quelques secondes, pensant peut être que Faye finirait par avouer seule la vraie raison de son regard digne d'un panda « Moi qui pensait que c'était en rapport avec la super nouvelle de la soirée. » elle se regarde à son tour dans le miroir et ajuste ses cheveux comme pour leur redonner un peu de volume . Elle regarde en coin Faye qui tente par tous les moyens de ne pas pleurer, de ne pas craquer au beau milieu des toilettes de l'hôtel. Le silence s'impose dans la pièce, de simples regards comme pour savoir laquelle des deux allaient initier la conversation en premier. Aucune des deux jeunes femmes ne souhaitent baisser les armes et avec ces deux là, ce petit jeu peut durer longtemps. Très longtemps. Elles sont de l'entrainement dans ce domaine. Mais au final, c'est Faye qui rend les armes, qui craque en premier, elle soupire et se tourne vers Arianna  « Si tu es là pour me dire je te l'avais bien dit, je suis pas d'humeur. » elle baisse les yeux et commence à jouer avec sa bague, elle a envie d'en parler à sa meilleure mais elle se force à se taire. Elle n'arrangera en rien son cas auprès de la brunette si elle lui dit pour la baiser, seulement cela fait deux semaines qu'elle crèvent d'envie de le raconter à Aria. Parce qu'elle dit toujours tout à sa meilleure, parce qu'elles n'ont aucun secrets l'une pour l'autre. Seulement depuis un certain temps, Faye n'est pas vraiment honnête avec Aria. Elle ne lui dit pas toute la vérité, elle lui cache. Elle lui cache le fait qu'elle est obsédée par Roan, elle lui cache le fait qu'elle est totalement et irrémédiablement amoureuse de lui et que le fait d'apprendre cette horrible nouvelle ce soir lui brise le coeur encore et encore. Elle veut lui dire, et elle ouvre la bouche comme si elle allait finalement lui avouer, et lui parler du baiser qui a été le début de la fin pour Faye, elle se ravise au dernier moment «  Non je ne suis pas là pour ça. » Arianna est sincère, elle n'est pas la pour faire la morale à sa meilleure amie et Faye peut le lire dans son regard, elle peut le comprendre à son petit sourire qui traduit toute la tendresse que la jeune brune porte à son amie « Faye je suis désolée.  » elle pose sa main dans le dos de la blondinette et si Faye a envie de se confier, de se laisser aller auprès de son amie elle reste sur la défensive. Comme si avoir ce comportement pouvait la protéger de tout. Comme si avoir cette attitude pouvait l'aider à oublier sa peine « Tu devrais être heureuse. Finalement tout rentre dans l'ordre. » elle s'éloigne d'Aria et croise les bras sur sa poitrine tout en prenant appuie contre le mur derrière elle. Elle soupire et laisse ses bras le long de son corps  «  Te voir dans cet état ne m'enchante pas au contraire. » elle regarde son amie afin de la forcer à avouer, ou du moins à parler. Arianna n'est pas aveugle, même si Faye maintient haut et fort qu'il n'y a rien entre elle et Roan, Aria sait très bien qu'elle ment. Elle le sait et Faye le sait aussi. Si la jeune Daniels se confie assez facilement en règle générale, elle a parfois du mal à s'ouvrir sur certains sujet et Roan en fait clairement partit. Mais pour Faye c'est comme si en parler aller rendre tout cela réel, et elle n'est pas en état, elle n'est pas assez forte pour se rendre compte que tout est bien réel. Elle n'a pas assez de force pour se dire que tout est finit, que rien ne pourra jamais arriver entre eux. Du moins elle en n'a pas la force maintenant « Je pensais qu'il se passait rien entre vous Faye.  » le silence reprend ses droits dans la pièce. Et puis d'un coup sans crier gare, Faye craque. Elle se met à pleurer. Elle ne peut plus faire semblant, c'est bien trop dur. C'est bien trop difficile de rester de marbre. Arianna soupire et prend son amie dans ses bras. Faye n'a pas besoin de mot, elle a juste besoin de réconfort et d'une épaule sur laquelle pleurer.  Faye et Aria reste un moment dans les toilettes, au calme et loin de tout le monde. Seulement elle ne peut pas se cacher dans cet endroit toute sa vie, alors lorsqu'elles décident de sortir, Aria accompagne Faye auprès de Malaya pour lui dire qu'elle ne se sent pas très bien et qu'elle a besoin de rentrer. Sans demander plus d'explications, Malaya laisse Faye partir en compagnie d'Aria. Demain est un autre jour, demain Faye ira mieux. Demain elle aura oublié, demain elle sera passé à autre chose. Enfin, seulement si c'était aussi simple.  

_________________

    You and I, we're one too many worlds apart It really shouldn't work but it does, and side by side, we're different but somehow the same, it really shouldn't work but it does when it comes to us


Dernière édition par Faye Daniels le Lun 18 Avr - 20:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 65
ϟ ID Card : foolish blondie - tica

MessageSujet: Re: (Faye) lonely heart club.   Sam 26 Mar - 21:00

Tu parle !

_________________

    u l t i m a t e f e e l i n g
    No matter how hard I try, something always brings me right back to you. Whether it’s something you said, something we heard, something we once laughed about. You are haunting me with your eyes, your laugh, your smile. I can’t stop spinning from those first words you told me. I can’t stop hearing your voice. I can’t stop and it’s killing me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 106
ϟ ID Card : benzorris (anouchka)

MessageSujet: Re: (Faye) lonely heart club.   Dim 24 Avr - 16:51

du coup je repasse
elle est parfaite la bff d'amour

_________________


    DON'T BELONGS TO NO CITY, DON'T BELONG TO NO MAN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Confide in me
{ Kings & Queens }
{ BUCKET LIST }:
{ MY PLAYLIST }:
{ ADRESS BOOK }:
Love in stereoϟ Letters : 119
ϟ ID Card : lady berry (caroline)

MessageSujet: Re: (Faye) lonely heart club.   Dim 24 Avr - 19:27

oui tu as raison elle est parfaite

_________________

    You and I, we're one too many worlds apart It really shouldn't work but it does, and side by side, we're different but somehow the same, it really shouldn't work but it does when it comes to us
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Confide in me
Love in stereo

MessageSujet: Re: (Faye) lonely heart club.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Faye) lonely heart club.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lonely Hearts Club ▽ ANTKA
» BYUN PHOENIX ♡ lonely hearts club
» we can do it (ft heart club)
» Club de medecine
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LONDON BABY :: BEGIN A NEW LIFE :: tell me your story :: london is mine-
Sauter vers: